18/07/2018

La Roumanie négocie l’achat d’hélicoptères Venom & Viper !

p1465547_main.jpg

La Roumanie a fait un pas en avant dans ses projets d'acquisition des hélicoptères Bell UH-1Y « Venom » et AH-1Z « Viper » pour lesquels elle avait précédemment émis une lettre de demande (LOR).

Selon l’hélicoptériste américain Bell, les premiers volets industriels de l'accord portant sur  21 hélicoptères utilitaires « Venom » et 24 hélicoptères d'attaque « Viper » ont été réalisés et le programme avance.

"Nous travaillons avec le ministère de la Défense et l'industrie, et nous avons achevé la première phase de l'étude de transition pour le contrôle et le transfert de technologie dans le pays", a déclaré M. Best lors du salon aéronautique de Farnborough. «Il y aura des occasions de maintenance, de réparation et de révision pour la Roumanie, et nous considérons cela comme un partenariat à long terme.» Dans le cadre de son offre à la Roumanie, Bell a signé un protocole d'entente avec l'IAR - Ghimbav Brasov Group pour le soutien du « Venom » et « Viper ».

Rappel :

La Roumanie doit de remplacer 37 hélicoptères tactiques IAR-330 « Puma » produits localement, dont 20 sont la variante multitôle SOCAT qui a été modifiée pour porter un canon de 20 mm et des missiles antichars Spike. La Roumanie suit le modèle d'opérations du US Marine Corps (USMC), selon lequel de petits déploiements d'hélicoptères peuvent être facilement supportés sur le terrain.

Le Bell Textron UH-1Y « Venom » :

3887455909.jpg

Le Bell UH-1Y « Venom » est destiné à remplacer le bon vieux Bell UH-1 « Iroquois » dans le corps des Marines. La principale amélioration est l'installation d'un rotor quadripale au lieu du bipale de son prédécesseur. En fibres composites, il est conçu pour résister à plusieurs impacts directs par des armes de calibres allant jusqu'à 23 mm. L'appareil présente aussi des turbines et une transmission améliorée, une avionique et une électronique modernisées, grâce à l'ajout d'écrans LCD multifonctions. L’UH-1Y a une charge utile augmentée de 125 % par rapport à l'Iroquois, un rayon d'action augmenté de 50%, une plus grande vitesse de croisière ainsi qu'une réduction des vibrations de la structure, améliorant la stabilité de l'appareil. Cet aéronef est équipé d'un capteur infrarouge de 3e génération de type (FLIR).

Bell Textron AH-1Z Viper :

1559073422.jpg

L’ultime version du célèbre « Cobra » est dotée d’une nouvelle motorisation, soit le General-Electric T700-GE-401, l’appareil est doté d’une nouvelle avionique, qui incorpore un FLIR de troisième génération et fournit actuellement, une des plus longue portée du marché. En outre, le système complètement passif et automatique de balayage du champ de bataille, permet d’identifier de façon positive et suivre des cibles multiples à des distances, au-delà, de la portée maximale de son système d'armes. L’AH-1Z permet l’usage varié d’un armement complet comme les AGM-114A, B, C, F « Hellfire », des roquettes de 70mm et missiles air-air AIM-9 « Sidewinder ». Le poste de pilotage rénové comprend des écrans couleurs de grandes tailles, multifonctionnel et combinés avec la technologie de cartes interactives.

Photos : 1Venom & Viper 2le UH-1Y Venom3l’UH-1Z Viper @ Bell Textron

 

18/09/2017

Roumanie, Radar AESA pour l’IAR-109!

8636020114_4307aca324_b.jpg

La Roumanie prépare l’adaptation du radar AESA Leonardo Vixen 500 E sur son avion IAR-109 « Next Generation ». Un premier modèle de radar a été acheté en vue de l’intégration sur l’avion indigène.

L'Institut national roumain pour la recherche aérospatiale (INCAS) finance une nouvelle démonstration technologique sur le troisième prototype de son IAR-109. Le but étant de fournir de nouvelles capacités de détection et de combat. Le système de radar Vixen 500E apportera la capacité critique en ce qui concerne l'environnement opérationnel du formateur de l’aviation militaire roumaine.

Leonardo (Selex-ES) Vixen 500 E :

Le Vixen 500E est un radar AESA compact et léger qui combine les capacités de recherche Fire Control, Surveillance et Reconnaissance, ainsi que la capacité d’acquisition de cibles, de suivi de terrain et de poursuite pour diverses plates-formes et applications. Ceux-ci incluent les avions de comabt, les avions écoles ou tout avion nécessitant une capacité combinée de renseignement et surveillance ainsi que le suivi et les poursuites des cibles.

squared_medium_squared_original_Vixen_500E_S.jpg

L’IAR-99 « Soim »/ IAR 109 « Swift » :

L'IAR-99 « Soim » (Faucon) est un avion école biplace en tendem produit par l’entreprise roumaine Avioane Craiova. L’avion dispose également de capacités d’attaque au sol légère. La conception du IAR-99 débuta en 1975. Le premier prototype vola pour la première fois le 21 décembre 1985. Deux autres prototypes suivirent, ainsi qu'une présérie de 20 appareils, ils furent livrés à partir de 1987 à l'armée de l'air roumaine. Une autre commande de 30 appareils fut livrée à partir de 1991.

Une nouvelle version de l’IAR-109 Next Generation « Swift » à volé en 1997. C’est cette dernière version qui doit encore être améliorée avec le radar AESA de Leonardo. Ce standrad dispose d’une nouvelle avionique d’origine israélienne produite par Elbit Systems.

Photos : 1 IAR-109 Swift @ R.Buciumleski 2 Radar Vixen 500 e @ Leonardo

 

 

28/09/2016

La Roumanie accepte ses F-16 d’occasions !

romani10.jpg

Bucarest, a accepté ses 6 premiers Lockheed-Martin F-16C/D d'occasion. Ces appareils vont remplacer partiellement la flotte actuelle de vieux MiG-21 « Lancer ».

Remplacer les MiG-21 «Lancer» : 

La Roumanie cherchait désespérément un remplaçant pour sa flotte de MiG-21 «Lancer» qui date de l’époque de l’Union Soviétique. Il y a plus de 3 ans, la Roumanie a fait part de son intention de remplacer ses 48 MiG-21 hérités de la Guerre Froide. Bien que modernisés en 1993 par la société israélienne Elbit, afin de les mettre aux normes de l’Otan, ces appareils étaient désormais à bout de souffle et technologiquement dépassés.

Des F-16 d’occasions :

Au total la Roumanie va prendre possession de 12 avions de combat Lockheed-Martin F-16. Cet achat doit servir combler le vide jusqu’à l’arrivée d’un véritable nouvel avion de combat, mais dont l’achat n’est pas encore planifié faute de moyens.

La flotte de 12 F-16 se compose de 9 appareils en provenance du Portugal et 3 de l’US Air Force. Le contrat comprend également des modifications et des mises à niveau des avions, ainsi que des moteurs supplémentaires de rechanges, le soutien logistique, ainsi que la formation de 9 pilotes roumains et 69 techniciens de maintenance.

Avant la livraison, les appareils ont été modernisé dans le cadre de la norme Mid-Life Update (MLU) par la société OGMA-Industria Aeronautica au Portugal.

Reste que la Roumanie ne disposera pas d’un nombre suffisant d’avions pour assurer la protection de son espace aérien et restera sous dépendance de l’OTAN.

 

Photo : le Premier F-16 aux couleurs de la Roumanie @ FAR