22/01/2020

Début d’assemblage pour le T-7A « Red Hawk » !

66770_t7aredhawk_68594.jpg

L’avionneur suédois Saab a commencé la production de l’assemblage des premières sections de série de l'avion école T-7A, soit l'entraîneur avancé développé et produit avec Boeing pour l’US Air Force.

Saab est responsable du développement et de la production de la section de fuselage arrière pour l'entraîneur avancé, sept unités arrière étant produites à Linköping, en Suède, pour l'assemblage final dans les installations américaines de Boeing à Saint-Louis, Missouri. 

 « Dans un peu plus d'un an depuis la signature du contrat, nous commençons la production de notre partie du jet T-7A. Cette réalisation est possible grâce à la grande collaboration entre Saab et Boeing, et c'est un honneur de faire partie de ce programme pour la United States Air Force », a déclaré Jonas Hjelm, responsable du secteur d'activité Saab Aéronautique.

Saab ouvrira un site aux USA :

Les travaux sont effectués à Linkoping, en Suède, après quoi la production future des pièces de Saab pour le T-7A sera transférée vers le nouveau site américain à West Lafayette, dans l'Indiana.

Le site de Saab à West Lafayette est un élément important de la stratégie de croissance de Saab aux États-Unis, créant de solides capacités organiques pour le développement, la fabrication et la vente de ses produits.

Boeing est le maître d'œuvre désigné pour l'acquisition du système avancé de formation des pilotes T-7A par l'US Air Force. Saab et Boeing ont développé l'avion avec Saab en tant que partenaire de partage des risques. Saab a reçu la commande de Boeing, le 18 septembre 2018.

Le T-7A « Red Hawk » de Boeing/Saab :

Le T-7A de Boeing/Saab comporte une double queue, un grand cockpit avec une excellente visibilité. Des éléments de type LERX ont été repris de la famille F/A-18 « Hornet ». Le T-7A dispose d’un seul moteur General Electric F404 également utilisé sur le "Hornet" et le "Gripen". Boeing affirme que la conception et la performance de l'avion à double-queue fourni un excellent contrôle, et une très bonne stabilité pour le ravitaillement. Darryl Davis, le président de Boeing's Phantom Works, a déclaré que l'avion a été conçu pour répondre à toutes les exigences du programme, et a noté qu'il offrira un angle d'attaque haut (AoA) et de haute performance en matière d’accélération. Boeing a également souligné que la conception du poste de pilotage offre un positionnement idéal pour l'instructeur avec une très bonne visibilité, tant pour l'instruction en vol que pour la formation avancée en combat aérien visuel. L'offre de Boeing/Saab utilise un cockpit moderne, semblable à celui d'un combattant, avec un écran reconfigurable à grande surface (LAD) qui imite ceux trouvés dans le F-22 et le F-35 et le nouveau Gripen E. Le « Red Hawk » est également compatible avec les lunettes de vision nocturne. Le Boeing/Saab T-7A est doté d'une capacité interne de ravitaillement en vol et il dispose d’un point d'ancrage central pour transporter des équipements connexes comme des nacelles. 

765146841.jpg

Photos : Le T-7A 2Red Hawk » @ Boeing/Saab

B737 MAX, reprise des vols pas avant juin ! 

443901185.jpeg

Les estimations les plus positives estimaient encore, il y a quelques jours, un retour au service de vol des B737 MAX sur la période mars – avril. De son côté, l’avionneur américain Boeing vient de repousser la date probable d’une remise en service.

Dans un communiqué de presse, Boeing déclare vouloir d'aider ses clients et fournisseurs à planifier leurs opérations. Pour ce faire, l’avionneur va leur fournir périodiquement les meilleures estimations du moment où les régulateurs commenceront à autoriser le retour en vol des B737 MAX.

Actuellement Boeing estime, un retour possible en vol d’ici commencera à la mi-2020. Cette estimation mise à jour est basée sur l’expérience à ce jour du processus de certification. Il est soumis à des efforts continus pour faire face aux risques de calendrier connus et à d'autres développements qui pourraient survenir dans le cadre du processus de certification. Cela explique également le contrôle rigoureux que les autorités réglementaires appliquent à juste titre à chaque étape de leur examen du système de commande de vol du B737 MAX et du processus du Joint Operations Evaluation Board qui détermine les exigences de formation des pilotes.

Pour Boeing, la remise en service du MAX en toute sécurité est la priorité numéro un. L’avionneur reconnait les difficultés persistantes que la mise à la terre du B737 MAX a présentées à ses clients, régulateurs, fournisseurs et pour les passagers.  

Photo : B737 MAX @ Boeing

19/01/2020

Allemagne, dépôt des offres définitives pour l’hélicoptère lourd !

https---api.thedrive.com-wp-content-uploads-2019-05-top-1.jpg?quality=85.jpeg

A mi-janvier, Sikorsky et Boeing ont déposé leurs offres définitives pour le programme allemand de nouveaux hélicoptères de transport lourd, appelé Schwerer Transporthubschrauber. Les entreprises attendent un contrat de la Bundeswehr en 2021 pour 44 à 60 hélicoptères, y compris des services de soutien et de formation. Pour l’Allemagne, il s’agit de venir remplacer la flotte d’hélicoptères lourds de type Sikorsky CH-53G « Stallion » construit sous licence par VFW-Fokker pendant la guerre froide.

Short List:

Dans le cadre du remplacement de la flotte de 68 hélicoptères de transport lourd de type CH-53G « Stallion », l’Allemagne a retenu une « Short List » de deux appareils, soit : le nouveau Sikorsky CH-53K « King Stallion » et le Boeing CH-47F « Chinook ». Pour Berlin, il est important de pouvoir disposer d’un hélicoptère déjà en production, plutôt que de lancer un programme de développement national à travers Airbus Helicopters. Le programme de sélection a pris un an de retard, suite à des discussions sur les priorités du budget militaire. L’Allemagne a l’intention d’acquérir 40 à 60 hélicoptères dans le cadre de l’initiative SHT, qui prévoit un hélicoptère d’une masse maximale au décollage supérieure à 20t.

Les deux concurrents :

Boeing en partenariat avec Aircraft Philipp, CAE Elektronik, Diehl Defence, Honeywell, Liebherr-Aerospace, Reiser Simulation and Training et Rolls-Royce propose une variante du CH-47F Chinook, avec une capacité de ravitaillement en vol, et souligne l’interopérabilité avec d’autres pays européens, notamment l’Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Sikorsky et ses partenaires Hensoldt, Liebherr-Aerospace, MTU, Rheinmetall et ZF lancent le CH-53K qu’il construit pour le US Marine Corps et qui est le digne successeur de l’actuel CH-53. 

Le Sikorsky CH-53K « King Stallion » : 

898242705.jpg

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E « Super Stallion », qu’il doit remplacer à partir de 2019, le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de 27 000 lbs sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple surmonté de d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle, car entièrement en matériaux composites. Encore plus puissante (ses 3 turbines délivreront environ 6’000ch chacune), ravitaillable en vol, équipé de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et deviendra la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K pourra par exemple emporter en interne une Jeep « Humvee ».

Le Boeing CH-47F « Chinook » :

4220308908.jpg

Les nouveaux CH-47F disposent de caractéristiques améliorées en vue de la survie, avec notamment un système directionnel de contre-mesures électronique à infrarouges, une meilleure protection balistique et un carénage résistant à l'écrasement. L’équipage dispose de sièges blindés. Le CH-47F possède une cellule et une avionique modernisée, ainsi qu'un poste de pilotage automatique et numérique.

Photos : 1 Ch-53K VS CH-47Fle CH-53K « King Stallion » @ Sikorsky Le CH-47F « Chinook » @ Boeing

 

 

 

18/01/2020

Le B737 MAX n’est pas encore totalement prêt !

B737MAX8.jpg

Boeing a identifié un problème avec le logiciel du B737 Max conçu pour surveiller les performances d'autres systèmes lors du démarrage de l'avion, ajoutant un autre problème au retour en service du Max.

Le problème est relativement mineur, selon un expert en sécurité aérienne, et n'a rien à voir avec le système de commande de vol impliqué comme un facteur conduisant à deux accidents. Boeing confirme travailler à résoudre le problème, qui a été révélé lors d'un examen final du « Max » par la Federal Aviation Administration (FAA) avant la certification.

"Nous sommes conscients de ce problème", a déclaré Boeing dans un communiqué du 17 janvier. « Nous effectuons les mises à jour nécessaires et travaillons avec la FAA à la soumission de ce changement, et nous tenons nos clients informés. »

Le problème concerne un logiciel qui surveille divers autres systèmes. Il garantit que ces systèmes sont correctement mis en ligne au démarrage lorsque l'électricité passe dans l'avion, soit via l'alimentation au sol, soit en utilisant l'unité d'alimentation auxiliaire de Max. L'un des moniteurs du système s'est avéré ne pas fonctionner correctement, explique Boeing.

Selon la FAA, celle-ci ne devrait pas approuver avant le mois de mars la reprise d'exploitation du B737 MAX et qu'elle pourrait même attendre jusqu'en avril.

Photo : B737 MAX lors de ses vols d’essais @ Boeing

15/01/2020

L’US Navy a choisi le TH-73A de Leonardo !

th-73a-us-navy-contract.jpg

Il semble bien que les présidences républicaines soient favorables aux aéronefs européens. Leonardo vient de remporter un second contrat aux USA pour remplacer les hélicoptères école de l’US Navy. Cette réussite fait suite au choix de l’AW139 de l’US Air Force en fin d’année dernière.

C’est la division américaine de Leonardo, soit AgustaWestland Philadelphia Corp., qui remporte un contrat de 176,5 millions de dollars pour la production de 32 hélicoptères TH-73A (dénomination pour l'US Navy) pour le renouvellement du système de formation avancé sur hélicoptère (AHTS). Le contrat comprend également les pièces de rechange initiales, l'équipement de soutien particulier, les trousses de flyaway, les treuils, les charges d'élingues, la formation des pilotes instructeurs et auxiliaire et du personnel de maintenance.

Les hélicoptères seront produit à Philadelphie, Pennsylvanie (87%); Mineral Wells, Texas (5%); et divers endroits en dehors du continent américain (8%), et devrait être achevé en octobre 2021. 

Le nouvel hélicoptère répondra aux exigences avancées en matière de formation à voilure tournante et à rotor basculant intermédiaire pour la Marine, le Corps des Marines et la Garde côtière jusqu'en 2050.

Le TH-73A/ TH-119 / AW-119 :

maxresdefault.jpg

Le TH-73A /TH-119 est une variante du célèbre AW119 spécialement conçu pour la formation militaire. Il s’agit du seul hélicoptère monomoteur moderne certifié capable de fonctionner dans des conditions de vol aux instruments (IMC), ce qui permet de disposer de plus de jours de formation disponibles qui limitent temps total pour former. Le TH-119 est un hélicoptère d’entraînement à spectre complet, ce qui signifie qu’avec une seule configuration, la Navy peut effectuer des vols d’entraînement fondamentaux, tels que des atterrissages coulissants, des vol stationnaires et des autorotations complètes (sans en décharger aucun d’entre eux pour la simulation), ainsi qu’un entraînement avancé vols, y compris NVG, instruments, navigation, tactique, monte-charge, cargaison externe et recherche et sauvetage.  

Le cockpit doté d’écrans EFIS évolués à double affichage de Genesys Aerosystems permet d’instruire l’un ou l’autre des sièges du pilote avec des capacités IFR complètes, y compris un directeur de vol et un pilote automatique complet à 3 axes. Son siège d'observation unique réglable à 180 degrés offre aux étudiants-pilotes une vue complète du cockpit, offrant un meilleur environnement d'apprentissage, même en tant que passager. Le TH-119/TH-73A combine des marges de puissance exceptionnelles, grâce à son moteur PT6-B Pratt & Whitney Canada de 1’000 shp, populaire et fiable, à la durabilité d'une cellule en métal de type cocon et à des patins renforcés stabilisés pour l'entraînement au toucher. Pour minimiser le temps passé au sol et maximiser la flexibilité opérationnelle, le TH-119/TH-73A peut faire le plein de carburant sous pression.

208900_1F.jpg

Photos : 1 & 3 TH-73A 2 cockpit @ Leonardo