22/11/2016

La Corée du Sud signe la modernisation de ses F-16 !

240794697.jpg

Après un long processus de négociation, le gouvernement sud-coréen a accordé un contrat de 1,2 milliard de dollars pour moderniser 134 avions de combat de type Lockheed-Martin F-16C/D au nouveau standard « Viper ».

La signature du contrat vient de se faire après que 16 mois se ont écoulés depuis que le Département d'Etat des États-Unis a autorisé la vente du matériel à la Corée du Sud.

La Corée du Sud est l’un des plus grand utilisateur de F-16 avec 134 appareils en service. C’est l’ensemble de la flotte qui est concernée par cette importante modernisation. La nouvelle version « Viper » qui deviendra le standard au sein de la ROKAF sera dotée du nouveau radar Northrop Grumman APG-83 SABR « Radar Scalable Agile Beam » de type AESA couplé à un nouvel ordinateur de mission et une architecture dotée de la fusion de données. Cette modernisation doit permettre de mieux préparer et interagir avec les appareils de 5e génération ou de génération 4++.

L’avionique est également améliorée des écrans de nouvelle génération à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS).

131.jpg

 

Photos : 1 Prototype du F-16 Viper 2 Radar APG-83 SABR @ Northrop-Grumman

 

 

 

 

 

 

09/11/2014

Les coûts du F-35 plombent la modernisation des F-16!

f-35.jpg

 

 

Séoul, la Corée du Sud a demandé au gouvernement américain l’annulation pure et simple du contrat avec BAE Systems pour la mise à niveau de ses 134 Lockheed-Martin F-16 Block 50/52 de la ROKAF.

 

Décision américaine : 

 

Le contrat initial de modernisation des F-16 coréens qui date de janvier 2012 était estimé à près de 1,2 milliards de dollars américain, et devait permettre de changer le radar actuel à antenne mécanique avec un nouveau radar doté d’une antenne à balayage électronique.

 

Cette modernisation devait se faire en parallèle avec l’US Air Force, mais, celle-ci a finalement opté pour une mise à jour minimaliste. De fait le coût de développement devenait trop lourd à supporter pour la Corée du Sud, qui s’est par ailleurs, engagée sur l’onéreux programme F-35.

 

Equipementiers américains et anglais fâchés :

 

Le programme de modernisation initial des F-16 coréens et américains comprenait 

l’installation du radar  RACR (Radar Raytheon Advanced Combat). Il s’agit d’une version dérivée de l’AN/APG-79 développé par Raytheon de type AESA ,dont la plateforme et l’antenne sont adapté selon l’avion, soit le F-16, F-15 ou F/A-18.

Cette solution de radar AESA a été conçu, pour équiper l’ensemble des appareils de la gamme F-16, F-15 et F/A-18 déjà en service. Par rapport à l’ancien radar à antenne mécanique le radar AESA RACR apporte une détection étendue avec amélioration du suivit des cibles. La précision d’engagement est améliorée et le radar offre une nette amélioration des capacité de guerre électronique.

 

1815443847.jpg

 

Cette décision porte un coup au développement du radar RACR de Raytheon ainsi que de celui de son concurrent le SABR de Northrop-Grumman. De plus, les différents systèmes connexes qui devaient entrer dans la modernisation du F-16, dont BAE Systems était le maitre d’oeuvre se retrouve eux aussi en difficultés. 

 

Il faut comprendre que pour ces divers fournisseurs, la modernisation du F-16 était une alternative intéressante face aux coûts énormes du F-35 «Lightning II». Cette décision est justement motivée par le fait, que les pays ayant choisi le F-35 se retrouvent avec des surcoûts tels, qu’ils ne peuvent aujourd’hui plus assumer la modernisation des aéronefs en service. 

 

Trop cher F-35 :

 

L’US Air Force et la ROKAF comptaient justement compenser le nombre de F-35 en gardant une flotte mixte avec les F-16 et autres F-15 modernisés. Cette option devait normalement permettre de garder une dotation suffisante en avions de combat. Ce revirement pose aujourd’hui donc une problématique supplémentaire aux futurs utilisateurs du F-35.

 

Israël vient justement de prendre une décision inverse, l’Etat Hébreu vient de refuser l’achat de F-35 supplémentaires, afin justement de ne pas péjorer sa flotte de F-16, par ailleurs modernisée (voir article sur le sujet). L’Israël compte bien garder la main et disposer d’une flotte modernisée et en nombre suffisant qui ne dépendrait, donc pas, des surcoûts du F-35, sage décision. 

 

aae.jpg

 

Photos : 1 F-35 en vol @ Lockheed-Martin 2 F-16 d’essai avec le radar RACR@ Raytheon 3 F-16 ROKAF@ ROKAF

 

 

 

 

17:40 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : lockheed martin, f-35 lightning 2, f-16, racr, sabr, rokaf |  Facebook | |

01/06/2014

Les C-130J de la ROKAF au complet !

KoreanC-130JsDepart-1.jpg


 

Marietta en Géorgie, Lockheed-Martin a livré les deux derniers avions de transport C-130J «Super Hercules» destinés à la Force aérienne de la République de Corée du Sud (ROKAF). Ce pays avait commandé un total de quatre appareils de ce type à l’avionneur américain.

 

Les deux premiers Lockheed-Martin C-130J «Super Hercules» avaient été livrés en avril dernier, conformément au calendrier.

 

Le C-130J «Super Hercules» : 

 

Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre  C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales. 

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.


 

317225593.jpg


 

Photos :  1 Les deux derniers C-130J de la ROKAF 2 Le premier exemplaire @ Lockheed-Martin

07/04/2014

La ROKAF reçoit ses C-130J !

ROKAFDeliveryTaxi-2.jpg


 

Marietta,  Lockheed-Martin a délivré deux nouveaux C -130J «Super Hercules» pour  la Force aérienne de la République de Corée (ROKAF). Ces deux appareils sont arrivés aujourd’hui sur les installations en Corée du Sud. Au total se sont quatre C-130J qui ont été commandés par la ROKAF.

 

La ROKAF accepté la livraison de ces deux avions la semaine dernière lors d'une cérémonie à Marietta.  Ces Super Hercules vont venir remplacer les vieux C-130H actuellement en service au sein de la ROKAF.

 

Le C-130J «Super Hercules» : 

 

Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre  C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales. 

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.


 

2003474004.jpg


 

Photos : 1 les deux premiers C-130J de la ROKAF 2 C-130J ROKAF @ Lockheed-Martin

20:55 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rokaf, c-130j super hercules |  Facebook | |

24/11/2013

La Corée du Sud repêche le F-35 !

F35C-02.jpg



SEOUL, le troisième volet du feuilleton coréen en vue du remplacement des bons vieux F-4 «Phantom» semble avoir trouvé sa finalité, avec la dernière décision en date qui met en avant le Lockheed-Martin F-35A «Lightning II». Après avoir sélectionné le Boeing F-15 «Silent Eagle»le 22 août dernier, les autorités ont fait marche arrière le 24 septembre en relançant la compétition.

 

Ce vendredi, l’agence Yonhap a donc annoncé le choix semble-t-il définitif du futur avion de combat avec le Lockheed-Martin F-35, laissant ainsi derrière lui le F-15SE de Boeing et l’Eurofighter de Cassidian. 40 appareils sont concernés pour cet achat évalué à plus de 8,3 milliards de dollars. Une seconde tranche de 20 avions, pourrait être lancée lors d’un appel d’offre ultérieur.

 

Un choix très cher : 


 

2013-10-23T183131Z_1_CBRE99M1FGZ00_RTROPTP_3_USA-F35_original.jpg


 

La pression du constructeur américain a été déterminante dans cette seconde évaluation et ceci au détriment du budget et de la dotation minimale voulue par la Corée. En effet, le F-35A étant l’appareil le plus cher des trois, la Corée va donc casser sa tirelire. Initialement la Corée espérait ne pas dépasser un montant de 7,5 milliards de dollars pour 60 appareils, ce qui s’avérait possible avec le choix initial du Boeing F-15 «Silent Eagle» au prix de 7,3 milliards de dollars. 

De plus, la dotation minimale prévue par l’Armée de l’air coréenne prévoyait 60 appareils pour remplacer la flotte de actuelle de 150 F-4 «Phantom». Celle-ci, devra donc se contenter de 40 appareils et espérer, peut-être, que les finances du pays permettront à l’avenir l’achat d’un second lot de 20 F-35A.

 

Cette décision doit toutefois encore être approuvée par une commission présidée par le ministre de la Défense.

Rappel :

A la fois furtif et relativement léger (20 tonnes en combat), le F-35 Lightning II, nommé ainsi en hommage au légendaire P-38, sera essentiellement employé pour des missions d’attaque, même si, il dispose de capacité air-air appréciables. Cependant, son développement a pris plus de 4 ans de retard sur le calendrier initial, en raison de problèmes liés à la complexité de sa conception. 
Le programme JSF doit déboucher sur la production de trois variantes d’un même appareil, ayant environ 80% de communalité de structure et pièces et pratiquement 100% au niveau avionique :

 

 

  • Radar à antenne électronique active AN/APG-81 (issu du AN/APG-77 du F-22 Raptor) avec des modes air-air, suivi de terrain, détection de mobiles terrestres, écoute passive et des capacités de brouillage.
  • brouilleur Sanders/ITT ALQ-214.
  • AN/AAQ-37 Distributed Aperture System, comprenant 6 détecteurs infrarouges répartis en différents points de façon à fournir une vision à 360° autour de l'avion.
  • Electro-Optical Sensor System (EOSS), système de localisation et désignation comprenant un FLIR, une caméra TV et un système Laser (télémétrie, désignation de cible).

Le tableau de bord se compose principalement de 2 écrans LCD couleurs de 20 x 25 cm. Leur surface est tactile, ce qui supprime le besoin de boutons de sélection. Le traditionnel viseur tête haute est supprimé, les informations étant projetées directement sur la visière du casque du pilote.


 

130827-f35C-642x428.jpg


 

Photos : Le F-35 Lightning II @ Lockheed-Martin