01/06/2015

Troisième Reaper pour la France !

 

ob_71c754_12-05-2015-le-troisieme-reaper-reali.jpg

 

General Atomics Aeronautical Systems Inc a livré le troisième drone de reconnaissance MQ-9 « Reaper » au ministère français de la Défense.

 

Au sein de l’Armée de l’air,  les deux premiers « Reaper » ont  accumulé plus de 4’000 heures de vol en un peu plus d'un an. Les « Reaper » français  sont entrés en service en janvier 2014 au sein de  l'escadron 1/33 «Belfort», stationnés sur la base aérienne 709 de Cognac.

 

Sans arme :

 

L’une des particularités de la flotte de drone « Reaper » française concerne le fait que ceux-ci ne sont pas armés et ne sont pour l’instant utilisés que pour la reconnaissance. Pourtant en France, on ne désespère pas de pouvoir un jour doté la flotte de MQ-9, de missiles d’attaques au sol. La France pourrait même opter pour le missile  MBDA Brimstone qui est aujourd’hui qualifié sur le drone américain. Celui-ci offre par ailleurs une réduction des risques de dommages collatéraux et permet  une totale létalité avec un seul tir contre des cibles évoluant à grande vitesse sur terre, mer et dans un environnement complexe.

 

Garder l’indépendance :

 

L'armée de l'air fait voler ses MQ-9 « Reaper » avec ses propres satellites, ce qui lui permet de  garder son indépendance, lors des missions. De fait, la France n’a pas besoin de solliciter l'autorisation des autorités américaines pour engager le drone.

 

Photo : Drone MQ-9 « Reaper » de l’Armée de l’air  @ Armée de l’air