12/11/2017

Le Canada relance la compétition et veut plus d’avions !

cf-18-canada150.jpg

Le gouvernement canadien va publier une nouvelle demande de propositions pour son concours en vue du remplacement de la flotte actuelle de Boeing CF-18 « Hornet » d'ici 2019, avec l’attribution d'un contrat d'ici 2021, a annoncé le commandant de la Royal Canadian Air Force (RCAF) en fin de semaine.

Plus d’avions:

Le gouvernement actuel du Canada vise l’achat de 88 nouveaux nous chasseurs avions de combat pour venir équiper la RCAF, soit une augmentation par rapport au plan du gouvernement précédent visant l'achat de 65 jets.

Le Canada relance donc la compétition pour remplacer les CF-18 à la suite d'une promesse électorale du parti libéral du premier ministre Justin Trudeau de se retirer du controversé avion de combat interarmées Lockheed-Martin F-35. Le gouvernement étudie toutes les options, y compris le F-35, ainsi que celle du Boeing F/A-18 « Super Hornet » et ceci malgré la suite du différend commercial avec l’avionneur Boeing.

Il est par ailleurs, très intéressant de constater que l’actuel gouvernement semble suivre les recommandations de l’équipe d’expert de la RCAF désir que le processus aille vite, mais que le nombre d’avions soit revu à la hausse. Il semble que cette fois les politiciens canadiens ont compris le besoin en dotation minimum et qu’une réduction du nombre d’avions serait problématique en terme de fonctionnement.

La question qui se pose donc est aujourd’hui ouverte sur le budget qui sera disponible pour l’achat de 88 avions en lieu et place des 65 prévus initialement.

L’offre australienne toujours ouverte :

Pendant ce temps, le Canada envisage toujours l’option d’une acquisition de F/A-18A/B australiens d’occasion et ceci pour combler le vide jusqu’à l’arrivée du futur avion.

Pour le chef de l'Aviation royale du Canada, le processus de la compétition doit impérativement se dérouler le plus rapidement possible afin d’obtenir une demande de proposition pour l'industrie d'ici 2019. « Nous sommes en discussions et avons eu des discussions avec un certain nombre de personnes qui envisagent d'être en concurrence pour cela » a déclaré le commandant de la RCAF, le Cmdt Michael Hood lors de la Dubai Air Chiefs Conference qui s’est tenue ce weekend lors de l’ouverture du Dubai Airshow 2017.

 

BN2012-0408-02.jpg

Photos : 1 CF-17 de présentation 2017 2 CF-18B @ RCAF

 

 

16/10/2017

Canada, des Hornet d’occasions en attendant mieux ?

cf-18-canada150.jpg

Le feuilleton du remplacement de la flotte de Boeing CF-18 « Hornet » de la Royal Canadian Air Force (RCAF) est entré dans une nouvelle phase. On se souvient du choix de remplacement du gouvernement canadien avec une flotte intermédiaire de Boeing « Super Hornet ».

Guerre Boeing vs Bombardier :

Durant l’été, l’avionneur américain a porté plainte contre l’entreprise canadienne Bombardier devant le département du Commerce des Etats-Unis. A l’origine cette plainte est due à la commande par la compagnie Delta Air Lines de 75 avions Cséries auprès de l’avionneur canadien. Cette décision à visiblement vexé Boeing, Alors que celui-ci n’était même pas en concurrence. Mais il semble bien que le succès de la gamme Cséries rende les américains un peu nerveux. De fait, les USA pourraient taxer les avions canadiens de l’ordre de 220% estimant que ceux-ci bénéficient de subventions publiques.

Trudeau se tourne vers l’Australie :

Ne pouvant dès lors, plus opter pour l’instant pour des Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » neufs, le gouvernement Trudeau à esquisser un plan « B ». Pour éviter de retomber dans le piège du F-35, le Canada réfléchit au rachat de chasseurs australiens pour compléter la flotte de CF-18 d’ici à ce qu’on parvienne à une solution définitive. Ottawa a tenu à préciser que les avions australiens qu’il envisage d’acheter sont presque aussi vieux que les CF-18, mais ont beaucoup moins d’heures de vol.

Vers la fin d’août 2017, le Canada a entamé des discussions avec le gouvernement de l’Australie sur la possibilité d’acquérir les chasseurs F/A-18 et les pièces de rechange connexes que l’Australie prévoit de vendre.

Une mauvaise solution :

Cette solution de remplacement en attendant mieux n’est pourtant pas forcément une bonne idée. D’une part, il ne faut pas oublier qu’une possible revente des « Hornet » australiens ne pourra se faire qu’avec l’accord du Département d’Etat américain. De l’autre, il faut rappeler que l’US Navy va progressivement retirer ses « Hornet » à partir de 2023. De fait, Boeing ne livrera plus de mises à jour des logiciels à cette date. Un problème d’obsolescence va venir se poser rapidement pour ces avions en service. Les pays utilisateurs devront avoir trouvé un remplaçant d’ici 2030. Ce problème se pose déjà chez nous en Suisse et le Canada se retrouvera dans la même position inconfortable. Un tel choix ne fera que repousser l’inévitable : trouver un remplaçant aux Hornet !

hornet_stormy.jpg

Photos : 1 CF-18 canadien@ RCAF 2 F/A-18 B australiens @ RAAF

13/09/2017

Feu vert au Super Hornet pour le Canada !

 

boeing,fa-18 ef super hornet,super hornet block2,canada,rcaf,québec,viation du canada,aviation francophone,blog défense,aviation et défense,les nouvelles de l'aviation

Le Département d'État des États-Unis vient d’approuver une vente potentielle d’avions de combat Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » au Canada. La valeur totale estimée du contrat est de 5,23 milliards de dollars.

Rappel :

Cette approbation fait suite à une demande d’information du Canada en mars de cette année. Le standard concerné est le BlockII du « Super Hornet ». La confirmation du gouvernement Trudeau d’opter pour le « Super Hornet » lui permet de rassurer son électorat. En effet, lors de la campagne le futur premier Ministre avait marteler qu’il fera tout pour ne pas acheter le F-35. Pourtant, cette solution est-elle véritablement la bonne ? Visiblement les accords passés par l’ancien gouvernement Harper lient plus que jamais le pays (participations financières et industrielles) au programme F-35. Ne pouvant donc pas annuler la commande, le gouvernement actuel temporise avec cet achat, qui ne permettra pas de moderniser suffisamment la Royal Canadian Air Force.

Les États-Unis et le Canada pourraient conclure un accord officiel sur la flotte de « Super Hornet » au début de 2018. A noter que le différent sur le commerce angagé par Boeing contre Bombardier Commercial Aircraft pourrait ralentir sérieusement la conclusion du contrat. Dans ce cas le Canada pourrait être tenté d’acquérir une série de F/A-18 A/B d’occasions auprès de l’Australie. Cette option ne semble pas du goût de la Royal Canadian Air Force, qui à juste titre désire un avion moderne et ne veut pas faire du neuf avec du vieux.

L’offre américaine :

L’offre américaine comprend : 10 avions F/A-18E « Super Hornet » Block II et 8 avions F/A-18F « Super Hornet » BlockII. 8 moteurs de rechange F414-GE-400 et pièces détachées. 20 radars AN/APG-79 Active Scanned Array (AESA), 20 canon M61A2 20MM, 28 systèmes AN/ALR-67 (V) 3 de contre-mesures électronique, 15 nacelles AN/AAQ-33 « Sniper Advanced Targeting Pod », 20 système de radio tactique conjoint (MIDS-JTRS), 30 viseur de casque Boeing (JHMCS) ainsi que des lunettes de vision nocturne AN/AVS-9, 28 systèmes de contre-mesures intégrées AN/ALQ-214, 130) rails lanceurs de missiles guidés LAU-127 E, des systèmes de contre-mesures électroniques AN/ ALE-47, des radios tactiques AN/ARC-210 et IFF AN/APX-111.

Questions armement il est prévu 100 missiles air-air AIM-9X-2 Sidewinder Block II, 30 AIM-9X-2 Sidewinder Block II d'entraînement, 8 missiles d'entraînement spécial AIM-9X-2 Sidewinder Block II (NATM), 20 AIM-9X-2 Sidewinder Block II d'orientation tactique, 16 AIM-9X-2 Sidewinder Block II CATM. Le contrat prévoit également des systèmes complets de formation et de traitement de mission. Des missiles AMRAAM en nombre non précisé.

 

boeing,fa-18 ef super hornet,super hornet block2,canada,rcaf,québec,viation du canada,aviation francophone,blog défense,aviation et défense,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 Super Hornet @ Daniel Gorun 2 Super Hornet @ Chema Gomez

17/06/2017

Limitation des vols pour les CH-148 « Cyclone » canadiens !

299941452.jpg

La flotte d'hélicoptères canadiens Sikorsky CH-148 « Cyclone » se retrouve avec des restrictions de vol, après une mise à la terre de deux mois. Un problème de logiciel a été détecté avec les ordinateurs de contrôle de vol de l'hélicoptère.

C’est un nouveau coup dur avec ce nouveau problème qui vient péjorer le nouvel hélicoptère de sauvetage  l'Aviation Royale du Canada (RCAF. Une enquête menée par le fabricant a révélé que le problème du logiciel affecte tous les appareils de type « Cyclone ». Une mise à jour pour éliminer le problème sera en place avant le début des livraisons du Block II selon Sikorsky. Cependant, le contrat ne garantissait ce type de problème, le Canada pourrait donc devoir supporter les coûts de l’adaptation.

Le problème du logiciel entraînera un délai d'un mois pour la formation des équipage sur l’aéronef, mais la Force aérienne royale du Canada s'attend à ce que la capacité opérationnelle initiale pour le CH-148 demeure prévue pour avril 2018.

La 12ème Escadre de l'ARC basée à Shearwater en Nouvelle-Écosse a utilisé cinq hélicoptères pour la formation et l'évaluation opérationnelle, un des appareils a été retourné au fabricant pour la mise à jour au Block II. Sikorsky va modifier quatre autres CH-148 d’ici la fin de l’été. L'ARC s'attend à ce que Sikorsky rééquipe l’ensemble des « Cyclone » de la 12ème Escadre avec au standard Block II d'ici la fin de l'année 2017.

Le Sikorsky CH-148 «Cyclone» : 

Le Sikorsky CH-148 "Cyclone" (dérivé de la version civile S-92) est un hélicoptère de transport susceptible de remplacer les H-3 Sea King. Principalement utilisé pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 «Cyclone».

Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le «Sea King». Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Actuellement, près de 200 appareils volent dans le monde.

 

2102645281.jpg

Photos : 1 CH-148 « Cyclone » 2 Cockpit @ RCAF

 

 

13/06/2017

Les Eurofighter Saoudiens au complet !

 

141756937.jpg

 

BAe Systems et le Consortium Airbus DS ont complété les livraisons d’Eurofighter « Typhoon II » en Arabie Saoudite, avec l’arrivée du 72ème et dernier avions. Les derniers « Typhoon II » monoplaces n° 8023 et 8024 (séries britanniques ZK622 et ZK623 respectivement) ont quittés les installations de BAe pour rejoindre la Royal Saoudi Air Force (RSAF).

L'Arabie saoudite a commandé un total de 72 avions Eurofighter « Typhoon II » T2 en 2007. Le contrat est estimé à près de 41 milliards de dollars, ce fut l'un des plus importants contrats de passation de marchés jamais signés.

 

L’Eurofighter « Typhoon II » est un avion de combat polyvalent extrêmement agile, doté de capacités en réseau et conçu pour les opérations multi-rôle dans des scénarios complexes de combat air-air et air-sol. Il est capable d’effectuer des missions de combat supersonique au-delà de la portée visuelle, combat rapproché subsonique, interdiction aérienne, destruction de défense antiaérienne et attaque maritime et littorale. L’Eurofighter est le couronnement de la coopération technologique britannique, allemande, italienne et espagnole en termes d’avionique, aérodynamique, matériaux, techniques de production et motorisation. En janvier 2013, plus de 350 aéronefs avaient déjà été livrés. La tranche T3A va débuter prochainement.

Les Airbus DS Eurofighter T3 Block15 vont disposer des nombreuses nouvelles améliorations en comparaison des versions et standards antérieurs. L’Eurofighter T3 Block15 disposera du capteur IRST de série, il permettra la mise en oeuvre du missile air-air très longue portée « Meteor » de MBDA, le Koweït compte utiliser la nacelle de désignation "Sniper", ainsi que les missiles antichars MBDA « Brimstones II » et des bombes à guidage laser GBU-12. Par ailleurs, la Force aérienne koweitienne a opté pour le missile air-air courte portée Diehl BGT Iris-T. En matière de radar, les Thyphoon koweïtiens seront les premiers à l’exportation à recevoir le nouveau radar de type AESA antenne à balayage électronique CAPTOR-E de Selex-ES.

 

eurofighter-20140220.jpg

Photos : Eurofighter T2 de la RSAF @ Airbus DS