28/03/2019

Un nouveau radar pour l’U-2 !

 

 

1BA54631-0F12-4BA7-B5FE-F3C0C4EB11D7.jpeg

L’équipementier Raytheon a signé un contrat de 320 millions de dollars avec l’US Air Force pour développer le nouveau radar destiné à l’avion de reconnaissance U-2.

Sous la dénomination ASARS-2B, le nouveau radar aura une portée doublée double la portée par rapport à son prédécesseur, le système ASARS-2A, tout en conservant la même résolution de cartographie et d'imagerie. Le nouveau radar a terminé les essais en vol depuis la base aérienne d’Edwards en Californie au début de 2019.

L’ASARS-2B est un radar à longue portée qui fournit aux opérateurs des données de renseignement, de surveillance et de reconnaissance sur des cibles fixes ou mobiles. Un tel radar est capable de fonctionner par tous les temps, ainsi que le jour ou la nuit, contrairement aux caméras espion optiques classiques.

Raytheon n’a pas révélé la portée ni la résolution de ses radiations à synthèse d’ouverture avancée.

Le Lockheed-Martin U-2 :

Le Lockheed U-2 est un avion de reconnaissance à haute altitude qui fut utilisé intensivement durant la Guerre Froide pour observer les territoires de l’ex-URSS. La caractéristique principale de l'U-2 est sa capacité à voler à haute altitude (70 000 pieds, soit environ 21 000 mètres, deux fois plus haut que les avions de ligne) pour être hors de portée des défenses anti-aériennes. Il dispose d'un important rayon d'action, mais d'une vitesse relativement limitée.

Techniquement, l'U-2 pourrait être considéré comme un "planeur propulsé" en raison de ses énormes ailes qu'on retrouve sur les planeurs. L'atterrissage et le décollage de cet avion étaient très délicats : en effet, le Lockheed U-2 dispose d'un train avant et d'un train arrière en tandem (à l'inverse des autres avions qui ont deux trains arrières et un train avant), auxquels sont rajoutées des roulettes de stabilisation aux extrémités des deux ailes. Ces roulettes tombent au décollage, allégeant l'avion, mais rendant l'atterrissage d'autant plus difficile et impose que du personnel au sol intervienne à chaque atterrissage.

Les premiers vols d'espionnage du Lockheed U-2 ont lieu en 1956. Testé depuis la Zone 51. Le premier objectif était de repérer et de photographier les sites de missiles stratégiques intercontinentaux dans le cadre des programmes de reconnaissance aérienne.

 

A220D242-D5FE-4473-8833-E33E96C13E18.jpeg

16/12/2017

Tir de Sidewinder réussi depuis un M-346 !

23458.jpg

Leonardo a poursuivi les travaux de développement sur la variante d'attaque de son entraîneur M-346FT, effectuant un tir d'essai réussi d'un missile air-air Raytheon AIM-9L Sidewinder.

Ce premier tir d’un missile courte-portée Raytheon AIM-9L « Sidewinder » a été réalisé sur le champs de tir italien de Salto del Quirra au large des côtes de la Sardaigne. Ce tir valide la séparation de la munition de l'avion. Tiré d'un pylône sous les ailes, le missile a été largué à une altitude de 5’000 pieds et à une vitesse de Mach de 0,8.

La dernière série de tests s'ajoute aux efforts de qualification précédents pour d'autres armes, telles que des bombes guidées sur le M-346.

Le M-346FT :

La variante combat-formateur M-346FT est le résultat d’un développement d’une durée d'environ 24 mois de l’avionneur italien. Les principales différences dans la nouvelle variante sont les armes et un équipement de liaison de données et de contre-mesures électroniques tactique.

Cette nouvelle variante du M-346 doit permettre aux utilisateurs actuels de pouvoir grâce à l’armement de bord préparer les pilotes à l’attaque au sol avec des moyens modernes. Mais cette nouvelle version peut aussi venir concurrencer les actuels Embraer EMB-312 « Super Tucano » et Beechraft AT-6 notamment sur les marchés de la contre-insurrection et de l’anti-guerilla. La nouvelle plate-forme offre un potentiel de croissance en termes de capteurs et d'autres armes, selon l’avionneur. La nouvelle version M-346FT devrait voler cette année et sera certifié en 2018.

yourfile.jpg

Photos : 1 M-346FT avec deux AIM-9L Sidewinder et bombes guidées @ Evgeny Nikolov 2 Tir d’un AIM-9L Sidewinder@ Leonardo

26/06/2017

Tir laser depuis un Apache !

DDP78lzXoAAZhyS.jpg-large.jpeg

Un laser à haute énergie monté sur un hélicoptère d'attaque Boeing AH-64 « Apache » a acquis et atteint une cible sans pilote. Le test a été mené par l’équipementier Raytheon et le Bureau de gestion du programme « Apache » de l'armée américaine en collaboration avec le Commandement des opérations spéciales des États-Unis à White Sands Missile Range, au Nouveau-Mexique.

C’est la première fois qu'un système laser entièrement intégré a tiré avec succès sur un drone cible depuis un hélicoptère. L’Apache a volé avec différentes variétés de régimes de vol, d'altitudes et de vitesses d'air, ce qui prouve la faisabilité d'une attaque par laser depuis un AH-4 « Apache ».

Pour le test, Raytheon a couplé un système de ciblage multi-spectral, un capteur infrarouge avancé, électro-optique, avec un laser. Le système et la fusion des données a fourni des informations sur le ciblage, la conscience de la situation et le contrôle du faisceau. Le système a suivi et a dirigé de l'énergie sur une cible stationnaire à une distance de 1,4 kilomètres.

Les données recueillies à partir du test, y compris l'impact des vibrations, de la poussière et du des vibration du rotor, aideront à façonner les futurs systèmes laser à haute énergie de demain.

 

high_energy_laser_lead_img.jpg

Photos : 1 L’Apache avec la nacelle laser 2 Image de synthèse du tir @ Raytheon

22/02/2015

Le F-15E tir la SDB II GBU-39 !

f15esdbIItest1021.jpg

 

L'US Air Force et Raytheon ont mené avec succès des essais en vol et de tirs direct de la bombe de petit diamètre SDB II (GBU-39) de précision guidée à bord d’un Boeing F-15E « Strike Eagle ».

 

Deux essais réussis de tir contre des cibles mobiles ont eu lieu en septembre 2014 et une au début du mois de février, sur les installations de  White Sands Missile Test Range au Nouveau-Mexique. Ces deux séries de tirs qualifie l'arme pour l'US Air Force. La prochaine étape sera de produite l’arme à faible taux de production initial (CRTR).

L'arme devrait ensuite continuer de subir des tests de tirs réels dans les prochains mois.

 

 

Le F-15E déploie la SDB II GBU-39 sur un chariot porteur BRU-61. Ce système permet l’emport de quatre bombe. La SDB II intègre un chercheur tri-mode, comprenant un radar à ondes millimétriques et un capteur infrarouge et laser. Ceci, en plus du GPS et des éléments de navigation inertielle. La bombe guidée GBU-39 a un écart circulaire probable de seulement 5-8 mètres, ce qui veut dire qu'elle a une probabilité de 50 % d'impacts à l'intérieur d'un cercle de rayon 5-8 mètres. Cette précision devrait réduire les dommages collatéraux selon Raytheon.

La précision peut être améliorée par une actualisation des données de GPS différentiel préalable à son larguage. Ces données GPS sont calculées en utilisant une infrastructure support de précision, constituée d'au moins trois récepteurs GPS fixes (au sol) transmettant des coordonnées calculées, à une station de coordination au centre opérationnel aérien. Les corrections sont alors transmises par Liaison 16 à l'avion porteur de la GBU-39 qui modifie le paramétrage de la bombe.

La charge explosive de la bombe GBU-39 est constituée de 17 kg d'explosifs brisant AFX-757. Du fait de son profil, elle a cependant la même capacité de pénétration que la bombe BLU-109 de 800 kg. Au cours des essais, la GBU-39 a réussi à perforer plus de 2,4 mètres de béton armé.

Elle dispose également de deux ailes en forme de losange ou de "diamant" qui se déploient après largage, lui permettant de planer et augmentant son rayon d'action atteignant jusqu'à 110 km.

 

L’US Air Force désire doté le F-15E « Strike Eagle » de la SDB II GBU-39 en 2017, puis les autres aéronefs d’ici 2020 comme le F-16, le F-35 et le B-52.

 

 

yourfile.jpg

 

Photos : 1 F-15E avec chariots porteur de SDB II 2 SDB II sur un F-15 @ USAF

09/07/2013

Nouveau brouilleur pour les EA-18G « Growler » !

EA-18G_Growler.jpg

 

 

Raytheon a été sélectionné pour développer la nouvelle génération de brouilleur tactique qui équiperont les Boeing EA-18G « Growler » de la marine américaine.

 

Actuellement la marine américaine utilise les nacelles AN/ALQ-99 sur les EA-18G. Ces mêmes nacelles de brouillage équipaient à l’époque les EF-111A « Raven » ainsi que les derniers EA-6B « Prowler » encore en service.

 

L’équipementier Raytheon a obtenu un contrat  d’une valeur de 279,4 millions de dollars pour la phase de développement du nouveau brouilleur « New Generation Jammer » (NGJ). Le système complet sera testé en vol sur un EA-18G d’ici 54 mois selon le calendrier  initial du projet.

 

 Le NGJ est prévu pour être opérationnel en 2020, en fournissant une agilité accrue de brouillage et de précision et de capacité à large bande pour une plus grande couverture de la menace.

 

 

an-alq-99-jamitf1.gif


Photos : 1 Boeing EA-18G « Growler » avec l’actuel brouilleur ALQ-99 US Navy 2 Pod AN/ALQ-99 @ Rayhteon