09/12/2018

Second KC-46A pour le Japon !

18BFT000098_003_By John D. Parker_high-res.jpg

La Japon a passé commande pour un second avion ravitailleur Boeing KC-46A « Pagasus ». Les travaux seront effectués à Seattle et devraient être terminés d'ici le 30 juin 2021. La valeur nominale totale du contrat est de 449 375 855 de dollars. La passation de marché est assurée par le centre de gestion du cycle de vie de la Force aérienne, base aérienne Wright-Patterson, dans l'Ohio.

Cette décision fait suite à l’achat du Japon d’un premier appareil en décembre 2017. Le Japon a choisi le ravitailleur KC-46 de Boeing suite à son concours KC-X en octobre 2015. Le KC-46 sera ajouté à la flotte actuelle de quatre KC-767J. Selon Boeing, KC-46 est particulièrement intéressant pour le Japon, car il sera capable de ravitaillement l’ensemble de la flotte aérienne japonaise  d'autodéfense ainsi que les nouveaux  Bell-Boeing MV-22 « Osprey ».

Par ailleurs :

Le KC-46A « Pegasus » de Boeing a franchi une étape importante en vue de sa capacité opérationnelle initiale avec l’achèvement de la certification de récepteur de phase II, au cours de laquelle un certain nombre de types de récepteurs américains ont été testés. Cependant, la première livraison à l’armée de l’air américaine, prévue pour octobre, n’a pas été effectuée en raison des retards dans l’obtention de la certification FAA, qui a été accordée en septembre à la suite du respect des exigences en matière de test en vol en juillet. L’homologation de type militaire n’a pas encore été délivrée, mais est prévue très prochainement. Boeing prévoit maintenant de remettre le premier avion avant la fin décembre.

Les essais de récepteurs de phase II ont commencé en avril et ont commencé avec le F-16. Par la suite, des tests ont été effectués avec les modèles KC-135, C-17, A-10, KC-46, B-52 et F / A-18. La deuxième phase s'est terminée par trois mois d'essais à la base aérienne Edwards avec le Boeing F-15E.

 

Photo : KC-46A ravitaillant un F-15 lors de la Phase II @ Boeing

01/07/2018

Le Portugal sur le point de signer pour le KC-390 !

1361423495.jpg

Embraer est sur le point de conclure un accord avec le Portugal confirmant le pays comme premier client à l'exportation pour l’avion de transport et de ravitaillement KC-390. 

"Nous discutons avec le gouvernement du contrat final", a déclaré le directeur général de l'avionneur brésilien, Paulo Cesar Silva, lors d'une conférence de presse organisée à Lisbonne le 26 juin dernier.

Les négociations entre l’avionneur brésilien Embraer et le Portugal ont débuté, il y a un an sur un total à l’époque de cinq KC-390, avec une option pour un sixième, avec des livraisons à partir de 2021.

Au-delà des États-Unis, Embraer a sa plus grande présence industrielle à l'étranger au Portugal, avec plusieurs partie du KC-390 construites dans sa filiale Ogma,  un fabricant de pièces d'avion et un spécialiste militaire de maintenance, de réparation et de révision à Lisbonne. Embraer a également établi une usine d'aérostructures, principalement pour ses jets d'affaires, à Evora.

Au Brésil :

Embraer est sur le point de livrer le premier avion de série, soit le troisième KC-390 à être construit à la 11e escadre de l'armée de l'air brésilienne à Rio de Janeiro d'ici la fin de l'année. Le Brésil s'est engagé à mettre en place une flotte de 28 appareils.

Accident sans trop de conséquences :

Le 5 mai dernier un KC-390 a effectué une sortie de piste sur l’aéroport de Gavião Peixoto (situé à 300 km au Nord Ouest de São Paulo). L’avion de transport militaire brésilien était en train d’effectuer un essai au sol. L’avion d’essai ne s’est pas arrêté et a terminé sa course dans l’herbe à plus de 250m du bitume. Il n’y a aucun blessé à déplorer mais le KC-390 a subi d’importants dommages notamment au niveau de ses trains d’atterrissage et sur une partie du fuselage.  Les essais ont repris depuis et il ne devrait pas y avoir de grosse contrainte sur le programme. On attend cependant, les résultats finaux de l’enquête.

L’Embraer KC-390 :

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute, avec un système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'autoprotection. Les pilotes disposeront de commandes «fly-by-wire» avec système de contrôle de vol et des fonctions optimisées, qui assureront d’excellentes performances avec un équipage réduit. L’équipage disposera de quatre grands écrans reconfigurables et de deux manches latéraux, le KC-390 permettra des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

L’avion aura une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion pourra être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions spécifiques, comme l’écoute électronique par exemple. Le KC-390 est motorisé par deux IAE V2500-A5.

3428484671.jpg

 

Photos : 1KC-390 @ Alain Chelsi  2Le cockpit @ Embraer

22/12/2017

Première certification pour le KC-46A!

KC-46EMD1withBoomC_high-res.jpg

La Federal Aviation Administration (FAA) a accordé au ravitailleur Boeing KC-46A « Pegasus » sa certification (ATC) civile. Il s’agit là d’une première étape importante avant la de recevoir la certification militaire.

Cette certification concerne le B767-2C, et permet de confirmer que la conception fondamentale du ravitailleur KC-46 est sûr et fiable. Le B767-2C est une version modifiée du B767 commercial avec une structure, un câblage modifié. 

Pour recevoir la certification, l'équipe de Boeing, qui comprenait des avions commerciaux et de la défense, le personnel Espace & Sécurité, a réalisé une série d'analyses en laboratoire, au sol et des essais en vol qui mettaitent l'accent sur les capacités fondamentales de l'avion, y compris l'avionique, le vol automatique et l'environnement systèmes, ainsi que son nouveau système de carburant. Les données résultantes validées attestent que tous les systèmes fonctionnent comme prévu. 

L'ATC est l'un des deux certifications de navigabilité de la FAA requise pour le programme KC-46. Une équipe composée d’ingénieurs de Boeing, de spécialistes de l’Air Force travaille au sur le second certificat de type supplémentaire (STC), qui englobe les systèmes militaires qui sont installés sur le B767-2C pour en faire avion ravitailleur. 

Photo : KC-46A @ Boeing

 

03/12/2017

12ème A400M pour l’Armée de l’air !

DP-XlHJWkAEm6J8.jpg

Ce vendredi 1er décembre 2017, l'Armée de l'Air française a réceptionné son douzième avions de transport lourd multirôle A400M « Atlas » n°MSN62. L’avion a rejoint base aérienne 123 d'Orléans-Bricy en fin de journée au sein de l'Escadron de Transport 1/61 «Touraine». Cet nouvel appareil dispose pour la première fois de capacités de ravitaillement en vol.

Ce nouvel A400M dispose des capacités tactiques et logistiques de ses prédécesseurs, mais est le premier à être équipé de deux pods permettant de ravitailler en vol des avions de combat. Les autres avions de la flotte seront progressivement dotés de cette capacité, lors de campagnes de rétrofit. A ce stade, alors qu'il était prévu dès le départ pour, l'A400M n'a toujours pas la possibilité de ravitailler en vol des hélicoptères, comme le H225M Caracal.

L’A400M « Atlas» :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne (la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, le Portugal et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés  dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). Cependant, l’A400M ne peut servir pour l’instant que de plateforme de transport aérien, le ravitaillement en vol n’étant, pour l’instant pas validé pour les hélicoptères et pose plusieurs problèmes. Seuil le ravitaillemnt pour avions de combat est validé. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années. Offrant deux fois plus de performances et de capacités d’emport que les avions actuels qu’il remplacera.

DP-suaPWkAApNG0.jpg

Photos : Le 12ème A400M de l’Armée de l’air@ Airbus DS

 

 

11/10/2017

Lorsqu’un KC-46A ravitaille un autre KC-46A !

KC-46A-med-res.jpg

Boeing en collabotation avec une équipe de l’US Air Force ont ravitaillé un avion citerne KC-46A avec l’aide d’un second KC-46A pour la première fois. 

Pendant le vol de quatre heures, les deux avions se sont ravitaillés avec succès. L’un des deux KC-46A a atteint le taux de déchargement de carburant maximum de 1’200 gallons par minute. Au total se sont pas moins de 38.100 livres de carburant qui ont été délivré au cours du vol. Les deux avions ont décollé et atterri à Boeing Field, au sud de Seattle. Ce vol d'étape aide à préparer le terrain pour les prochaines phases de tests de conformité et de certification et les spécifications. 

À ce jour, les avions d'essai du programme ont complété 2’000 heures de vol et plus de 1’300 contacts pendant le ravitaillement des vols avec des F-16, F/A-18, AV-8B, C-17, A-10 et des avions de type KC-10. 

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

Le KC-46A Pegasus «New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

4009250882.jpg

Photos : 1 KC-46A ravitaillé par un autre KC-46A 2 KC-46A @ Boeing