03/05/2022

La Royal Air Force prépare l’achat F-35 supplémentaires !

56349190_10157273268354885_7086646968398643200_n.jpg

Le Royaume-Uni est en négociation avec  Lockheed Martin pour acheter une autre tranche de F-35B. Ce deuxième lot sera composé de 26 appareils, en plus des 48 déjà sous contrat.

S'exprimant lors d'une session du Comité spécial de la défense, le maréchal de l'Air Richard Knighton, sous-chef d'état-major de la Défense, a précisé le chiffre exact pour la première fois en public. La tranche initiale de 48 avions déjà commandés sera livrée d'ici 2025 et Knighton a déclaré que le ministère de la Défense avait désormais le financement en place pour l'achat de 26 autres avions, y compris les frais de soutien et de personnel. Cela portera la flotte britannique à un total de 74 avions.

Lors des négociations avec Lockheed Martin et le JPO, le secrétaire à la Défense a déclaré que l'entrepreneur doit démontrer des réductions des coûts de soutien et appliquer plus d'urgence à l'intégration des armes au Royaume-Uni. Les travaux sur l'intégration de Meteor BVRAAM et SPEAR-3 ont commencé, mais il n'y a pas de date définitive pour leur entrée en service qui dépend en grande partie de la rapidité avec laquelle Lockheed Martin peut livrer la mise à jour logicielle du Block 4 pour l'avion. Le coût d'un F-35B est maintenant d'environ 85 millions de livres sterling, de sorte que le ministère de la Défense dispose d'un effet de levier considérable lors de la négociation d'un accord potentiel de 2,2 milliards de livres sterling. On ne sait pas quand le Royaume-Uni peut s'attendre à la livraison de ce deuxième lot, mais devra réserver des avions à partir des séries de production qui sont divisées en « lots ». L'objectif de LM est de construire 156 jets par an pour les clients du monde entier, mais récemment, les problèmes de COVID, d'inflation et de chaîne d'approvisionnement ont compliqué les négociations pour les lots 15-17 et le prix pourrait commencer à augmenter, inversant la tendance à la baisse à mesure que la production s'est accélérée.

Une troisième tranche

Le maréchal de l'Air Richard Knighton a noté que : «la décision concernant un achat supplémentaire au-delà des 74 appareils sera prise au milieu de la décennie ». « Il est parfaitement plausible que nous ayons une flotte de 138 F-35 comme nous l'avons décrit au début des années 2000. ».  

La RAF prévoit désormais d'avoir 3 escadrons de F-35B de première ligne (le quatrième fera partie de la 3 ème tranche potentielle). Chacun aura une force de 12 à 16 appareils.

Changement de vision

Cette annonce tranche complètement avec celle faite en mars 2021, lorsque Londres  indiquait que le pays ne pouvait pas se permettre d’acheter plus de 48 F-35B. Les commandes devaient même s’arrêter en 2025. Plusieurs éléments ont fait changer la vision de Londres. La Guerre en Ukraine et le besoin de moderniser très vite en est un élément important. De l’autre, les capacités du F-35 qui surpassent celles de l’Eurofighter montrent également que la RAF doit impérativement renforcer sa capacité tous azimut avec l’avion qui représente le mieux ce que sera l’aviation de combat des 30 prochaines années. Le budget militaire va lui aussi augmenté pour répondre à la modernisation des forces. Et dernier point, le futur Tempest ne sera pas opérationnel avant 2045 - 2050, la RAF ne peut tout simplement pas attendre.

La variante F-35B 

La variante du F-35B STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing, ou décollage court et atterrissage vertical) cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage, à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes (- 24,22 % par rapport à la version F-35A). Cette variante du F-35 est celle qui est livrée à l'US Marines Corps et la Royal Air Force.

56502773_10157273267569885_3565498758978338816_n.jpg

Photos : F-35B britannique @ RAF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16/03/2022

La RAF se dote de deux Falcon 900LX

02. Falcon_900LX.jpg

La Royal Air Force (RAF) va se doter de deux avions d'affaires Dassault Falcon 900LX en vue d’assurer le transport VIP de hauts responsables de la défense et du gouvernement. En raison de leur mise en service cet été, ils remplaceront une flotte de quatre avions BAe 146, améliorant ainsi la capacité d'autonomie et réduisant considérablement les dépenses d'exploitation, la consommation de carburant et les émissions.

Les avions sont acquis directement par la société de gestion et de services d'avions Centerline AV Limited de Bristol, au Royaume-Uni, qui exploitera et soutiendra les unités 900LX pour le compte du ministère de la Défense (MoD). Centerline exploitera initialement l'avion avec des équipages mixtes civils et RAF. Les 900LX remplaceront le très apprécié BAe146 dans ce que le ministère de la Défense britannique appelle le « transport aérien de soutien au commandement » - transportant des hauts responsables de la défense et du gouvernement et parfois des membres de la famille royale. L'avion a été acquis dans le cadre d'un appel d'offres ouvert contre divers autres modèles d'avions d'affaires. Un porte-parole de la Royal Air Force a qualifié l'avion de "moderne et efficace".


Le 900LX est connu pour sa construction robuste, sa fiabilité, sa maniabilité supérieure et son excellente capacité de champ court. Sa configuration trijet classique est appréciée par de nombreux opérateurs pour sa capacité à permettre des routages plus directs au-dessus de l'eau avec une marge de sécurité supplémentaire. « Dassault Aviation est honoré d'avoir été sélectionné pour fournir ces deux Falcon 900LX à Centerline pour une utilisation par le ministère britannique de la Défense, et nous sommes impatients de renforcer cette relation au cours des prochaines années », a déclaré Eric Trappier, président-directeur général de Dassault Aviation. "Avec plus de 550 avions vendus à ce jour, les avions de la série 900 ont fait leurs preuves et se voient confier des missions critiques dans le monde entier par des gouvernements et des entreprises de premier plan."


Le Falcon 900LX 

3626280773.jpg

Le Falcon 900LX, dont la vaste cabine est basée sur celle du Falcon 900EX, offre des performances techniques et économiques supérieures. Il consomme 35 à 40 % de carburant en moins que les autres avions de sa catégorie, grâce à des structures allégées ultramodernes, une voilure extrêmement efficace et des ailettes marginales « Blended Winglets ». A pleine charge au décollage, le Falcon 900LX est capable de monter au niveau de vol FL390 (39 000 ft / 11 900 m) en seulement 20 minutes. Le nouveau Falcon 900LX offre le même niveau d’espace et de silence que la cabine du 900EX, tout en pouvant relier des paires de villes plus distantes. Le 900LX pourra ainsi assurer des trajets comme New York-Moscou, Paris-Pékin et Mumbai-Londres. Le Falcon 900LX est livré en série équipé du poste de pilotage EASy qui a été conçu pour alléger la charge de travail des pilotes et améliorer leur coordination par une « conscience situationnelle » accrue dans le poste de pilotage. Aujourd’hui, près de 400 avions équipés du cockpit EASy sont en service à travers le monde.

Le Falcon 900LX est équipé de trois réacteurs Honeywell TFE731-60, qui délivrent chacun une poussée de 5000 lb (ISA + 17 °C), contribuant ainsi aux faibles niveaux record de consommation carburant et de coût d’exploitation. Les réacteurs Honeywell TFE731-6.

Photos : 1 Falcon 900LX 2 Cockpit @ Dassault Aviation

 

20/01/2022

E-3D d’occasions pour le Chili !

AEW.1.jpeg

Londres a trouvé un repreneur pour une partie de ses vieux avions d’alerte et de contrôle aéroportés Boeing E-3D « Sentry ». Au sein de la RAF, l’avion vient d’être remplacé les Boeing AEW&C E-7A « Wedgetail ».

En effet, c’est l’armée de l'air chilienne (FACh) qui a acheté3 Boeing E-3D « Sentry » Mk 1 (AEW1) à la Royal Air Force (RAF) pour un montant non divulgué.

Un des appareils sera utilisé pour les pièces de rechange alors que les deux autres remplaceront l'unique Boeing 707-385C, IAI « Phalcon » de la FACh qui a été modifié en Israël pour les missions AEW, en Israël et Cóndor au Chili.

La RAF a retiré le dernier de ses E-3D en 2021, lorsque la FACh a entamé des négociations pour en acheter trois. Des équipages et des techniciens ont été envoyés au Royaume-Uni à fin 2021 pour débuter une  formation sur le fonctionnement de l’avion. Le transfert des 3 E-3D devrait s’effectuer cette année.  

La variante « E-3D » MK1 en service au sein de la RAF comprenait des moteurs CFM56 et quelques modifications typiquement anglaises, par exemple l'ajout d'une sonde de ravitaillement à côté du réceptacle AAR de la flèche existante, des pods ESM de bout d'aile, une capacité de surveillance maritime améliorée offrant un « traitement par balayage maritime » ainsi que des radios JTIDS et Havequick 2. L’avion avait été baptisé AEW.1 « Sentry » au sein de la RAF.  

Retrait de l’IAI Phalcon au Chili  

14152675343_b112da1776_b.jpg

Avec l’arrivée prochaine des E-3D d’occasions, le Chili prépare le retrait de son unique IAI « Phalcon » entré en service en 1994. Basé sur une cellule de Boeing B707, le « Phalcon » offre une capacité suffisante pour l'équipement et l'équipage. Une configuration typique comprend jusqu'à 11 consoles opérateur. Doté d’un radar avec des antennes réseau conformes en phase pour une couverture simultanée et une mise au point instantanée sur des cibles sélectionnées. Le radar avancé PHALCON peut fournir une couverture jusqu'à 360 degrés. Le système permettait également

l'écoute des transmissions aéroportées, terrestres et embarquées. Le CSM/COMINT du PHALCON reçoit en UHF, VHF et HF, recherchant rapidement les signaux de communications aéroportés, embarqués ou terrestres d'intérêt. Des réseaux radio sélectionnés peuvent être surveillés pour l'activité du signal. Une capacité DF localise des cibles. Les signaux détectés peuvent être affectés instantanément à des récepteurs de surveillance. Le système faisait largement appel aux ordinateurs pour réduire la charge des opérateurs.

Photos : 1 E-3D MK1 @ Philippo Martinix 2 IAI Phalcon @ FaCH

11/01/2022

Les P-8A britanniques au complet !

FI1Eu70XIAk-8cn.jpeg

La Royal Air Force a réceptionné le dernier de ses neuf avions de patrouille maritime Boeing P-8A « Poseidon » MRA MK1, le biréacteur ayant atterri sur sa base aérienne de Lossiemouth en Écosse le 11 janvier.

Rappel

Le retrait des derniers BAe Nimrod MR2 a eu lieu en 2010, ceux-ci devaient être remplacés par un nouveau standard, le Nimrod MRA4. Le Nimrod MRA4 (MRA pour Maritime Reconnaissance and Attack, devait avoir une capacité de tir de missiles de croisières, une nouvelle motorisation et devaient être produits à partir des cellules des anciens MR2. Le programme prévoyait initialement l'achat de 18 avions, ramené ensuite à 12, puis finalement 9. BAe Systems a dû en cours de programme demander l'assistance de Boeing, l'intégration du système d'arme s'étant révélé beaucoup plus complexe que prévu. Le premier vol a lieu en 2004.De nombreux retards et augmentation des coûts ont fini par faire exploser le budget initial. Avec l’arrivée au pouvoir de David Cameron et dans le cadre d'une politique de réduction des déficits publics, le projet fut finalement abandonné en 2010.

Finalement et sans surprise, Londres a opté en 2015 pour le P-8A de Boeing via un plan d’investissement présenté par le Premier ministre David Cameron.

E8GU8RRWUAA1YMf.jpeg

Le P-8A « Poseidon »

Le P-8A « Poseidon » est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration les autres aéronefs. 

Eezyyv8XgAE3GpE.jpeg

Photos : 1 & 3 P-8A MRA MK1 de la RAF 2 largage de torpille @ RAF

15/11/2021

Les Forces aériennes débutent l’exercice YORKNITE 21 !

image.jpg

Du 15 novembre au 10 décembre 2021, des membres des Forces aériennes suisses s’entraîneront avec un maximum de neuf avions de combat F/A-18 « Hornet » et trois hélicoptères Cougar sur la base de la Royal Air Force de Leeming (GB). Cet exercice dans le Nord de l’Angleterre, baptisé YORKNITE, est un élément central de l’entraînement au vol de nuit des Forces aériennes (FA). Ces dernières y accomplissent ainsi environ la moitié de leur quota annuel d’entraînement sur avions à réaction dans ce domaine. Les hélicoptères des FA suisses participeront pour la première fois à YORKNITE. La situation épidémiologique complique cependant l’organisation de l’exercice. Un concept de protection approuvé par les deux parties, qui pose notamment comme condition que le personnel participant soit complètement vacciné, garantit une protection optimale contre les risques d’infection.

Le module d’instruction dispensé dans le cadre de YORKNITE vise à assurer l’instruction de base au vol de nuit pour les pilotes de F/A 18 (service de police aérienne nocturne) ainsi que l’approfondissement et la consolidation des tactiques d’engagement nocturne de la guerre aérienne. Les pilotes d’hélicoptères acquerront ou approfondiront leurs compétences dans les domaines du vol tactique à basse altitude, de jour comme de nuit, associé à l’utilisation de systèmes de la guerre électronique. Les conflits des dernières décennies ont montré que les engagements menés pour des raisons tactiques le sont de plus en plus dans l’obscurité et dans le champ d’action des systèmes de la guerre électronique et des moyens de défense aérienne.

image.png

Au total, deux relèves composées de quelque 55 pilotes et 120 membres du personnel au sol se rendront en Grande-Bretagne. La base de la Royal Air Force de Leeming, dans le North Yorkshire offre aux FA suisses un cadre idéal pour s’entraîner. Les vastes secteurs d’entraînement, situés à une distance avantageuse de la base en mer du Nord et dans des régions peu peuplées du nord de l’Angleterre, permettent de s’entraîner efficacement à tous les types d’engagements tactiques, y compris au vol supersonique.


En raison de diverses limitations s’appliquant en Suisse, les FA ne peuvent pas atteindre aux mêmes standards que d’autres pays dans les domaines du vol de nuit et à basse altitude. De nombreux facteurs restreignent ces types d’entraînements en Suisse : des secteurs d’engagement exigus et peu nombreux, une altitude et une vitesse de vol limitées (entraînement au vol supersonique presque inexistant), des horaires restreints pour le service de vol, une disponibilité limitée des systèmes au sol dans les domaines de la guerre électronique et des scénarios de menace par des systèmes de défense contre avions, des restrictions concernant le nombre de mouvements de vol sur les bases aériennes, une densité élevée du trafic dans l’espace aérien suisse et une densité de peuplement également élevée, obligeant à une certaine retenue eu égard aux nuisances sonores. Ainsi, les pilotes suisses ne peuvent consacrer au vol de nuit et à basse altitude qu’environ la moitié des heures de vol que leurs homologues européens consacrent.

La santé en priorité

La santé et la protection du personnel des FA et de leurs hôtes sont prioritaires. Aussi, pendant YORKNITE, un concept de protection approuvé par l’Armée suisse et le ministère de la défense britannique, incluant également toutes les prescriptions de l’Office fédéral de la santé publique et du ministère de la santé britannique, sera appliqué de manière systématique. Tous les participants doivent avoir déjà reçu les deux doses de vaccin et se soumettre à un test PCR avant leur départ et pendant l’exercice.

Un accord entre le Royaume-Uni et la Suisse constitue le cadre légal de l’exercice YORKNITE. (Sources et photos DDPS).

image-1.jpg