11/12/2018

Le Meteor opérationnel sur les Eurofighter !

Meteor2_copy.jpg

 

La Royal Air Force a annoncé que le missile air-air MBDA « Meteor » était opérationnel à bord des avions de combat Airbus DS  Eurofighter  « Typhoon II » de la Royal Air Force (UK Air Force), a annoncé le 10 décembre le ministère de la Défense.

Selon le ministère de la Défense, pour la première fois, des Eurofighter  armés de missiles « Meteor » été engagé depuis la base aérienne de Lossiemouth en Écosse (QRA North) pour intercepter un aéronef non identifié qui s'approchait de la frontière britannique.

 

Rappel :

C’est en juillet dernier, que la RAF a mis en service le premier de ses » Typhoon »  modernisé à l’aide du programme «  Centurion », qui permet l’emport du nouveau missile Meteor. La configuration du projet Centurion est destinée à combiner la bombe à guidage de précision Raytheon Paveway IV déjà livrée avec le «  Meteor », le missile de croisière « Storm Shadow » et le missile « Brimstone ». Au total, 107 Eurofighter des Tranches 2 et 3 seront équipés selon la norme du Project Centurion, contrairement aux 24 Typhons de la Tranche 1 qui ne peuvent être modernisés.

Le MBDA Meteor :

Avec une vitesse supérieure à Mach 4 et une autonomie supérieure à 100 km (chiffre réel non divulgué), le « Meteor » apporte un changement radical dans les capacités de combat air-air. Alors que les missiles de type similaire ont une phase d’accélération relativement courte après leur lancement, le statoréacteur de « Meteor »  propulse celui-ci  jusqu’au point d’impact. Cela réduit les chances de l'avion adverse d’échapper au missile.

Après la Suède qui a été le premier pays à mettre en œuvre le « Meteor » sur le Gripen C/D de manière opérationnelle, la RAF et l’Eurofighter seront bientôt suivi des Rafale au standard F-3R l’année prochaine au sein de l’Armée de l’air.

Les partenaires du programme « Meteor » incluent la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Suède et le Royaume-Uni.

 

images.jpeg

Photo :Eurofighter doté du Meteor @ RAF

06/12/2018

Les T-6C de la RAF au complet !

37494943052_2ba833e811_b.jpg

Une étape clé dans le programme britannique de formation au pilotage militaire (MFTS) a été franchie le 3 décembre dernier, avec l’arrivée du dernier des 38 Beechraft T-6C acquis par l’entreprise commune Elbit Systems UK / KBR, Affinity Flying Training Services. Le Beechcraft T-6C turbopropulseurs remplace les Embraer Tucano T1 de la Royal Air sur la base de Anglesey, au nord du Pays de Galles.

Géré pour le ministère de la Défense du Royaume-Uni par Ascent Flight Training, joint-venture Babcock / Lockheed Martin, le cadre  du MFTS inter-services inclut également une flotte de 27 appareils de formation à réaction avancés BAE Systems Hawk T2.

Rappel :

Le ministère britannique de la défense avait signé en 2016 un contrat pour moderniser l’école de pilotage de la RAF.

Le Beechraft T-6C « Texan II » :

Une première étape de remplacement partiel de la flotte actuelle composée d’Embraer EMB-312 « Tucano » se fera avec 10 avions écoles de type Beechraft T-6C « Texan II ». Le Beechcraft T-6C « Texan II»  est la version la plus moderne disponible de la gamme T-6, le cockpit comprend un Head-Up Display (HUD) couplé avec panneau de configuration Up-Front (UFCP), et Hands-On Throttle and Stick, soit le système mains sur manettes et manche. Le T-6C dispose d’une avionique  avec écrans EFIS et système d’enregistrement des données de vol numérique. Le T-6C est un avion d'entraînement primaire qui permet un enseignement de base aux procédures de vol et aux instruments et permet d’effectuer les figures d’introduction à la voltige, ainsi que l’introduction aux armes.

Le Beechcraft T-6 «Texan II» est un aéronef à turbopropulseur monomoteur construit par la Raytheon Aircraft Company (maintenant Hawker-Beechcraft). Basé sur une cellule de Pilatus PC-9. 

Le T-6 est un développement du Pilatus PC-9, modifié de manière significative par Beechcraft en vue d'entrer dans le système commun de formation primaire d'aéronef (JPATS) prévu pour les Forces aériennes américaines. Des modifications mineures ont été introduites sur la cellule d’un PC-9, mais des conflits entrer l’USAF et la Navy ont entraîné des retards et des augmentations de coûts (par rapport aux estimations initiales de 3,9 millions à près de 6 millions dollars par avion). De plus, le T-6 se retrouve avec un surpoids de 22% vis-à-vis du PC-9 initial.

T-6C-Texan.jpg

Photos :  T-6C de la RAF @ John Quin

18/11/2018

Des F-35B supplémentaires pour la RAF !

UK_F-35B.jpg

Le ministère britannique de la Défense a commandé un second lot de 17 avions de combat Lockheed-Martin F-35B « Lightning II ». Le ministère de la Défense a déclaré: "Les 17 nouveaux avions F-35B seront livrés entre 2020 et 2022". Cela correspond aux 12ème et 14ème lots du programme de production initiale à faible taux.

Le DoD avait annoncé la veille que les partenaires du programme F-35 et les acheteurs des ventes militaires à l’étranger prendraient un total de 149 appareils dans le cadre d’un contrat d’action non défini avec Lockheed-Martin, ainsi que de 106 pour les forces armées américaines. Il a ajouté que les prélèvements internationaux incluraient 18modèles « B » à décollage court et à atterrissage vertical. Outre les marines britannique et américaine, seule l'Italie a jusqu'à présent confirmé l'achat de cette variante.

 

À ce jour, 16 F-35B au total ont été livrés au Royaume-Uni, pour être utilisés au sein du  617eme Escadron de la Royal Air Force à Marham, dans le Norfolk, et lors d’activités de test conduites aux États-Unis. Deux autres avions doivent encore être cédés, ce qui signifie que les commandes pour le Royaume-Uni s'élèvent maintenant à 35 unités.

La variante F-35B :

La variante du F-35B STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing, ou décollage court et atterrissage vertical) cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage, à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes (- 24,22 % par rapport à la version F-35A).Cette variante du F-35 est celle qui sera livrée à l'US Marines Corps et la Royal Air Force.

658452389.jpg

Photos : F-35B de la RAF @ RAF

30/09/2018

RAF, l’Eurofighter en successeur du Tornado !

An-RAF-Typhoon-takes-off--007.jpg

La Royal Air Force prépare activement la mise à jour de sa flotte d’avions de combat Eurofighter « Typhoon II »  en vue du remplacement du Panavia Tornado GR4. En effet, les dernières unités de « Tornado » devraient être retirées au début de l’année 2019.

Project Centurion :

 Le programme « Poject Centurion » doit permettre à l’avion européen d’égaler la capacité d’attaque au sol du « Tornado » et de la dépasser à terme.

Pour remplacer complètement le « Tornado » au sein de la RAF, les « Typhoon II » devront porter les mêmes armes, avec la phase 2 et phase 3 d’amélioration (P2EA et P3EA) qui, à leur tour, constituent la première phase et la deuxième phase du programme  « Centurion ». Ils ont été précédés d'un Phase Zero (P1EB ou Phase 1 Enhancement Further Work). La phase zéro a été livrée en décembre 2017, officiellement entrée en service en janvier 2018 et est désormais opérationnelle dans le cadre de l'opération «Shader».

La configuration du projet « Centurion » est destinée à combiner la bombe guidée de précision Raytheon Paveway IV déjà livrée avec les missiles « Storm Shadow », « Meteor » et « Brimstone » sur le Typhoon FGR4. L’avion devra prochainement venir remplacer le Panavia Tornado GR4 au début de l'année 2019. 

Les avions de première phase qui sont livrés ont été équipés de la mise à niveau « Typhoon » Phase 2 Enhancement (P2E) qui comprend le « Meteor » et le « Storm Shadow ». La phase 2 du projet Centurion couvre la mise à niveau de la phase 3 du Typhoon Enhancement (P3E) avec l’arrivée du  « Brimstone ». Les essais sont maintenant en cours, la configuration finale du projet « Centurion » devrait être prête pour la fin de 2018.

Les appareils concernés font partie de la Tranche 1 (51), la Tranche 2 (67)  et environ 10  appareils de la Tranche 3. A noter que 24 Eurofighter de la tranche 1 qui doivent être retenus serviront uniquement à la défense aérienne et ne recevront pas la mise à niveau du projet Centurion.

Environ 65 à 75 sorties devraient être enregistrées avant qu'une phase d'évaluation opérationnelle ne commence à au sein de la base aérienne de la RAF de Coningsby dans le Lincolnshire le 10 août prochain. Cela comprendra également des essais de tir complets avec l'arme de précision.

D'autres améliorations incluent des mises à jour de l'interface homme / machine du "Typhoon", avec notamment le système de visée monté sur un casque Striker fourni par BAE.

Le Storm Shadow : 

Le SCALP (acronyme de « Système de croisière conventionnel autonome à longue portée »), anciennement « Arme de précision tirée à grande distance », est un missile développé fin 1994 MBDA. La version britannique est baptisée «Storm Shadow». Cette arme est conçue pour frapper l'ennemi dans son territoire profond, quelle que soit la défense aérienne grâce à sa furtivité qui le rend indétectable, y compris par les avions radars. 

Le MBDA Brimstone : 

Le missile Brimstone air-sol britannique fabriqué par MBDA sur commande de la Royal Air Force. Il est équipé d'un guidage laser et d'un radar millimétrique, ceci afin de le rendre plus efficace contre des cibles mobiles. 

Le missile Meteor : 

Le Meteor est prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation est privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile va permettre d’assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

Un radar de bord qui fournit des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

  • Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  • Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

3862082283.jpg

Photos :Eurofighter en préapration pour le standard GR4 @ RAF

 

 

21/07/2018

L’ETPS doté d’une nouvelle flotte !

etps1.jpg

L'école britannique de formation des pilotes d’essais l’Empire Test Pilots 'School (ETPS) est en train de subir une importante révision de son parc aérien. De nouveaux avions ont été commandés dans le cadre d'un contrat conclu en 2016 avec le ministère de la Défense avec l’entreprise QinetiQ  pour continuer à gérer l'école jusqu'en 2028. Trois nouveaux types ont été sélectionnés et les livraisons sont presque terminées.

Les deux premiers avions de type Grob G 120TP, soit l’avion de formation pour débuter les opérations sont arrivés. L'école est en train de recevoir quatre Airbus Helicopters H125 qui ont été modifiés avec des équipements de télémétrie, des communications dédiées et un autopilote à trois axes. Le premier a été remis en mars de cette année. Plus récemment, le premier des deux Pilatus PC-21 entièrement instrumentés a été officiellement remis à l'ETPS le 17 juillet dernier, après avoir été piloté en Suisse depuis janvier en vue de la formation des d'instructeurs. Le deuxième  appareil est doit être livré pour le quatrième trimestre de 2018. L’appareil suisse vient remplacer la flotte d'anciens Alpha-Jet allemands de l'école, acquise en 1999,qui a été retirée.

GETPG2 Airbus - bigger for web.jpg

Les trois nouveaux types d'avions fonctionnent dans le cadre de la toute nouvelle Organisation de vol civil QinetiQ, qui leur permet de voler sous des immatriculations civiles et indépendamment des autres organisations militaires. Ils seront utilisés aux côtés d'autres types comme le pilier des cours à voilure fixe et à voilure tournante 2019.

En ce qui concerne la formation de pointe, c’est un Saab jas-39 D Gripen  qui assure la formation. L’avion de combat Gripen est utilisé pour les cours de formation des pilotes d'essai depuis 13 ans et fait partie intégrante du programme de formation Fixed Wing Graduate de l’ETPS. Les instructeurs et les étudiants volent sur un Gripen biplace dans le cadre de vols d’instructions et de formations sur simulateur, ce qui leur permet de découvrir la technologie avancée et les caractéristiques de vol de cet avion. Parmi les éléments clés du programme, il permet notamment d’apprendre des techniques spécifiques, d’utiliser des systèmes et d’être évalué sur l’avion. La campagne consiste également à réaliser des vols-cibles au cours desquels un avion d’entrainement SK 60 sert de cible lors d’exercices de contrôle radar.

3429525566.jpg

L’Empire Test Pilots' School (ETPS) :

L’Empire Test Pilots School est géré par le ministère de la Défense Britannique  et la société  QinetiQ en vertu d'un accord à long terme. C’est en 1943, que le maréchal de l'Air Sir Ralph Sorley  à formé le "Flight Training Test Pilots" après que de nombreux pilotes furent tués en testant de nombreux avions et prototypes introduits lors du début de la Seconde Guerre mondiale.

Le 21 Juin 1943, l'unité devient l'école des pilotes d'essai et d'armement expérimental (A & AEE) à Boscombe Down.  L'école devant fournir une formation approfondie leur permettant d’être en mesure de tester des appareils et des systèmes de nouvelles générations afin d’en déterminer les qualités et défauts. En juillet 1944 l’école change de nom et devient  l’Empire Test Pilots School.

L'école des pilotes d'essai de l'Empire a été la première de son genre et fut bientôt suivie par d'autres écoles similaires, telles que l'École de l'US Air Force Test Pilot à Edwards Air Force Base, en Californie, en 1944, le United States Naval Test Pilot School dans le Maryland en 1945 et l'EPNER en France (École du Personnel Navigant d'Essais et de Réception) en 1946. Certaines de ces écoles fonctionnent avec des programmes d'échange, qui élargissent la gamme d'aéronefs que les élèves ont à leur disposition pour acquérir une expérience de test en vol plus large.

En plus de ces échanges d'étudiants, les Britanniques, Français et Américains partagent l'accès aux écoles de leur avion, de sorte que les élèves peuvent éprouver un large éventail de types d'aéronefs au cours de leurs cours respectifs.

1591852-large.jpg

Photos : 1Pilatus PC-21 ETPS 2 H125 ETPS 3 Gripen D ETPS @ETPS 4PC-21 @ Stephan Widmer