16/02/2020

US Navy : catapulte électromagnétique en voie de qualification ! 

super-hornet-emals-1800.jpg

L’US Navy a annoncé que son nouveau système de lancement électromagnétique (EMALS) et de son dispositif d'arrêt avancé (AAG) sont en voient de qualification et opérationnel. Ces deux nouveaux systèmes sont en fonction à bord du porte-avions USS Gerald R. Ford CVN-78.

Le porte-avions, a effectué des tests de compatibilité en mer avec l’EMALS et l’AAG, démontrant le lancement et la récupération avec la gamme d’avions en service au sein de la Navy, tel que les  Boeing F/A-18E/ F « Super Hornet » et Ea-18 « Growler », E-2D « Advanced Hawkeye » et C-2A Greyhound, ainsi que le Boeing T-45 « Goshawk ».

L'USS Gerald R Ford est le premier des porte-avions de la classe Ford de l'USN et le premier à utiliser l’EMALS et l’AAG, parmi plusieurs autres nouvelles technologies. Le navire est le plus grand porte-avions du monde, déplaçant environ 100’000 t.

Le système EMAL :

4-5-2004-2.jpg

EMALS (Electromagnetic Aircraft Launch System) est une catapulte de lancement qui utilise un moteur à induction linéaire, plutôt qu'un piston à vapeur, pour accélérer les avions au décollage. Les moteurs à induction linéaires utilisent l'électromagnétisme pour déplacer rapidement un chariot tirant un avion du bord du porte-avions et en vol.

L’AAG :

General-Atomics-AAG-System-Successfully-Completes-Barricade-Arrestment-Test-2-770x410.jpg

L'AAG (Advanced Arresting Gear) utilise un fil connecté à un système électromagnétique pour ralentir et arrêter l'atterrissage des avions. Les transporteurs plus âgés utilisaient un système hydraulique pour attraper les avions en atterrissage. 

Des systèmes EMALS et AAG doivent également être installés sur deux autres futurs porte-avions de classe Ford, l'USS John F Kennedy et l'USS Enterprise.

General Atomics a déclaré que les deux systèmes seraient plus faciles, moins chers et plus précis que leurs prédécesseurs. Cependant, la fiabilité a été inférieure à ce qui était souhaité, entraînant des retards de mise en service coûteux, selon le rapport du bureau du Pentagone du directeur des tests et évaluations opérationnels 2019. 

Le fabricant de l’EMAL et l’AAG, General Atomics annonce que la récente autorisation de l’utilisation d'EMALS et d'AAG est un succès. La société travaillera avec l'USN au cours des prochains mois pour poursuivre les tests des systèmes en vue des tests et l'évaluation opérationnelle initiale.  

Photos : 1 Catapultage d’un Super Hornet avec l’EMALS 2 EMALS 3 AAG @ General Atomics

23/02/2011

Une version navalisée de l’Eurofighter ?

45867e75a9.jpg

 

 

Cette semaine, lors du Salon aéronautique Aero India 2011, le consortium EADS a présenté son projet de version « marine » de l’Eurofighter Typhoon II ! Cette étude, pour le développement potentiel, d’une version capable d’être optimisée pour une utilisation à partir d’un  porte-avions, est destinée pour l’instant, pour répondre à un besoin futur de la marine indienne.

Ces études ont porté sur l'évaluation des modifications de conception nécessaire, soit : simulations pilotées pour affiner les qualités de pilotage de l'avion et permettre  les discussions avec les fournisseurs. Les études indiquent que ces modifications sont possibles et conduirait à l'élaboration d'une version navalisée du Typhoon II.

L'élément le plus important du Typhoon navalisé est que son exceptionnel rapport poussée / poids, permet à l'avion de décoller d'un support sans l'aide d'une catapulte, mais avec un simple et beaucoup moins cher "tremplin". Des simulations détaillées ont montré que l'avion sera capable de décoller et d'atterrir de cette façon avec un armement  complet ainsi que la charge de carburant.

 

1506fbc586.jpg


La conception de base du Typhoon aide à minimiser les modifications nécessaires pour permettre à une version navalisée  de mener des opérations d’un bâtiment porteur.

La structure de l'avion est exceptionnellement forte, ayant été conçue dès le départ pour les charges dynamiques élevées lié aux manœuvres  de combat aérien extrême. Les modifications nécessaires sont limitées et comprennent un nouveau train d'atterrissage plus

résistant, une crosse d'appontage et le renforcement de modification localisée sur certains tronçons du fuselage notamment près du train d'atterrissage, ainsi que les mises à jour des moteurs EJ200.

Pour réduire la vitesse d'approche de l'avion et les charges résultant d'atterrissage, les ingénieurs  envisagent  d'étudier l'introduction d'une variante à poussée vectorielle du moteur EJ200 Eurojet. Des essais de poussée vectorielle ont d’ailleurs déjà été testés en usine

D’une manière générale, EADS estime que la version navalisée aurait 95% de compatibilité avec la version actuel de l’Eurofighter, les capteurs, les systèmes d’armes seront communs pour les deux variantes permettant une simplification de la formation du personnel. EADS se montre optimiste sur l’efficience commune des deux versions qui pourraient équiper l’Armée de l’air et la Marine.

 

417968966.jpg

Commentaires :

Décidément, la bataille pour un nouvel avion de combat en Inde comme au Brésil, donne des ailes aux constructeurs ! Dans le cas de l’Inde, EADS espère séduire les responsables militaires avec la possibilité de fournir un avion omnirôles non seulement dans le cadre du programme de l’Armée de l’air (MMRCA) mais également pour remplacer à terme les MIG-35M (version navale).

Cependant, il a y un sérieux problème, en décembre 2009, l'Etat-Major de la Marine indienne a indiqué  que le prochain  porte-avions de conception indienne serait équipé de catapultes à vapeur ! Ce qui ne peut que correspondre aux Rafale Marine et F/A-18 Super Hornet !

Mais, EADS pense aussi à l’Europe ou les flottes navales devront bientôt être modernisées. Je vous parlais il n’y pas si longtemps que le constructeur SAAB présentait lui aussi une version navalisée de son Gripen NG le « Sea Gripen » (voir lien) pour être en lice au Brésil. On retrouve dans les deux cas une optimisation des programmes pour mieux répondre aux besoins des clients potentiels.   D’ailleurs, il y a un constructeur  qui doit sourire, c’est Dassault, car lui, il  avait déjà anticipé ces mêmes besoins !

Alors ! Porte-avions avec catapulte à gaz ou pont  tremplin ? Dans le cas du premier choix le Rafale et le Super Hornet ont de bonnes longueurs d'avance sur le Sea Gripen et le Typhoon Naval !!

R3-43.jpg

 

 

Lien sur le Sea Gripen :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/01/18/bresil-ind...


Photos : 1 & 2 Images de synthèse de la version navalisée de l’Eurofighter destinée à la marine Indienne@ EADS 2 le Sea Gripen @SAAB 3 Rafale Marine@Dassault