18/12/2016

L’aéronavale indienne veut un nouveau chasseur bimoteur !

wiHbXhXg.png

La Marine indienne a débuté un processus en vue de la sélection d’un futur avion de combat bimoteurs pour venir équiper son nouveau porte-avions. Le Tejas en version marine viendra équiper les bases navales terrestres et compléter les flottes actuelles qui équipent le premier porte-avions.

Selon les premières informations disponibles, la marine indienne désire se doter de 20 nouveaux avions de combat qui seront indépendants des plans «Make in India» en vigueur pour l’Armée de l’air.

A ce stade du projet, la Marine indienne étudie quatre types d’avions susceptibles de venir équiper le futur porte-avions. Il s’agit : du MiG-29K qui équipent déjà la Marine, du Sukhoi Su-30SM, du Dassault Rafale M et du Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet ».

Le MiG-29K/KUB :

1957899504.jpg

Le MiG-29K/KUB est un appareil multirôles, destiné à assurer la maîtrise aérienne et à remplir différentes missions de combat de jour comme de nuit, dans toutes les conditions météorologiques et ceci depuis un porte-avions. Cette version navalisée du célèbre appareil russe, tant le monoplace «K» que le biplaces «KUB» font partie de la génération améliorée de la famille MiG-29.

Cette nouvelle génération de MiG se classe au sein des appareils dit : 4+ multirôles destinés à la défense aérienne des missions des forces navales, la supériorité aérienne gagne, la mer et au sol la destruction des cibles avec la haute précision guidée jour et nuit des armes et dans toutes les conditions météorologiques. La motorisation comprend deux moteurs Klimov RD-33MK avec puissance accrue, équipé d'une chambre de combustion sans fumée et le nouveau système de contrôle électronique (de type FADEC).

Les MIG-29K/KUB dispose d’un radar  multi-mode "pulse-Doppler" de type "Zhuk-ME" fabriqué par "Fazotron-INPI" Corporation. En comparaison avec les radars de la génération précédente, le  "Zhuk-ME" dispose d’un plus grand angle de balayage en azimut, offrant une portée de détection deux fois plus longue. Le  "Zhuk-ME" permet le suivi de 10 cibles aériennes avec quatre cibles en tirs simultané de missiles. Par la suite, les MiG-29K/KUB devraient recevoir le radar «Zhuk-AE» doté d’une antenne à balayage électronique (AESA). Les MiG-29K/KUB sont équipés d’un canal IRST et d’un système de désignation laser d’illumination, destiné aux cibles terrestres

A ce jour, l’Inde a passé commande pour 16 Mig-29K/KUB avec options pour 30 et la Russie pour 20 appareils.

Le Sukhoi Su-30SM :

1463578041.jpg

Une commande indienne du Su-30SM pourrait être additionnée avec un nouveau lot destiné à la marine russe. Les Su-30SM se différencient des Su-30MKI indiens par leurs équipements entièrement russes, leur système d'identification "ami/ennemi" et par d’autres éléments. Pour développer cette version, Sukhoi profita de son expérience avec le programme SU-35 en ce qui concerne par exemple l’avionique. Tout comme la version MKI, le SM dispose de plans canard et de tuyères à poussée vectorielle couplées aux moteurs Saturn Lyulka AL-31Fl.

L’appareil dispose d’un radar à antenne à balayage électronique (AESA) de type Zhuk-AE du fabricant russe Phazotron. L’antenne en bande X permet de suivre 30 cibles aériennes en mode piste, pendant l’exploration et d’engager 6 cibles simultanément en mode attaque. L’avionique est également de dernière génération avec écrans multifonctions (EFIS), système de positionnement par satellite GLONASS et un nouveau système de communication sécurisé.

L’armement est multiple pour permettre l’engagement air-air et air-sol mais également air-surface. L’option de dissuasion nucléaire est également possible avec capacité de frappe d’interdiction et la suppression des défenses antiaériennes.

Dassault Rafale M :

1289396633.jpg

Pour l’Inde, Dassault devrait logiquement offrir la version F3 marine qui dispose d’une nouvelle génération de détecteur infrarouge (DDM NG) de détection de départ de missile adverse, du radar RBE2 AESA  (Active Electronically Scanned Array) à antenne électronique.  Selon les chiffres officiels, celui-ci dispose d’une portée estimée à 200km avec un secteur angulaire de 120° à 140°, ce qui permet l’usage du missile Meteor. Le standard F3 confère au Rafale (Marine et Air) une polyvalence totale qui lui permet d’accomplir les missions suivantes : 

- interception et combat air-air avec canon de 30 mm et missiles Mica IR/EM (+ missiles Meteor à partir de 2018). 

- appui au sol avec canon de 30 mm, bombes guidées laser GBU-12/24, bombes guidées Hammer. 

- frappes dans la profondeur avec missiles de croisière Scalp. 

- attaque à la mer avec missile Exocet AM39 Block 2 et autres armements air-surface. 

- reconnaissance tactique et stratégique en temps réel avec nacelle Areos. 

- ravitaillement en vol d’un Rafale à un autre « Buddy-Buddy ». 

- dissuasion nucléaire avec missile ASMP-A.

Avec une commande de 36 Rafale pour l’IAF, Dassault pourrait être en pôle position pour la Marine indienne.

Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » :

4023883255.jpg

Le Boeing F/A-18E/F «Super Hornet» est un avion multirôle, capable d'effectuer pratiquement toutes les missions dans le spectre de tactiques, y compris la supériorité aérienne, de jour comme de nuit avec des armes à guidage de précision, chasseurs d'escorte, de soutien aérien rapproché, la suppression de défenses aériennes ennemies, de reconnaissance.  En comparaison du «Hornet» le «Super Hornet» permet des missions à très grand rayon d’action. Le «Super Hornet» est doté du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) APG-79 de Raytheon.

 

Photos : 1 MiG-29K/KUB @ Marine indienne 2 MiG-29KUB russe@ Marine Russe 3 Su-30SM@ Sukhoi 4 Rafale M@ Marine Nationale 5 F/A-18 F « Super Hornet »@ USN

 

 

14/11/2013

Retour en mer pour le X-47B !

Pièce jointe-1.jpeg


 

 

USS Theodore Roosevelt (CVN 71), la Marine américaine a étendu ses activités de test sur porte-avions, avec le drone X -47B de Northrop-Grumman. Il s’agit de la seconde campagne d’essais à bord d’un bâtiment de l’US Navy.

 

Ces derniers tests ont démontré la capacité du drone X -47B à s'intégrer au sein de l'environnement de bord. L'appareil a effectué des manœuvres sur le bateau pour générer des données qui caractérisent l'environnement à proximité du poste de pilotage au sol. En effet, sur le pont un homme dirige le drone pour ses déplacements à l’aide d’une télécommande un peu particulière (voir photo).


 

Pièce jointe.jpeg


 

En outre, le drone a pris part à des exercices de vol avec catapultages, ainsi que des appontages. Plusieurs vols d’une durée d’environ 45 minutes ont été effectués en mode automatique avec succès.

L’un des objectifs majeurs du programme X-47B est de démontrer la capacité du drone à communiquer avec d’autres aéronefs. 

 

Ces essais vont également valider le concept d’emploi d’un drone sur un portes-avions et son environnement particulier et de s’assurer que le fonctionnement est parfaitement sécuritaire.

 

Rappel : 

 

Ce drone de combat autonome sera capable à terme d’effectuer des missions de surveillance, de tir et d’occupation de l’espace aérien sur de très longues périodes. Un opérateur au sol a la possibilité de communiquer avec le drone en permanence, afin de redéfinir par exemple sa mission en cours. L’intervention humaine sera uniquement cantonnée à l’envoi et la réception d’informations. Contrairement aux pilotes, le drone n’est pas sujet à la fatigue ou à la faim. De plus, avec sa capacité à se ravitailler en vol, il possèdera une autonomie record. L’objectif principal est l’occupation de l’espace aérien 24 Heures sur 24 quel que soit les conditions.

Destiné principalement à des missions d’observation, il est cependant capable d’effectuer des lâchés de bombe car il possède une soute d’une capacité de charge utile de 2 Tonnes.


 

131109-N-ZZ999-176.JPG


Caractéristiques du X-47B :

Le drone  présente une configuration en pointe de flèche, sans queue. L'angle du bord d'attaque est de 55° et celui du bord de fuite de 35°. Le train d'atterrissage est ré-tractable tricycle avec une roulette de nez. La configuration comporte 6 surfaces de contrôle : 2 ailerons et 4 inlaids (des petits volets à proximité des extrémités d'ailes).

Le moteur, un Pratt & Whitney JT15D est installé sur le dos de l'avion, l'entrée d'air avec une structure en serpentin destinée à réduire la signature radar. Par contre, pour des raisons de coût, la tuyère d'éjection est simple, sans réduction de signature radar ou infrarouge.

L'avion a été construit sur la base de Mojave en matériau composite par Burt Rutan Scaled Composites, la société aéronautique de Burt Rutan. Cette société dispose de l'expérience nécessaire pour construire un avion dans ces matériaux avec un coût maîtrisé.


 

Pièce jointe-2.jpeg


 

Photos : 1,3,4 X-47B au décollage sur porte-avions 2 Les télécommandes qui servent à gérer le X-47B au sol @ US Navy

14/05/2013

Le X-47B vient de réussir son premier catapultage en mer !

 

web_130514-N-FU443-851.jpg


USS George H. Bush (CVN-77), le X-47B de Northrop-Grumman vient de réaliser le premier catapultage d’un drone depuis un porte-avions ce mardi !

Le X-47B, prototype du drone furtif destiné à l’US Navy a été catapulté ce mardi avec succès du porte-avions USS George Bush, une première mondiale susceptible de révolutionner l'aviation embarquée. Après avoir effectué quelques manoeuvres au large des côtes de la Virginie (est), le drone s'est dirigé vers la base aéronavale de Patuxent River dans le Maryland, où il s'est posé 65 minutes plus tard.


 

1193485686.jpg


Cette révolution pour un appareil sans pilote intervient quelques jours après la réussite du premier vol suivi d’un appontage au sol depuis les installations du centre d’essais de Patuxent River (article du 09.05.13).

La prochaine étape consistera en un appontage sur porte-avions, qui clôturera les essais d’intégration de base du drone  sur un bâtiment de la Navy.


 

web_130514-N-CZ979-031.jpg


Rappel : 

 

Ce drone de combat autonome sera capable à terme d’effectuer des missions de surveillance, de tir et d’occupation de l’espace aérien sur de très longues périodes. Un opérateur au sol, a la possibilité de communiquer avec le drone en permanence afin de redéfinir par exemple sa mission en cours. L’intervention humaine sera uniquement cantonnée à l’envoi et la réception d’informations. Contrairement aux pilotes, le drone n’est pas sujet à la fatigue ou à la faim. De plus, avec sa capacité à ce ravitailler en vol, il possèdera une autonomie record. L’objectif principal est l’occupation de l’espace aérien 24 heures sur 24, quelques soit les conditions.

Destiné principalement à des missions d’observation, il est cependant capable d’effectuer des lâchés de bombes, car il possède une soute d’une capacité de charge utile de 2 tonnes.

 

web_130514-N-CZ979-013.jpg


Il sera capable de réaliser des opérations d’appontage sur porte-avions. C’est une opération extrêmement délicate même pour des pilotes confirmés. D’après les concepteurs, le drone sera plus performant que les pilotes sur ce point.

Caractéristiques du X-47B :

Le drone  présente une configuration en pointe de flèche, sans queue. L'angle du bord d'attaque est de 55° et celui du bord de fuite de 35°. Le train d'atterrissage est ré-tractable tricycle avec une roulette de nez. La configuration comporte 6 surfaces de contrôle : 2 ailerons et 4 inlaids (des petits volets à proximité des extrémités d'ailes).

Le moteur, un Pratt & Whitney JT15D est installé sur le dos de l'avion, l'entrée d'air avec une structure en serpentin destinée à réduire la signature radar. Par contre, pour des raisons de coût, la tuyère d'éjection est simple, sans réduction de signature radar ou infrarouge.

L'avion a été construit sur la base de Mojave en matériau composite par Burt Rutan Scaled Composites, la société aéronautique de Burt Rutan. Cette société dispose de l'expérience nécessaire pour construire un avion dans ces matériaux avec un coût maîtrisé.


 

2821525632.gif


Photos : le X-47B lors des phases de pré-vol et vol depuis le porte-avions @ US NAVY

 

08/04/2011

F-35 catapultages & décollages court !

 

F-35_USAF_NAVY_FIGHTER.jpg

 

Malgré les récents ennuis de développement qu’à connu Lockheed-Martin pour la mise au point du programme F-35 et en point de mire, la version STOVL, les essais continuent avec la préparation au catapultage et l’accélération des tests STOVL.

 

5596240396_046dfde44b_o.jpg

Préparation au catapultage :

 

Le Lockheed-Martin F-35C numéro CF-1 participe actuellement à la préparation aux essais de catapultage sur le site de la base aéronavale de Patuxent River. Le pilote d’essais du Corps des marines le Lieutenant-Colonel Matt Taylor travaille à la préparation en vue des catapultages et de l’intégration du F-35C sur les bâtiments de surface. Le CF-1 a été « branché » à une catapulte et les diverse connections ont étés vérifiées. Lors des premiers essais, une anomalie a été corrigée, la barre de catapultage permettra une plus grande amplitude  de mouvement.  S’en suivra en 2013 les premiers catapultages à partir du Porte-avions  USS Nimitz  (CVN-68).

 

5595657243_27fe60628a_o.jpg

 

Accélération des tests pour la version STOVL :

 

Pour la première fois depuis les ennuis techniques (voir liens) de la version F-35B STOVL (décollage court et atterrissage vertical), l’appareil a connu des progrès significatifs au cours du premier trimestre de cette année. Les appareils ont réalisé 199 vols d’essai alors que 142 étaient prévus. De plus, le F-35B (STOVL) a réalisé six fois plus d’atterrissages verticaux (soit 61) pendant ce premier trimestre que lors de la totalité de l’année 2010.

 

f35b_100thflight_20110303.jpg

Le F-35B en repêchage :

 

En effet, la version STOVL est en probation pour une durée de deux ans. Cette variante du JSF est celle qui subit le plus de retard et de coûts supplémentaires. Si dans deux ans elle retarde toujours le programme, elle sera simplement annulée (voir lien). Seul le corps des Marines a pour l’instant commandé l’appareil à 340 exemplaires. La semaine dernière le GAO a indiqué que le coût unitaire du F-35 serait d’environ 115 millions de dollars.

 

Lien sur le F-35 :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/03/14/f-35-cloue...

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2011/01/17/les-diffic...

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/03/19/atterrissa...

 

 

 

Photos : 1  F-35C au décollage 2 & 3 F-35C numéro CF-01 aux essais pour catapultage 3 F-35B STOVL en tests d’atterrissage vertical @ Lockheed-Martin