03/01/2017

La Chine a défini ses exigences pour son bombardier stratégique !

image.jpg

Beijing, la Force aérienne de l'armée populaire de libération (PLAAF) a fourni des informations supplémentaires sur ses exigences pour son nouveau bombardier stratégique.

Le général Ma Xiaotian, Commandant de l'Armée de libération populaire (PLAAF) a confirmé que son pays est en train de mettre au point un nouveau bombardier stratégique à long rayon d'action. Deux projets sont actuellement à l’étude, le H-18 et le H-20. Selon lui, les «missiles de croisière, armes nucléaires et autres armes et équipements qui seront portés par ce futur bombardier stratégique sont tous en place, le moment est venu pour la Chine de développer son nouveau bombardier stratégique.

Les bombardiers actuels à long rayon d'action de la Chine, tel que le Xian Corporation H-6 (un dérivé modernisé de Tupolov Tu-16 « Badger ») n'était pas vraiment un bombardier stratégique et a suggéré que le nouvel avion aura des caractéristiques comparables à celles du Northrop-Grumman B-2 « Spirit » américain.

Pour la Chine, le concept de bombardier stratégique doit permettre d’atteindre une cible à 8.000 km sans ravitaillement avec une capacité de transporter une charge utile de plus de 10 tonnes de munitions air-sol.

Le Shenyang H-18 :

4102680089.jpg

En parallèle au H-20, la société Shenyang Aircraft Corporation une filiale de la China Aviation Industry Corporation (AVIC) semble préparer également un projet de futur bombardier stratégique nommé H-18.

Le Xian H-20 :

h20stealthbomber.jpg

La Xian Aircraft Corp H-20 est justement un projet de bombardier stratégique qui ressemble effectivement au B-2 américain. Il semble que cette « copie » chinoise du bombardier conçu par Northrop-Grumman est le fait de la vente d’informations classifiées à la Chine d’un ingénieur du nom de Noshir Gowadia. Celui-ci avait en son temps été employé chez l’avionneur américain. Cette personne a été condamnée depuis à 32 ans de prison.

Les deux projets doivent permettre d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires.

Les difficultés avenir :

Pour concevoir son futur bombardier, la Chine va devoir redoubler de travail. Si celle-ci peut compter sur l'expérience et la connaissance de la conception des avions furtifs obtenus grâce au développement des avions de combat J-20 et F-31, associée à la compréhension et à l'application technologies de matériaux de pointe. Les enseignements acquis avec les appareils de transport militaire XAC Y-20 et de l'avion commercial Comac C919 reflètent les progrès réalisés par l'industrie aéronautique du pays pour acquérir l'expertise technique requise pour entreprendre un tel projet de développement. Cependant un gros travail reste à faire en ce qui concerne la motorisation et la production des systèmes de furtivité.

 

Photos : 1 Vue d’artiste du futur bombardier chinois 2 Possible design du H-18 3 Possible design du H-20

01/03/2016

Chine, le Xian Y-20 « Kunpeng » bientôt en service !

web.jpg

Base aérienne de Yanliang, province du Xi’an, le premier exemplaire de série de l’avion de transport militaire chinois Xian Xian (XAC) Y-20 « Kunpeng » a effectué son vol inaugural. Une fois les essais terminés, l’avion pourra entrer en service au sein de l’armée de l’air chinoise de libération (PLAAF).

Le premier prototype du Xian Y-20 a volé pour la première fois en janvier 2013. Depuis, il a été rejoint par trois autres appareils. Le service d’information de l’avionneur chinois Xian Aircraft Industrial Corporation a de son côté déclaré que le développement de l’Y-20 était maintenant achevé et pourra entrer en service dans le courant de l’année.

L’avion va principalement commencer son servie au sein de l’armée de l’air. Mais, il semble que la Marine chinoise s’intéresse également à l’avion et pourrait prochainement le commander.

Le Xian Y-20 « Kunpeng » :

Le Xian Aircraft Industrial Corporation Y-20 «  Kunpeng » est l’aboutissement d’un long programme, devant permettre à la Chine de se doter d’un appareil lourd de transport militaire stratégique. D’une envergure de 50 mètres, l’Y-20 est propulsé par quatre réacteurs d’origine russe de type Soloviev D-30P-2 pour l’instant. Selon les premières déclarations chinoises, les avions de séries devraient recevoir des réacteurs WS-20 chinois. L’avion utilise de nombreux matériaux composites. Pour abaisser les coûts de fabrication, plusieurs éléments ont été produit à l’aide d’imprimantes 3-D.

Exploité par un équipage de trois personnes, l’Y-20 est conçu pour transporter jusqu’à 60 tonnes de fret jusqu’à 4’400km (2'734 miles) à une vitesse de croisière de mach 0,75 et avec un plafond pratique de 13'000 mètres (42'700 pieds). Selon l’avionneur chinois, l’avion est capable de décoller sur 700 mètres. L’avionique comprend quatre grands écrans couleurs EFIS.

Il semble également que l’avionneur prépare une version dotée d’un radar d'alerte précoce (AEW), d’une version de guerre électronique et d’une variante destinée au ravitaillement en vol.

2621170.jpg

Photos : Xian Y-20 « Kunpeng » @ Weimeng

 

13/01/2015

Chine, le J-10B « Super Dragon Véloce » arrive en service !

1354156461181-1.jpg

 

Beijing, l’avionneur chinois Chengdu Aircraft Corporation (CAC) prépare en collaboration avec l’aviation militaire chinoise l’entrée en service de l’avion de combat Chengu J-10B (FC-21)« Super Dragon Véloce ». Les 14 premiers aéronefs sont actuellement stationnés sur l'aérodrome de l'usine 132 de la Chengdu Aircraft Corporation (CAC).

 

Les 14 premiers Chengdu J-10B sont aux couleurs officielles de la PLAAF, selon plusieurs sources chinoises, les appareils sont prêts pour la cérémonie de transfert au sein de la Force aérienne. A ce jour, la PLAAF dispose de 220 J-10A « Dragon Véloce ». Ce chiffre devrait atteindre 400 en 2020 avec l’arrivée progressive du standard J-10B « Super Dragon Véloce ».

 

Le J-10B (FC-21) «Super Dragon Véloce» :


1134340003_e08ef64e6ceed00cd792e61b1edb63d7.jpg


 

Cette nouvelle version se distingue assez facilement de l’ancienne, le «Super Dragon» dispose d'une entréed’air modifiée dotée d’un diffuseur supersonique (DSI) qui semble être du même modèle que celui testé sur le FC-1/JF-17 de type monobloc, celle-ci devrait réduire la surface radar (RCS). L’avion dispose d’un Infrared Search and Track (IRST), soit un système de capteur infrarouge passif, probablement issus du modèle russe qui équipe la version du Su-27 acquis par la Chine.

 

Ce premier lot de production du  J-10B est propulsé par des turboréacteurs russes Saturn AL-31FN. Il semble aujourd’hui que le moteur de conception chinoise Shenyang Liming-WS-10A souffre de problèmes de performance qui retardent son adoption.

 L’avion dispose également d’un nouveau rangement pour les systèmes de guerres-électronique monté en haut de la dérive. On remarquera les similitudes du haut de dérive avec les M2000 & Rafale. Le fuselage dispose également de quatre capteurs additionnels. Le nez du «Super Dragon véloce» a été redessiné avec une forme ovale et non plus ronde, ce qui laisse à penser que celui-ci dispose d’une antenne AESA.  Il semble également que le viseur HUD soit plus grand. 

 

L’appareil permet l’emport d’armes divers et notamment d’attaque au sol avec nacelle de désignation et de brouillage. Le J-10B dispose du même éventail d'armes air-air et air-sol que le J-10A. Par contre, il dispose d’un nouveau pylône double pour le missile air-air Luoyang PL-12 à guidage semi-actif. Quelques rares photographies disponibles montrent un J-10B, doté du tout nouveau missile anti-navires CDEAO CM-400AKG hypersonique.

 

Chengdu-J-10B-Prototype-1031-1S.jpg

 

Photos : 1 & 3 Chengdu J-10B (FC-21) 2 Prototype du J-10B @ ChineNouvelle/Xian Hui Chi