15/11/2019

Les Philippines cherchent un nouvel avion de combat !

26575974507_0ef8bb9c68_b.jpg

Les Philippines cherchent à acquérir un nouvel avion de combat afin de renforcer les capacités de défense aérienne et de protection des frontières du pays. Un mémorandum d'acquisition a été signé au niveau de la Défense nationale (MDN). Le gouvernement devrait recevoir un financement pour lancer le projet au premier ou au deuxième trimestre de 2020.

Relance du projet :

L’aviation militaire des Philippines devait à l’origine se doter d’un avion de combat moderne en 2015 déjà ! Mais, faute de moyens financiers, le projet a été abandonné. La relance d’un projet d’acquisition est devenu urgent, car les Forces aériennes du pays ne peuvent plus assurer elles-mêmes la surveillance de l’espace aérien, sans l’aide des bâtiments de projection de l’US Navy. Cette dernière qui assure régulièrement cette tâche avec un porte-avions positionné dans la région.

Plus aucune compétence air-air :

Les Philippines ont mis à la retraite les sept derniers chasseurs Northrop F-5 A/B « Freedom Fighter », en 2005 après 40 ans de service. Actuellement l’appareil le plus moderne dans l’arsenal philippin est le KAI FA-50PH « Fighting Eagle » qui vient d’entrer en service. Cependant, l’avion n’est pas optimisé pour le combat aérien et se montre très insuffisant face à un combattant multirôle (MRF).

Pression chinoise :  

Le contexte territorial est de plus en plus tendu, la Chine se montre très agressive avec la revendication des îles Spratley. Les forces armées des Philippines ont déclaré qu’elles doivent faire face à une augmentation des incursions « étrangères » à proximité des Spratley. La situation pourrait embraser toute la région, depuis qu’une guerre de l’ombre a éclaté en 2011. De fait, le besoin de pouvoir assurer la police aérienne est devenu urgent. Pour Manilles, il est également important de renforcer la dissuasion face une pression chinoise de plus en plus étouffante.

Quatre avions potentiels :

L’avion devra être multirôle et posséder une capacité de lutte-anti-navire. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à Manilles, un haut responsable de la Philippine Air Force (PAF), a présenté les quatre  appareils qui intéressent le pays (douze ont été préalablement étudiés). Il s’agit de l’Airbus DS Eurofighter « Typhoon II », le Lockheed-Martin F-16 « Fighting Falcon », le Sukhoi Su-30 « Flanker » et le Saab JAS-39 « Gripen ». Il semble que les avionneurs pourront présenter deux offres, composées d’avions d’occasions et neufs.

Un cahier des charges sera transmis en début d’année prochaine. Le futur avion devra s'intégrer aux systèmes de radar existants d'une portée d'environ 250 milles marins. La Philippine Air Force espère un choix d’ici 2022, pour un début des livraisons le plus rapidement possible.

Photo : F-5 PAF retiré du service @  Marc Ewans

10/12/2018

Les Philippines optent pour le T129 « ATAK « !

turkey-s-t-129-helicopter-leads-anti-terrorism-fight-1459232927.jpg

Manille, L'armée de l'air philippine a choisi de faire l'acquisition de 8 à 10 hélicoptères d’attaque Turkish Aerospace Industries (TAI) T129 « ATAK » pour un montant limité à 240 millions de dollars.

Le prochain accord de gouvernement à gouvernement entre les Philippines et la Turquie constituera un accord historique pour les relations de défense entre les deux pays.

Troisième clients à l'export:

Les Philippines deviendront le troisièem client à l'export de la verson turque du T129, l'Azerbaïdjan a passé commende pour 60 appareils, le Pakistan a opté poiur 30 aéronefs. La Turquie a en commande 60 T-129A/B en commande ferme (livraison à partir de 2012) + 41 en option. 

Le TAI T129 « ATAK » :

Le T-129A/B «ATAK» est un hélicoptère d'attaque turc, dérivé de la version de l'A-129 «Mangusta» d’AgustaWestland et développé sous transfert de technologie à Turkish Aerospace Industries, Inc (TAI) qui en est la détentrice de tous les droits liés à la propriété intellectuelle, pour le compte de l'Armée turque. Plus long que l'A-129, le T129 utilise surtout la turbine Rolls-Royce/Honeywell LHTEC T800 développée initialement pour le programme de l’hélicoptère RAH-66 «Comanche». L’avionique a été revue et l’hélicoptère dispose d’un nouveau rotor de queue.

T-129B «ATAK» a été optimisé pour satisfaire les exigences «hot and high» concernant les performances pour les conditions géographiques et environnementales difficiles. Le T-129B 2ATAK» permet une mise en oeuvre de jour comme de nuit. Il offre une basse visibilité ainsi qu’une signature radar et IR réduite. La cabine renforcée doit permettre un haut niveau de tolérance balistique et résistance aux chocs. La TAI a opté pour un nouveau système FLIR, qui  augmente la qualité d'image et les performances de la gamme de traitement en temps réel de l'image et la poursuite de cibles multiples avec la caméra à haute résolution thermique.  

794918303.jpg

Photos : 1T129 ATAK de l’armée pakistanaise 2T129 turcs @ TAI

03/04/2014

Les Philippines commande des Bell 412EP !

AIR_Bell_412EP_Chile_lg1.jpg


 

Bell Helicopter a conclu un contrat d'achat en collaboration avec l Corporation commerciale canadienne pour la vente de huit hélicoptères de Bell 412EP, qui seront livrés au ministère philippin de la Défense nationale. 

 

Le Bell 412 est un hélicoptère léger biturbine, muni d’un rotor principal quadripale et d’un rotor de queue bipale, d’un train d’atterrissage constitué de patins et pouvant transporter jusqu’à 14 passagers. Vers la fin des années 1970, Bell Helicopter décide de moderniser son Bell 212 et de le munir d’un rotor principal quadripale et de plus faible diamètre, afin d’augmenter ses performances. Deux Bell 212 sont modifiés et reçoivent le nouveau rotor, muni de quatre pales en matériaux composites. Le premier vol est effectué en août 1979 et la certification est obtenue en janvier 1981. Directement dérivé du Bell 212, il en garde la cellule robuste et les caractéristiques générales. Le poste de pilotage est équipé de deux sièges anti-crash. La cabine, d’un volume de 6,23 m3, permet de transporter jusqu’à 13 passagers. Les sièges facilement démontables permettent l’emport de fret ou de deux civières en cas de transport sanitaire. Il est toutefois possible, en cas d’urgence, de transporter jusqu’à six blessés sur civières. L’accès à la cabine est facilité par une porte de 2,34 m de large de chaque côté de l’appareil. De plus, ces portes sont largables en cas de nécessité. Un compartiment à bagage de 0,8 0m3, dans la poutre de queue, permet d’emporter jusqu’à 180 kg de matériel. Les turbines sont des Pratt & Whitney PT6T-3B-1 de 671 kW (912 cv) chacune. La capacité totale en carburant est de 1250 L, contenus dans sept réservoirs auto-étanches. Un réservoir de carburant auxiliaire de 620 L peut être emporté, portant la distance franchissable à 980 km.  Un pilote automatique trois axes diminue la charge de l’équipage, lui permettant de mieux se concentrer sur sa mission. Un radar météorologique et un altimètre radar permettent également de faciliter le vol.

Le modèle EP (Enhanced Performance) dispose d’un système de vol automatique numérique et des turbines PT6T-3D. Depuis 2013, le Bell 412EP possède un cockpit avec affichage numérique semblable à celui du Bell 429, comportant des écrans multifonctions tactiles. Il est motorisé par des turbines Pratt & Whitney PT6T-9 "Twin Pac».


 

3-ab412-cockpit.jpg


 

Photos : 1 Bell 412EP chilien @ FAC 2 Cockpit @ Bell

23:40 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bell 412 ep, philippines |  Facebook | |