09/05/2022

Début du Tiger Meet 22 en Grèce !

tiger meet,nato,otan,les nouvelles de l'aviation

L’exercice international NATO Tiger Meet 2022 (NTM22) se déroule du 9 mai au 20 mai en Grèce. Il est organisé pour la première fois par le 335ème Escadron de l'Armée de l'air hellénique à la base aérienne d'Araxos.

L’édition du NATO Tiger Meet 2022 est un événement avec plus de 60 avions de chasse, hélicoptères, avions d'alerte avancée aéroportés et 1’ 000 membres des forces aériennes alliées et partenaires de toute l'Europe travaillant ensemble quotidiennement. Cet environnement multinational offre une opportunité unique à tous les participants, offrant une formation opérationnelle de haute qualité sous le concept "Entraînez-vous pendant que vous combattez", améliorant les tactiques, les techniques et les procédures, et faisant passer l'interopérabilité au niveau supérieur. C'est un honneur pour le 335e Escadron d'accueillir la rencontre des tigres de l'OTAN pour la première fois », a déclaré le lieutenant-colonel Ntanos Ioannis, commandant du 335e Escadron.

 Les "Tiger Squadrons" sont des escadrons d'avions et d'hélicoptères avec un tigre dans leur écusson d'escadron. Depuis les années 1960, des événements d'entraînement annuels sont organisés par l'Association des Tigres de l'OTAN en liaison avec l'un de ses escadrons membres. La formation applique les normes de l'OTAN réunissant des avions alliés et partenaires pendant deux semaines de vol réel dans des scénarios hautement sophistiqués et difficiles. L'environnement d'entraînement multinational et interarmées augmente encore les compétences de vol, renforce les relations internationales entre les escadrons et promeut les traditions de l'OTAN Tiger Association.

  Des exercices complets

Le but de cet évènement n’est pas seulement de démontrer les compétences et l'habileté, mais de tester la coordination et la collaboration au sein d’un exercice à échelle internationale (interopérabilité) où un degré de flexibilité élevé est exigé. L’accent est aussi posé sur l’amélioration de la collaboration et la création de liens entre les membres de l’OTAN et autres partenaires. Le Tiger Meet est l’occasion parfaite pour participer à des exercices militaires combinés couvrant un large spectre d’opérations militaires. Pendant les deux semaines, le combat aérien à basse altitude, le ravitaillement en vol et COMAO (composite air operations) seront entraînés. Cette année, pour la première fois, des vols de nuit Large Force Employment (LFE) sont également au programme.

Le Tiger Meet est exercice aérien complet qui met les équipages sous pression avec à chaque fois des scénari au plus proche de la réalité. Les équipages doivent en premier lieu préparer avec minutie chaque vol en tenant compte de l’aspect opérationnel, du contrôle aérien et de la logistique. Une journée d’exercice au Tiger Meet se décompose en deux phases, la première se déroule le matin et permet des entrainements de taille réduite et prépare le travail entre avions différents.  Puis, l'après-midi est réservé aux missions complexes impliquant un grand nombre d'appareils (Opérations aériennes combinées) en environnement réaliste.

tiger meet,nato,otan,les nouvelles de l'aviation

 Les participants au Tiger Meet 22

  

31 ème Squadron F-16A/B ;MLU Belgique

 

335 ème Squadron F-16C/D Grèce

 

11F Rafale M France

 

Staffel 11 F/A/18 C/D Suisse

 

ECE 1/30 Rafale B/C France

 

1 AEW&C E-3 Sentry NATO

 

221 VrL Mi-24 Tchéquie

 

12e Gruppo Eurofighter Italie

 

ALA 15 EF-18 Espagne

 

EC 3/30 Rafale B/C France

Les Suisses présents

 

tiger meet,nato,otan,les nouvelles de l'aviation

 Les pilotes du Staffel (escadrille) 11 basé à Meiringen participent à l’évènement et pourront ainsi entrainer des missions qui ne peuvent que rarement, voire jamais, être exercées en Suisse, acquérir une expérience précieuse et identifier les possibilités d'optimisation dans le cadre des procédures tactiques. L’escadrille 11 pourra donc effectuer des entraînements de missions ciblées en liaison avec les partenaires étrangers. Cela permet d’appliquer les propres procédures dans un environnement international, de les revoir et, le cas échéant, d’identifier les possibles améliorations. La « 11 » pourra donc effectuer des entraînements de missions ciblées en liaison avec les partenaires étrangers. Cela permet d’appliquer les propres procédures dans un environnement international, de les revoir et, le cas échéant, d’identifier les possibles améliorations.

 Historique du Tiger Meet

 La première rencontre des TIGERS a eu lieu sur la base de RAF de Woodbridge en juillet 1961. Ce rassemblement fut l’initiative du ministre de la défense français de l’époque M. Pierre Mesmer qui remarqua que plusieurs escadrons de chasse de divers pays avaient pour emblème un Tigre. Si les premières rencontres avaient pour but d’entretenir de bonne relation, rapidement les escadrilles organisèrent des missions d’interceptions, de défense aérienne et de patrouille. Les escadrons en tirèrent de nombreux enseignements particulièrement bénéfiques pour tous. A partir de 1977 de nouvelles nations se joignirent au Tiger Meet et un trophée fut créé sous le nom de NATO Tiger Silver Trophy afin de récompenser l’escadron qui a réussi le mieux les missions prévues. Aujourd’hui une trentaine d’escadrons participent régulièrement à ces rencontres. Une tradition a vu le jour au Tiger Meet avec les décorations des aéronefs qui rivalisent de talents !

tiger meet,nato,otan,les nouvelles de l'aviation

 Photos : 1 Tiger Meet 2016 2 Écusson NTM22 3Hornet Suisse à l’arrivée en Grèce 4Tiger Meet 2019 @ Tiger Meet

27/04/2022

L’USAF opte pour l’E-7 « Wedgetail »

usaf,boeing,e-7 wedgetail e-3 sentry,awacsa,otan

C’est une demi-surprise, l’US Air Force vient d’annoncer son choix pour le futur remplaçant de son système aéroporté d'alerte et de contrôle (AWACS) E-3 « Sentry ». Si le choix du Boeing E-7  « Wedgetail » est soi une évidence, la surprise provient de la rapidité de la décision. Deux raisons ont accentué ce choix, le vieillissement des E-3 d’une part et la crise avec la Russie. Pour autant, le premier prototype ne sera disponible qu’à partie de 2027.L’USAF prévoit de signer un contrat avec Boeing l’année prochaine et commencera à financer l'acquisition du premier " prototype" en utilisant les 227 millions de dollars de financement de développement demandés dans le cadre du budget de l'exercice 23. Un deuxième prototype devrait être financé au cours de l'exercice 24, suivi d'une décision de production au cours de l'exercice 25.

"Le Boeing E-7 est la seule plate-forme capable de répondre aux exigences des capacités de gestion de combat tactique, de commandement et de contrôle et d'indication de cible mobile du ministère de la Défense dans les délais nécessaires pour remplacer le E-3 vieillissant", a déclaré un porte-parole de l’USAF :

Pour autant l’USAF n’a pas préciser combien d’appareils elle compte acquérir. Pour l’instant, il semble qu’une partie seulement des 31 E-3 seront remplacés. On ne sait pas non plus si l’USAF travaille sur un système parallèle notamment basé dans l’espace en complément. Des compléments devront être encore fait en ce qui concerne les liens de guerre en réseau qui seront engagés avec le F-35 et le futur NGAD. En effet, l’interaction du futur E-7 avec le F-35 et le NGAD pourrait permettre de redéfinir en partie le nombre d’appareils en service.

Ce choix devrait avoir un impact significatif sur le remplacement futur des E-3 « Sentry » en service au sein de l’OTAN. Cette question est déjà sur la table au sein de l’Alliance.

 Un E-7 « Wedgetail » modifié

On le comprend, le futur E-7 de l’USAF sera sensiblement différent de la version actuelle en service en Australie, en Corée du Sud et en Turquie. Si rien n’est précisé pour l’instant, ce futur E-7 devrait disposer de nouvelles fonctionnalités basées sur des capteurs plus puissants notamment. Dans ce cadre l’USAF a fait une demande d'informations en février dernier en direction des industriels portant sur des capacités de systèmes et sur une version de radar avancé d'indication de cible en mouvement aérien, un système de commande et de contrôle de gestion de combat (BMC2), l'autodéfense systèmes et systèmes de communication clés comme Link 16 et Mobile User Objective System.

Reste la question du model de B737 qui sera produit. En effet, le E-7 est basé sur la cellule du B737-700, peut produite en comparaison de la -800. Boeing devra donc adapter sa ligne de production, sauf, si c’est cette dernière qui est retenue.

Le B737 «Wedgetail» AEW &C :

Basé sur le Boeing 737-700  «Next-Generation» commercial, l'AEW & C  E-7A est conçu pour fournir la surveillance de l’espace aérien et la gestion de celui-ci  grâce à son  radar à balayage électronique radar qui retransmet à  l’équipage de la mission l’ensemble des cibles aériennes et maritimes en temps réel. L'équipage de mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

Le radar MESA peut détecter jusqu’à 1.000 objets volants dans le même temps. Lorsque le degré de surveillance est en mode 360°, il peut détecter les avions ennemis dans un rayon de 370 km, et lorsqu’il concentre le faisceau dans une direction, il peut détecter des cibles à des distances allant jusqu'à 500 km. En d'autres termes, si l'avion vole près de la frontière. Avec les différents modes, le radar peut même détecter des cibles en mer. L'équipage de la mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

 

 Photo : Actuel E-7 australien@ RAAF

 

11:49 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usaf, boeing, e-7 wedgetail e-3 sentry, awacsa, otan |  Facebook | |

01/04/2022

Boeing choisi pour développer le futur AWACS !

boeing,awacs,usaf,otan,les nouvelles de l'aviation

L’avionneur américain Boeing a remporté un contrat de l'Agence OTAN de soutien et d'approvisionnement (NSPA) pour mener une étude de réduction des risques et de faisabilité des futurs concepts de surveillance, de commandement et de contrôle aériens. L'étude menée par une équipe industrielle dirigée par Boeing guidera les efforts de développement des capacités des membres de l'alliance avant le retrait prévu de l'E-3 AWACS de l'OTAN en 2035.

« Nous nous engageons à aider l'OTAN et ses alliés à relever les défis de sécurité en constante évolution », a déclaré Kim Stollar, directeur général de Boeing, Affaires gouvernementales de l'UE et de l'OTAN. « L'expertise combinée en ingénierie et en aérospatiale de notre équipe nous permettra de proposer un concept technique qui fournira les moyens les plus efficaces pour répondre aux besoins futurs de l'OTAN en matière de surveillance, de commandement et de contrôle.

Boeing s'est associé à des partenaires industriels de premier plan de l'OTAN par le biais de l'équipe ABILITI pour fournir une véritable expertise multinationale et multidomaine axée sur un système de systèmes. Ce partenariat compte Indra (Espagne), Leonardo (Italie), Inmarsat (Royaume-Uni) et Thales (France) d ESG Elektroniksystem- und Logistik-GmbH (Allemagne), Lufthansa Technik (Allemagne) et Mott MacDonald (Royaume-Uni).

  Sous l’initiative de l’Otan

L'initiative Alliance Future Surveillance and Control (AFSC) porte sur la manière dont l'OTAN continuera à surveiller efficacement le ciel au-dessus du territoire allié lorsque sa flotte actuelle d'avions du système aéroporté d'alerte et de contrôle (AWACS) atteindra la fin de sa durée de vie en 2035.

Par cette initiative, l'OTAN redéfinit fondamentalement la façon dont elle mènera la surveillance, le commandement et le contrôle à l'avenir. Afin de tenir compte des menaces futures et des technologies émergentes, l'OTAN travaille avec des experts des domaines scientifique, technologique, industriel et militaire pour encourager des solutions innovantes.

L'OTAN étudie une gamme de nouvelles technologies et différentes options pour remplacer les avions AWACS - les "yeux dans le ciel" de l'OTAN. Ceux-ci pourraient inclure différentes combinaisons de systèmes dans les airs, sur terre, en mer, dans l'espace et dans le cyberespace. Les besoins AFSC de l'OTAN pourraient être satisfaits grâce à une combinaison de solutions nationales, multinationales et financées par l'OTAN.

L'OTAN a convenu d'exigences de haut niveau pour définir ce que l'on attend des futurs systèmes et pour s'assurer que les capacités alliées sont capables de fonctionner comme une force pleinement intégrée. De cette façon, l'OTAN contribue à éclairer les décisions futures des Alliés concernant leur planification à long terme et l'acquisition de nouvelles capacités.

 Rappel

boeing,awacs,usaf,otan,les nouvelles de l'aviation

La mise au point des premiers « AWACS » remonte à la Seconde Guerre mondiale avec le projet « Cadillac », mais devant le peu d’intérêt de l’époque, il faudra attendre les années 50 pour voir se concrétiser le projet avec l’EC-131 Warning Star dérivé du Super Constellation. Développé avant la mise au point des radars à effet Doppler ces avions étaient efficaces pour la détection à longue distance, mais avaient des performances faibles pour la détection vers le bas. Il faudra attendre 1964 et le Grumman E-2 Hawkeye de l’US Navy pour arriver au standard actuel des AWACS.

Le système d'avertissement et de contrôle aéroporté Boeing E-3G (AWACS) a défini un nouveau mode de guerre pour l'armée américaine lorsque le modèle original a été introduit en 1978. En centralisant la détection et le commandement et le contrôle aéroporté sur une plate-forme unique. Avec l’AWACS il est devenu possible d’improviser de nouvelles tactiques offensives et défensives en temps réel. Avec le temps, l’importance de l’E-3G en a fait une cible extrêmement précieuse pour un éventail d’armes émergentes, à longue portée appelées « tueurs AWACS ».

Aujourd’hui plusieurs modèles de systèmes radarisés aéroportés sont disponible sur le marché, notamment monté sur des jets d’affaires.

En conséquence, les responsables de l'US Air Force et de l'OTAN ont débutés une réflexion en vue du remplacement de leurs flottes d’avions E-3 respectives en utilisant une approche de systèmes distribués.  Toutes les options envisagées à ce stade ne sont pas encore pleinement développées. Il est important de se rappeler que la flotte E-3 remplit deux fonctions différentes : l’alerte avancée aéroportée (AEW) et le commandement et contrôle. Pour autant le Boeing E-7 « Wedgetail » semble être le favori pour l’instant au sein de l'USAF et de l'Otan en vue de servir de base du futur AWACS.

Photos : 1 l’E-7 de Boeing@ Boeing 2 l’actuel B707 AWACS @ Otan

31/03/2021

Les premiers F-16 roumains au complet ! 

1360931706.jpeg

C’est fait, le 17ème avion de combat de type F-16 a été livré à la base aérienne de Borcea en Roumanie. Cette livraison complète une commande qui a commencé en 2016, lorsque la Roumanie a acquis 12 avions de combat de type Lockeed Martin F-16AM/BM Block 15 (neuf monoplaces et trois biplaces), avec cinq autres F-16 (quatre monoplaces et un biplace).

La capacité opérationnelle initiale (CIO) de Forţele Aeriene Romane (Armée de l’air roumaine, RoAF) a été déclarée en mars 2019 sur le nouvel avion.  

Rappel :

La Roumanie a acquis le F-16 pour remplacer ses chasseurs MiG-21 « Fischbed » de l’époque du Pacte de Varsovie, qui ont ensuite été mis à niveau par Israël standard « Lancer ». Durant cette période de transition, le pays a été soutenu par l'OTAN, qui effectue des missions de police aérienne depuis la base aérienne de Mihail Kogalniceanu près de Constanta sur la mer Noire. Cette mission de police aérienne du sud comprend également l’espace aérien bulgare, ce pays entamant lui aussi le processus de remplacement de ses anciens chasseurs MiG-29 « Fulcrum » de l’époque du Pacte de Varsovie par le F-16.

F-16 MLU :

Ces 17 appareils ont subi le programme de modernisation MLU (Middle Life Update) par la société OGMA-Industria Aeronautica au Portugal. Ils ont également été adaptés selon une demande est spécification de la Roumanie au standard M.5.2R.  Bucarest a annoncé que les 17 appareils seront surélevés à un nouveau standard appelé M.6.X par la suite. 

36 à 48 avions :

Bucarest ne veut pas en rester là, la dotation actuelle de 17 F-16 est insuffisante pour assurer le minimum de la sécurisation de l’espace aérien roumain (formation, police du ciel). Dont l’Otan continue d’appuyer la sécurisation. Pour ce faire un ordre de suivi des F-16 des États-Unis de 36 à 48 appareils supplémentaires pour équiper deux escadrons supplémentaires est prévu par le pays.

551401028.jpg

Photos : F-16 de la RoAF @ RoAF

27/02/2021

Quel appareil pour remplacer le E-3 AWACS ?

Usaf.e3sentry.750pix.jpg

 L'US Air Force (USAF) prépare le remplacement de sa flotte d’avion d’alerte lointaine composée du Boeing E-3 Sentry Airborne Warning and Control System (AWACS). Actuellement L'USAF exploite 31 exemplaires de l'E-3, dont l’âge moyen est d'environ 42 ans.

Rappel :

La mise au point des premiers « AWACS » remonte à la Seconde Guerre mondiale avec le projet « Cadillac », mais devant le peu d’intérêt de l’époque, il faudra attendre les années 50 pour voir se concrétiser le projet avec l’EC-131 Warning Star dérivé du Super Constellation. Développé avant la mise au point des radars à effet Doppler ces avions étaient efficaces pour la détection à longue distance, mais avaient des performances faibles pour la détection vers le bas. Il faudra attendre 1964 et le Grumman E-2 Hawkeye de l’US Navy pour arriver au standard actuel des AWACS.

Le système d'avertissement et de contrôle aéroporté Boeing E-3G (AWACS) a défini un nouveau mode de guerre pour l'armée américaine lorsque le modèle original a été introduit en 1978. En centralisant la détection et le commandement et le contrôle aéroportés sur une plate-forme unique. Avec l’AWACS il est devenu possible d’improviser de nouvelles tactiques offensives et défensives en temps réel. Avec le temps, l’importance de l’E-3G en a fait une cible extrêmement précieuse pour un éventail d’armes émergentes, à longue portée appelées « tueurs AWACS ».

Aujourd’hui plusieurs modèles de systèmes radarisés aéroportés sont disponible sur le marché, notamment monté sur des jets d’affaires.

GlobalEye-von-Saab-bisher-nur-an-die-Vereinigten-Arabischen-Emirate-verkauft--169FullWidth-73425ea8-1755237.jpg

Etude d’un remplaçant :

En conséquence, les responsables de l'US Air Force et de l'OTAN ont débutés une réflexion en vue du remplacement de leurs flottes d’avions E-3 respectives en utilisant une approche de systèmes distribués.  Toutes les options envisagées à ce stade ne sont pas encore pleinement développées. Il est important de se rappeler que la flotte E-3 remplit deux fonctions différentes : l’alerte avancée aéroportée (AEW) et le commandement et contrôle. 

La première fonction exige l'intégration d'un grand radar capable de détecter à de grandes distances. En plus de la puissance, le radar doit être incroyablement précis et discriminer les petites cibles à déplacement rapide, y compris les missiles de croisière, par rapport à l'encombrement de l'arrière-plan. Étant donné la vulnérabilité future d'une grande plateforme rayonnante dans l'atmosphère aux menaces potentielles, une option pourrait être de remplacer, ou au moins d'augmenter considérablement, la couverture AEW grâce à l'utilisation d'une constellation proliférée de petits satellites en orbite terrestre basse.

L’arrivée progressive d’avions de combat dotés de la capacité de guerre en réseau permet également de combler ce vide, du moins en partie. Une flotte d’avion engagés en réseau offre une très bonne couverture, mais encore faut-il que la dotation soit suffisante et engagée en nombre sur un territoire définis.  

Plusieurs options sont donc envisagées pour parfaire une future détection aérienne de qualité capable de faire face aux nouvelles menaces. Un nouvel appareil doté d’un radar aéroporté est également envisagé.

Et pourquoi pas l’E-7 « Wedgetail » ?

c2d2ad148af85d72529ef398adc54886.jpg

Le chef d'état-major de l'US Air Force, le général Charles Brown, a refusé de commenter ce qui devrait remplacer l'E-3, mais a déclaré lors du Symposium sur la guerre aérospatiale de l'Air Force Association le 25 février dernier que toutes les possibilités devaient être étudiées. L’une des propositions concerne le choix potentiel du Boeing E-7 « Wedgetail ». Ce dernier est exploité par l'armée de l'air sud-coréenne, la Royal Australian Air Force et l'armée de l'air turque. La Royal Air Force britannique a également commandé l'avion. Plus petit, car monté sur une cellule de B737, il n’en reste pas moins très efficace, car doté des dernières technologies de capteurs. De plus, le système « Wedgetail » est mature et peut être disponible très rapidement. Il offrirait un nœud central capable de fonctionner en réseau et avec une constellation de satellites.

Boeing E-7 « Wedgetail » :

unnamed.gif

Basé sur le Boeing 737-700 « Next-Generation » commercial, l'AEW&C E-7A « Wedgetail » est conçu pour fournir la surveillance de l’espace aérien et la gestion de celui-ci grâce à son radar à balayage électronique radar qui retransmet à l’équipage de la mission l’ensemble des cibles aériennes et maritimes en temps réel. L'équipage de mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

Le radar MESA de Northrop-Grumman peut détecter jusqu’à 1’000 objets volants dans le même temps. Lorsque le degré de surveillance est en mode 360°, il peut détecter les avions ennemis dans un rayon de 370 km, et lorsqu’il concentre le faisceau dans une direction, il peut détecter des cibles à des distances allant jusqu'à 500 km. Avec les différents modes, le radar peut même détecter des cibles en mer. 

Le radar MESA est conçu pour un avion à réaction de taille moyenne, profitant de vitesses et d'altitudes plus élevées. Des altitudes de fonctionnement allant jusqu'à 40’000 pieds (par rapport aux altitudes typiques de 20’000 à 25’000 pieds des autres systèmes AEW) offrent un avantage de portée et de ligne de vue de 20 à 50% contre les missiles et les avions volant à basse altitude sur divers terrains. Ainsi, les temps d'alerte précoce et de réaction sont considérablement améliorés lorsque le temps presse. MESA est opérationnel quelques minutes après le décollage, à partir de 5 000 pieds et avec un fonctionnement à pleine puissance à 10’000 pieds. En tirant parti des fonctions de balayage électronique entrelacées, une image combinée de l'air et de la mer est rapidement développée. Les opérateurs de système et les commandants de combat ont désormais la flexibilité d'orchestrer les opérations aériennes et les mesures défensives avec un système radar / IFF facilement commandé via la console système. L'équipage de la mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

Photos : 1 Boeing E-3 AWACS@ USAF 2 Saab GlobalEye @ Saab 3 Boeing E-7 Wedgetail @ RAAF