04/09/2019

Les B-2 de l’USAF s’entraînent avec des F-35 de la RAF !

788617E1-6381-49F1-819E-6EADC0A15E7E.jpeg

A la fin du mois d’août, trois bombardiers B-2 de la 509ème escadre de la base aérienne de Whiteman se sont déployé en Angleterre sur les installations de la RAF à Fairford près de Gloucestershire. Cet aérodrome est également  la centre des opérations avancées pour les bombardiers stratégiques américains en Europe.

Le déploiement de ces trois B-2 « Spirit » a permis de mettre en place un entraînement inédit avec les F-35 de la Royal Air Force le 29 août dernier. C’est première fois que des avions de combat étrangers de cinquième génération s’intégraient dans un exercice avec des bombardiers furtifs américains.

"Nous sommes ravis que l'USAF et la Task Force Bomber soient ici au Royaume-Uni et que nos pilotes de F-35 aient la possibilité de voler aux côtés et de s'entraîner avec les équipages de bombardiers B-2", a déclaré le capitaine de groupe Richard. Yates, chef d'état-major de l'état-major de la bataille aérienne du Royaume-Uni, dans un communiqué de presse de la RAF: "C'est la première fois qu'un autre pays le fait."

La formation vise à améliorer l’interopérabilité des bombardiers stratégiques avec les avions de combat de cinquième génération des alliés européens et à démontrer l’engagement des États-Unis à dissuader les agressions de l’adversaire sur le continent, selon un communiqué de presse de l’US Air Force.

Un tel exercice permet aux aéronefs alliés de renforcer les capacités d'intégration de ceux-ci de travailler les procédures d’engagement au sein  l'OTAN. Ce fut également l’occasion pour les pilote de B-2 de se familiariser avec le théâtre opérationnel européen.

Photo : B-2 et F-35 @ USAF

17:58 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : otan, f-35, b-2, usain, raf, blog defence |  Facebook | |

12/08/2019

Et si la Turquie optait pour des avions russes ?

Su57SU35.png

La question mérite d’être posée, après le blocage définitif de la vente d’avions de combat Lockheed Martin F-35A par l’actuel gouvernement américain. Avec l’arrivée des premiers systèmes missiles S-400 russes sur le sol du pays, le gouvernement d’Ankara semble se tourner encore plus en direction de Moscou.

Du côté des médias turcs, on parle ouvertement aujourd’hui d’un rapprochement en continu du pays vers ce qui semble être un nouvel allié, la Russie.  Diverses sources journalistiques annoncent que les militaires étudient la possibilité d’acquérir  des avions d’origines russes. Pour autant, il semble que le type d’avion n’est pas clair. En effet, il paraîtrait évident que la Turquie se dirige vers l’avion le plus moderne et le plus récent en l’occurrence le Sukhoi Su-57. Hors, certains parlent du Su-35 « Flanker-E ». Il est vrai que ce printemps, une annonce russe de la part de Sergueï Chemezov responsable au sein de la société d'Etat russe d'exportation d'armes Rostec, faisait état d’une possible discussion sur la vente de Su-35 à la Turquie.  Les choses ont cependant évoluées avec le lancement de la production du Su-57 en série pour l’aviation russe.

Une transition par étape :

Pour certains analystes, la Turquie pourrait être tentée d’acquérir les deux types d’avions. Le Su-35 dans un premier temps, puis progressivement opter en direction du Su-57. Certains systèmes comme l’armement étant disponible sur les deux types d’avions, la logistique ne poserait à ce niveau pas de problème particulier. Ces mêmes analystes avancent l’idée que l’arrivée par étape du Su-35, puis du Su-57 permettrait à la Turquie de s’éloigner progressivement de l’Otan.  Mais on est-on déjà là ?  

L’objectif pour la Turquie est de remplacer les vieux McDonnell F-4 E « Phantom » puis les versions les plus anciennes du Lockheed Martin F-16 « Fighting Falcon » et ainsi de suite.

Otan : sortira ou ne sortira pas ?

A l’évidence, si la Turquie confirmait dans les mois avenir un achat d’avions de combat russe, quel que soit le modèle, la question d’un retrait unilatéral du pays du Traité de l’Alliance Atlantique Nord serait alors inévitable. Il semble bien loin, le temps ou l’OTAN assurait à la Turquie la sécurité, principalement contre l’Union soviétique. De son côté, la Turquie assurait à l’Alliance une sécurité précieuse sur le flanc sud. De plus, la Turquie est un poids lourd au sein de l’Otan, celle-ci constitue la deuxième plus grande armée de l’OTAN, derrière l’armée américaine avec laquelle elle représente 3,4 millions d’hommes sur un total de 7,4 millions d’hommes pour l’ensemble des troupes de l’OTAN. À eux seuls, les deux pays contribuent à 46 % des armées des 29 pays. 

Si l’affaire des missiles S-400 a enflammé la discorde au sein des membres de l’Otan et particulièrement aux USA, les divergences ne datent pas d’hier. Les problèmes posés par la Turquie à l’OTAN ont débuté en mars 2003 quand le parlement dominé par l’AKP a refusé aux forces armées américaines l’accès à l’espace aérien turc en vue d’engager des opérations militaires contre Saddam Hussein. Puis vient le temps des menaces de faire déferler sur l’Europe des vagues de réfugiés syriens. Le gouvernement turc se met également à entraver les relations de l’OTAN avec ses alliés proches comme l’Autriche, Chypre et Israël. Sans oublier, la mise en place d’une haine de l’opinion publique turque contre l’Occident, plus particulièrement contre les États-Unis et l’Allemagne. Bref, rien ne va plus. 

Dernier élément très problématique dans ce dossier, le soutien de la Turquie à Téhéran dans des domaines  divers comme : l’aide au développement du programme nucléaire, soutien à l’exploitation des champs de pétrole, l’aide au transfert d’armes iraniennes vers le Hezbollah et soutien conjoint au Hamas. 

On le voit, la crise des missiles S-400 n’est que la pointe de l’Iceberg et ceci ne fait qu’attiser un peu plus les voix qui s’élèvent en Turquie comme en Occident pour qu’Ankara se retire de l’Otan. Pour autant, la coopération et l’assistance mutuelle sont toujours d’actualité entre la Turquie et l’OTAN. Le pragmatisme va-t-il continuer de prévaloir sur les dissensions politiques ? L’achat d’un avion de combat russe pourrait dans les mois qui suivent faire basculer pour de bon la situation. 

Photos :Su-35 & Su-57 @VKS

 

23/07/2019

F-35, le Pentagone s’active en direction de ses fournisseurs !

D55025E3-2D29-4105-8168-B1D1D3AED7C9.jpeg

Le département américain de la Défense s’active en vue du transfert des centaines de composants de l’avion de combat Lockheed Martin F-35 des fournisseurs turcs en direction de sociétés capables de reprendre la production. Deux problèmes sont à l’ordre du jour, d’un côté la pénurie de pièces de rechange qui péjore le bon fonctionnement de la flotte de F-35 dans le monde et de l’autre l’urgence de transférer la production d’origine turque vers des exploitants en provenance de pays acquéreurs de l’avion. Cette période de transition ne permettra pas de combler l’approvisionnement en pièces détachées, au contraire, elle devrait l’aggraver.

Rappel :

La sous-secrétaire américaine à la Défense pour les acquisitions, Ellen Lord, a déclaré aux journalistes que le Pentagone retirerait la Turquie du programme d'avions de combat conjoint F-35 d'ici mars 2020 en raison de la décision d'Ankara d'acheter des systèmes de défense russes S-400. Lord a également déclaré que les Etats-Unis dépenseraient jusqu'à 600 millions de dollars en ingénierie non récurrente pour déplacer la chaîne d'approvisionnement. Une dizaine de fournisseurs turcs fabriquent actuellement près de 900 pièces du F-35, dont 400 sont à fournisseur unique.

Les États-Unis ont livré des F-35 à douze pays, mais le programme souffre déjà de pénuries mondiales de pièces de rechange et risque de ne pas atteindre les objectifs d'évaluation de l'état de préparation.

Le pavé dans la marre :

Le 17 juillet, un responsable du US Government Accountability Office (GAO) a déclaré que le Pentagone, qui possède toutes les pièces de rechange, "ne sait même pas combien il en possède ni où elles se trouvent". En outre, le candidat du président Donald Trump au poste de secrétaire à la Défense, Mark Esper, a déclaré à la mi-juillet devant un comité du Sénat que la flotte d'environ 300 F-35 appartenant à l'US Air Force, à la Navy et au Marine Corps "ne devrait pas" atteindre l'objectif d'évaluation de l'état de préparation du Pentagone, principalement en raison de pénuries dans des parties clés.

Une dizaine de fournisseurs turcs fabriquent actuellement plus de 900 pièces F-35, dont 400 sont à fournisseur unique, bien que Lord ait affirmé le mois dernier que le contractant principal, Lockheed Martin, avait déjà fait appel à des fournisseurs nationaux de solutions de remplacement.

Le secrétaire à la Défense, James Mattis, a déclaré devant le Congrès que la  suspension du programme des F-35 pour la Turquie ralentirait le programme tout entier de 18 et 24 mois pour importer des pièces et retarder la production d'au moins 50 avions. Le programme risque vraisemblablement une rupture de la chaîne d'approvisionnement. 

Cette pénurie de pièces détachées engendre une diminution de la disponibilité du F-35. Selon le GAO en avril, ceux-ci étaient incapables de voler près de 30% du temps entre mai et décembre de l'année dernière en raison d'une pénurie de pièces de rechange. Le Pentagone tente entre-temps d'améliorer la disponibilité en augmentant la capacité des fournisseurs à fabriquer de nouvelles pièces et à réparer les anciennes.

A terme une lueur d’espoir :

Les USA sont  à la recherche de fournisseurs pour le programme F-35. Cette situation pourrait cependant être intéressante pour certains pays acheteurs qui se plaignaient de n’avoir pas assez de commande. De l’autre, Lockheed Martin semble également vouloir proposer de produire certaines pièces à de futurs clients potentiels du F-35. Il se pourrait donc qu’à terme un resserrement de la production de pièces du F-35 puisse améliorer la situation du programme. 

Photo : F-35 @ Lockheed Martin

 

 

10/07/2019

La Bulgarie achète le F-16 « Viper » !

3401340743.jpg

Suite à de nombreux mois de négociations, la Bulgarie a annoncé finalement aujourd'hui la conclusion d'un accord sur l'achat de 8 avions de combat Lockheed-Martin F-16 C/D Block70/72 « Viper » neufs. La commande comprend 2 biplaces et 6 monoplaces pour un montant estimé à 1,256 milliard de dollars. Il s’agit là du plus importante contrat militaire de la Bulgarie depuis la chute de l’Union soviétique et la fin de la guerre froide.

Les nouveaux F-16 remplaceront les chasseurs russe MiG-29 « Fulcrum » actuellement exploités par l'armée de l'air bulgare.

Rappel :
 

Après un premier choix avec le Saab JAS-39 C/D Gripen en 2017, l’opposition arrivée au pouvoir à casser la décision et relancé un appel d’offres. Les Etats-Unis, la Suède et l'Italie ont répondu à la demande de propositions de la Bulgarie concernant la fourniture de 16 avions de combat neufs ou d’occasions en provenance des États-Unis, du Portugal, de la France, de l'Allemagne, d’Israël, de l'Italie et de la Suède. Au final, les USA proposent le Lockheed-Martin F-16 et le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet », l’Italie l’Eurofighter T1 d’occasion et la Suède des Gripen E.

Le Cabinet du ministre de la Défense a recommandé l’achat de F-16 le 9 janvier et l’approbation du Parlement pour entamer les négociations a été donnée le 16 janvier.

Le F-16 Viper pour la Bulgarie :

En plus des 8 appareils F-16 C/D Block 70/72, le contrat comprend notamment d’un large éventail d’équipements, d’armes, de formation et de soutien connexes. Son inclus : neuf radars AN/APG-83 AESA (Active Scanning Electronically Scanning Array) de Northrop-Grumman, quatre pods de ciblage SNIPER AN/AAQ-33, 16 missiles air-air de moyenne portée évolués AIM-120 C7 AMRAAM, 24 missiles AIM-9X Sidewinder; neuf canons M61 Vulcan de 20 mm; 15 kits de bombe guidée GBU-49 Enhanced Paveway II, 15 kits de bombe guidée Laser JDAM GBU-54, 28 bombes de petit diamètre GBU-39 SDB-1 et 24 bombes MK-82 tritonales.
Les systèmes défensifs comprennent neuf suites de guerre électronique défensive intégrée intégrées internes AN/ALQ-211, des distributeurs de contre-mesures et des contre-mesures infrarouge.

Les autres systèmes et services comprennent un simulateur de vol et de maintenance, du matériel de communication, des installations et une assistance pour la construction, des pièces de rechange, une formation et des services techniques, d’ingénierie et de soutien logistique pour le gouvernement américain et les entrepreneurs.

Il semble par contre qu’au vu du prix proposé à la Bulgarie, celle-ci aurait rennoncé à certians systèmes afin de faire baisser le prix final. Les systèmes concernés ne sont pas divulgués.

Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70 :

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures en de l’US Air Force.

2522910791.jpg

Photos : F-16 C/D Block70/72 Viper @ Lockheed Martin

 

07/04/2019

F-35, la Turquie poussée hors de l’Otan ?

f35-turc-900x517.jpg

Washington, le ministère de la Défense américain a interrompu la livraison de pièces et d’avions Lockheed-Martin F-35 « Lightning II » à la Turquie après que Ankara eut refusé d'annuler une commande en faveur du système de défense sol-air S-400..

Les États-Unis et leurs alliés s’inquiètent du fait que le projet turc d’acquérir le système de missile sol-air, Almaz-Antey S-400 « Triumf » pourrait exposer les vulnérabilités de l’avion furtif. Des faiblesses qui pourraient ensuite être exploitées par la Russie. Le système radar est considéré comme l’un des plus avancés du marché à l’exportation.

Les États-Unis ont clairement indiqué que l'acquisition de S-400 par la Turquie était inacceptable. Par conséquent, le DoD a pris les mesures nécessaires pour assurer la planification de la redistribution du programme en vue de la résilience de la chaîne d'approvisionnement du F-35 en Turquie. En effet, la Turquie fait partie de la chaine d'approvisionnement secondaire pour le programme F-35.

Livraison et formation stoppée :

Lockheed-Martin a officiellement présenté les premiers chasseurs F-35A à la Turquie lors d'une cérémonie de déploiement en juin 2018 à Fort Worth, au Texas. Cependant, la Turquie ne devrait pas recevoir le chasseur furtif dans son propre espace aérien avant 2020. Entre-temps, ses pilotes s'entraînaient sur le nouvel avion de Luke AFB, en Arizona, ainsi que des équipes au sol destiné à la maintenance ont commencé à s'entraîner à Eglin AFB, en Floride.

Pour inciter la Turquie à abandonner le S-400, les États-Unis ont proposé le système de missile Patriot de Raytheon. Mais la Turquie a refusé l’offre.

Les risques techniques:

Les États et l'OTAN utilisent une liaison de données tactique qui permet aux avions militaires de partager leurs images tactiques en temps quasi réel. C'est ce qu'on appelle le Link 16. Les avions de l'OTAN utilisent également les systèmes d'identification ami/ennemi soit l’IFF, pour identifier les avions amis dans le ciel.

Les interrogateurs de type IFF et le Link 16 devraient être intégré au système S-400 pour permettre aux F-35 turcs, de voler et d’apparaître comme ami sur les écrans du S-400. Mais cette situation peut compromettre les liaisons de données tactiques entre le Link 16 et l’IFF. Avec le F-35 volant à proximité du système S-400, au fil du temps, vous pourriez rassembler les caractéristiques sensibles à la furtivité du F-35 et voir ses capacités de furtivité détaillées. Il faut savoir que dès que vous connaissez la forme de l’onde issue du F-35, vous pouvez l’usurper,  et donc renvoyer un faux signal qui peut tromper les radars de l’Otan.

Et si la Turquie quittait l’Otan ?

La situation est devenue particulièrement critique entre les Etats-Unis et la Turquie. Cette situation pourrait à terme se compliquer, car il n’est pas question pour les l’Otan de voir ses appareils scannés par le système S-400 prochainement implanté en Turquie. L’abandon de la base aérienne d’Incirlik est donc au menu des plafinificateurs de l’Otan. Une telle décision pourrait avoir comme conséquence de jeter la Turquie hors de l’Otan, ni plus ni moins.

Pour remplacer la base aérienne d’Incirlik, l’Otan et les Etas-Unis réfléchissent à l’utilisation de la base aérienne de Muwaffaq Salti près d’Al-Azraq en Jordanie. Cette dernière n’est pas une inconnue, puisqu’elle a été utilisée par l’OTAN et les forces aériennes de l’UE, concrètement par les Belges en 2014 et 2015. Les forces aériennes américaines opérèrent déjà depuis plusieurs années à partir de cette base.

Photos :F-35 turc @ Lockheed-Martin