11/12/2017

Le Qatar a signé son engagement pour des Eurofighter!

2b76122e-3c13-4150-a651-d2e6712c7506_675.jpg

 Au Qatar, les affaires sont menées tambours battants en ce moment, à peine le pays a-t-il signé l’achat du second lot de Rafale, que l’Emirat a conclut aujourd’hui l’acquisition de 24 avions de combat Aribus DS Eurofighter T3 « Typhoon II ». Le montant de la transaction est de 6,7 milliards de dollars.

Les livraisons doivent commencer à la fin de 2022, sous réserve que BAE Systems reçoive le premier paiement, qui doit être effectué au plus tard à la mi-2018.

"Nous sommes ravis d'entamer un nouveau chapitre dans le développement d'une relation à long terme avec l'Etat du Qatar et les forces armées du Qatar, et nous sommes impatients de travailler avec nos clients pour continuer à développer leurs capacités militaires", explique Charles Woodburn, directeur général de BAE Systems. L'État du Qatar devient le neuvième pays au monde et le quatrième au Moyen-Orient à choisir l’Eurofighter.

Rappel :

En juin, le Qatar avait conclu un accord avec Boeing portant sur 36 avions F-15QA, d'une valeur de 12 milliards de dollars. Le F-15QA est une variante avancée du F-15E « Strike Eagle » équipé d'un radar à balayage électronique actif (AESA). L'annonce de trois accords cette année, suite à la commande des 24 Rafale en 2015, souligne la volonté de Doha de mettre à jour ses capacités de combat aérien à la lumière des tensions régionales croissantes. Mais un grand défi attend le petit Emirat qui doit maintenant former de nouveaux pilotes. Pour ce faire, le pays a reçu 22 avions écoles de nouvelle génération Pilatus PC-21.

Il n’en reste pas moins que les acquisitions en matière d’avions de combat de Doha sont particulièrement spectaculaires compte tenu de la taille limitée du territoire. Le pays planifie sa sécurité sur plusieurs tableaux, la diversification des acquisitions et la densification des moyens militaires.

 

JAV20171211121522.jpg

Photos : 1 Eurofighter 2 Signature du contrat avec le Qatar @ BAe Systems

13/11/2017

Les EAU modernisent le F-16 « Desert Falcon »!

1308679539647567462.jpg

Le ministère de la Défense des Emirats Arabes Unis (EAU) vient d’annoncer avoir signé un contrat d'une valeur de environ 1,4 milliards d'euros)pour la modernisation de ses F-16 E/F « Desert Falcon ».

La mise à jour concerne principalement le changement de logiciels afin d’éviter une obsolescence de l’ensemble des systèmes.

Rappel :

L’Emirat avait choisi en 2013 de passer commande du Lockheed-Martin F-16E/F «Desert Falcon» Block60 à la surprise générale.

Le F-16E/F «Desert Falcon» : 

Le F-16E/F «Desert Falcon» est une modernisation directement dérivée du F-16 «Viper» (ex Sniper) en usage à Taïwan par exemple. La dénomination «Desert Falcon» est utilisée principalement pour les exportations au Moyen-Orient. Le «Desert Falcon» et le «Viper» sont tous deux au standard Block60 qui comprend : 

L'avion dispose du radar AN/APG-80  de type AESA de Northrop-Grumman. Côté motorisation l’avion reprend le Pratt&Whitney F100-229. Le cockpit est entièrement numérique et permet l’usage de lunettes de vision nocturne.

Question armement : le «Desert Falcon» utilise le Raytheaon AIM-9X Sidewinder avec viseur de casque Boeing JHMCS, l’AIM-120 AMRAAM pour la portée moyenne. Pour l’attaque au sol, l’avion permet l’emport des bombes GBU-21v1 JDAM (Joint Direct Attack Munition) ainsi que l’ensemble des bombes GBU Enhanced Paveway à guidage laser.

 

Photo : F-16 E « Desert Falcon » des EAU@ Lockheed Martin

 

 

 

18/09/2017

Surprise, le Qatar veut aussi des Eurofighter !

CmlKoVUWAAAH9EU.jpg-large.jpeg

Londres, la surprise est énorme, le Qatar vient de signer une lettre d'intention (LOI) pour acheter 24 avions de combat Airbus DS Eurofighter « Typhoon II ». Le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon et son homologue qatari, Khalid bin Mohammad Al Attiyah, ont signé l'accord à Doha le 17 septembre dernier.

Les responsables du Qatar révèlent que l'accord renforcera la coopération et l'engagement de la défense entre les deux pays et jettera les bases des "intentions du Qatar concernant le développement et la production du standard T3 de l’Eurofighter.

F-15 E, Rafale et Eurofighter :

Cette commande est en soi une surprise, le Qatar a passé commande en 2015 pour 24 avions de combat Rafale pour près de 6,3 milliards d’euros, puis en 2016 se sont 36 Boeing F-15 E « Strike Eagle » qui ont été commandés pour une valeur d'environ 4,7 milliards de dollars. En commun, les trois types vont remplacer les Mirage 2000 que le Qatar utilise actuellement pour les missions de défense aérienne. Sachant que le pays pourrait encore commander jusqu’à 36 F-15 E et 12 Rafale supplémentaires, l’arrivée de l’Eurofighter en a surpris plus d’un !

Un choix politique :

La décision du Qatar est en soi une tentative d’amadouer l’Europe dans sa guerre des mots avec l’Arabie Saoudite. Le Qatar s’est retrouvé isolé du point de vue diplomatique face à l’Arabie Saoudite qui l’accuse de soutenir le terrorisme. En arrière plan le soutien du Qatar à l’Iran a fortement déplus aux Emirats voisins. Mais derrière la guerre des frères ennemis du wahhabisme, c’est l’avenir économique de la région qui se joue. Le Qatar a besoin d’alliés en Occident et ces trois achats son un premier pas, du moins une tentative pour se mettre à l’abri.

Eurofighter T3 : 

L’Eurofighter T3 (F3) dispose du radar AESA E-CAPTOR. L’arrivée du E-CAPTOR permet grâce à son antenne AESA d’effectuer des tâches multiples simultanément. Le nouveau radar conserve les principales caractéristiques de l'architecture du radar ECR-90 CAPTOR actuel, mais, il est  doté d’une antenne AESA en lieu et place de l’actuelle antenne mécanique. Il est prévu d’exploiter la maturité du système actuel et d’y adjoindre le mode AESA. Eurofighter GmbH et Euroradar, de concert avec leurs partenaires industriels ont commencé le développement à grande échelle de la nouvelle génération d’antenne radar AESA (Active Electronically Scanned Array). L'objectif est de permettre une mise en service du nouveau radar pour 2018 et de ce fait, répondre aux exigences des pays partenaires et clients à l'exportation. L'intégration d'armes comprend les missiles Meteor, Storm Shadow et Brimstone II et les bombes Paveway IV et de petit diamètre. 

 

 

3766618795.jpg

Photos : Eurofighter T3@ Airbus DS

 

16/09/2017

Une très belle édition pour le Breitling SionAirshow !

DSC_7429.jpg

Depuis vendredi l’édition du Breitling SionAirshow a débuté son avec lot de démonstrations aériennes toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Oldtimers, les patrouilles italiennes, suisses (PS & PC7 Team) et jordanienne et le Breitling Jet Team sans oublier les avions de combat les plus modernes et la douceur des planeurs et autres parachutistes sont tous là pour satisfaire un public de passionnés.

Pour les puristes, une petite déception le niveau de base des présentations a été rehaussée par l’OFAC, s’en suit des présentations 50 mètres plus haut que lors de l’édition 2011.

Un site exceptionnel :

DSC_7419.jpg

Sion est en soi une référence en matière de situation, la topographie des lieux est exceptionnelle pour voir évoluer tout ce que peut produire l’aéronautique. Les patrouilles aériennes et autres jets doivent adapter leur présentation pour faire corps avec la montagne, mais le résultat est simplement extraodinaire. On se souvient encore, des fabuleux meetings internationaux qui se déroulaient régulièrement dans les années quatre-vingts et une dernière fois en 97, puis, ce fut le grand vide (sauf les portes ouvertes organisées par les Forces aériennes) ! Par chance, une nouvelle organisation s’est mise en place pour relancer de manière régulière cette manifestation en 2011. Le meeting est organisé en partenariat avec l’ensemble des acteurs de la région, soit la ville de Sion, l’aéroport, les Forces aériennes, les autorités communales et l’aéro-club du valais. Cette nouvelle édition est une réussite, toute l’équipe des organisateur peut être fier, merci à toutes et tous !

Le Flyboard Air :

DSC_7319.jpg

Dans cette édition, dès vendredi nous avons pu admirer l’extraordinaire présentation de Franky Zapata avec son Flyboard Air. Techniquement le Flyboard Air se pilote comme un Segway, c'est-à- dire grâce au transfert de masse opéré par le pilote. Sauf qu'un Segway dispose d'un support et n'a pas pour préoccupation le lacet, ce mouvement de rotation horizontal autour d'un axe qui n'est, par ailleurs, pas toujours vertical dans le cas du Flyboard Air. Pour parvenir à stabiliser son engin, Francky Zapata a donc prévu de l'équiper de pas moins de six moteurs. Quatre sont disposés sous le plateau qui supporte le pilote, deux sur les côtés, ces derniers sont utilisés pour la rotation. Pourquoi quatre moteurs sous la planche au lieu d'un seul ? Pour stabiliser l'appareil. Ces quatre moteurs sont en effet en mouvement, afin d'ajuster au mieux la direction de la poussée en fonction des mouvements du pilote. Voir voler Franky à Sion est une pure merveille ! A noter qu’en France, son pays, Frank est interdit de vol. Nul n’est prophète en son pays paraît-il ?

Nouvel avion de combat la bataille à débuté :

IMG_0129.JPG

Ils sont presque tous présents les futurs avions en compétition pour notre pays, Gripen, Rafale et Eurofighter ont donné le ton dès vendredi dans le ciel sédunois pour le plus grand plaisir des yeux et des oreilles. Mais la bataille à débuté en coulisse. Airbus DS, Dassault Aviation, Saab et Lockheed-Martin sont tous présents avec un stand. Distribution de casquettes, porte-clefs, autocollants, visites de cockpits pour les uns, simulateurs pour les autres, le public a le choix pour se familiariser avec chacun des appareils.

Ce vendredi, une importante délégation composée d’industriels suisses est venue visiter les avionneurs et parler d’offres compensatoires, soit un élément clef dans l’achat d’un tel avion. Ce samedi, l’avionneur Saab a convié la presse sur son stand pour une conférence de présentation des derniers développement son Gripen E.

 

DSC_7349.jpg

DSC_7404.jpg

DSC_7288.jpg

DSC_7278.jpg

 

DSC_7282.jpg

 

DSC_7311.jpg

DSC_7423.jpg

DSC_7425.jpg

Photos : 1 Sion un site privilégié 2 F-16 belge 3 Franky Zapata 4 Les stand des avionneurs 5 Les Frecce Tricolori, 6 Curtiss P-40, 7 Simulateur F-35, 8 Hawker Hurricane, 9 Antonov An-2, 10 F/A-18 Swiss solo Display, 11 Gripen C hongrois 12 Rafale RSD et Eurofighter allemands@ P.Kümmerling

 

 

 

23/08/2017

Les KAI FA-50 philippins en service!

232.jpg

Korean Aerospace Industries (KAI) a achevé la livraison des 12 avions de combat légers FA-50PH à l'armée de l'air des Philippines. Les deux derniers avions FA-50 sont arrivés à la base aérienne de Clark au Philippines, en mai dernier. Les appareils avaient quittés les installation de KAI à Sacheon, en Corée du Sud, équipé de trois réservoirs de carburant externes.

La première volée de pilotes philippins a terminé sa transition sur le nouvel avion et a débuté le service de vol opérationnel à fin juillet. La pleine capacité opérationnelle des équipages sera atteinte en 2019.

Le standard FA-50PH est la variante d'attaque légère du T-50 Supersonic école de KAI développé conjointement avec l’avionneur américain Lockheed-Martin. Les Philippines sont devenu le premier pays a exploiter cette variante de l’avion. Les FA-50PH philippins peuvent emporter éventail d'armes jusqu'à 3500 kg, dont des bombes non guidées MK-82, les missiles air-air AIM-9 « Sidewinder » et le missile air-sol AGM-65 « Maverick ».

Ces dernières semaines des FA-50PH ont été utilisés pour la première fois pour des missions de soutien aérien proches, avec des turbopropulseurs OV-10 « Bronco » contre des militants Islamistes sur la ville de Marawi.

KAI T-50 « Golden Eagle » :

Le T-50 est un appareil école non armé, alors que le modèle FA-50 dispose d’un radar de tir israélien Elta EL/M2032, mais fabriqué sous licence en Corée du Sud par Lignex. Le T-50 « Golden Eagle » et largement dérivé du Lockheed Martin F-16 Fighting Falcon et dispose de nombreuses similitudes, les ingénieurs de KAI se sont largement inspirés de la production sous licence des F-16 pour la ROKAF. La gamme T-50 dispose par contre d’une avionique entièrement coréenne, mais couplée à un certain nombre d’élément d’origine américaine comme le GPS fournit par Honeywell.

Le plafond pratique est de 14.600 mètres (48.000ft) et la cellule est prévue pour une de durée de 8000 heures de vol. Question motorisation les deux versions sont dotées d’un General Electric F404-102 à double flux-produit sous licence par Samsung Techwin. Le T-50 atteint la vitesse maximale de Mach 1,4.

kai_fa-50-46.jpg

Photos : 1 FA-50PH Phil Air Force@ MCKYOZ 2 Image de synthèse du FA-50PA@ KAI