04/04/2010

Inde : Premier vol de l’hélicoptère de combat LCH

 

 

LCH21.jpg

 

 

Le 29 mars, le prototype de l’hélicoptère de combat léger indien LCH (Light Combat Helicopter), a effectué un vol de 20 minutes, selon le constructeur Hindustan Aeronautics (HAL). Il a permis aux pilotes d'évoluer à basse vitesse ainsi qu’à différentes altitudes et à tester les différents systèmes de bord. Les performances de l'hélicoptère seraient satisfaisante selon le constructeur.

Le programme LCH :

Le LCH est basé sur des technologies développées pour le Dhruv (voir lien), premier hélicoptère d'attaque développé par une entreprise indienne, le projet LCH a été lancé en 2006, les investissements réalisés dans le projet sont actuellement estimés à 3,76 milliards de roupies  soit environ 6 milliards d'euros. Surnommé de "Dhruv" armé et bien que transportant les mêmes armes balistiques, le LCH se distingue cependant par son fuselage proche du RAH-66 Comanche américain, la disposition des sièges est alignés comme sur les d’hélicoptères de modèles occidentaux et dispose d’une ossature entièrement nouvelle pour accueillir un blindage lourd et l'ensemble des systèmes spécifiques à l'appareil. Le premier prototype a commencé à réaliser plusieurs vols d'essai en mars 2009, pour tester les systèmes de vol en juillet 2009, une seconde série de tests permit de tester les senseurs électroniques et les systèmes d'armes, enfin une troisième série de tests fut menée en décembre 2009 sous la direction de l'armée de l'air indienne. La société Hindustrian Aeronautics annonça alors que la production pourrait démarrer dès décembre 2010, cependant, des retards dans le projet ont conduit à un report de la délivrance de l'autorisation finale de vol, repoussant ainsi l'intégration du LCH dans l'armée de l'air au courant 2012-2013.

Des problèmes de poids :

Déjà un an de retard et des critiques, en cause,  plusieurs centaines de kilogrammes en sur-poids, le LCH a beaucoup à prouver. L'excès de poids a été la principale raison du retard dans le programme de LCH. L'armure lourde nécessaire pour la protection contre le feu de l'ennemi, à sérieusement compromit la mise au point de l’hélicoptère le rendant lent et difficile à manier.  Le LCH est censé avoir une masse de 2,5 tonnes à vide, mais en réalité il en pèse 580 kg de plus.

À basse altitude, ce ne serait pas un inconvénient important. Mais, le plafond de vol du LCH est de 6.000 mètres (près de 20.000 pieds), et à cette altitude un tel sur-poids réduirait considérablement la charge utile du LCH en d'armes et en munitions.

Equipements & armements :

La plupart des technologies du  LCH sont déjà en fonction sur le Dhruv, tels, le moteur Shakti, les rotors et la boîte de transmission principale. En parallèle, les armes du LCH et les capteurs sont testés sur une version armée du Dhruv. Il s'agit notamment d'un canon de 20 mm en tourelle  Nexter, du missile  MBDA MISTRAL en version air-air. L'Afrique du Sud en coopération avec l’Inde Defence R & D Organisation (DRDO) développe un missile antichar guidées (ATGM) pour le LCH dérivé du MOKOPA Sud Africain. En ce qui concerne les systèmes d’alertes et de lutte anti-missiles, la société HAL a confié le développement de l’ensemble des équipements au Suédois SAAB.

Lien sur le Dhruv :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/02/23/nouvelle-m...

 

Photo : le LCH lors de son premier vol. @ HAL Industrie.

 

21/12/2009

La Libye choisit russe !

 

 

1570109.jpg

 

 

Selon toute vraisemblance, la Libye devrait très prochainement se doter d’avions de combat russes de type Sukhoi SU-35 et SU30, YAK-130 ainsi que des hélicoptères KA-52 et MI-35. Le montant de la transaction devrait avoisiner les 700 millions d’euros (USD 1 milliard ).

Tripoli serait engagée dans des négociations avancées avec la Russie portant sur l’achat d’une première série de 12 SU-35, 4 SU-30, 6 Yak-130 d’entraînement ainsi que d’hélicoptères de reconnaissance Ka-52 et d’assaut MI-35, dont le nombre n’est pas encore connu !

Selon un responsable russe, la partie Libyenne envisage à plus long terme de renouveler complètement son parc d’aéronefs militaires. La Russie étant prête à exécuter cette commande ainsi que d’autres à 100 %.

Pas de Rafale ?

La Libye n’achèterait donc pas l’avion de combat français Rafale, en dépit des efforts soutenus effectués par Paris ! L’équipe de présentation du Rafale n’avait pourtant pas ménagé ses efforts dernièrement, aidé par l’intervention du Président Sarkozy.  2010 devrait pourtant sourire à Dassault qui devrait pouvoir engranger ses premières commandes  à l’exportation (EAU, Brésil, Inde et pourquoi pas la Suisse !).

Les choix Libyens :

Le Maître de Tripoli semble donc se diriger vers une aviation d’origine russe comme par le passé (Mig-21, Mig-25, MI-8/24) mis à part la livraison par Paris de Mirage F1.

Le Sukhoi-35

Le Su-35 se présente comme un chasseur à trois plans cinq fois plus instable que le SU-27 et équipé de nouvelles commandes de vol électrique quadruplexées. Pour l'augmentation de l'agilité et l'amélioration des performances au décollage et à l'atterrissage, il dispose de plans canards. Il est muni d'une perche de ravitaillement en vol, logée dans le côté gauche. Le pilote, assis sur un Siège éjectable KD-36M incliné à 30° et peut visualiser les informations nécessaires sur trois écrans multifonctions en couleur et un quatrième monochrome. 

Le Su-35 est le premier chasseur au monde à avoir deux radars, un N-011 multi-mode à balayage électronique à l'avant et un N-012 dans le cône de queue. Le N-011 est capable d'acquérir 15 cibles et d'en engager 8, sa portée est de plus de 100km.  Il possède également: un capteur optronique frontal capable de travailler en mode infrarouge. Il est évidemment doté d’une architecture complète en matière de guerre électronique.

1581914.jpg

 

 

Le Yak-130 :

Le Yakovlev Yak-130 est un avion d’entraînement avancé russe mais également utilisable comme avion de reconnaissance et d’attaque au sol. Développé dans les années 90 et rejoint par l’italien Aermacchi. Trois prototypes furent construits pour la qualification de l'appareil. La qualification préliminaire permettant son utilisation par l’aviation russe en tant qu'avion d'entraînement avancé fut attribuée en novembre par le centre d'essai en vol.  Le 19 mai 2009 le premier des douze appareils destinés aux Forces aériennes russes, a effectué son premier vol. En 1998, les espoirs visaient la fabrication de 1 300 appareils d'entraînement et de 770 pour l'appui feu.

1261163.jpg

 

 

Le Kamov Ka-52 :

Le Kamov Ka-52 Alligator est un hélicoptère de combat biplace côte-à-côte doté de rotors contrarotatifs et d’un siège éjectable fonctionnant après l’extraction du double rotor.

Le Kamov Ka-50 a été conçu à partir de décembre 1977sur une demande de l’Union soviétique qui souhaitait disposer d'un hélicoptère de combat capable en particulier de missions antichar. Il s'agissait de répondre au programme américain AAH qui aboutit à l’AH-64 Apache et de trouver un successeur à moyen terme au MI-24. Les deux principaux hélicoptéristes soviétiques se lancèrent dans leurs projets respectifs, celui de Kamov étant appelé V-80 (V pour Vertoliet, hélicoptère). Alors que le MI-28 semble être un croisement d'Apache et de MI-24, le futur Ka-50 innove largement. Des innovations qui soulèvent la perplexité des Occidentaux contribuent à bloquer son exportation actuellement mais qui sont logiques selon la tactique d'emploi de l'hélicoptère dans l'Armée rouge de l’époque.

En effet, en Occident les hélicoptères volent en rase-motte pour se protéger et engagent leurs cibles en restant à la plus grande distance possible. Les Soviétiques utilisaient leurs hélicoptères comme des avions d'assaut : ils se déplaçaient en vol "tactique" horizontal à des altitudes plus élevées et fonçaient sur leurs objectifs en le mitraillant, jusqu'à le dépasser et faire demi-tour pour une nouvelle passe de tir. Le vol stationnaire est essentiellement utilisé pour les décollages et atterrissages.

Le Ka-52 est une variante biplaces adaptée pour l’exportation et permettant la mise en utilisation des tactiques occidentales.

Le MI-35 :

le MI-35 est l’ultime version du Mi-24 Hind du constructeur Mil dont plus de 2’500 exemplaires ont été produit.m Le MI-35 est la version export dont l’avionique peut être dotée d’équipement Occidentaux.

1541147.jpg

 

 

Photos : 1 SU-35 2 Yak-130 3 Ka-52 @ Oleg. V. Belyakov. 4 Mi-35 @ Radim Spalek.