28/04/2019

Le Sukhoi Su-57 offert à l’exportation !

D4voK15WsAEUMV1.jpg

Le gouvernement russe autorise l'exportation de l'avion de chasse de cinquième génération Sukhoi Su-57. Viktor Kladov, directeur de la coopération internationale et de la politique régionale de la société de portefeuille industrielle russe Rostec Defence, a déclaré que la version de l'avion destiné aux clients internationaux s'appellera Su-57E (Export).

Il a ajouté qu'il s'attendait à ce que l'avion soit un candidat concurrentiel pour des programmes au Moyen-Orient et dans certaines régions de l'Asie-Pacifique.

Selon Kladov, le Su-57E pourrait être officiellement dévoilé au salon aéronautique de Dubaï en novembre 2019, et ce dévoilement refléterait le marché d'exportation cible du Su-57E. "Nous pensons que le Moyen-Orient est un marché attractif pour cet avion", a déclaré M. Kladov.

Pas de pression américaine :

Lors de la commercialisation de l'avion destiné à l'exportation, M. Kladov a déclaré qu'il était peu probable que les clients soient dissuadés par la loi américaine intitulée Countering's Adversaries Through Sanctions Act (CAATSA). Cette législation, introduite en août 2017, proposait des sanctions aux clients de la défense russe en réponse à l'ingérence présumée de Moscou dans l'élection présidentielle américaine de 2016 et à l'annexion de la Crimée. 

Le Sukhoi Su-57 :

726849443.jpg

Susceptible de venir remplacer l’actuel Su-27, le nouvel avion dispose d’un nombre considérable de nouveauté avec notamment le mode « Supercroisière », l’adjonction de la fusion des données et une signature radar réduite. Le Su-57 est doté d’une centrale de navigation inertielle BINS-SP2M à gyrolasers qui permet de gérer automatiquement les informations de navigation  et ceci même si le réception GPS (Glonass) ne fonctionne plus. L’avion dispose de commandes de vol électriques et multiplexées avec un système mécanique en « back-up » permettant de ramener l’appareil à destination en cas de défaillance généralisée du système électrique. Un système de communication S111-N avec deux radios cryptées UHF/VHF, une liaison de données complète le tout.

Les moteurs actuels du Su-57 Izd117 ne sont pas définitifs et représente une variante fortement modernisée de l’AL-31F équipant le Su-27 Flanker.  Le futur moteur qui est encore aux essais, l’Izd 30 permettra le mode de la « Supercroisière » avec un rapport poids puissance supérieur avec la poussée vectorielle.

On notera que le Su-57 dispose d’une extension mobiles le LEVCON (Leading Edge Vortex Controllers)qui vient se positionner devant l’aile et permet de combiner l’effet des plans canards avec celui des extensions des bords d’attaques. Ce système permet à l’avion moins sujet à des pertes de portances lors d’angles d’attaques élévés.

Le Sukhoi Su-57 dispose de cinq radars intégrés développés par NIIP Tikhomirov MIRES (Multifunction Integrated Radio-Electronic System) ce dernier est composé de deux ensembles de capteurs principaux: soit le radar AESA en bande X N036 dans le nez, deux radar AESA en bande X N036B placés à côté du cockpit en amont, deux radars AESA en bande L N036L placés sur les bords d’attaques. De fait, le Su-57 peut "voir"  sur une plage de 270° autour de l’appareil. Les performances précises des radars ne sont pas encore connues malgré tout les premiers chiffres parlent d’une capacité de détection montant jusqu’à 400 Km (donnée estimée) en air-air et en fonction de la taille de la cible avec la possibilité de détecter 62 cibles et d’en engager 16 simultanément en air-air tandis que le système peut assurer l’engagement de 4 cibles en air-sol simultanément.

En ce qui concerne la guerre-électronique, l’avion dispose du système de contremesures L402, soit un ensemble de nombreux capteurs qui assure une protection spécifique.

En ce qui concerne l’armement, l’avion emporte une vaste gamme de missiles air-air : K-74M2, K-77M et IZD80. Pour l’air-sol : le Kh-38M, Kh-58USK, Kh-59MK2 et KAB-250 sans oublier le BrahMos. Un canon GDh-301 de 30mm vient compléter l’équipement.

Photos : 1Su-57 2Cockpit @ Sukhoi

10/01/2010

Le prototype du Sukhoi T-50

 

 

yourfile.jpgfilename=yourfile.jpg

 

 

La Russie prépare un avion de combat de la 5e génération, le prototype du Sukhoi T-50 devrait très prochainement effectué son premier vol !

Pas de photo, mais des infos :

A ce jour, aucune photo officielle n’a encore filtré, seul des images de synthèse et dessins d’artistes sont disponibles. Par contre, on en sait un peu plus sur le projet PAK-FA qui préfigure l’avion omnirôles de prochaines générations. Désigné sous l’appellation PAK-FA, le premier prototype du Sukhoi T-50 à effectué fin décembre ses premier essais de roulage sur l’aérodrome de Komsomolsk-sur- l’Amour.

Ce premier prototype baptisé T-50-KNS (Kompleksnyi Naturnui Stend / cellule grandeur nature) serait doté d’une variante du réacteur AL-41FS (NPO Saturn 117A) qui équipe les SU-35. Celui-ci devrait utiliser la poussée vectorielle pour le tangage, le lacet et le contrôle de roulis. Le système dispose d’un  nouveau compresseur  à haute pression offrant une température plus élevée, afin de soutenir une augmentation de la poussée en réchauffe.

Le T-50 devrait donc combiner une forte poussée qui combinée à la poussée vectorielle l’autoriserait à des décollages courts de l’ordre de 300/400 mètres. L’avion sera également capable de voler en mode supercruising (croisière supersonique sans post-combustion).

Selon Sukhoi, deux autres prototype seraient déjà assemblés, l’un ayant pour fonction de servir au banc d’essais statiques et l’autre devrait voler cette année.

180px-PAK_FA_AESA_maks2009.jpg

 

 

Le programme PAK-FA :

Initialement ce programme d’avion de combat est issus d’une collaboration en partenariat  entre le russe Sukhoi et l’indien HAL. Si le développement semble commun entre les deux constructeurs, les deux versions livrées aux deux pays devraient sensiblement différer. Le modèle russe devant être mono pilote alors que l’Inde désire une version bi places en tandem.

La répartition des tâches a été de développement est la suivante, l’indien HAL s’occupe des logiciels critiques, les ordinateurs de missions, les systèmes de navigation et une grande partie de l’affichage du cockpit ainsi que des contres-mesures électroniques (CMD).

La Russie développe quant à elle l’ensemble des systèmes de l’avion, motorisation, armement, l’hydraulique l’ensemble des systèmes de vols et de communication sans oublier le radar.

 

Visiblement l’avion devrait avoir une certaine ressemblance avec le  F-22 «Raptor», en effet, le T-50 devrait avoir une masse au décollage de 25 à 30 tonnes. Conçu pour transporter des armes en interne. L’emploi de nombreuse pièces en plastique carbone devrait également permettre d’alléger l’appareil.

L’entrée en service devrait se faire en plusieurs étapes, selon Sukhoi les premières machines pourraient dans une version de base entrées en service d’ici 2016 puis d’ici 2020 en version plus élaborée.

sukhoit50mr9.jpg

 

 

Photos :1 images de synthèses d’artistes. 2 prototype antenne radar. 3 Image synthèse @ Josef Gatial