25/03/2020

Boeing prépare le redémarrage du B737 MAX !

unnamed.jpg

L’avionneur américain s’active malgré la crise du Coronavirus en vue du redémarrage de la production du B737 MAX en mai prochain. En parallèle, il s’agit également de mettre à jour les dizaines d’avions déjà produit qui attendent au sol.

Reprise en main du « MAX » :

Hormis le profond problème du MCAS qui a causé deux accidents mortels, Boeing a effectué un audit interne en décembre dernier pour déterminer si, il existait d’autres problèmes sur le « MAX ».  

Parmi les problèmes les plus urgents découverts figuraient des problèmes non signalés auparavant concernant le câblage qui permet de contrôler la queue du Max. La société cherche à savoir si deux faisceaux de câbles critiques sont trop proches l'un de l'autre et pourraient provoquer un court-circuit. Un court-circuit dans cette zone pourrait entraîner un crash si les pilotes ne répondaient pas correctement. Depuis, un correctif a été mis en place pour corriger le problème. A noter que ce problème n’est pas spécifique au « MAX » ni à Boeing.

Boeing a également récemment déclaré à la FAA qu'il avait découvert un problème de fabrication qui rendait les moteurs de l'avion vulnérables à la foudre.

Lors de l’assemblage du « MAX » les ouvriers ont rabattu la coque extérieure d’un panneau qui se trouve au sommet du carter du moteur afin d’assurer un meilleur ajustement dans l’avion. Ce faisant, ils ont enlevé par inadvertance le revêtement qui isole le panneau d'un coup de foudre, retirant une protection cruciale pour le réservoir de carburant et les conduites de carburant. Un correctif a été mis en place afin de rétablir la protection contre la foudre sur le panneau moteur et Boeing est déjà en train de résoudre le problème.

Une planification complexe :

Le calendrier de relance du « MAX » dépend de deux facteurs importants : la situation sur le front du COVID-19 et les décisions de la FAA en vue d’une obtention de l’autorisation de reprendre le service.

Selon un porte-parole de Boeing, l’avionneur a pris contact avec des fournisseurs, pour les avertir de se préparer à une relance du programme.

Toujours selon Boeing, ce dernier a travaillé à réduire les inefficacités, améliorer la qualité et faciliter la rentrée de l'avion sur le marché. 

Photo : B737 MAX @ Boeing

 

18/03/2020

Vol inaugural pour le SpaceJet M90 en configuration certifiable ! 

mitsubishi aircraft,space jet m90,nouveaux avions de ligne,éco-avion,les nouvelles de l'aviation

L’avionneur japonais Mitsubishi a effectué le premier vol de son SpaceJet M90 (FTV10) en configuration certifiable aujourd’hui. Le SpaceJet M90 ne vous dit rien ? Il s’agit de la nouvelle dénomination du MRJ 90.

Le SpaceJet M90 a décollé à 14 h 53 (JST) de l'aéroport préfectoral de Nagoya et a effectué des tests de performance de base des avions dans des conditions d'exploitation normales au-dessus de l'océan Pacifique. Après environ deux heures de vol, l'avion est rentré à Nagoya à 16 h 40 (JST). Avec l’achèvement du premier vol de ce vol, Mitsubishi Aircraft Corporation est prête à entrer dans la phase finale des essais en vol de certification du SpaceJet M90, le premier avion commercial fabriqué au Japon.

mitsubishi aircraft,space jet m90,nouveaux avions de ligne,éco-avion,les nouvelles de l'aviation

Au cours des prochaines semaines, Mitsubishi Aircraft prévoit de poursuivre les essais en vol sur le SpaceJet M90 à Nagoya, ainsi que de préparer le vol de ferry vers le centre d'essais en vol de Moses Lake (MFC) pour rejoindre le reste de la flotte d'essai du Mitsubishi SpaceJet M90 pour la phase finale de la certification de type.

Le Mitsubishi Aircraft SpaceJet : 

3645786718.jpg

Mitsubishi Heavy Industrie décline sont SpaceJet (ex MRJ) en deux classes, soit : le SpaceJet M70 (72 à 76 places) et le Spacejet M90 (92 à 96 places), les deux versions seront également proposées aux standards : ER (Extended Range) et LR (long Range. Le SpaceJet est le « Regional jet » qui comprend le plus de matériaux composites, afin de diminuer l’impact sur l’environnement. Des recherches ont été menées par l’Energy and Indusrial Development Organization en collaboration avec l’Agence spatiale japonaise JAXA à ce sujet.

La famille SpaceJet devrait pouvoir concurrencer en matière de coûts les actuels Airbus A220 et Embraer E175 avec une consommation en kérosène inférieure de l’ordre de 11% au premier et 13% au second. Toujours selon le constructeur, le SpaceJet doté des moteurs Pratt & Whitney PurePower PW1217G réduira l'empreinte de bruit au décollage de 40% par rapport à l’Embraer E190. Le SpaceJet pourra effectuer des vols sans escale au départ de Denver à New York ou à Miami par exemple.

images.jpeg

Question confort, la cabine du SpaceJet permet l’installation de la nouvelle génération de « sièges minces », qui disposent d'un dossier de siège plus fin et qui prendront moins de place entre les rangées, en offrant un espace pour les genoux des passagers de 31 pouces. Ces sièges contribuent également à la réduction du poids de l’avion.

67422_mitsubishimrjspacejetcairteamimages_353628.jpg

Photos : 1,2 & 4 Le SpaceJet M90 3 Cockpit 5 Intérieur @ Mitsubishi Heavy

 

11/03/2020

L’ARJ21 chinois enfin prêt !

COMAC.png

L’avionneur chinois Comac semble « enfin » arrivé au bout du tunnel avec son avion de ligne ARJ-21-700. Pour mémoire, le premier vol d’essai de l’ACAC ARJ21-700 a eu lieu le 28 novembre 2008. Puis, l’ARJ21-700 a effectué dès juillet 2009 son plus long vol d’essai entre Shanghaï et Xian, soit une distance de 1’300 kilomètres parcourus en deux heures. L’avion se trouvait en configuration de 90 sièges avec une autonomie maximale de 3'700 kilomètres. Baptisé Xian Feng (Phénix volant). Ce premier vol marquait le début des essais de finalisation pour la préparation aux vols avec passagers et son intégration dans les aéroports. Mais depuis, de nombreux problèmes sont apparus dans le développement de l’avion.

Nombreuses modifications :

La nouvelle version de l’ARJ21 de cette année bénéficie d'une refonte complète du poste de pilotage comprenant un regroupement mieux organisé de commutateurs, d'instruments et d'affichages pour accroître la conscience de la situation et simplifier la charge de travail. L'un des plus grands obstacles au développement depuis le début des essais en vol de l'avion en 2008 concernait l'intégration de l’avionique. Les concepteurs s'attendent à ce que la nouvelle configuration, testée avec succès sur le simulateur de vol de l'ARJ21, réduise considérablement la quantité de formation des pilotes.

Deux lignes de production : 

COMAC va accélérer la production de son biréacteur régional ARJ21-700 à la suite de l'ouverture officielle d'une deuxième chaîne de montage à l'aéroport international de Shanghai Pudong. L'avion n°132 a terminé son premier vol d'essai vendredi dernier, restant en l'air pendant 3 heures et 50 minutes avant de retourner en toute sécurité à sa base. Les responsables ont déclaré que, bien que les travaux sur la ligne de production se soient progressivement accélérés depuis l'année dernière, le vol marque la première fois qu'un ARJ21 a traversé tout le cycle d'assemblage pour un vol d'essai de production dans les installations de Pudong.

La dernière ligne de fabrication détient la capacité d'assembler 30 avions par an avec de la place pour créer une deuxième ligne afin d'augmenter encore les taux de production. Comac avait précédemment déclaré qu'elle aurait besoin d'une nouvelle ligne en raison de contraintes d'espace dans son usine de fabrication d'avions de Shanghai Changzhong Road, car la capacité de cette usine ne peut pas dépasser 15 ARJ21 par an. À ce jour, Comac a livré un total de 23 ARJ21 à des opérateurs chinois. Ces derniers subissent de nombreuses mises à jour en fonction de l’avancée des améliorations en cours.

2443914570.jpg

Le COMAC ARJ-21 :

Premier avion de ligne chinois (avec une aide américaine (dérivé du B717) et européenne) l’ARJ-21. L'ARJ21 (Jet régional avancé pour le 21ème siècle) a été indépendamment développé par la Chine, mais avec des fournisseurs occidentaux. Avec une consommation plus faible et une durée de vol plus longue, l'ARJ21 réduira les coûts aériens de 8% à 10% pour les compagnies aériennes chinoises, dont la plupart utilisent actuellement des avions de plus de 140 sièges pour les vols courts et longs courriers.

Le poste de pilotage est équipé de cinq écrans EFIS Rockwell Collins 10 x 8 haute résolution à cristaux liquides avec affichage adaptatif du vol. Honeywell fournit les commandes de vol de type fly-by-wire. Le reste de l’avionique est basée sur le système Rockwell Collins Pro Line 21, VHF-4000 4000 IRU de données numériques audio et de liaison numérique, un Rockwell Collins 4200 FMS de gestion de vol offrant de multiples « Wavepoint » de navigation couplé aux temps de vol et de carburant, le système comprend tous les standards aux instruments et le niveau terminal d'arrivée des routes et des approches (SID et STAR).

Les systèmes de navigation comprennent un radar météorologique Rockwell Collins, un avertissement de trafic et d'évitement des collisions système (TCAS) et d'un système de données de l'air.

L'avion est propulsé par deux General Electric CF34-10A et sont équipés d’un FADEC couplé à un contrôle des vibrations et d’inversion de poussée fournit le suisse Vibrometer SA. Le canadien CAE a fourni le simulateur de vol de ARJ-21.

China_ARJ-21.jpg

Photos : 1 & 3 ARJ21-700 2 Cockpit @ COMAC

 

 

 

28/02/2020

Premier A350 pour Aeroflot !

airbus,a350-900,aeroflot,nouveaux avions de ligne,les nouvelles de l'aviation

La compagnie russe Aeroflot vient de réceptionner son premier A350-900 auprès de l’avionneur Airbus. Au total, 15 appareils rejoindront le transporteur. Le premier vol est prévu pour le 20 mars prochain.

Le premier A350-900 a été baptisé P. Tchaikovsky. Les A350 sont configurés pour accueillir 28 passagers en classe Affaires, 24 en Premium et 264 en Economie. L’avion offre un total de 316 sièges, soit : 14 de plus que sur les actuels A330-300 qu’ils vont remplacer progressivement. Les A350-900 d’Aeroflot seront déployés les routes intérieures dans un premier temps sur les lignes entre Moscou et St Petersburg ou Sochi.

L’A350-900 : 

L’A350 XWB offre par nature une flexibilité et une efficacité opérationnelles inégalées pour tous les segments du marché - jusqu’à très longue distance (17 900 km). Sa cabine Airbus by Airbus est le plus silencieux des aéronefs à double allée et offre aux passagers et aux équipages l'expérience de vol en vol la plus moderne. L'avion est doté de la dernière conception aérodynamique, d'un fuselage et d'ailes en fibre de carbone, ainsi que de nouveaux moteurs économes en carburant Rolls-Royce Trent XWB. Ensemble, ces dernières technologies génèrent des coûts d'exploitation réduits de 25%, ainsi qu'une réduction de 25% de la consommation de carburant et des émissions de CO2 par rapport aux avions concurrents de la génération précédente démontrant ainsi l'engagement d'Airbus de minimiser son impact environnemental tout en restant à la pointe de l'air. 

Photo : A350-900 Aeroflot @ Airbus

 

25/02/2020

Jusqu’à 20 B787 additionnels pour ANA !

1.jpg

Le transporteur japonais ANA HOLDINGS INC a annoncé une volonté d'acquérir jusqu'à 20 B787 « Dreamliner ». L'accord conclu avec l’avionneur américian Boeing comprend 11 B787-10, un B787-9 et des options pour cinq B787-9 d'une valeur de plus de 5 milliards de dollars au prix catalogue de l’avionneur. La compagnie aérienne prévoit également d'acquérir trois nouveaux avions B787-9 en provenance de Atlantis Aviation Corporation. 

 « Les Boeing 787 servent avec distinction ANA et nous sommes fiers d'étendre notre flotte en ajoutant plus de ces appareils technologiquement avancés », a déclaré Yutaka Ito, vice - président exécutif d'ANA et ANA HD.

Avec cette commande, la compagnie aérienne ajoutera 11 B787-10, soit l’avion le plus grand et des plus économes de la famille « Dreamliner ».  Propulsé par une série de nouvelles technologies et un design révolutionnaire, le B787-10 est une nouvelle référence pour l'efficacité énergétique et l'économie d'exploitation quand il est entré en service en 2018. L'avion permet aux opérateurs d'atteindre l'efficacité énergétique plus de 25 % par siège par rapport aux avions plus âgés dans sa classe. Pour ANA, le B787-10 comme l'avion parfait pour remplacer les anciens B777 qui sont prévus pour la retraite. 

ANA est devenu le client mondial de lancement du B787 « Dreamliner » lorsqu'elle a passé sa commande initiale en 2004. Depuis lors, comme la moitié de tous les opérateurs de « Dreamliner », le transporteur japonais a augmenté ses commandes régulièrement pour cet appareil.

Photos : B787-10 & B787-9 d’ANA devant le Mont Fuji @ Boeing