16/06/2018

Phase finale pour le Global 7500 !

original.jpeg

Présenté en grande première lors du salon aéronautique EBACE de Genève en mai dernier, le Global 7500 a rejoint les installations de Bombardier à Montréal où le travail de finition de haute précision est effectué sur ce biréacteur phare de l’industrie. Les travailleurs qualifiés du Centre d’excellence de Bombardier situé à Dorval (Québec) ont commencé à construire et assembler des ensembles de mobiliers intérieurs incluant les cuisines, des lits pour les chambres, des meubles de salle à manger et des fauteuils « Nuage » pour de nombreux avions de clients depuis l’inauguration du centre à la fin de 2017.

« Alors que l’avion Global 7500 continue de progresser vers son entrée en service, nous sommes absolument enchantés d’accueillir le premier avion de série dans nos installations de Montréal », a déclaré David Coleal, président, Bombardier Avions d’affaires. « Le travail de finition intérieure de l’avion Global 7500 exige du savoir-faire et une technologie de pointe. Bombardier Avions d’affaires propulse son expertise de calibre mondial grâce à une nouvelle procédure modulaire de finition mettant à profit un banc d’essai avancé pour veiller à ce que tous les avions destinés aux clients dépassent les attentes sur tous les plans. »

Dans le cadre du programme de développement, les aménagements intérieurs sont validés au sol sur un banc d’essai Bombardier unique qui reproduit les conditions de vol selon les mouvements de la cellule et les charges de vol, à l’aide d’un fuselage de série monté sur un lit pneumatique. Ce processus a permis de valider l’ajustement et le fini des éléments de l’aménagement intérieur bien avant l’installation effective à bord de l’Architecte, le quatrième véhicule d’essais en vol. Bombardier utilise maintenant cet outil clé pour le processus d’installation de l’aménagement intérieur de ses avions de série pour assurer l’efficacité opérationnelle et une expérience sans compromis pour ses clients.

L’avion Global 7500 est dans les délais pour une entrée en service dans la seconde moitié de 2018. Tous les cinq véhicules d’essai sont opérationnels dans le programme d’essais en vol, avec plus de 2’000 heures d’essais en vol réalisés, témoignant d’une maturité et d’une fiabilité significatives, ainsi que d’un vol en douceur.

Bombardier a récemment confirmé que l’avion Global 7500 affiche une autonomie inégalée de 7’700 milles marins, soit 300 milles marins de plus que prévu dans les engagements initiaux. L’avion Global 7500 est le seul avion d’affaires à pouvoir relier New-York à Hong Kong et Singapour à San Francisco sans escale. Aujourd’hui, Bombardier a l’honneur d’annoncer d’autres améliorations des performances, qui, comme l’accroissement de l’autonomie, seront offertes sans coûts additionnels aux clients. Grâce au design évolué de son aile, rigoureusement testé au cours du programme de validation en vol, l’avion Global 7500 a également dépassé les engagements de performance au décollage et à l’atterrissage, affichant une nouvelle distance de décollage publiée de 5’800 pieds (1 768 mètres) avec le plein de carburant dans des conditions d’exploitation standard. Cette distance de performance au décollage améliorée est près de 500 pieds plus courte que celle de l’avion concurrent le plus proche, et bien plus petit, et permet à l’avion Global 7500 d’accéder à des aéroports aux pistes plus courtes.

DSC_7604.jpg

Photos : 1Global 7500 à Montréal@Bombardier2le Global 7500 à Genève @ P.Kümmerling

 

28/05/2018

Bombardier réorganise à la hausse sa gamme d’avions !

original.jpg

Genève, à quelques heures de l’ouverture officiel du Salon EBACE 2018. L’avionneur canadien Bombardier a annoncé aujourd’hui en grande première que son avion d’affaires emblématique de sa catégorie, qui dépasse ses engagements au cours des essais en vol, sera désormais connu sous le nom de Global 7500. En parallèle, l’avionneur lance ses nouveaux avions Global 5500 et Global 6500.

« Notre gamme d’avions « Global » entre dans une nouvelle ère, avec son avion phare, le  Global 7500, a déclaré David Coleal, président de Bombardier Avions d’affaires. « L’avion le plus grand et le plus long-courrier de tous les avions d’affaires sera complété par nos plus récents ajouts, les avions Global 5500 et Global 6500, renforçant le fait que notre gamme « Global » est, de loin, la meilleure gamme d’avions à grande cabine dans l’aviation d’affaires. »

L’avion Global 7500 est dans les délais pour une entrée en service dans la seconde moitié de 2018. Tous les cinq véhicules d’essai sont opérationnels dans le programme d’essais en vol, avec plus de 2’000 heures d’essais en vol réalisés, témoignant d’une maturité et d’une fiabilité significatives, ainsi que d’un vol en douceur.

Bombardier a récemment confirmé que l’avion Global 7500 affiche une autonomie inégalée de 7’700 milles marins, soit 300 milles marins de plus que prévu dans les engagements initiaux. L’avion Global 7500 est le seul avion d’affaires à pouvoir relier New-York à Hong Kong et Singapour à San Francisco sans escale. Aujourd’hui, Bombardier a l’honneur d’annoncer d’autres améliorations des performances, qui, comme l’accroissement de l’autonomie, seront offertes sans coûts additionnels aux clients. Grâce au design évolué de son aile, rigoureusement testé au cours du programme de validation en vol, l’avion Global 7500 a également dépassé les engagements de performance au décollage et à l’atterrissage, affichant une nouvelle distance de décollage publiée de 5’800 pieds (1 768 mètres) avec le plein de carburant dans des conditions d’exploitation standard. Cette distance de performance au décollage améliorée est près de 500 pieds plus courte que celle de l’avion concurrent le plus proche, et bien plus petit, et permet à l’avion Global 7500 d’accéder à des aéroports aux pistes plus courtes.

Les Global 5500 & 6500 :

IMG_1017.JPG

Par aileurs, Bombardier Avions d’affaires à dévoilé deux ajouts à sa flotte d’avions d’affaires : les avions Global 5500 et Global 6500, avec des autonomies de 5’700 et 6’600 milles marins, respectivement, qui les placent en tête de leur catégorie, des vitesses maximales de Mach 0,90 et la technologie de vol en douceur de Bombardier.

Les avions Global 5500 et Global 6500 se joignent à la meilleure gamme d’avions à large fuselage de l’industrie et s’appuient sur la réussite des avions Global 5000 et Global 6000.Ces nouveaux avions offrent respectivement 500 et 600 milles marins d’autonomie supplémentaire, combinée à un avantage de consommation de carburant pouvant aller jusqu’à 13 p. 100, ce qui contribue à des coûts d’exploitation très favorables par rapport à des avions concurrents plus petits à l’autonomie plus réduite. Portant les performances totales à de nouveaux sommets, ces avions affichent une augmentation de l’autonomie pouvant aller jusqu’à 1’300 milles marins lorsqu’ils sont exploités par temps chaud sur des aéroports en haute altitude, grâce à une poussée accrue et à une meilleure efficacité carburant. Comparativement à leurs plus proches concurrents, ces avions présentent également une agilité supérieure par leur capacité d’accéder à des aéroports inaccessibles à d’autres, comme celui de London-City. Les moteurs Pearl spécialement construits par Rolls-Royce et un nouveau profil d’aile rendent les avions Global 5500 et Global 6500 plus propres et plus efficaces.

Le Global 5500 peut relier São Paulo et Paris, ainsi que Moscou et Los Angeles, alors que le  l’avion Global 6500 peut relier Hong Kong ou Singapour et Londres, ainsi que Toluca et Madrid.

Photos : 1Global 7500 Global 6500 à EBACE18 @ Bombardier

25/05/2018

Le PC-24 de série au Salon EBACE !

IMG_0980.JPG

Pilatus présentera son dernier lors du Salon EBACE (European Business Aviation Convention & Exhibition) à Genève les du 29 au 31 mai prochain à Genève. Cinq clients ont déjà reçu un tout nouveau PC-24 depuis que les livraisons ont commencé en février 2018. Le travail de production des 84 premiers PC-24 commandés en 2014 est maintenant en plein essor au siège Pilatus à Stans.

Les commentaires positifs des premiers propriétaires du PC-24 sont très prometteurs: PlaneSense, le premier client, a pris livraison de son PC-24 avec le numéro de série 101 au début de février 2018 et a déjà volé plus de 300 heures. Cette société de multipropriété américaine a utilisé son PC-24 dans divers aéroports nord-américains, dont certains à haute altitude et avec des pistes courtes. L'expérience PlaneSense valide la capacité du PC-24 pour une utilisation opérationnelle quotidienne difficile. 

Pilatus de livrer en  2018 un total de 23 PC-24. Cela comprend une version exécutive pour Jetfly et le gouvernement suisse, et une version EVASAN pour le Royal Flying Doctor Service de l'Australie.

Les tests post-certification en cours :

Les prototypes du PC-24 sont actuellement occupés sur divers tests post-certification. L'accent est mis sur les approches à forte pente et opérations de décollage à l'atterrissage sur des pistes non goudronnées (en herbe) notamment à Sion, qui nécessitent différents tests individuels. Le programme de test post-certification devrait être terminé dans l'année. 

A propos du Super Jet Polyvalent :

Le PC-24 est le premier biréacteur d'affaires dans le monde entier conçu pour décoller et atterrir sur des pistes très courtes, ou les pistes non pavées, et d’offrir une porte cargo standard. Il dispose également d'une cabine très spacieuse dont l'intérieur peut être facilement adaptée aux besoins du personnels. La flexibilité exceptionnelle du PC-24 ouvre la porte sur un éventail enviable de possibilités, que ce soit en temps que jet d'affaires, d'avions d'ambulance ou pour d'autres missions spéciales. Tout cela fait un super polyvalent Jet, un avion conçu pour répondre à une grande variété de profils de mission individuels.

Photos :PC-24 aux couleurs des Flying Doctors Australiens @ Stephan Widmer

15/05/2018

Les Gulfstream G500 & 600 accumulent les records !

 

4077743099.png

« A chaque modèle de Gulfstream, nous établissons des records », cette petite phrase de du président de la marque, Mark Burns, il y a quelques années, continue de se vérifier. Les deux nouveaux modèles G500 & G600 biréacteurs ont chacun accumulé des records de vols transpacifiques dans leurs classes de poids respectives, confirme l’avionneur Gulfstream Aerospace.

Le 20 avril, le G500 et le G600 ont volé de Shanghai à Honolulu à une vitesse moyenne de Mach 0,90. Le G500 a fait le vol en 8 heures et 34 minutes, le G600 prenant une minute de plus. Le jour suivant, les avions ont volé d'Honolulu au siège social de Gulfstream à Savannah, en Géorgie. À une vitesse moyenne de Mach 0,90, le G500 a accompli le vol en 7 heures et 44 minutes. Le G600 a enregistré 7 heures et 49 minutes. Ces nouveaux records viennent compléter les précédents obtenus tout au long de la phase de qualification.

 

Les G500 & G600 :

Le G500 et G600 représentent l'aube d'une nouvelle ère dans la conception du poste de pilotage, l'intégration, la fonctionnalité, l'ergonomie et même esthétique. Gulfstream intègre un nouveau mini-manches de contrôle actif sur les deux nouveaux avions. L’avionique est dotée du système Gufstream Symmetry Flight Deck dérivée du Primus  Epic d’Honeywell.

 

En matière de cabine, le G500 et G600 offrirent un environnement de cabine pressurisée à l'altitude la plus basse de la cabine sur le marché. Alors qu'ils volent à 51’000 pieds (15’545 mètres), les passagers se sentiront comme s'ils étaient debout sur ​​la terre ferme à peine 4’850 pieds (1478 mètres). Quant à l'air frais, les ingénieurs de Gulfstream ont mis au point, un moyen d'introduire 100% d’air frais dans la cabine. Ce système permettra de renouveler l’air en cabine toutes les deux minutes. 

Le G500 est capable de voler 5’000nm (9260 km) et reliera Doha non-stop avec Londres, Genève et Paris à Mach 0,90. Les G500 et G600 seront dotés de moteurs Pratt & Whitney Canada PW814GA, un changement important, puisque la gamme Gulfstream était fidèle à Rolls-Royce jusqu’ici. Le G600 sera capable de voler 6,200nm (11’482km). Les deux appareils pourront voler avec 19 passagers en configuration maximum. 

 

2478255484.jpg

Photos : 1G500 & G600  2Cabine G600 @ Gulfstream Aersopace

 

03/05/2018

2017 une année pleine de succès pour Pilatus !

pilatus-pc-24-p02-switzerland-august-2017-45.jpg

L’avionneur suisse Pilatus Aircraft a réalisé un exercice 2017 en forte croissance. L'avionneur nidwaldien a dégagé un bénéfice d'exploitation en hausse de plus de moitié (+52%) sur un an à 135 millions de francs. Par ailleurs, l’avionneur a atteint l’ensemble de ses objectifs pour l’année écoulée.

Dans son ensemble, les finances se sont révélées supérieurs à l'année précédente. A 986 millions de francs suisses, les ventes ont chuté juste en deçà de la barre du milliard. Après déduction de 107 millions de francs suisses pour l'investissement dans la recherche et le développement, le résultat d'exploitation revient à un total de 135 millions de francs suisses. L'avenir semble bon: à 2,17 milliards de francs suisses, le volume de commandes actuel équivaut à plus de deux ans de chiffre d'affaires. 

Une année historique :

Pilatus a écrit l'histoire de l'aviation suisse en 2017: avec la certification de son jet privé PC-24 par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) et la Federal Aviation Administration (FAA), le premier jet d'affaires suisse est maintenant prêt pour la livraison aux clients. L'accent est mis sur la production en série du biréacteur d'affaires et multirôles PC-24 et l'optimisation des processus. L'entreprise de Suisse se montre confiante pour la suite de l'exercice, grâce au niveau élevé desentrées de commandes et au lancement du PC-24. L'objectif principal est désormais d'introduire plus largement le PC-24 sur le marché.

jwd7797.JPG

Dans l'aviation générale Pilatus a vu une nouvelle expansion dans le service après-vente. Les clients des PC-12 et PC-24 bénéficient désormais d'un service 24 heures - où qu'ils se trouvent dans le monde entier. Dans l'ensemble, l'Aviation générale Business Unit a livré un total de 85 PC-12 NG. Cette réalisation est d'autant plus remarquable que de nombreux fabricants d'avions ont signalé dans le monde entier une baisse du chiffre d'affaires. 

Du côté des avions écoles, on notera les livraisons de PC-21 destinés à l’Armée de l’air française via la société Babcock Mission Critical Services France, ainsi que pour la Royal Jordanian Air Force et l’entrée en service des premiers PC-21 au sein de la Royal Australian Air Force.

Des investissements élevés dans les infrastructures :

2017 a été une année d'investissements élevés, en mettant l'accent sur l'élargissement de la série PC-24. À cette fin, tous les processus de production ont été optimisés. Les équipes de production ont été également emménagées dans la nouvelle salle de réunion. Pilatus a également commandé le nouveau centre de traitement de surface: conçu pour répondre aux dernières normes environnementales, c'est là près de deux millions de pièces individuelles qui seront fabriquées et peintes à l'avenir. 

Le nombre d'employés à temps plein a dépassé les 2’000 pour la première fois en 2017. Un total de 152 nouveaux emplois ont été créés au cours de l'année écoulée. Le Groupe Pilatus employait 2113 salariés à la fin 2017, dont 123 apprentis. 94 % de la population active est basée en Suisse, l'envoi d'un signal très clair et positif en ce qui concerne l'engagement de l'emplacement actuel. 

Pilatus PC-12 NG.jpg

Photos : 1le PC-24 2PC-21 avec les cocardes françaises3le PC-12NG @ Pilatus Aircraft