18/02/2018

La NASA va construire son avion supersonique silencieux !

quesst_render_c.jpg

La NASA va pouvoir aller de l’avant dans son projet d’avion supersonique silencieux qui répond au nom de Quiet Supersonic Technology (QueSST). Le futur avion sera capable de relier Paris à New-Yok en 4 heures 30 à Mach 1,4 avec un boom supersonique inférieur à 75 décibels.

Le premier prototype «Low-Boom Flight Demonstrator», devrait son premier vol en 2021. Il est conçu comme un banc d'essai pour les technologies qui pourraient un jour apparaître sur les avions commerciaux. Cela permettrait un voyage plus rapide que le son sans les booms vertigineux qui caractérisent les avions de chasse supersoniques et qui ont enragé les résidents de Queens, New York, à l'époque du célèbre Concorde.

Selon la NASA la technologie du QueSST doit permettre de réduire le bruit du passage du mur du son. Le son se déplace dans l'air, à environ 340 mètres par seconde, soit 1’200 kilomètres à l'heure. Quand un avion vole, il comprime l'air autour de lui. L'avion fait aussi du bruit : il émet des ondes sonores. Mais quand il atteint la vitesse du son, l'air est tellement comprimé qu'il se produit une onde de choc.

Lockheed-Martin partenaire de la NASA :

Tout comme avec le projet Aerion, l’avionneur Lockheed-Martin sera partenaire de la NASA dans ce second projet américain. Pour ce faire, Lockheed-Martin a reçu un budget préliminaire pour construire le nouveau X-plane silencieux. La société vise à atteindre l’objectif de la NASA de 60 à 65 décibels par rampe (au moins à partir du sol) en concevant une cellule à faible bruit et en utilisant une disposition du moteur qui réduit le bruit. Ce serait beaucoup plus silencieux que les jets supersoniques existants.

Pour NASA, le concept doit permettre d’obtenir un boom sonore si calme qu'il sera à peine remarqué par le public, voire pas du tout, un peu comme un coup de tonnerre lointain.

quesst.jpg

Photos : Le Low-Boom Flight Demonstrator @ NASA

30/12/2017

Le biokérosène diminue les traînées !

media_699_356472_w1200_fit_wm.jpg

Les biocarburants pour l’aviation offrent plus qu'une alternative aux hydrocarbures, ils réduisent également les émissions de particules des moteurs à réaction de 70%. Cette constatation a été faite par une équipe de chercheur dirigé par la NASA.

En collaboration avec le Centre aérospatial allemand (DLR) et le Conseil national de recherches du Canada (CNRC), la NASA a analysé les données sur les effets des carburants de remplacement sur plusieurs phénomènes, y compris la formation de traînées. Le fameux « Contrails » et les nuages ​​de type cirrus qu'ils aident à créer, sont considérés comme un facteur influençant l'environnement. L'un des principaux moteurs de la formation de traînées de condensation est les émissions de suie.

Les essais ont été effectués à l’aide de trois avions derrière un banc d'essai de type DC-8 de la NASA, brûlant un mélange 50/50 de carburant aviation et une alternative faite à partir d'huile végétale de caméline. Les avions de collecte de données, un Dassault Falcon 20, un Canadair CT-133 et Dassault Falcon 20G de la NASA ont analysé les échantillonnant des particules de glace et surveillé la formation de traînées formées par le DC-8.

Parmi les résultats: les biocarburants émettent moins de suie, ce qui entraîne une réduction de 50 à 70% des émissions de particules. De plus, les particules rejetées par les réacteurs combinées à l’air compressé produisent 40% de traînée en moins qu’avec un kérosène fossile.

«C'était la première fois que nous quantifions la quantité de particules de suie émises par les moteurs à réaction tout en brûlant un mélange 50/50 de biocarburant en vol», a déclaré Rich Moore, scientifique adjoint du projet au sein de la NASA et auteur principal d'un rapport sur les essais publiés dans la revue Nature.

 

contrails.png

Photo : Traînées produite à l’arrière d’un B747@ JPC Van Heijst

26/06/2016

X-57 l’avion électrique de la NASA !

leaptech_demonstrator_concept1-1024x720.jpg

 

Lors du forum annuel de l’aviation et de l’aéronautique qui se déroulait à Washington à la mi-juin, la NASA a présenté son projet d’avion électrique X-57. L’objectif étant de démontrer les possibilités de la propulsion électrique.

Le X-57 :

L’avion de démonstration X-57 de la NASA est issu du programme « New Aviation Horizons ». Ce programme doit permettre à la NASA révolutionner la recherche aéronautique en matière d’écologie.

Le X-57 sera basé sur une cellule Tecnam P2006 remotorisé avec 14 moteurs électriques. Les 12 petits moteurs fixés à l'aile serviront au décollage et à l'atterrissage, les deux gros aux extrémités à maintenir une vitesse de croisière de 175 mph, soit 280 km/h. L'avion, qui pourra dans un premier temps accueillir un seul pilote, aura un rayon d’action de 100 miles (160 km) et un temps de vol maximum d'environ une heure.

Selon la NASA, l’avion offrira également une réduction des frais de maintenance de l’ordre de 40%.

08479444-photo-avion-electrique-nasa-x-57-maxwell.jpg

 

Photos : le X-57 @ NASA

18/10/2014

Retour sur terre de l’étrange X-37B !

SEF14-12246-003_hires.jpg

 

Vandenberg  AFB en Californie, le Boeing X-37B Orbital Vehicle Test (OTV) a atterri avec succès hier à 09h24 sur la base américaine, concluant ainsi une mission d'essai expérimentale de  674 jours. Le X-37B avait été lancé à partir de la station de Cape Canaveral le 11 décembre de 2012.

 

Mission top secret :

 

Véhicule orbital d’essai de Boeing répond à une demande de l’US Air Force, et le moins que l’on puisse dire c’est que bien peu d’informations filtres sur ce sujet. En effet, à ce jour  nul ne sait vraiment en quoi a consisté cette nouvelle mission et à quoi servira véritablement ce véhicule spatial.




SEF14-12246-008_hires.jpg


 

Le programme X-37B, consiste selon Boeing en une plate-forme fiable de démonstration réutilisable sans pilote, utilisable dans l’espace pour répondre aux besoins de l’US Air Force. Le X-37B pèse 5 tonnes et mesure 8,9 mètres de long pour 2,9 mètres de haut.

Le X-37B est basé sur le concept de véhicule sans pilote basé qui réduit les risques de développement. Il est issus des technologies de véhicules spatiaux réutilisables qui pourraient devenir des éléments déterminants pour les futures missions spatiales.

 

Ce que l’on sait également sur ce projet, concerne les essais menés sur les systèmes de protection thermique, la récupération d’énergie solaire, les algorithmes de contrôle et de pilotage et atterrissage entièrement automatique. Il semble également que le ventre du X-37B puisse emporter de nombreux capteurs, comme des radars et des systèmes optiques. 

 

Un super drone ?

 

Si les véhicules dérivés des programmes automatiques serviront pour ravitailler la station spatiale internationale, le X-37B pourrait lui donner naissance à une famille de futurs «Super Drones» utilisable depuis l’espace et pouvant être re-configuré à volonté. 


SEF14-12246-006_hires.jpg


 

Photos : Boeing X-47B OTV @ Boeing

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12:46 Écrit par Pascal dans aviation, Spatial | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : x-37b, otv, boeing, nasa, us air force, drone |  Facebook | |

17/12/2010

Convoyage du Phantom Ray sur un B747

bds_feat_MSF10-0214-001_phantom_ray_700.jpg

 

Je vous parlais il y a quelques jours du début des essais pour le drone Phantom Ray et de son convoyage sur le dos d’un B747. Voici un volet consacré à se duo particulier :

La journée du 13 décembre fût particulière, car elle a vu se dérouler une scène un peu particulière dans le domaine de l’aviation. Si le vol d’une navette spatiale sur le dos d’un B747 est devenu « presque » banal, celui d’un drone géant est en soit une première !

bds_feat_MSF10-0213-002_phantom_ray_400.jpg

Pour ce premier vol d’essais, le B747 SCA a grimpé à14.000 pieds et a permis de vérifier la parfaite intégration du drone sur le dos de son porteur.

Pour permettre un tel vol, il a fallut créer un adaptateur pour pouvoir attacher le drone Phantom Ray sur le dos du B747 NASA Shuttle Carrier Aircraft (SCA) de la NASA.

Le vol a fût une première en 33 ans d’exploitation du B747 SCA, dont, il s’agissait pour la première fois de transporter un autre aéronef que l’une des navettes spatiales. Cette réalisation est devenue réalité grâce à un travaille de collaboration entre les ingénieurs de Boeing et de la NASA.

L’ingénieur en chef du programme, Jill Brigham déclare qu’après les analyses dynamiques, les résultats ont montrés qu’il n’y aurait pas de problème particulier et que la structure du Phantom Ray est suffisamment solide.

Ce vol, va être suivit du convoyage du drone Phantom Ray à destination du centre de recherche de Dryden, sur la base aérienne d’Edwards en Californie ou vont se poursuivre les essais du drone géant.

bds_feat_MSF10-0213-060_phantom_ray_400.jpg


Lien sur le Phantom Ray :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2010/05/13/boeing-pre...

 

 

 

Photos : le Phantom Ray sur le B747 @ Boeing

 



08:34 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : phantom ray, b747 sca, nasa, transport de drone |  Facebook | |