10/07/2020

Tokyo veut renforcer sa flotte d’avions de combat !

the-us-ends-search-for-japans-f-35-that-disappeared-in-the-pacific-2019-5.jpg

Pour Tokyo, les menaces chinoises et russes dans la région doivent être contrées efficacement. Pour cela, le gouvernement japonais veut pouvoir assurer une dissuasion forte. Pour ce faire, le pays prépare la commande de 105 avions de combat F-35 et met les bouchées double pour l’assemblage de son futur avion furtif Mitsubishi X-2. Pour mémoire le Japon à également modernisé sa flotte de 200 avions Boeing F-15 "Eagle". 

Une commande de 105 F-35 :

Le Département d'État américain a approuvé la vente potentielle de 23,11 milliards de dollars au Japon de 105 Lockheed-Martin F-35 « Lightning II » Joint Strike Fighter ainsi que de l'équipement et des services connexes.

Tokyo, qui a déjà commandé 42 F-35A de décollage et d'atterrissage conventionnels (CTOL), a demandé l'achat de 63 unités supplémentaires de cette variante, ainsi que 42 unités de F-35B à décollage et atterrissage verticaux (STOVL).

L'offre proposée, qui doit encore être approuvée par le Congrès américain, comprend également 110 turbopropulseurs Pratt & Whitney F135, dont cinq pièces de rechange, systèmes de guerre électronique. Les systèmes C4I, y compris la navigation et l'identification, le Système mondial de soutien logistique autonome (ALGS) et le Système d'information logistique autonome (ALIS), un entraîneur de mission de vol, la capacité d’emploi des armes et d’autres sous-systèmes. On notera un nouvel élément, l'accès partiel au Codes sources. Ce point était déterminant en ce qui concerne la décision sur une nouvelle commande. 

3747120412.jpeg

Renaissance de l’aéronavale japonaise : 

Pour accueillir les F-35B, le gouvernement japonais a l'intention de réorganiser le porte-hélicoptère JS Izumo de la Force d'autodéfense maritime pour qu'il puisse accueillir le nouvel aéronef (modification du pont, mise en place d’une rampe). Avec l’arrivée du F-35B sur un bâtiment de surface, le Japon voit ainsi son aéronavale reconstituée, depuis la fin de la Seconde Guerre-Mondiale. De plus, le pays pourra compter sur une force de frappe avancée qui de fait, permettra au Japon de disposer d’une véritable nouvelle force de combat.

Le ministère japonais de la Défense a sélectionné le F-35A en tant que futur combattant de la défense aérienne de la prochaine génération. Au total se sont 42 F-35A qui viendront équiper les Forces d’autodéfenses japonaises dans un premier temps. Les 4 premiers F-35A ont déjà été livrés à partir des installations de production de Fort Worth, au Texas. Les livraisons des 38 appareils s’effectuent dorénavant, depuis les installations de Mitsubishi au Japon.

Le Mitsubishi X-2

En parallèle, le Japon s’attelle activement la préparation à la construction du prototype de son futur avion furtif Mitsubishi X-2 qui devrait effectuer son vol inaugural en 2024. Selon le ministère de la Défense Japonais, les rapports indiquent que la production de masse du nouveau chasseur commencera en 2031. Le nouveau chasseur sera déployé en 2035, date à laquelle le chasseur Mitsubishi F-2 doit prendre sa retraite. L’avion va emprunter les expériences réalisées avec le démonstrateur X-2.

200709211153-japan-announces-plans-for-new-stealth-fighter-exlarge-169.jpg

L'Agence japonaise d'acquisition de technologies et de logistique a récemment déclaré qu'elle envisageait toujours de travailler avec le Royaume-Uni et les États-Unis sur le programme, avec une décision sur le cadre de base de la coopération internationale prête pour le projet de budget pour l’exercice 2021 du Japon. Selon Mitsubishi Heavy le X-2 aura un nouveau design, par rapport au F-22 et F-35 actuels.

Photos : 1 F-35A japonais devant le Mont Fuji 2 F-35A @ JDAF 3 Le futur X-2 @ Mitsubishi

 

03/06/2020

La vente de la gamme CRJ à Mitsubishi Heavy Industries est close !

1976947505.jpeg

Bombardier a confirmé hier avoir clos la vente, antérieurement annoncée, du programme d’avions CRJ Series à Mitsubishi Heavy Industries, Ltd pour une contrepartie en espèces d’environ 550 millions de dollars, sous réserve des ajustements post-clôture et la prise en charge par MHI des passifs, totalisant environ 200 millions de dollars, liés aux garanties de crédit, aux garanties de valeur résiduelle et aux concessions de location. En vertu de l’entente, la participation au résultat net de Bombardier dans le programme de titrisation d’avions régionaux (RASPRO), d’une valeur d’environ 170 millions $, a été transférée à MHI.

Par cette vente, MHI acquiert les activités de maintenance, de soutien, de remise à niveau, de marketing et de vente liées aux avions CRJ Series, y compris les activités du réseau de service et de soutien connexe situées à Montréal, Québec à Toronto, Ontario, à Bridgeport, Virginie-Occidentale et à Tucson, Arizona, ainsi que les certificats de type.

Bombardier continuera à fournir des composants et des pièces de rechange et assemblera pour le compte de MHI les 15 avions CRJ du carnet de commandes au 31 mars 2020 jusqu’à livraison complète de ces avions qui devrait intervenir au cours du second semestre de 2020.

Bombardier recentre ses activités :  

Allégé, le groupe Bombardier se reposera désormais sur deux piliers de croissance : Bombardier Transport, regroupant les activités de transport sur rail d’envergure mondiale et Bombardier Aviation, regroupant les activités d’avions d’affaires de calibre international. Bombardier conservera le site de production d’avions CRJ à Mirabel, au Québec. Elle continuera à fournir des composants et des pièces de rechange et construira les avions CRJ du carnet de commandes actuel pour le compte de MHI. La production des avions CRJ devrait s'achever au cours du second semestre de 2020, une fois livrés les avions CRJ du carnet de commandes actuel.

Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. se développe :

Souvent considéré comme un acteur de peu d’importance dans le domaine de l’aviation, le japonais Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. (MHI), dont le siège social est situé à Tokyo, est l’un des leaders industriels mondiaux regroupant 80 000 employés et générant des revenus consolidées annuels d’environ 38 milliards $. MHI fournit des solutions intégrées et novatrices dans un large éventail d’industries, de l’aviation commerciale au transport en passant par les centrales électriques et turbines à gaz, de machines et d'infrastructures à des systèmes intégrés de défense et spatiaux. Avec l’acquisition du programme CRJ, l’avionneur nippon va ainsi renforcer sa position dans le secteur aéronautique et offrir une nouvelle synergie avec son programme MRJ (Mitsubishi Regional Jet) qui avait subi des retards. La combinaison devrait permettre à l’avionneur de se positionner sur le marché avec une gamme complète d’avions régionaux.

Photos : la famille CRJ @ Bombardier

 

06/06/2019

La gamme CRJ  reprise par Mitsubishi ?

 

bombardier,crj,mitsubishi heavy industry,avions régionaux,les nouvelles de l'aviation,les ailes du québec,aviation canada,romandie aviation

Je vous l’annonçais dernièrement l’avionneur canadien a vendu sa gamme Q400 et pourrait prochainement se séparer du CRJ, afin de se concentrer sur les jets d’affaires. Des discussions ont débuté avec l’avionneur japonais Mitsubishi Heavy Industries.

 

Si Bombardier ne commente pas les rumeurs et les spéculations sur le marché. Toutefois, à la lumière des récents reportages médiatiques, Bombardier estime qu’il est prudent d’informer des discussions avec Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. concernant son programme CRJ. L’avionneur canadien n’en dit pas plus. 

Pourtant, dans un communiqué Bombardier ajoute : « Avant la conclusion de tout accord, un examen approfondi et une analyse sont requis, ainsi que l’approbation éventuelle du conseil d'administration de Bombardier. Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. doit également mener à bien son processus de vérification préalable et son propre processus d'analyse et d'approbation, indépendants de la volonté de Bombardier. Rien ne garantit que de telles discussions aboutiront finalement à un accord ».

 

La question est ouverte, à suivre…

23/10/2017

Boeing et Mitsubishi Heavy Industries concluent un partenariat !

2345.jpg

Seattle, l’avionneur américain Boeing et le japonais Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. (MHI) ont annoncé avoir conclu un accord visant à renforcer la collaboration d'une manière qui améliorera la compétitivité des deux entreprises. L'accord comprend des efforts pour réduire les coûts de production des ailes pour le B787 « Dreamliner » et des études conjointes de technologies de pointe en ce qui concerne les aérostructures pour les avions commerciaux de future génération. 

Mitsubishi Heavy Industries fabrique les ailes du B787 en composites sur les installations de son usine à Nagoya. L'accord vise à permettre aux ventes en poursuivant une efficacité accrue dans le système de production de MHI et sa chaîne d'approvisionnement grâce à des méthodes de production allégée, dont l'automatisation et d'autres activités. 

MHI travaille également sur l’usinage des sections de fuselage pour les B767, B777 et programmes B777X. Au total, environ 150 entreprises japonaises sont des fournisseurs de Boeing à travers ses gammes de produits commerciaux et de défense.

Photo : Le B787-10 « Dreamliner » @ Boeing

 

19/07/2017

Missile supersonique pour le Mitsubishi F2 !

ee2ccc701cc2a8b16b6658dff16c29e2_l.jpg

La phase terminale de la modernisation des avions des comabt japonais Mitsubishi F2 va débuter prochainement avec la qualification d’un nouveau missile anti-navire supersonique qui doit venri équiper l’avion à partir de la fin de l’année prochaine.

Modernisation des F2 :

La première phase de moderniation des Mitsubishi F2 à débuté en 2015 avec le radar J/APG/1 qui a été modernisé en direction de la version J/APG-2. Bien que ce radar possède déjà la technologie AESA, celle-ci n’était pas des plus performante, faute à de nombreuses fonctionnalités limitées et au manque d’expérience de l’époque.  Cette mise à jour améliorela puissance du rayonnement et du traitement du signal et donne au F-2 une nouvelle capacité à engager des cibles multiples.

Le Japon a également doté ses F2 d’un nouveau missile le AAM-4B doté d’une tête auto-dirigée par le radar à balayage électronique (AESA), afin de permettre un verrouillage actif après son lancement. Cette capacité permettra au F-2 de quitter la zone de combat, ou de porter son attention vers d’autres cibles après le tir, au lieu de se focaliser sur la cible jusqu’à l’impact (et de rester vulnérable).

Le Japon modernise sa force aérienne dans un contexte très tendu avec la Corée du nord, mais aussi en prévention des mouvements aériens et navals de la Chine. Cette modernisation  doit permettre de prolonger la capacité combative des F2 qui évoluent en binôme avec les F-15J dans l’attente de l’arrivée du F-35. Destiné à être un avion polyvalent, le F-2 emporte un canon Vulcan de 20mmm, des missiles air-air Mitsubishi AAm-3 ainsi que des AIM-7F Sparrow.

Le XASM-3

La dernière étape doit permettre l’intégration du nouveau missile XASM-3  supersonique anti-navire développé par Mitsubishi Heavy Industries pour remplacer les missiles ASM-1 et ASM-2. En février 2017, un F-2 a effectué un test de largage du missile comme précurseur d'un tir en direct.  La production en série devrait commencer en 2018.  Le XASM-3 est capable d'atteindre la vitesse de Mach 3 grâce à son moteur ramjet alimenté par deux prises d'air (de la même manière que le missile air-air Meteor de MBDA). Le XASM-3 vole près du niveau de la mer au stade final de l'attaque pour réduire les probabilités de détection et d'interception.

Spécifications de base XASM-3:

Longueur totale: 5,25 m

Vitesse maximale: Mach 3 ou plus

Plage de tir: 80nm (environ 150 km) ou plus

Poids: 900 kg

Puissance: Integral Rocket Ramjet

Navigation et demandeur: inertiel / GPS (étape intermédiaire) + demandeur actif / passif (phase terminale).

IMG_1256.JPG

 

Photos : Mitsubishi F2 avec le XASM-3 lors des essais de base@ Mitsubishi Heavy Industries