18/03/2020

Vol inaugural pour le SpaceJet M90 en configuration certifiable ! 

mitsubishi aircraft,space jet m90,nouveaux avions de ligne,éco-avion,les nouvelles de l'aviation

L’avionneur japonais Mitsubishi a effectué le premier vol de son SpaceJet M90 (FTV10) en configuration certifiable aujourd’hui. Le SpaceJet M90 ne vous dit rien ? Il s’agit de la nouvelle dénomination du MRJ 90.

Le SpaceJet M90 a décollé à 14 h 53 (JST) de l'aéroport préfectoral de Nagoya et a effectué des tests de performance de base des avions dans des conditions d'exploitation normales au-dessus de l'océan Pacifique. Après environ deux heures de vol, l'avion est rentré à Nagoya à 16 h 40 (JST). Avec l’achèvement du premier vol de ce vol, Mitsubishi Aircraft Corporation est prête à entrer dans la phase finale des essais en vol de certification du SpaceJet M90, le premier avion commercial fabriqué au Japon.

mitsubishi aircraft,space jet m90,nouveaux avions de ligne,éco-avion,les nouvelles de l'aviation

Au cours des prochaines semaines, Mitsubishi Aircraft prévoit de poursuivre les essais en vol sur le SpaceJet M90 à Nagoya, ainsi que de préparer le vol de ferry vers le centre d'essais en vol de Moses Lake (MFC) pour rejoindre le reste de la flotte d'essai du Mitsubishi SpaceJet M90 pour la phase finale de la certification de type.

Le Mitsubishi Aircraft SpaceJet : 

3645786718.jpg

Mitsubishi Heavy Industrie décline sont SpaceJet (ex MRJ) en deux classes, soit : le SpaceJet M70 (72 à 76 places) et le Spacejet M90 (92 à 96 places), les deux versions seront également proposées aux standards : ER (Extended Range) et LR (long Range. Le SpaceJet est le « Regional jet » qui comprend le plus de matériaux composites, afin de diminuer l’impact sur l’environnement. Des recherches ont été menées par l’Energy and Indusrial Development Organization en collaboration avec l’Agence spatiale japonaise JAXA à ce sujet.

La famille SpaceJet devrait pouvoir concurrencer en matière de coûts les actuels Airbus A220 et Embraer E175 avec une consommation en kérosène inférieure de l’ordre de 11% au premier et 13% au second. Toujours selon le constructeur, le SpaceJet doté des moteurs Pratt & Whitney PurePower PW1217G réduira l'empreinte de bruit au décollage de 40% par rapport à l’Embraer E190. Le SpaceJet pourra effectuer des vols sans escale au départ de Denver à New York ou à Miami par exemple.

images.jpeg

Question confort, la cabine du SpaceJet permet l’installation de la nouvelle génération de « sièges minces », qui disposent d'un dossier de siège plus fin et qui prendront moins de place entre les rangées, en offrant un espace pour les genoux des passagers de 31 pouces. Ces sièges contribuent également à la réduction du poids de l’avion.

67422_mitsubishimrjspacejetcairteamimages_353628.jpg

Photos : 1,2 & 4 Le SpaceJet M90 3 Cockpit 5 Intérieur @ Mitsubishi Heavy

 

04/03/2020

Le Japon lance son programme d’avion de combat indigène !

image.png

 

Tokyo a longtemps hésité, mais la décision vient d’être confirmée dans le cadre du budget de défense 2020. Le ministère de la Défense japonais prévoit une première dépense d’un peu plus 28 milliards de yens, pour commencer le développement du futur avion de combat indigène F-X.

Les quatre domaines du programme :

Développement de F-X dirigé par le Japon
Recherche sur l'intégration du système de mission d'un chasseur
Recherche sur la technologie pour la technologie des avions de soutien à distance
Renforcer la posture pour le développement du futur chasseur

Dans le cadre du développement du programme F-X, Tokyo prévoit d’engager jusqu’à 11 milliards dans la gestion du démarrage du programme. Le Japon est ouvert à une collaboration externe. Puis, 7,6 milliards de yens en ce qui concerne l’intégration du système. Il convient de noter que cette activité de recherche vise à permettre au Japon à l'avenir de contrôler le système de mission, qui est fondamental pour la capacité opérationnelle et d'exécution de la mission du nouveau chasseur.

Le troisième point "Recherche sur la technologie pour la technologie des aéronefs d'assistance à la télécommande" concerne les activités liées à la recherche sur la technologie d'interface homme-machine. Cette technologie est requise pour le vol et la télécommande. En fait, le chasseur devrait s'interfacer avec des avions sans pilote contrôlés à distance pour soutenir les missions. Les 100 premiers millions de yens sont alloués à cette activité.

Le quatrième point « Renforcer la posture de développement du futur chasseur », c'est l'activité visant à transférer le programme FX sous l'égide de l'ATLA ou de l'Acquisition, Technology & Logistic Agency, afin de mettre en œuvre efficacement le développement du nouveau chasseur.

Gf2-2.jpg


Mise en place du programme :

Le ministère japonais de la Défense (MoD) prévoit d'officialiser un "cadre" d'ici la fin de cette année grâce auquel il collaborera avec un partenaire étranger sur son programme de développement et de construction d'un avion de chasse de prochaine génération.

Le ministère de la Défense a également confirmé que le programme est désormais officiellement appelé "FX" et qu'il a proposé une nouvelle "image conceptuelle" du nouvel avion, qui est destinée à remplacer la Mitsubishi F-2 de la Japan Air-Self-Defense Force (JASDF) pour 2035.

A partir du démonstrateur Mitsubishi ATD-X « Shinshin » :

goo.jpg



Le futur avion japonais F-X sera en grande partie tiré des enseignements recueillit par les essais du démonstrateur Mitsubishi ATD-X « Shinshin ». L’ATD-X a été utilisé en tant que démonstrateur technologique et prototype de recherches pour déterminer la viabilité des technologies aéronautiques militaires avancées du Japon. L'appareil bénéficie de la poussée vectorielle tridimensionnelle : la poussée sera dirigée par trois palettes situées sur chaque tuyère, ce système a déjà été employé sur l'avion expérimental Rockwell X-31. Autre particularité, les commandes de vols électriques emploieront la fibre optique en lieu et place des câbles traditionnels, ce qui permettra un débit de données plus élevé et une immunité aux perturbations électromagnétiques. L'appareil embarquera un radar à antenne électronique (AESA). Une caractéristique encore en développement, baptisée littéralement « fonction d'auto-réparation des contrôles de vol » permettra à l'appareil de détecter automatiquement les dommages et les dégâts causés aux gouvernes de directions et d'ajuster l'utilisation des gouvernes restantes en conséquence, afin de garantir un vol stable et contrôlé.

Plus puissant que le F-35:

Le Japon est un grand utlisateur du F-35, mais à l'origine, Tokyo désirait se doter du F-22 "Raptor" américain. Le futur avion du programme F-X sera de la taille du "Raptor", capable de fonctionner en réseau, mais avec des capacités de manoeuvrabilité supérieures au F-35. Le futur avion offrira un rôle similaire au F-22 en service au sein de l'USAF, mais avec de nouvelles technologies. 

 

Photos : 1 Image du futur F-X japonais @ MoD 2 le F-2 actuel @ JASDF 3 ATD-X @ Mitsubishi

 

 

25/06/2019

Mitsubishi Heavy Industrie rachète le programme CRJ !

CE6763FF-C082-49F2-B706-BAD2180943D4.jpeg

Je vous en parlais brièvement lors de la vente du programme Q400 de Bombardier à De Havilland, l’avionneur canadien se sépare maintenant de sa gamme CRJ (Canadian Regional Jet). Mitsubishi Heavy Industries, Ltd (MHI) et Bombardier Inc. ont annoncé aujourd’hui avoir conclu une entente définitive en vertu de laquelle MHI fera l’acquisition du programme d’avions régionaux de Bombardier pour une contrepartie en espèces de 550 millions de dollars us payable à Bombardier à la clôture. MHI assumera également des passifs d’un montant approximatif de 200 millions de dollars us. En vertu de l’entente, la participation au résultat net de Bombardier dans le programme de titrisation d’avions régionaux (RASPRO), laquelle est évaluée à environ 180 millions de dollars us, sera transférée à MHI.

En vertu de cette entente, MHI fera l’acquisition des activités de maintenance, de soutien, de remise à niveau, de marketing et de vente relatives aux avions CRJ Series, y compris les activités du réseau de service et de soutien situées à Montréal, Québec à Toronto, Ontario, à Bridgeport, Virginie-Occidentale et à Tucson, Arizona, ainsi que les certificats de type.

Les activités acquises sont complémentaires des activités existantes de MHI liées aux avions commerciaux, et tout particulièrement au développement, à la production, aux ventes et au soutien des avions commerciaux de la gamme Mitsubishi SpaceJet. Les capacités d’ingénierie et de maintenance du programme CRJ viendront améliorer les fonctions essentielles de soutien à la clientèle, un domaine d’activité stratégique pour MHI dans la poursuite de sa croissance à l’avenir.

Bombardier recentre ses activités :  

Allégé, le groupe Bombardier se reposera désormais sur deux piliers de croissance : Bombardier Transport, regroupant les activités de transport sur rail d’envergure mondiale, et Bombardier Aviation, regroupant les activités d’avions d’affaires de calibre international. Bombardier conservera le site de production d’avions CRJ à Mirabel, au Québec. Elle continuera à fournir des composants et des pièces de rechange et construira les avions CRJ du carnet de commandes actuel pour le compte de MHI. La production des avions CRJ devrait s'achever au cours du second semestre de 2020, une fois livrés les avions CRJ du carnet de commandes actuel.

Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. se développe :

Souvent considéré comme un acteur de peu d’importance dans le domaine de l’aviation, le japonais Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. (MHI), dont le siège social est situé à Tokyo, est l’un des leaders industriels mondiaux regroupant 80 000 employés et générant des revenus consolidées annuels d’environ 38 milliards $. MHI fournit des solutions intégrées et novatrices dans un large éventail d’industries, de l’aviation commerciale au transport en passant par les centrales électriques et turbines à gaz, de machines et d'infrastructures à des systèmes intégrés de défense et spatiaux. Avec l’acquisition du programme CRJ, l’avionneur nippon va ainsi renforcer sa position dans le secteur aéronautique et offrir une nouvelle synergie avec son programme MRJ (Mitsubishi Regional Jet) qui avait subi des retards. La combinaison devrait permettre à l’avionneur de se positionner sur le marché avec une gamme complète d’avions régionaux.

 

Photo : la gamme CRJ @ Bombardier

25/01/2017

Gros retard pour le Mitsubishi Aircraft MRJ !

C23AbbiUUAAcvCc.jpg-large.jpeg

Mitsubishi Aircraft vient d’annoncer que les livraisons de son avion régional le Mitsubishi Regional Jet (MRJ) sont désormais retardées de deux ans. Selon le nouveau calendrier de l’avionneur japonais, la première livraison se fera à la mi-2020.

Des problèmes de certification :

Selon l’avionneur cet important retard est dû en raison de problèmes de configurations électriques qui ne répondent pas aux dernières exigences demandées en vue de la certification. Plus précisément, lors d'un examen effectué l'automne dernier, les autorités de certification ont déterminé que la conception de certains systèmes électriques ne tenait pas compte des situations extrêmes telles que des fuites d'eau ou une explosion. Mitsubishi a déjà commencé une nouvelle étude de conception préliminaire.

Mitsubishi a souligné que le changement de conception n'aura aucune incidence sur la performance de l'avion, la consommation de carburant ou la fonctionnalité des systèmes, les quatre avions de test en vol qui sont déjà en exploitation continueront leurs tâches comme prévu et que les données de certification obtenues à partir de ces essais restent valables.

Dans un autre registre, la version MRJ90 ne s'inscrit toujours pas dans les limites de poids stipulées par les clauses du syndicat des pilotes des trois grands transporteurs des Etats-Unis. Cette problématique bloque la date de livraison de l’avion aux Etats-Unis. A noter que l’avionneur brésilien Embraer a repoussé son calendrier d'entrée en service du nouvel E175-E2 d'environ un an, de 2020 à 2021, pour la même raison.

Le Mitsubishi Aircraft MRJ :

Mitsubishi Heavy Industrie décline sont MRJ en deux classes, soit : le MRJ 70 (72 à 76 places) et le MRJ 90 (92 à 96 places), les deux versions seront également proposées aux standards : ER (Extended Range) et LR (long Range.Le MRJ sera le «  Regional jet » qui comprendra le plus de matériaux composite afin de diminuer l’impact sur l’environnement. Des recherches ont été menées par l’Energy and Indusrial Development Organization en collaboration avec l’Agence spatiale japonaise JAXA à ce sujet.

Le MRJ devrait pouvoir concurrencer en matière de coûts les actuels Bombardier CRJ900 et Embraer E175 avec une consommation en kérosène inférieure de l’ordre de 11% au premier et 13% au second. Toujours selon le constructeur, le MRJ doté des moteurs Pratt & Whitney PurePower PW1217G réduira l'empreinte de bruit au décollage de 40% par rapport à l’Embraer E190. Le MRJ pourra effectuer des vols sans escale au départ de Denver à New York ou à Miami par exemple.

Question confort, la cabine du MRJ permet l’installation de la nouvelle génération de «sièges minces», qui disposent d'un dossier de siège plus fin et qui prendront moins de place entre les rangées, en offrant un espace pour les genoux des passagers de 31 pouces. Ces sièges contribuent également à la réduction du poids de l’avion.

 

MRJ_cockpit.jpg

Photos : 1 MRJ 2 Cockpit @ Mitsubishi Aircraft

 

01/06/2016

Le second MRJ rejoint les essais en vol !

MRJ_FTA-2-700x485.jpg

Mitsubishi Aircraft a réussi le premier vol du second prototype de son jet régional MRJ n°FTA-2. L’avion va pouvoir ainsi participer aux tests destinés à la campagne de certification.

Au total, l’avionneur japonais a prévu cinq appareils d’essai pour la campagne de certification. Ceux-ci devront 2.500 heures de vol. Cet été, Mitsubishi va transférer son centre d’essai et ses avions vers les Etats-Unis, dans l’Etat de Washington pour la suite des tests. La livraison du premier MRJ est prévue la mi-2018.

Le MRJ :

Mitsubishi Heavy Industrie décline sont MRJ en deux classes, soit : le MRJ 70 (72 à 76 places) et le MRJ 90 (92 à 96 places), les deux versions seront également proposées aux standards : ER (Extended Range) et LR (long Range). Le MRJ sera le « Regional jet » qui comprendra le plus de matériaux composite afin de diminuer l’impact sur l’environnement. Des recherches ont été menées par l’Energy and Indusrial Development Organization en collaboration avec l’Agence spatiale japonaise JAXA à ce sujet.

Le MRJ devrait pouvoir concurrencer en matière de coûts les actuels Bombardier CRJ900 et Embraer E175 avec une consommation en kérosène inférieure de l’ordre de 11% au premier et 13% au second. Toujours selon le constructeur, le MRJ doté des moteurs Pratt & Whitney PurePower PW1217G réduira l'empreinte de bruit au décollage de 40% par rapport à l’Embraer E190. Le MRJ pourra effectuer des vols sans escale au départ de Denver à New York ou à Miami par exemple.

Question confort, la cabine du MRJ permet l’installation de la nouvelle génération de «sièges minces», qui disposent d'un dossier de siège plus fin et qui prendront moins de place entre les rangées, en offrant un espace pour les genoux des passagers de 31 pouces. Ces sièges contribuent également à la réduction du poids de l’avion.

 

yourfile.jpg

Photos : Le deuxième MRJ FTA-2 @ Mitsubishi Heavy Industrie