10/12/2014

Premier tir du Meteor pour l’Eurofighter !

yourfile-2.jpg

 

îles Hébrides dans le nord de l’Ecosse, le ministère britannique de la Défense à mené en collaboration avec Airbus et le missilier MBDA le premier tir du missile Meteor depuis un avion de combat Eurofighter.

 

Ce premier tir du Meteor depuis un Eurofighter de la RAF a permis de vérifier le pré-lancement, l'amorçage et la liaison de données entre le missile et le radar. Les essais vont continuer jusqu’en 2017 afin d’élargir complètement l'enveloppe de lancement du missile depuis l’Eurofighter «Typhoon II».

 

L’Eurofighter devient ainsi le troisième appareils à pouvoir tirer le missile «Meteor» après le Gripen et le Rafale. 

 

Le MBDA Meteor : 

 

Le missile «Meteor» produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.

 

Le Meteor sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

 Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

 

  1. Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  2. Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

 

Le Meteor, l’atout européen : 

 

Le Meteor va devenir dans un avenir proche le fer de lance des missiles air-air en équipant les trois appareils européens que sont le «Gripen» C/D/E, le «Rafale» et «l’Eurofighter». Le Meteor devrait également être monté,  plus tard, sur les «F-35» britanniques.

 

yourfile-3.jpg

 

Photos : Tir de Meteor depuis un Eurofighter de la RAF@ Bae system/Qinetic

01/07/2013

Le Gripen a tiré le Meteor de série !

Gripen Meteor start_454.jpg


 

 

 

Vidsel, Suède, Saab en collaboration avec l'Agence suédoise Defence Materiel Administration (JVM) et le missilier MBDA vient réussir le tir de deux missiles Meteor de série depuis un JAS-39D Gripen. 

Le premier tir d’un Meteor «inerte» avait déjà été réalisé avec un Gripen A/B en 2005, puis l’avion suédois a été rejoint par le Rafale le 10 octobre 2012 et l’Eurofighter le 6 décembre 2012.

 

Meteor de série : 

 

Cette nouvelle campagne de tir devait valider l’emploi du Meteor de série (actif) depuis un avion Gripen, il fallait vérifier que le missile se sépare normalement de l’avion lanceur, contrôler le bon fonctionnement du système de transmission de données entre l’avion et le missile et s’assurer du parfait fonctionnement du radar du missile sur des cibles factices.

 

La réussite de ces essais va permettre de finaliser l’intégration du missile Meteor sur le Gripen E,  mais aussi sur la version C/D. D’autres tests vont se poursuivre cet automne, afin de préparer l’arrivée du Meteor l’année prochaine sur le «Gripen». La famille «Gripen» C/D/E sera ainsi la première à bénéficier du nouveau missile européen.


 

Meteor%204562_454.jpg


 

Le Meteor, l’atout européen : 

 

Le METEOR va devenir dans un avenir proche le fer de lance des missiles air-air en équipant les trois appareils européens que sont le «Gripen» C/D/E, le «Rafale» et «l’Eurofighter». Le Meteor devrait également être monté,  plus tard, sur les «F-35» britanniques.

 

 

Le Meteor : 


 

ID12325_600.jpg


 

Le missile Meteor produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.

 

Le METEOR sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

 Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

 

  1. Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  2. Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.


 

yourfile.jpg


 

Photos : 1 JAS-39D avec le Meteor de série au décollage 2 Le Meteor de série avant le tests 3 Lors du premier tir en 2005 4 Tir en 2005 @ Saab Gripen