07/01/2020

La Pologne veut remplacer ses hélicoptères SH-2G ! 

europa_europe_poland_polska_kaman_247_mazowsze_sh2g-461825.jpg!d.jpeg

Varsovie désire remplacer ses hélicoptères de lutte anti-sous-marines Kaman SH-2G « Super Seasprite » en service au sein de sa marine. Les quatre appareils de type SH-2G sont chacun âgé de près de 30 ans.

Programme « Kondor » :

L'inspection des armements du ministère polonais de la Défense mènera un processus de dialogue technique entre mai et juillet 2020, en vue de la recherche d'informations pour soutenir un programme de concours en vue de l’évaluation et du choix du futur d'hélicoptère naval polyvalent, nommé « Kondor ». Cette activité comprendra l’évaluation des besoins en matière d’armes, de communication, de navigation, de guerre électronique et de capacité de survie de l’aéronef, ainsi que l’estimation des coûts du programme.

Selon les premières informations transmises par le ministère de la défense polonais, le futur hélicoptère de guerre anti-sous-marine devrait avoir une masse maximale au décollage de 6 ‘500 kg (14 300 lb).

Les candidats potentiels :  

Dès lors, les candidats potentiels semblent être le PZL Swidnik W-3 « Sokol », le Leonardo AW159 et le Sikorsky MH-60 « Sea-Hawk ».

Le PZL W-3 :

441637236.jpg

Le PZL W-3 « Sokol » produit pas PZL-Swidnik est un hélicoptère bimoteur, polyvalent et de taille moyenne. Le W-3 Sokoł (faucon, en polonais) est le premier hélicoptère à être entièrement conçu et construit en série en Pologne. Les travaux sur le projet ont débuté chez WSK PZL-Świdnik en 1973 par l'équipe de Stanislaw Kamiński. Le Sokoł a fait son premier vol le en novembre 1979. À la suite d'un programme de développement assez long, la lente production du Sokół commença en 1985. Les premières ventes de l'appareil se firent en Pologne et parmi les voisins du bloc de l’Est. Plus tard, pour élargir les ventes, PZL améliora le Sokół initial (W-3) en W-3A, pour tenter d'obtenir les certifications des pays de l'ouest. Le Sokół est de conception classique, avec deux turbomoteurs PZL-10W, qui sont dérivés des PZL-10S - des turbomoteurs TVD-10B russes construits sous licence, qui propulsent les Antonov AN-28 polonais. Des matériaux composites sont utilisés dans les 3 pales du rotor anti-couple et dans les 4 pales du rotor principal.

Leonardo AW159 « Wildcat » :

1020322079.jpg

L’AW159 Lynx « Wildcat » est prévu pour remplacer les Lynx de première génération, ce nouvel hélicoptère multirôle de six tonnes, est commandé à 62 exemplaires par le ministère britannique de la Défense. Le premier a été livré à la fin de 2011. Doté de deux turbines Rolls-Royce Honeywell CTS800 de nouvelles générations capables d’offrir 12 % de puissance supplémentaire, face aux anciens modèles. Le poste de pilotage comprend un système entièrement intégré d’affichage, utilisant quatre écrans 10x8 pouces. Les capteurs disposés dans le nez comportent une imagerie TV/IR couplé avec un désignateur laser. La version maritime dispose d’un radar Selex-ES Galileo 7400E actif sur 360 degrés. L'AW159 intègre un système d'alerte de missiles, des détecteurs d'alerte radar et un système de distribution des contre-mesures. En outre, il dispose d’une palette complète en matière d’armement soit : des mitrailleuses, torpilles, grenades sous-marines et pourra également tirer la future arme de surface a guidage autonome (FASGW).

Le MH60R « SeaHawk » :

SH-60B_Seahawk2.jpg

La version MH60R et le dernier développement du SH60-SeaHawk destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH60B et SH60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le sauvetage (SAR), le ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC) ainsi que le relais des communications.

Lockheed Martin est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multimode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

Photos : 1 SH2G « Super Seasprite » @CC  2 W-3 SOKOL @ N. Norman 3 AW159 « Wildcat » @ Leonardo 4 MH-60R « Sea-Hawk » @ USN