03/06/2014

Comment éviter un second MH370 ?

54115_1332986472-1.jpg



La disparition du vol MH370 de Malaysian Airlines reste pour l’instant un complet mystère, les restes du vol n’ont toujours pas été retrouvés. Pourtant, une sonde hydrophone et des balises avaient détecté le mois dernier des ultrasons qui auraient pu provenir des boîtes noires de l'appareil. Mais ces émissions avaient cessé, sans doute à la mort des batteries des boîtes noires, et aucun nouvel élément n'a depuis permis d'affiner la zone de recherche.

Le centre de coordination (JACC) des recherches à Perth avait annoncé le 22 mai  dernier, la reprise des recherches dans les eaux agitées du sud de l'océan Indien, à l'aide d'un robot sous-marin américain Bluefin-21. Le navire qui transportait le robot a finalement quitté la zone après avoir scruté pères de  850 kilomètres carrés d'océan pour tenter de localiser l'épave.


 

_73759442_circle_map.jpg


Réfléchir à des mesures :

 

Le fait de n’avoir pu retrouver et surtout d’expliquer les causes de la disparition du vol MH370 ne signifie pas pour autant que rien n’est fait pour éviter un  nouveau drame de ce type.  Un groupe de de travail pour le suivi des aéronefs (ATTF) mis en place suite à cette tragédie prépare des mesures d’urgences qui seront présentées à l’OACI et à l’IATA en septembre prochain. Ces mesures une fois acceptées seront présentées à l’industrie aéronautique d’ici la fin de l’année.

 

Cette mise en place fait suite à la demande de l’IATA qui a lancé une réflexion sur l’amélioration du suivi mondial des vols aériens. L’IATA a invité l’OACI et des intervenants clés de l’industrie aérienne à participer au groupe ATTF. La première réunion a eu lieu le 13 mai 2014.

De son côté, mais conjointement avec l’IATA, l’OACI a tenu les 12 et 13 mai une réunion multidisciplinaire spéciale sur le suivi mondial des vols. Un des résultats de la réunion de l’OACI a été le consensus établi parmi les États membres et au sein de l’industrie internationale du transport aérien selon lequel le suivi des vols était une priorité à court terme. L’OACI va aussi envisager la mise en place prioritaire de normes internationales basées sur la performance, pour assurer une large mise en œuvre du suivi des vols dans l’ensemble du système aérien.

 

L’OACI et l’IATA travaillent de concert à une enquête auprès des fournisseurs pour identifier les options. Au cours des prochains mois, le groupe ATTF rédigera un ensemble de recommandations axées sur la performance pour assurer un meilleur suivi mondial des aéronefs, ce qui signifie qu’il y aura sans doute plusieurs options qui s’offriront aux compagnies aériennes. Ces recommandations seront préparées en réalisant une évaluation des produits et services disponibles pour le suivi des aéronefs commerciaux, en fonction de critères spécifiques, dont les paramètres de performance, la couverture, la sûreté et les coûts. De plus, le groupe ATTF déterminera un ensemble minimal d’exigences de rendement qui devrait s’appliquer à tout système. 

 

L’ensemble des acteurs du secteurs aériens se retrouvent donc concernés pour une futur mise en place de moyens adéquats.

 

Les hypothèses de travail :

 

Depuis un certain temps, les avionneurs travaillent à la mise en place de «mouchards» sur  les avions commerciaux, qui permettraient, par exemple de prendre le contrôle d’un aéronefs en vol depuis le sol, à la manière d’un drone et de le guider jusqu’à un aéroport en toute sécurité, et ceci de manière sécurisée, sans qu’il soit possible à de pirates de l’air d’agir depuis le cockpit. 

 

Un système annexe signalerait par exemple au sol, tout changement de cap et d’altitude qui n’auraient pas de justification (vent, météo) et alerterait du même coup une cellule d’urgence au sol, qui pourrait non seulement prendre en main l’avion mais également diriger une patrouille d’avions militaires sur le vol concerné, afin de vérifier la situation.

 

Un après MH370 :

 

A la manière du 11 septembre pour les passagers et équipages, il y aura dans un proche avenir un «après MH370». Des mesures seront prises afin qu’un tel drame ne puisse se reproduire, du moins du point de vue des faibles informations disponibles à ce jour.

 

Photos: A340 @ Fabricio Jimenez