06/11/2015

Vol KGL9268, la piste de l’attentat se précise !

 

Metrojet-crash-sinai-interfax-1-700x498.jpg

 

L’enquête sur le crash du vol KGL9268 avance et la piste de l’attentat semble se confirmer d’heure en heure. Deux options sérieuses étaient possibles, l’attentat (sabotage) et l’éventualité d’un problème sur la cloison de pressurisation (voir avia news du 3.11).

 

Les données des enregistreurs de vol :

La piste d’un attentat semble donc avancer à la lecture des enregistreurs de vol. Les premières informations divulguées par les équipes chargées de l’enquête révèlent que Le Cockpit Voice Recorder (CVR), qui enregistre les conversations et les bruits du cockpit démontrent qu’une explosion est survenue, celle-ci  a coupé l'alimentation électrique de l'avion permettant, entre autres, les enregistrements des données dans les boîtes noires. Le second enregistreur, le Flight Data Recorder (FDR), qui capte des milliers de paramètres sur le vol comme la vitesse, l'altitude, le régime des moteurs, le mode de pilotage, la position des gouvernes, ne signale aucune anomalie jusqu’à l’arrêt des différents capteurs.

De plus, selon les premiers éléments de l’enquête, l’étude des débris au sol a permis de confirmer qu’un grand nombre d’entres eux étaient criblés d'impacts allant de l'intérieur vers l'extérieur de l'appareil. La thèse de l’attentat à l’aide d’une bombe semble, ainsi se préciser.

 

Craintes des compagnies aériennes :

 

La confirmation de la piste de l’attentat a poussé plusieurs compagnies aériennes à annuler les vols en direction de l’aéroport de Charm El-Cheikh ou même de n’autoriser pour d’autres, que les bagages à mains.