08/05/2019

Des Kamov Ka-31 supplémentaires pour la marine indienne !

97265FA8-9A61-4DD7-BF50-C605BC12C0F4.jpeg

Le ministère indien de la Défense a donné l’approbation à la marine pour l’achat de 10 hélicoptères supplémentaires d’alerte avancée Kamov Ka-31 de fabrication russe. L’approbation de l’achat est venue du Conseil d’acquisition de la défense, dirigé par le ministre de la Défense, Nirmala Sitharaman. La transaction est évaluée à environ 515 millions de dollars.

Les nouveaux Ka-31 seront embarqués dans quatre nouvelles frégates furtives du Projet 11356M acquises de Russie. Ils feront également partie du complément aérien du porte-avions INS Vikramaditya et du porte-avions de construction indigène INS Vikrant, lors de la mise en service de celui-ci.

Modernisation et augmentation de la flotte : 

La marine indienne a reçu ses premiers exemplaires d’hélicoptères Kamov Ka-31 d’alerte lointaine modernisés. Ces hélicoptères font partie du premier lot de six Ka-31 en service depuis 2003. Depuis, la marine indienne a acheté cinq  Ka-31 supplémentaires.

Selon Russian Helicopters les Ka-31 de la marine indienne ont reçu plusieurs mises à jour nécessaires à la poursuite du bon fonctionnement de ceux-ci. De nouveaux logiciels ont été installés pour le radar E-801m OKO conçu par l'Institut de génie Radio de Nizhny Novgorod.

Le Kamov Ka-31 d’alerte avancée :

Dérivé du Kamov Ka-27, le modèle Ka-31 dispose d’un poste de pilotage plus large et peut accueillir deux membres d'équipage, le pilote et le navigateur. Le cockpit est protégé par des plaques de blindages, la suite de navigation comprend un système de positionnement par satellite  Kronstadt Kabris 12, une cartographie numérique de terrain et un avertisseur de proximité du sol et d'obstacles.

Le train d'atterrissage se rétracte, afin d'éviter toute interférence avec le radar.

Le radar d'alerte précoce, E-801m OKO dispose d’une antenne radar de 6 m² rangé à plat contre la face inférieure du fuselage. L’antenne une fois déployée permet une détection à 360 ° de couverture azimutale sur 150km.

 

Photo : Ka-31 de la marine indienne @ Marine indienne

 

04/04/2019

La Marine indienne aura ses MH-60R !

0DE434BE-B347-46C9-A044-3617A7035B0B.jpeg

Le département d'État américain a autorisé la vente de 24 hélicoptères de guerre anti-sous-marine (ASW) Sikorsky MH-60R à l'Inde. L’accord, d’une valeur de 2,6 milliards de dollars, devrait être soumis à l’acquisition à New Delhi, selon l’Agence de coopération pour la sécurité et la défense (DSCA).

La transaction en vue pour les MH-60R sera réalisée dans le cadre du processus de vente de matériel militaire à l'étranger (FMS) du gouvernement américain. Le forfait DSCA comprend 24 hélicoptères, ainsi que des armes, des capteurs, du matériel de soutien et des services compatibles avec une capacité ASW haut de gamme et une capacité de guerre anti-surface (ASuW).

Les armes incluent les missiles AGM-114 Hellfire, les roquettes du Système d'arme de précision de précision (APKWS), les torpilles Mk54.

Missile de frappe navale :

 

sikorsky,mh-60r,marine indienne,lutte anti-navire,blog défense,aviation militaire,romandie aviation,les nouvelles de l’aviation

La marine indienne va devenir le premier client des missiles de frappe navale Kongsberg (NSM) dans une application lancée par un hélicoptère. Selon la documentation de l'Agence américaine de sécurité et de sécurité (DSCA), le missile sera  intégré aux hélicoptères multimissions Sikorsky MH-60R. 

Le NSM a été développé à l'origine par Kongsberg pour répondre aux exigences de la Marine royale norvégienne. Le nouveau missile furtif Naval Strike de Kongsberg (Nytt SjomalsMissil) est capable d'atteindre des distances allant jusqu'à 200 km, il associe un guidage à mi-parcours assisté par GPS à un chercheur infrarouge d'imagerie à double bande. L'absence d'une tête de recherche radar traditionnelle, permet une réduction de la signature du missile. Le système IR rend le NSM complètement passif, n'émettant aucun avertissement de la part des systèmes ESM de bord détectant les émissions radar. Dans le même temps, sa forme furtive offre peu d'avertissement de la part des balayages radar actifs de sa cible. C'est un missile optimisé à tous les niveaux pour la furtivité, rendant la vitesse supersonique moins nécessaire. Une liaison de données en vol rend le missile reprogrammable ,si sa cible disparaît ou si une menace de priorité plus élevée apparaît. 

Le MH-60R «SeaHawk» :

La version MH-60R et le dernier développement du SH60-SeaHawk destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH-60B et SH-60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed-Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH-60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

Lockheed-Martin qui est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multi-mode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH-60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

Photos : 1 MH-60R @ Sikorsky Missile NSM @ Kongsberg

06/09/2017

L’Inde signe pour plus d’hélicoptères Dhruv !

  • 32445.jpg

    New Dehli, l'armée et la marine indienne ont signé une commande combinée portant sur 41 hélicoptères légers HAL Dhruv (ALH). L'accord verra l'armée prendre 40 de ces hélicoptères, et la marine un seul appareil, dans le cadre d'un contrat d'une valeur de 976 millions de dollars. Les livraisons vont s’étendre sur 60 mois.

    Le HAL Dhruv :

    Conçu par la société HAL comme hélicoptère moyen polyvalent en vue de succéder aux Alouettes III. Le programme ALH est lancé en 1984 mais n’évolua que très lentement à cause de nombreuses difficultés techniques. De plus, un embargo (Dû à l’acquisition du programme Nucléaire militaire Indien) bloqua les possibilité de transfert de technologie durant plusieurs années.Le premier prototype ne vola qu’en 1992 et ceci grâce à l’aide du motoriste français Turbomeca. Il fallut près de dix ans à HAL pour finaliser sont nouvel hélicoptère qui n’entra en service pour la première fois qu’en 2002 dans les unités de gardes-côtes puis progressivement au sein des diverses unités de l’armée Indienne.

    L’Hélicoptère HAL Dhruv dispose de missiles « Fire-and-forget »  antichars offrant  7 km de portée pour le soutien au sol. L'hélicoptère multi-mission est équipé d’une nacelle frontale infrarouge (FLIR) avec imagerie thermique,  d’une interface intégrée défensive (IDAS) pour la guerre électronique et l'auto-protection. L’hélicoptère permet l’emploi de missile air-air avec autodirecteur à infrarouge, de nacelle roquettes et d’une tourelle canon orientable.

     

    Photo : HAL Dhruv @ Vivek Manvi

03/09/2017

Gros besoins en hélicoptères pour la marine indienne !

0925146.jpg

New Delhi a officialisé une demande d'information pour un total de 234 nouveaux hélicoptères pour venir équiper la marine. La demande se compose de la manière suivante : 111 hélicoptères utilitaires navals (NUH) et 123 hélicoptères navals multi-rôle (NMRH).

Selon le cahier des charges de la marine indienne le NUH sera acquis dans une version de base, alors que le NMRH devra pouvoir répondre a des capacités d’engagement pour des opérations multiples et spéciales. L’Inde souhaite par ailleurs obtenir des offres en matière de transfert de technologie. Les propositions des hélicotptèristes devront par ailleurs permettre une production locale et garantir au moins 40% de contenu indigène sur les hélicoptères. Le NUH devra être livré deux ans après la signature du contrat et l’achèvement devra être complété d'ici la 13ème année du contrat.Le NUH remplacera environ 40 hélicoptères Chetak (SA316 Alouette III).

Le NMRH devra être doté de deux turbines et disposé au moins deux rails d'arme pour le transport des missiles antinavire de longue et courte portée, des torpilles légères et des charges de profondeur.

Le NMRH aura pourra fonctionner avec deux variantes. Soit la lutte anti-sous-marins (ASW), antisurface (ASuW), avec capacité d’intelligence électronique (ELINT) et SAR. Une seconde version sera spécialisée en ce qui concerne les opérations spéciales pour la projection de commandos, le transport de troupes, l'interdiction maritime et la recherche et le sauvetage de combat (CSAR).

On ne connaît pas pour l’heure les éventuels candidatures pour ce gros marché, mais il est évident qu’il va attiré la principaux fabricants. Ceux-ci devront s’associer à une entreprise indienne pour la fourniture des futurs hélicoptères. Cette compétition s’annonce particulièrement rude en terme d’offres mais aussi en ce qui concerne les négociations futures.

8156966268_ddbfec44c5_b.jpg

Photos : 1 Sikorsky S3 « Sea-King » indien @ B. Harry 2 HAL Chetak/Alouette III indienne @ IN

 

 

 

 

18/06/2017

10'000 heures de vol pour les P-8 indiens !

India P-8I_high-res.jpg

Boeing félicite la marine indienne et la flotte de P-8I de l'Armée de l'air indienne pour la réalisation des premières 10’000 heures de vol depuis l'entrée en service en 2015.

La marine indienne exploite huit avions de patrouille maritime P-8I pour les missions de reconnaissance maritime et de guerre anti-sous-marins à longue portée et a commandé quatre avions P-8I supplémentaires, pour lesquels les livraisons débuteront en 2020.

Le P-8i «Poseidon» :

Le P-8i est la version indienne du P-8A destiné à l’US Navy, soit un appareil de reconnaissance maritime à long rayon d’action et de lutte anti-sous marine construit par Boeing est destiné à l'Inde dans le cadre d'un contrat attribué en janvier 2009. Le standard du P-8I dispose des mêmes équipements que la version destinée à la marine américaine, mais avec en plus un détecteur d’anomalie magnétique et d’un radar arrière APS-143C (V) 3. Les P-8i ont reçu du matériel indien dont un système IFF ami/ennemi fabriqué par Hindustan Aeronautics.

Les P-8A & i « Poseidon» sont conçu pour remplacer le P-3C « Orion » comme appareil longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), de renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). La famille P-8 est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8 « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Ils offre une plus grande capacité de combat et demanderont moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion peut échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans les marines utilisatrices. Les P-8 sont armés de missiles AGM-84L « Harpoon II », de torpilles légères Mk 54 et de charges de profondeur Mk-82.

3114915098.jpg

Photos : P-8I de la Marine indienne @ IN