12/07/2016

L’aéronavale dit adieu à ses Super Etendard !

324.jpg

Ce mardi, après près de 42 ans de bons et loyaux services, la Marine française a dit adieu à ses cinq derniers Super Étendard encore en service. Un dernier vol a eu lieu aujourd’hui sur la base de l’aéronavale de Landivisiau.

Une première étape du retrait avait eu lieu en mars dernier, avec la fin de la carrière embarquée de l’avion. Le dernier appareil de la flotille 17F avait décollé pour la dernière fois du pont du « Charles-de-Gaulle ».

 Le Super Etendard modernisé (SEM) :

La Marine avait reçu dernier exemplaire du Super Etendard modernisé au standard 5 (SEM 5) le 14 mai 2012. L’atelier industriel de l’aéronautique (AIA) de Cuers-Pierrefeu avait livré le Super Étendard modernisé (SEM) n°62, dernier SEM sorti des chaînes de maintenance du service industriel de l’aéronautique (SIAé).

Durant 30 ans, l’AIA de Cuers-Pierrefeu a été un acteur prépondérant dans la disponibilité de la flotte SEM en réalisant plus de 140 visites d’entretien majeur. L’atelier a également assuré toutes les modifications et les mises au standard de l’avion demandées par la marine nationale, en raison de l’évolution des technologies et des besoins opérationnels.

A l'origine, le Super Étendard ne devait être qu'une évolution de l'Étendard IVM. Mais la refonte de l'avion et de son système d'armes fut si complète que le Super Étendard ne partage plus guère aujourd'hui qu'une partie de son nom (et d'excellente qualité de vol) avec le glorieux ancêtre. Le Super Étendard est un appareil dont les qualités manœuvrières en basse et moyenne altitude en font un remarquable avion d'assaut capable de traiter des objectifs maritimes ou terrestres avec des armements aussi diversifiés que l'armement nucléaire, les missiles anti-surfaces et air-sol, les bombes et le canon.

1261229851.jpg

Les missions :

La première des missions du chasseur-bombardier embarqué était la dissuasion nucléaire. Mais l'avion est également bien connu pour avoir formé un couple redoutable avec le missile AM-39 "Exocet", conçu pour la lutte antinavire. Il assura également des missions d'appui-feu au profit des troupes à terre.

Les missions de reconnaissance se sont éffectuées à l'aide d'un châssis amovible CRM 280, qui s'installe à la place des deux canons de 30 mm et qui contient deux caméras très différentes : la première panoramique, offre des clichés de très grandes précisions en couleur ou en noir et blanc pour les vols à basse altitude. La deuxième caméra, optimisée pour la reconnaissance à moyenne ou haute altitude, est numérique et filme en continu le sol.

Toutes ces évolutions ont été rendues possibles grâce à différents programmes de modernisation, qui ont successivement porté les Super Étendard au standard 1, 2 puis 3 et 4 et en ont fait des "SEM", alias "Super Étendard Modernisé". Puis se fut le standard 5 qui permis à l'avion de faire bonne figure jusqu'en 2015, date à laquelle, il céda complètement sa place au Rafale. Ce futur standard offert une capacité nocturne totale au SEM et à ses pilotes, avec la mise en oeuvre d'un pod de désignation laser Damocles couplé à un FLIR pour la navigation nocturne. En attendant, les pilotes combattaient la nuit à l'aide de JVN (jumelles de vision nocturne) dont l'emploi est rendu possible par une adaptation de l'instrumentation de bord.

Dès 1985, il est apparu que pour maintenir l'appareil en service jusqu'en 2010, maintenir ses capacités opérationnelles à un niveau suffisant et se prémunir des risques d'obsolescence de certains équipements ou composants, le système d'armes de l'appareil devait être modifié en profondeur. Un programme de modernisation fut lancé en juin 1986. Il concernait trois domaines principaux: la détection radar, le système de navigation et d'attaque, et l'ergonomie du poste de pilotage. Le Super Etendard modernisé (SEM) aura des capacités qui évolueront progressivement jusqu'au standard 5 de fin-2006.

L'intégration du radar Anémone en remplacement de l'Agave permit de multiplier par deux les portées de détection sur des cibles maritimes tout en assurant une meilleure discrétion des émissions électromagnétiques. Les nouveaux modes de fonctionnement de ce radar offrent des possibilités qui permettent d'optimiser l'utilisation des missiles AM 39 et ASMP. Le système de navigation et d'attaque conçu dans les années 1970 utilisait des calculateurs dont les possibilités d'évolution étaient très limitées. Pour permettre l'introduction de nouvelles conduites de tir et pouvoir dialoguer avec le nouveau radar Anémone, les calculateurs ont été modernisés: accroissement de la capacité de calcul, augmentation du nombre des liaisons de transfert de données, possibilité de modifier la programmation des équipements majeurs.

La charge de travail du pilote au cours des passes de tir est notablement allégée grâce à l'amélioration de l'ergonomie du poste de pilotage. L'intégration d'un combiné de visualisation tête haute et tête moyenne remplaçant l'ancien viseur et l'écran radar permet au pilote de disposer d'une image radar collimatée à l'infini supprimant ainsi le temps d'adaptation de la vue lors de la lecture des informations présentées. Le regroupement sur la poignée de pilotage et sur la manette de puissance de l'ensemble des commandes utilisées pour la mise en oeuvre du système d'armes lors des passes d'attaque, permet d'optimiser les enchaînements des actions du pilote et procure une plus grande souplesse en cas de situation imprévue : mauvaises conditions météorologiques ou évolution de la situation tactique autour de l'objectif. Bien qu'aucun armement nouveau n'ait été introduit dans la panoplie du Super Etendard dans la première phase de la modernisation, l'efficacité militaire de l'avion s'est trouvée nettement améliorée grâce à son nouveau radar et à la nouvelle ergonomie de son poste de pilotage. La livraison du premier appareil modernisé équipé du radar Anémone est intervenue en décembre 1993, la première flottille étant déclarée opérationnelle sur Super Etendard modernisé (SEM) en novembre 1995. Le dernier SEM a été livré en 1998. Le premier standard SEM est le standard 2, le standard 3 est introduit en 1995, le standard 4 en 2000, et le standard 5 en 2006.

 

942338591.jpg

Photos : 1 SEM avec le pod Damocles pour la « Reco »@MN 2 & 3 SEM @ Laurent Casaert

22/09/2015

15ème NH90 pour la Marine française !

nh industries,nh90 nfh,caiman marine,marine française,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

 

 

La Marine de Française a pris livraison de 15ème hélicoptère NH90 NFH « Caiman Marine », au total se sont 27 appareils qui doivent être livrés

On apprend que le nouvel aéronef dispose d’une amélioration radar qui permet de meilleures performances notamment dans les mers agitées, tandis des améliorations ont été apportées au sonar pour la détection sous-marine. De plus, le système de mission dispose d’un générateur de carte numérique.

 

Le NH90 NFH : 

La variante NH-90 NFH est principalement conçu pour la lutte anti-sous-marine (ASM) et la guerre de surface. Les ensembles complets d'équipement de mission permettent à un large éventail de missions supplémentaires comme la recherche et le sauvetage (SAR), la patrouille maritime, ravitaillement vertical, le transport de troupes, l'évacuation médicale ainsi que le soutien amphibie. L'hélicoptère est conçu pour les opérations de jour comme de nuit dans des conditions météorologiques défavorables partir du pont d’un navire, il peut fonctionner à partir de petites frégates, même en haute mer. Le programme NH-90 fait appel à un nombre important d’innovations technologiques dans l’emploi de matériaux composites au niveau de la structure et l’intégration de systèmes modulaires utilisant la technologie numérique. Premier appareil doté en série de commandes de vol électriques, il possède une grande manœuvrabilité et agilité qui lui permettent d’assurer des missions de jour comme de nuit même dans de très mauvaises conditions météo. De plus, le NH-90 possède un haut niveau de sécurité et de survivabilité.

L’ENR (European Naval Radar) est un radar aéroporté fabriqué par un consortium éponyme (Gallileo Avionica, Thales Airborn Systems, EADS/DE) destiné au NH90 NFH. C’est un radar à compression d’impulsion et agilité de fréquence qui permet plusieurs modes de fonctionnement, dont l’un est optimisé pour la détection de petits échos par mer forte. Il fournit également des informations nécessaires à la navigation y compris météorologiques. Il est utilisé aussi bien des opérations militaires (lutte anti navire et anti sous-marine) que des opérations de surveillance (maritime et côtière) ou humanitaires (recherche et sauvetage en mer).

Le NH-90 NFH est doté d’une caméra infrarouge FLIR développée par Sagem. C’est une caméra infra rouge de 2e génération travaillant dans l’IR lointain. Elle est destinée entre autres à l’observation longue portée de jour comme de nuit. Question sonar, l’appareil est pourvu d’un Sonar Flash fabriqué par Thales Underwater Systems. Il s’agit d’un sonar basse fréquence léger à immersion (avec 750 mètres de câble) et fonctionnant en mode actif ou passif. Deux types de signaux sont utilisés : des émissions continues (CW) pour la détection et des mesures doppler et des émissions en FM avec un traitement de signaux comprimés, qui permet d’accroître la gamme de résolution. Les émissions CW et FM peuvent être combinés en un seul signal.

 

EXPH-992-26b.jpg

Photos : NH90 «NFH « Caiman Marine »@ NHIndustries

 

26/12/2012

Des NH90 pour la Belgique et la France !

eurocopter,nh90,nh90tth,nh90nfh,marine française,armée belge,nh90 avia news


 

Eurocopter franchi juste avant Noël, une nouvelle étape dans son programme NH90 avec deux cérémonies tenues à son site de Marignane près de Marseille dans le sud de la France, au cours de laquelle le fabricant livrés à la Belgique le premier NH90 de transport tactique (TTH), en présence du ministre Belge de la Défense Pieter Crem, ainsi que le premier NH90 (NFH), dans sa version navale étape B, destiné à la Marine française.

 

Premier  TTH Belge : 


 

eurocopter,nh90,nh90tth,nh90nfh,marine française,armée belge,nh90 avia news


 

Le premier hélicoptère NH90 TTH livré à la Belgique fait partie d'une commande passée par le ministère de la Défense, pour un total de huit NH90 : quatre dans la variante TTH, et quatre NFH. Les TTH seront utilisées par les forces armées belges pour des missions de transport aérien, les opérations de maintien de la paix, le travail de secours aux sinistrés, et des missions humanitaires. Les quatre NFH dont la livraison est prévue plus tard remplaceront  les vieux Sea-king dans les missions de sauvetage (SAR) effectueront des tâches de soutien maritime pour les frégates de de classe M.

 

M. De Crem a reçu les clés de cet hélicoptère, en version de transport tactique (TTH), lors d'une cérémonie à Marignane. Cette commande de la part de la Belgique est d’un montant de près de 300 millions d'euros. Ce premier NH90 a effectué son premier vol le 18 septembre dernier au départ de l'usine Eurocopter de Marignane, rattrapant et dépassant ainsi la version navale, qui souffre d'importants retards.


 

eurocopter,nh90,nh90tth,nh90nfh,marine française,armée belge,nh90 avia news


 

 

NH90 NFH : 

 

Eurocopter a également livré la DGA française du premier NH90 de l'OTAN «Frigate Helicopter» (NFH) dans sa nouvelle version étape B, destiné à la Marine française. Cet hélicoptère rejoindra la flotte de sept NFH déjà livrés à la marine française dans la première configuration standard.

 

Le NH90 est équipé d’une avionique testées sur le terrain qui permet à l'hélicoptère d’effectuer des missions de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions météorologiques. Il bénéficie également du système d'autoprotection très pefformant, un système de communication interopérable militaire pour les opérations internationales et les équipements nécessaires pour un déploiement basé sur navire de surface.

Le NH90 NFH dispose d'un système  «state-of-the-art» qui combine le système armes avec un ensemble de capteurs ultra-modernes comme l’acoustiques l’optronique ainsi que les charges d'armement adapté aux anti-navire et anti -sous-marins. 

A ce jour, 133 NH90 ont été livrés à 14 pays et ensemble, ils ont enregistré plus de 31.000 heures de vol.

 

Photos : 1 NH90 NFH 2 & 3 NH90 TTH destiné à la Belgique @Eurocopter