14/02/2017

Boeing propose son Advanced Super Hornet comme alternative !

4126836478.jpg

Boeing semble poussé par les récentes déclarations du président D. Trump en ce qui concerne le F-35. En effet, l’avionneur vient de déclarer qu’il était prêt à lancer la production de son F/A/18 E/F  « Super Hornet » Block III connu jusqu’ici sous la dénomination « Advanced Super Hornet ».

L’alternative Super Hornet Block III :

Le « Super Hornet » Block III est maintenant prêt pour la production après un développement de cinq ans. Du côté de la Marine américaine, l’intérêt est particulièrement important car les derniers appareils commandés seront livrés en 2018 et il va bien falloir combler les retards de techniques et de livraisons du F-35. Une décision devrait donc bientôt tomber en ce qui concerne une réattribution potentielle des fonds du F-35 en direction du nouveau standard du « Super Hornet ». Et ceci d’autant plus, que la Marine américaine n’est toujours pas satisfaite des capacités du F-35C.

Pour Boeing, une commande de  « l’Advanced Super Hornet » de la part de l’US Navy lui ouvrirait également la possibilité d’offrir une mise à jour des « Super Hornet » en service dans le monde, mais aussi la capacité de prospecter de nouveaux clients en offrant le nouveau standard dans les compétitions qui se préparent.

020416_f18_sh__5_.jpg

L’Advanced Super Hornet (Super Hornet Block III) :

Le projet «Advanced Super Hornet» est basé selon le constructeur Boeing sur le même principe que le F-15 « Silent Eagle ». L’objectif étant de répondre aux besoins anticipés de la crise à des fins de coût-efficacité améliorés concernant des technologies de furtivité. Cette solution permet avec un coût abordable, de répondre aux futurs besoins de survie d’un avion de combat. Tout comme sur le « Silent Eagle », on appliquer une amélioration de la furtivité des revêtements et de la signature radar de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle.

Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar. L’adjonction de réservoirs de carburant supplémentaires sur l’épine dorsale de l’avion en augmente le rayon d’action, permet de supprimer les réservoirs sous les ailes pour de l’armement additionnel, le cas échéant.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique comprend un écran géant couleur. L’avion est doté d’un capteur IRST. En matière de motorisation, l’appareil est doté de deux General Electric F414-440 qui augmentent la puissance de 20%.

Selon Boeing, le « Super Hornet Block III » peut ainsi effectuer la plupart des missions imaginées pour le F-35C à l’exception de la pénétration furtive.

 

2539970078.jpg

Photos : le prototype du Super Hornet BlockIII  @ Boeing

15/04/2016

Développement du nouveau brouilleur pour l’EA-18G !

352.jpg

L’US Navy a sélectionné Raytheon pour la fabrication du nouveau système de brouillage qui équipera les avions Boeing EA-18G « Growler ». Un contrat de 1 milliard de dollar a été signé cette semaine, en vue du développement d'ingénierie de la nouvelle nacelle de brouillage « New Generation Jammer » (NGJ).

Actuellement la marine américaine utilise les nacelles AN/ALQ-99 sur les EA-18G. Ces mêmes nacelles de brouillage équipaient à l’époque les EF-111A « Raven », ainsi que les derniers EA-6B« Prowler » encore en service.

Le projet :

Le contrat prévoit une entrée en service pour 2020. D’ici là, Rayhteon va concevoir deux modèles de nacelle qui seront ensuite testée en vol sur un EA-18G. Le groupe d’essais de la Marine prévoit de procéder à un examen critique de la conception du système en 2017, pour finaliser la conception et permettre l'assemblage des modèles de test. Le premier test d'un pod de brouillage entièrement fonctionnel est prévu en mars 2019.  La nacelle NGJ doit permettre une agilité accrue de brouillage et de précision et de capacité à large bande (bande basse, mi-bande et bande haute) pour une plus grande couverture de la menace.

Au total, la Marine américaine prévoit d’acquérir 128 nacelles NGJ pour un coût estimé à près de 7,4 milliards de dollars.

 

ngj-1lg.jpg

Photos : 1 EA-18G « Growler » @ USN 2 Essais d’un modèle de nacelle sur un Gulftream GIII @ Raytheon

 

02/04/2016

Lancement du programme CMV-22B !

aircraft-713689_960_720.jpg

Bell-Boeing a reçu un contrat de 151 millions de dollars pour le lancement de la conception du programme CMV-22B, destiné au remplacement du Northrop-Grumman C-2 « Greyhound » de l’US Navy.

La nouvelle variante du V-22 est basée sur celle du MV-22B « Osprey » en service au sein du Corps des Marines et sera équipé de réservoirs de carburant supplémentaires pour étendre son rayon d’action de 860mn à environ 1,150mn. De plus les ingénieurs devront travailler sur un système de communication radio de longue portée (au-delà de la visée radio) qui devra permettre de pouvoir rester en liaison avec le groupe de combat naval. La Marine américaine prévoit de commander 44 CMV-22B à partir de 2018, pour des livraisons qui débuteront en 2020.

Bell-Boeing MV-22 «Osprey» :

Le V-22 « Osprey » est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

A ce jour, 230 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme «Joint Advanced Vertical Lift Aircraft» est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre. En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

 

yourfile-2.jpg

Photos : MV-22B de l’USMC@ USMC