21/07/2014

MH17 et si, il avait eu un autre appareil ?

nj4zcvnT.jpg

 

 

Le vol MH17 de la compagnie Malaysia Airlines abattu au-dessus de l’est de l’Ukraine pose encore aujourd’hui beaucoup de questions. L’enquête n’a pas encore véritablement débuté et pourtant une certaine presse, comme certains politiques n’hésitent pas à donner leurs propres versions des faits. Ce qui pose problème, car le simple fait d’accuser l’une ou l’autre des parties permet en fait de marteler le nom d’un coupable tout désigner et donc de préparer la population à une version qui peut en arranger quelques-uns. Mais est- ce vraiment la vérité ? Cette méthode a souvent été utilisée, lors de la seconde guerre en Irak à propos des armes chimiques par exemple.

 

Je vous propose ici une réflexion dont le but est de garder l’esprit ouvert afin de pas tomber dans l’aveuglement hyper médiatisé. Il s’agit ici d’une hypothèse, elle vaut ce quelle vaut !

 

Un second avion proche du vol MH17:

 

Depuis quelques jours une hypothèse d’un second avion à fait face. CE idée est à prendre avec des pincettes, cependant elle mérite que l’on s’y attarde. Selon le chef du commandement opérationnel de l'Etat-major général de l'Armée russe  Andreï Kartapolov, un chasseur ukrainien de type Su-25 «Frogfoot» se trouvait à une distance de 3 à 5 kilomètres du Boeing malaisien qui s'est écrasé un peu plus tard.


201892098.jpg


 

La Russie a enregistré une intensification de l'activité des radars le jour où le Boeing malaisien s'est écrasé, Le 15 juillet, sept radars ont été en service dans ce secteur et le 16 juillet il y en avait huit. Ensuite le nombre des radars opérationnels n'a cessé de diminuer. A l'heure actuelle, seuls 2 ou 3 radars ukrainiens fonctionnent dans cette région.

 

Erreur de tir ?

 

Si l’on s’en tient à cette hypothèse encore non vérifiée, cela voudrait dire que l’avion de Malaysian Airlines a été abattu par erreur. Reste à savoir par qui ?

 

De plus, je vous rappelle qu’en 2001 un avion civil russe avait été abattu par erreur par l’Ukraine, lors d’un exercice. Enfin, ce fut la version officielle. A l’époque, le vol Siberian Airlines reliant Tel Aviv à Novosibirsk avait à l'époque été touché par un missile S-200 de l'armée ukrainienne, causant la mort de 78 personnes. Vladimir Poutine avait réagi en parlant d'acte terroriste». Mais cela faisait suite à un exercice de l'armée de l'air visant à tester des missiles sol-air sur des drones. Un de ces missiles avait dévié de sa trajectoire touchant l'appareil russe. Pour la petite histoire, un agent de liaison israélien du mossad (service secret extérieur) était à bord. Coïncidence ?

 

Prendre du recul: 

 

En conséquence, une fois de plus il faut rester calme et prendre du recul et ne surtout négliger aucunes pistes, dans cette nouvelle tragédie.

 

Photo : Sukhoi Su-25 Frogfoot @ Rian

 

 

 

17/07/2014

Le vol MH17 a été abattu par un missile longue portée!

 

vol mh17,malaysian airlines,b777 malaysian airlines,crise ukrainienne,russie,pro-russes,avion abattu,crash malaysian

 

 

Le drame cet après-midi qui touche pour la deuxième fois la compagnie aérienne Malaysia Airlines (vol MH17), après la perte du vol MH370 dans l’Océan indien, dont on n’a toujours pas retrouvé l’épave et dû à un tir de missile. Ukrainiens ou pro-russes voir même russes, ce tir dont seule une enquête sérieuse pourra déterminer la provenance, marque une nouvelle escalade dans la région.

 

 

BsxI3MpCYAAaNsI.jpg-large.jpeg

Système de DCA longue portée : 

 

Le vol MH17 qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur et Pékin devait voler à une altitude estimée (pour l’instant) entre 7’000 et 10’500mètres. Par conséquent, les systèmes missiles courtes portées portables (Manpad) à guidage infrarouge (SA-7 ou SA-16, SA-18 et Strella) de part leur portée verticale (3’000m) ne peuvent être engagés. Par conséquent seul les systèmes lourds de moyenne et longue portée pouvaient atteindre l’avion de la compagnie malaysienne.

199401455.jpg


 

Si l’on regarde l’équipement en service au sein de l’armée Ukrainienne, trois systèmes sont capables de porter un tel coup. Les systèmes BukM1 et BukM2, ainsi que les systèmes S-300. 

 

Les systèmes Buk : 

 

Le 9K37M1-2 "Buk-M1-2 (SA-17 Grizzly) est un système antiaérien polyvalent mobile russe de moyenne portée entré en service en 1979. Il est destiné à la défense de forces terrestres et de points vitaux. Une variante modernisée a été produite sous la dénomination BUK-M2E qui voit sa portée augmentée. Il est ainsi capable de détruire une cible aérodynamique à 45 km (horizontal) à une altitude comprise entre 20 et 25 kilomètres.

Le S-300:est un système mobile multicanal de de missile sol-air (SA-10 Grumble). Il est destiné à protéger les sites stratégiques les plus importants d'un État et de ses forces armées contre des bombardements. Ce système offre une portée de 120km (horizontal) est permet de monter à une altitude de 27km.


3420452_3_c81a_au-premier-plan-une-batterie-de-missiles_9e106d06a155f5e90ffbb15fd0c3a60e.jpg


Qui possède quoi ?

L’armée ukrainienne possède ces systèmes dans son arsenal, de plus un système de type   «Buk» est actuellement déployé dans la région de Donetsk (est de l'Ukraine). Pour autant, rien ne confirme que cette batterie soit à l’origine du tir. Du côté des pro-russes, jusqu’à présent les appareils ayant été abattus par eux (hélicoptères Mi-8, Mi-24 et avion Su-25) l’ont été par des systèmes courtes-portées à basse altitude. Mais rien ne dit que ceux-ci ne sont pas dotés de missile plus gros de type «Buk» justement. Par ailleurs les nombreuses défections au sein de l’armée ukrainienne, pourraient expliquer qu’une unité se soit jointe aux séparatistes avec un équipement complet.

De plus, la Russie dispose de systèmes S-300 à la frontière ukrainienne.

Quoi qu’il en soi, se tir a été effectué par des hommes entrainés et préparés à l’usage d’un système lance missiles complexe. Cela ne peut être le fait d’amateurs.

Conséquence sur le trafic aérien : 

Ce drame oblige dorénavant les avions de ligne à contourner l’Ukraine, les aéronefs emprunteront les espaces aériens de pays tiers. De plus, plusieurs compagnies aériennes vont cesser toutes liaisons avec Kiev, durant au moins 24heures.


La fin de Malaysia ?


Se second drame qui touche la compagnie malaysienne pourrait bien à terme lui être fatale à la manière dont la célèbre compagnie PamAm avait finalement déposé le bilan après l'attentat en Ecosse.

 

Photos : 1 B777 Malaysia Airlines@ Malaysia 2 BukM1/M2 3 S-300 @ RiaNovosti

 

 

 

03/06/2014

Comment éviter un second MH370 ?

54115_1332986472-1.jpg



La disparition du vol MH370 de Malaysian Airlines reste pour l’instant un complet mystère, les restes du vol n’ont toujours pas été retrouvés. Pourtant, une sonde hydrophone et des balises avaient détecté le mois dernier des ultrasons qui auraient pu provenir des boîtes noires de l'appareil. Mais ces émissions avaient cessé, sans doute à la mort des batteries des boîtes noires, et aucun nouvel élément n'a depuis permis d'affiner la zone de recherche.

Le centre de coordination (JACC) des recherches à Perth avait annoncé le 22 mai  dernier, la reprise des recherches dans les eaux agitées du sud de l'océan Indien, à l'aide d'un robot sous-marin américain Bluefin-21. Le navire qui transportait le robot a finalement quitté la zone après avoir scruté pères de  850 kilomètres carrés d'océan pour tenter de localiser l'épave.


 

_73759442_circle_map.jpg


Réfléchir à des mesures :

 

Le fait de n’avoir pu retrouver et surtout d’expliquer les causes de la disparition du vol MH370 ne signifie pas pour autant que rien n’est fait pour éviter un  nouveau drame de ce type.  Un groupe de de travail pour le suivi des aéronefs (ATTF) mis en place suite à cette tragédie prépare des mesures d’urgences qui seront présentées à l’OACI et à l’IATA en septembre prochain. Ces mesures une fois acceptées seront présentées à l’industrie aéronautique d’ici la fin de l’année.

 

Cette mise en place fait suite à la demande de l’IATA qui a lancé une réflexion sur l’amélioration du suivi mondial des vols aériens. L’IATA a invité l’OACI et des intervenants clés de l’industrie aérienne à participer au groupe ATTF. La première réunion a eu lieu le 13 mai 2014.

De son côté, mais conjointement avec l’IATA, l’OACI a tenu les 12 et 13 mai une réunion multidisciplinaire spéciale sur le suivi mondial des vols. Un des résultats de la réunion de l’OACI a été le consensus établi parmi les États membres et au sein de l’industrie internationale du transport aérien selon lequel le suivi des vols était une priorité à court terme. L’OACI va aussi envisager la mise en place prioritaire de normes internationales basées sur la performance, pour assurer une large mise en œuvre du suivi des vols dans l’ensemble du système aérien.

 

L’OACI et l’IATA travaillent de concert à une enquête auprès des fournisseurs pour identifier les options. Au cours des prochains mois, le groupe ATTF rédigera un ensemble de recommandations axées sur la performance pour assurer un meilleur suivi mondial des aéronefs, ce qui signifie qu’il y aura sans doute plusieurs options qui s’offriront aux compagnies aériennes. Ces recommandations seront préparées en réalisant une évaluation des produits et services disponibles pour le suivi des aéronefs commerciaux, en fonction de critères spécifiques, dont les paramètres de performance, la couverture, la sûreté et les coûts. De plus, le groupe ATTF déterminera un ensemble minimal d’exigences de rendement qui devrait s’appliquer à tout système. 

 

L’ensemble des acteurs du secteurs aériens se retrouvent donc concernés pour une futur mise en place de moyens adéquats.

 

Les hypothèses de travail :

 

Depuis un certain temps, les avionneurs travaillent à la mise en place de «mouchards» sur  les avions commerciaux, qui permettraient, par exemple de prendre le contrôle d’un aéronefs en vol depuis le sol, à la manière d’un drone et de le guider jusqu’à un aéroport en toute sécurité, et ceci de manière sécurisée, sans qu’il soit possible à de pirates de l’air d’agir depuis le cockpit. 

 

Un système annexe signalerait par exemple au sol, tout changement de cap et d’altitude qui n’auraient pas de justification (vent, météo) et alerterait du même coup une cellule d’urgence au sol, qui pourrait non seulement prendre en main l’avion mais également diriger une patrouille d’avions militaires sur le vol concerné, afin de vérifier la situation.

 

Un après MH370 :

 

A la manière du 11 septembre pour les passagers et équipages, il y aura dans un proche avenir un «après MH370». Des mesures seront prises afin qu’un tel drame ne puisse se reproduire, du moins du point de vue des faibles informations disponibles à ce jour.

 

Photos: A340 @ Fabricio Jimenez 

 

 

14/12/2012

MALAYSIA AIRLINES : Joyeux Anniversaire !

MAS%20Retro%201%20JPG.jpg


 

Paris, Malaysia Airlines célèbre ses 40 ans en dévoilant un appareil repeint à l’identique du premier appareil qui a opéré le tout premier vol de la compagnie, le 1er Octobre 1972.

 

Dans la livrée d’origine, le logo représente un cerf-volant (élément traditionnel de la culture malaisienne).En plus du logo, les couleurs du drapeau national malaisien (Jalur Gemilang) sont mises en valeur : le rouge pour les deux bandes horizontales le long du  fuselage, le bleu pour l’inscription du nom de la compagnie à l’arrière-plan.

 

Le cerf-volant stylisé, motif principal de la livrée, a très vite été reconnu dans le monde entier et est progressivement devenu le symbole de la compagnie nationale de Malaisie.

 

Cet appareil a été dévoilé à l’occasion d’un événement spécial marquant ce 40ème anniversaire à l’aéroport international de Kuala Lumpur auquel participait le Président de Malaysia Airlines, Tan Sri Md Nor Yusof, et le Vice-Président Exécutif du Groupe, entourés de nombreuses personnalités de l’industrie aéronautique et d’une grande partie des employés de la compagnie.

 

L’appareil arborant la livrée originelle s’envolera dès aujourd’hui vers deux des destinations les plus populaires de Malaysia Airlines, Jakarta et Bangkok. Des menus ont été spécialement créés à cette occasion pour remettre en valeur des plats traditionnels malaisiens.

 

Au cours de ses 40 années d’existence, la compagnie Malaysia Airlines a joué un rôle majeur dans le développement du pays. Si la compagnie tire ses origines d’une histoire commune avec Singapour, débutée il y a 65 ans, cette année 1972 a constitué une étape majeure pour Malaysia Airlines et la Malaisie.

 

Aujourd’hui, la compagnie célèbre à la fois ses 40 ans et une année 2012 qui a été riche en actualité avec notamment l’arrivée de l’A380, actuellement positionné sur l’axe Londres-Heathrow – Kuala Lumpur à raison de deux vols quotidiens.

 

2013 sera une nouvelle année majeure pour Malaysia Airlines avec notamment l’entrée dans l’alliance oneworld en tant que membre à part entière dès le 1er Février prochain, et la mise en service de l’A380 en liaison quotidienne entre Paris-Roissy et le hub de Kuala Lumpur dès le 1er Mars.

 

 

A propos de Malaysia Airlines :

 

Malaysia Airlines dessert quotidiennement Kuala Lumpur au départ de CDG1 et propose des correspondances vers les principales villes d’Asie, d’Australie et de Nouvelle-Zélande.

Malaysia Airlines a reçu de très nombreuses récompenses pour la qualité de son service à bord. En Juillet 2012, la compagnie malaisienne s’est vu décerner le statut très convoité de « compagnie 5 étoiles » dans le cadre du dernier palmarès en date des SKYTRAX World Airline Awards™, rejoignant ainsi l’élite du transport aérien. Ce classement prestigieux récompense annuellement la très haute qualité et la constance des produits et service proposés par les compagnies aériennes du monde entier.

Toujours dans le cadre du palmarès Skytrax 2012, Malaysia Airlines l’a emporté dans les catégories « Meilleur personnel de bord » et « Meilleur plat « signature » proposé par une compagnie aérienne » pour le Satay, un plat traditionnel malaisien proposé en Première et Classe Affaires.

En Septembre 2011, elle était désignée « Meilleure compagnie aérienne d’Asie» à l’occasion des World Travel Awards 2011. Elle a également reçu le titre de de « Meilleur Salon d’aéroport d’Asie» pour son salon de Kuala Lumpur.

Malaysia Airlines est l’un des clients de l’Airbus A380 et a déjà pris livraison de 2 des 6 appareils en commande ferme.


 

malaysia-a380-painted-1-602x401.jpg


 

Photos : 1 B737 NG «rétro» 2 A380 aux nouvelles couleurs @ Malaysian

18:46 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : malaysian airlines, boeing, airbus, b737, a380 |  Facebook | |

07/08/2012

Malaysia Airlines reçoit son 75e B737 !

 

MAS_737-8_K65722.jpg


 

SEATTLE, Boeing et Malaysia Airlines ont célébré la livraison du 75e B737-800 «Next-Generation» à la compagnie lors de son arrivée ce mercredi à Kuala Lumpur, en Malaisie.

"Le 737 a été un avion extraordinaire pour notre compagnie", a déclaré Ahmad Yahya Jauhari, chef de la direction de Malaysia Airlines. «Quand nous avons décollé sur notre propre compagnie aérienne nationale en Malaisie le 1er Octobre 1972, notre vol inaugural  de Kuala Lumpur à Singapour a été opéré à l'aide d’un avion de la famille  737. Depuis lors, cet avion a été un bourreau de travail très fiable pour les opérations nationales et régionales. Nous continuons à être impressionnés par la fiabilité constante du 737, de l'économie inégalées et l'innovation dans le confort des passagers. "

L'avion est livré avec le nouvel intérieur Sky, qui dispose de grands bacs de rangement pivotant généraux, des fenêtres plus grandes et un éclairage à LED pour améliorer la sensation d'espace. 

Malaysia Airlines a été le client de lancement en Asie de l'Intérieur Boeing Sky en Octobre 2010. Malaysia Airlines a pris livraison de son B737 la première fois en 1972 et a exploité le B737-200, b737-300, B737-400, B737-500 et B737-800.

La famille B737 «Next-Generation» a engendré plus de 6’600 commandes et a un arriéré diversifiée supérieure à 2.600 avions. Malaysia Airlines a 35 B737 supplémentaires en commande.

Avec plus de 5’550 avions en service, la famille «737» représente plus d'un quart de la flotte mondiale totale de gros avions commerciaux volant aujourd'hui. Plus de 358 compagnies aériennes dans 114 pays vole le 737.

Photo : le 75e B737 de Malaysian Airlines @ Boieng


 

23:42 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : malaysian airlines, boeing, b737 |  Facebook | |