11/06/2019

La Malaisie toujours à la recherche d’un avion de combat !

Malaysia_MiG-29_flying.jpg

La Malaisie est toujours à la recherche d’un nouvel avion de combat. Depuis maintenant cinq ans, ce pays travaille à l’achat d’un nouvel avion de combat. Initialement le projet prévoyait de remplacer la flotte de MiG-29 « Fulcrum » par un lot de 18 nouveaux avions. L’Etude de base concernait les modèles suivants : Le Rafale de Dassault, l’Eurofighter d’Airbus, le Super Hornet de Boeing et le Gripen de Saab. Mais faute de moyen, le pays se retrouve pour l’instant dans l’impossibilité d’acquérir un avion moderne.  

Une solution intermédiaire : 

Pour combler le besoin en matière d’avions, le pays envisage une première solution avec l’achat d’une dizaine de F/A-18 C/D « Hornet » d’occasions en provenance du Koweït. Ce dernier, prépare en effet, l’arrivée du Super Hornet et prévoit de se séparer de sa flotte actuelle de « Hornet » de manière progressive. Des discussions sur une éventuelle vente seraient prévues prochainement entre les deux pays.

Un nouvel avion de type LCA :

Avec ou non un rachat des « Hornet » koweïtiens, le pays devra de toute manière opter pour un achat d’avions neufs. Faute de mieux, le pays semble revoir ses besoins à la baisse et se diriger en direction d’avions moins performants. Trois appareils sont actuellement à l’étude. Il s’agit : du Tejas de indien de HAL, le CAC/PAC JF-17 « Thunder » Sino-pakistanais et le Kai FA-50 « Golden Eagle » coréen. Ces plates-formes viendraient alors soulager la flotte de « Hornet » actuelle et peut-être renforcée d’ici là. En effet, la Malaisie dispose  déjà de 8 F/A-18D « Hornet ».  Selon le cahier des charges malaisien pour un avion de type LCA (Light Combat Attack). Le domaine économiques serait la principale préoccupation. L’idée serait d’acquérir environ 36 avions neufs pour venir compléter la flotte de « Hornet » renforcée grâce à la possible vente du Koweït.

Le Tejas : 

16ea1baa6b5c464ab9ff94fc62e5102b-16ea1baa6b5c464ab9ff94fc62e5102b-0_1550671894288_1550671918962.jpg

Le programme d’avion de combat léger (LCA) nommé Tejas («Glorieux» en langue sanskrit) est un programme national indien lancé en 1982, dont la mise au point aura duré 30 ans ! Les premiers appareils destinés à la Force aérienne indienne ont débuté leurs mises en service cette année avec le standard MkI, mais restent encore, au stade de préparation en vue de l’arrivée du standard MkII. Il s’agit du plus petit avion de combat polyvalent au monde. Ce programme est sous la responsabilité du constructeur indien HAL (Hindustan Aeronautic Ltd).

Les appareils de série sont dotés du General-Electric F414G, le moteur Kaveri indien ayant été abandonné. En attendant, les tests ont été effectués avec un General-Electric F-404.

Le HAL Tejas est doté d’un radar multimodes à effet doppler disposant des modes : air-air, air-sol et air-mer et dispose d’une nacelle FLIR et d’un désignateur laser. Il pourrait également recevoir une liaison de données.

 Le JF-17 « Thunder » :

Pakistan_JF-17_(modified).jpg

Le JF-17 «Thunder» (Pakistan) ou FC-1 «Xiaolong» (Chine) est une association sino-pakistanaise. Conçu en Chine par le constructeur d’Etat AVIC, il est cofinancé par le Pakistan et produit par  Pakistan Comlex (PAC). Chasseur mono-réacteur propulsé par une version chinoise du réacteur RD-93, dérivé du RD-33 russe, qui équipe le MiG-29. L’avion a effectué son premier vol en septembre 2003. Avion multirôle d’un faible coût, soit environ 20 millions de dollars, il est équipé d’une avionique moderne par rapport aux A-5C et F-7P (dérivés des MiG-19/21).

L’armement comprend un canons GSh-23 (23mm), jusqu’à 3.700kg de charge utile. Doté d’armement occidental pour la version JF-17 comme des Sidewinder AIM-9P ou des PL-7/8/9 chinois.

Le FA-50 « Golden Eagle » :

p1423210_main.jpg

Le FA-50 est un avion biplace d'attaque au sol doté d’un réacteur General-Electric F404-102 à double flux-produit  sous licence par Samsung Techwin. Le plafond pratique est de 14.600 mètres (48.000ft) et la cellule est prévue pour une durée de 8000 heures de vol, le T-50 et le FA-50 atteignent la vitesse maximale de Mach 1,4.

La version du FA-50 se différencie par une capacité d’armement étendue soit : un canon General-Dynamic A-50 de 20mm en interne, l’appareil peut être doté de missiles  AIM-9 Sidewinder et AIM 120 AMRAAM ou des Python 5, d’AGM-65 « Maverick » et de lance-roquettes LOGIR. Il peut également emporter diverses bombes de types : GBU-58, MK-20, 82, 83, 84.

En ce qui concerne l’avionique, le FA-50 dispose de deux écrans multifonctions en couleurs, d'un HUD et d'un système de manette HOTAS, d'une centrale inertielle laser/GPS Honeywell H-764G de CDVE à triple redondance et il est doté pour l’instant d’un radar Israélien Elbit EL/M-2032 à antenne mécanique.

 

Photos : 1 MiG-29 « Fulcrum » MalaisienTejas @ HAL JF-17 Thunder @ PAC FA-50 @ KAI

24/03/2017

La Malaisie va moderniser ses Hawk 208 !

332.png

 

La Royal Malaysian Air Force (RMAF) a mandaté BAE Systems et la société malaisienne MRO Airod pour moderniser ses avions de combat légers Hawk 208. Il n’y pas d’information en ce qui concerne les 6 Hawk 108 école biplaces.

Modernisation des BAe Hawk 208 :

La modernisation de la flotte de 12 BAe Hawk 208 monoplaces comprendra un nouveau récepteur d'alerte radar, des contre-mesures électroniques et un enregistreur vidéo numérique. Un nouveau logiciel de planification de mission.

BAe Systems va concevoir et fabriqués les éléments de mise à niveau, tandis qu'Airod sera responsable de l'intégration du système sur l'avion. Les travaux seront réalisés entièrement en Malaisie et dureront trois ans. Il reste cependant une inconnue en ce qui concerne le radar. En effet, le radar Northrop-Grumman APG-66N se dégrade après plus de 20 ans de service. Hors, la Malaise n’a pas décidé pour l’instant si celle-ci engagera une mise à jour du radar. Une décision pourrait encore être prise avant la fin de cette année.

 

Le BAe Hawk 200/208 :

Le Hawk 200 est un avion de combat léger à siège unique pour la défense aérienne limitée, l’appuis au sol et la reconnaissance. C'est la variante la plus capable de la famille des « Hawk » en termes de combat. Le Hawk 200 possède 11 points de stockage externes avec quatre pylônes sous-jacents, un pylône sous le fuselage et des stations de missiles air-air à ailettes. La gamme de magasins externes que peut transporter l'avion comprend des missiles air-air(AAM), des missiles anti-navires(AShM), des torpilles, des lance-roquettes et une nacelle de reconnaissance. Il peut emporter de bombes en chute libre allant jusqu'à 1000 livres (450 kg). Le Hawk 200 est équipé d'un radar Northrop Grumman AN/APG-66N à antenne mécanique Dopler, d’un système de navigation inertielle à laser LINS 300, d'un capteur de données d'air, d'un processeur d'affichage et d'un ordinateur de mission. Les systèmes sont reliés à un bus numérique double MIL STD-1553B. Le Hawk 200 est également équipé d'un télémètre laser Ferranti et d’un capteur infrarouge Marconi. Les systèmes d'autoprotection comprennent un système BAe SkyGuardian 200 et des distributeurs automatiques ou manuels de leurres. Le Hawk 208 est la version d’exportation destinée à la Malaisie.

 

3456.jpg

Photos : 1 Hawk 208 malaisien@ RMAF 2 Hawk 208 @ Laurence M Bean

22/10/2016

La Malaisie modernise ses S-61 « Sea-King » !

140607-Z-IX631-075.jpg

Le Ministère de la Défense malaisien va moderniser une partie de sa flotte d’hélicoptères Sikorsky S-61 « Sea-King ». C’est la société MRO Heli-One qui sera chargée des opérations.

La société MRO Heli-One effectuera les travaux de modernisation avec le soutien de la firme malaisienne MRO Airod. La mise à niveau des vétustes Sikorsky S-61 « Sea-King » comprend principalement une mise à jour de l’avionique avec des écrans EFIS couleurs, un nouvel ordinateur de mission et un nouveau radar de recherche. La mise à niveau sera compatible avec l’emploi de lunettes de vision nocturne. La Malaisie a sélectionné les entreprises Universal Avionics, Rockwell Collins et EuroAvionics comme fournisseurs du nouveau matériel.

Retrait retardé :

La Malaisie avait prévu de retirer sa flotte de Sikorsky S-61 « Sea-King » en 2012. Cependant, faute de moyens financiers, le pays n’a pu commander que 12 hélicoptères Airbus EC725 pour venir remplacer une flotte de 30 hélicoptères S-61. Pour palier à la demande des militaires, le pays doit aujourd’hui maintenir et moderniser le vieil hélicoptère dont l’âge moyen est de 41 ans.

 

Sikorsky-S-61-Nuri_SDASM-700x357.jpg

Photos : Sikorsky S-61 « Sea-King » malaisien@ Force aérienne malaisienne

 

 

28/03/2013

Maintenance des SU-30MK Malaisiens !

 

sukhoi,su-30mk,sukhoi 30mk2,salon lima,malaisie

 

Salon aéronautique LIMA en Malaisie, le constructeur russe Sukhoi annonce la signature avec le ministère de la Défense malaisien d’un contrat de 100 millions de dollars pour l'entretien technique de la flotte de Su-30MKM.

 

Le contrat porte sur la maintenance technique ainsi que des fournitures de pièces de rechange pour 18 Su-30MKM qui ont été livrés à la Malaisie entre 2007 et 2009 dans le cadre d'un contrat de 900 millions de dollars signé en 2003.

 

En parallèle à ce contrat, la Russie se positionne pour la vente d’un second lot de SU-30, voir des modèles SU-35 à ce pays, dans le cadre d’un programme de remplacement des actuels MiG-29N en service depuis la fin des années 80.

 

Le remplacement des Mig-29N est actuellement l’élément clefs de ce salon où plusieurs avionneurs s’affrontent dans cette compétition. On retrouve le Rafale de Dassault, l’Eurofighter de Cassidan et le Gripen E de Saab.

 

Les Russes de Sukhoi espèrent gagner l’enjeu malaisien en complétant les actuels SU-30 avec une flotte additionnelle. Pour Sukhoi, les qualités de la gamme SU-30/35 associés à un prix inférieur aux appareils occidentaux, pourraient faire pencher la balance en leur faveur.

 

Sukhoi SU-30MK : 

 

La génération SU-30M est une version améliorée et totalement multirôle du Su-30 ayant vu le jour en 1991. Son premier prototype, développé à partir du Su-27UB, vola pour la première fois en 1992. La masse maxi au décollage a été portée à 34,5 tonnes et la motorisation est assurée par 2 réacteurs AL-35F. L’avionique ou les systèmes embarqués comme ceux d’autoprotection et de  guerre électronique ou de communications peuvent être remplacés par des modèles occidentaux (français ou israéliens généralement). L’intégration de pods et d’armements occidentaux ainsi que de différents modèles de radars russes ou de moteurs à poussée vectorielle est possible en option. Chaque pays ayant commandé le Su-30MK ainsi que les versions supérieur MKI & MKII, dispose d’une multitude d’options.

 

Photo : SU-30MKII Malaisien @ Sukhoi

 

 

 

14:27 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sukhoi, su-30mk, sukhoi 30mk2, salon lima, malaisie |  Facebook | |