17/07/2019

Turquie : la vente de F-35 stoppée !

turquie,f-35,s-300,trump,maison blanche,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l’aviation,romandie aviation

Dans un communiqué de la Maison Blanche, le président Trump a annoncé que les Etats-Unis annuleraient la vente de plus de 100 avions de combat  Lockheed Martin F-35A « Lightning II » destinés à  la Turquie en raison de l'acquisition d'un système de défense antimissile russe Almaz-Antei S-400 « Triumph ».

«Ce n’est pas une situation juste», a déclaré Trump aux journalistes alors qu’il entamait une réunion du Cabinet. Décalant clairement sa réticence à interdire la vente d'aéronefs, Trump a réaffirmé que la Turquie, alliée de l'OTAN, était contrainte de satisfaire ses besoins en matière de défense en achetant le système russe S-400 car l'administration Obama ne le vendrait pas au système américain Patriot.

Washington a également menacé d'imposer des sanctions à l'encontre de l'achat de la Turquie. Ankara a répondu que toute sanction serait appliquée en nature.

La livraison des composants du S-400 ont commencé la semaine dernière et se poursuivent. Le ministère turc de la Défense a annoncé qu'un douzième avion russe avec des pièces anti-aériennes avait atterri mardi à l'aérodrome de Murted, près d'Ankara. Après de longs efforts pour acheter un système de défense aérienne des États-Unis sans succès, Ankara a signé un contrat en 2017 pour l’achat des S-400 de Russie.

Depuis lors, les USA ont tenté de proposer une nouvelle offre pour le missile Patriot, mais qui a été refusée par Ankara. On notera également que la Turquie s’était approchée de l’Europe en ce qui concerne le système Eurosam SAMP/T qui aurait dû être développé dans un standard spécifique pour la Turquie.

Nouveaux équipementiers pour le F-35 : 

La Turquie produit entre 6 et 7% des pièces du F-35, au total se sont 8 entreprises turques qui produisent des composants de l’avion ou de son réacteur F-135. Avec la fin de la vente du F-35, La production doit être transférée à d’autres fournisseurs. Ce changement affectera entre 50 et 70 avions, sur une période de deux ans maximum de deux selon le Pentagone. Mais celui qui aura le plus à perdre est l’industrie turque qui se voit privée d’accès à une technologie indispensable pour le développement du futur avion de combat indigène. On parle ici d e12 ans de retard. Pour compenser, la Turquie devra se tourner vers un nouveau fournisseur, russe ou chinois. 

La Turquie hors de l’Otan ?

La question est maintenant ouverte, l’arrivée de S-400 et peut-être même une participation au système S-500 avec l’achat probable d’un avion russe ou chinois, la Turquie a-t-elle encore sa place au sein de l’Otan ? Si le contentieux entre Ankara et les Etats-Unis a pris ses racines en 2003 lorsque l’agression anglo-américaine de l’Irak de Saddam Hussein et le vide ainsi créé avec l’implosion de l’Etat baathiste ont permis aux Kurdes revanchards d’instaurer un Etat de facto indépendant aux portes de la Turquie voisine. Plus récemment, en Syrie, les Etats-Unis sont allés encore plus loin dans leur alliance militaire avec les Kurdes séparatistes de Syrie (YPG/FDS). Sans oublier que de son côté la Turquie à fâché tout le monde avec son soutien aux rebelles islamistes sunnites syriens liés à Al-Qaïda et même à Daech.

Pour autant il n’existe pas de règlement interne au sein de l’Otan en ce qui concerne les achats d’équipement militaire. La Turquie n’est en soi pas en faute. De leurs côtés, les Etats-Unis menace de lancer des sanctions contre la Turquie via la CAATSA, une loi de 2017 par laquelle Washington a déjà sanctionné l'Iran, la Russie et la Corée du Nord.

Ce qui pourrait donc bien faire basculer la Turquie hors de l’Otan concernerait l’acquisition futur de nouveaux systèmes d’armes en provenance de pays extérieurs à l’Alliance Atlantique. De son côté, la Russie doit bien rire, cette action a réussi à diviser les membres de l’Otan, tout en empêchant un encerclement de celle-ci par L’Otan et ses alliés.

Photo : F-35 turc @ Lockheed martin

15/06/2018

La tension monte avec la livraison de F-35 à la Turquie !

F-35-Lightning-II-vol_LM.jpg

L’avionneur américain Lockheed-Martin prévoit de livrer officiellement le premier F-35A « Lighting II » à la Turquie lors d'une cérémonie à Fort Worth, au Texas, le 21 juin prochain et ceci, en dépit des protestations des législateurs et des diplomates américains.

Le F-35A restera aux États-Unis jusqu'à ce que les pilotes turcs soient formés pour piloter l'avion, après quoi il sera envoyé en Turquie.

Une fronde qui se renforce :

Cependant, les représentants américains et les sénateurs se sont opposés à ce que la Turquie reçoive le chasseur furtif à la pointe de la technologie après que le pays a signé un contrat avec la Russie pour acheter le système sol-air Almaz-Antey S-400 « Triumf », l'un des plus sophistiqués du monde et de part la politique menée actuellement par le pays. En effet, les législateurs et les fonctionnaires du Département d'État se sont également plaints du mépris du président turc Recep Tayyip Erdoğan en ce qui concerne la primauté du droit, la diminution des libertés individuelles, la consolidation du pouvoir et les décisions stratégiques, ainsi que les opérations de guerre en Syrie contre les forces kurdes.

Un nouvel effort est apparu ces dernières semaines au sein du Sénat et de la Chambre des représentants des États-Unis pour bloquer le transfert de l'avion à la Turquie à moins que le pays refuse d'acheter le système anti-aérien S-400 et modifie sa stratégie politique.

De son côté, la Turquie à menacé au moi de mai dernier de se tourner en direction du Sukhoi Su-57 (article avia news du 28.5.18).

La Turquie, alliée de l'OTAN a commandé 100 F-35A. Le premier lot de 14 appareils est déjà payé. Au total, 30 F-35A devraient être livrés à l'armée de l'air turque d'ici la fin de 2022.

A noter que pour l’instant, la Maison Blanche n’a pas encore pris position et se mue dans un silence assourdissant.

Photo :F-35A @ Lockheed-Martin

 

27/02/2018

Contrat signé pour le futur Air Force One !

3685834968.jpg

L’avionneur amérixcain Boeing vient d’annoncer la signature du contrat pour la construction du futur avion présidentiel « Air Froce One «  de nouvelle génération.

« Boeing est fier de fabriquer le Air Force One de nouvelle génération, mettant à disposition des présidents américains une Maison Blanche volante à un prix concurrentiel pour les contribuables », s’est félicité l’avionneur dans un tweet.« Le président Trump a négocié un bon accord au nom du peuple américain ».

Rappel :

Le nouvel avion présidentiel américain a été sélectionné par l’administration Obama. Le choix s’est porté sur la nouvelle génération du Boeing B747-800 « Intercontinental ». Le remplacement des deux aéronefs de type B747-200 présidentiels (VC-25A) stationnés sur la base aérienne d’Andrews AFB est une grande priorité pour l'US Air Force. L’objectif est de pouvoir continuer à disposer de deux avions opérationnels à tout moment pour le transport du président des Etats-Unis, tandis que le troisième est à l’entretien. Selon un rapport de l’US Air Force, ce taux de disponibilité simultanée pourrait tomber à 28% en 2025" contre 60%, si les trois nouveaux appareils n’entrent pas en service d’ici là. On se rappelle les menaces de Donald Trump ayant déclaré sur Twitter « Je vais négocier les prix. Les avions sont trop chers et nous allons faire baisser les prix. Et si nous n'obtenons pas une réduction des coûts nous ne les commanderons pas. Nous allons rester avec ce que nous avons » !

La forte augmentation des coûts est due aux nombreuses modifications de l’avion. Capacité de ravitaillement en vol, protection contre les missiles, aménagement d’un réseau complet de communications sécurisées qui doit permettre au Président d’assurer la gouvernance en vol. Zone VIP, secteur de repos et salle de conférence et bien d’autres options.

Le contrat :

Le président Donald Trump et Boeing ont trouvé un accord sur la fourniture par le constructeur aéronautique de deux avions présidentiels pour un coût de 3,9 milliards de dollars. A l'époque, les coûts estimés des deux nouveaux avions présidentiels avoisinaient les 4,5 milliards de dollars. 

3200735734.jpg

 

Photos :Le futur Air Force One @ Boeing

 

 

04/08/2017

Vol inaugural pour le premier VH-92A « Marine One » !

sikorsky,lockheed martin marine one,hélicoptère présidentiel,sikorsky s-92,vh-92a,blog défense,infos aviation,usmc,maison blanche,aviation et défense

 

Stratford dans le Connecticut, Sikorsky a annoncé avoir effectué avec succès le premier vol du prototype du futur hélicoptère Présidentiel VH-92A N° EDM-1 du Corps des Marines des États-Unis. Ce premier vol a lieu en toute discrétion le 28 juillet dernier. Ce vol inaugure les premiers essais de 250 heures, qui auront lieu sur les installations de Lockheed Martin/Sikorsky à Owego près de New York.

Une fois son premier vol réussi, un second vol a eu lieu le même jour. Le temps de vol total pour les deux sorties était d'une heure et comprenait des contrôles de vol, dont un vol à basse vitesse.

Ce premier prototype sera bientôt rejoint  par un second aéronef d’essai N° EDM-2. Les deux appareils vont être engagés cette-fois sur un programme de tests de vol d’une durée de 12 mois.

Rappel :

La Marine des États-Unis a attribué un contrat de développement de fabrication et d'ingénierie (EMD) de 1,24 milliard de dollars à prix fixes avec options de production auprès de Sikorsky le 7 mai 2014. Le contrat EMD produira un total de six appareils: deux d'essai et quatre aéronefs de production. Les options de production pour les 17 autres appareils seront finalisées au cours de l'exercice budgétaire 2019. Le VH-92A entrera en service en 2020. La VH-92A transportera le président (nom de code « Marine One ») et le vice-président des États-Unis et d'autres fonctionnaires.

Le Sikorsky VH-92A :

Le Sikorsky VH-92 est un dérivé du S-92. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utiliser pour le ravitaillement des plates-formes pétrolières et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 « Cyclone ». L’appareil peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le S-92 est environ 10 % plus rapide que le « Sea King ». Le S-92 peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Le Sikorsky S-92 est un hélicoptère de transport biturbine de type : General Electric CT7-6D, muni d’un rotor principal et d’un rotor de queue quadripales, d’un train d’atterrissage tricycle rétractable et pouvant transporter jusqu’à 22 passagers.  

Le poste de pilotage est équipé de systèmes de navigation modernes, ainsi que de quatre écrans multifonctions. Les pilotes sont assis sur des sièges Martin-Baker anti-crash. Le poste de pilotage est chauffé, ventilé et climatisé indépendamment de la cabine. Un équipement complet permet une sécurité en vol maximale : deux systèmes automatiques de contrôle de vol (AFCS), des systèmes anticollision (TCAS) et d’avertissement de proximité du sol (EGPWS) et un radar météorologique placé dans le nez de l’appareil. Les systèmes vitaux de l’appareil sont redondants, la cellule offre une bonne résistance en cas de crash et la boite à vitesse peut fonctionner durant ½ heure sans huile.

Dans le cadre du programme VXX, Sikorsky propose le S-92 dans le standard VH-92 aux moteurs plus puissants et entièrement construit par des entreprises américaines. Les systèmes électriques et hydrauliques sont installés en triple exemplaires et le système d’alimentation en carburant se fait par aspiration, ce qui évite d’éventuelles fuites dues à la pression. Les systèmes de pilotages sont également redondants. Les réservoirs de carburant auto-obturant, placés à l’extérieur de la cabine, sont capables de supporter des impacts d’obus de 23mm. L’appareil possède un système de dégivrage et est également protégé contre la foudre et les champs de rayonnement d’intensité élevée.

VH-92A-420x282.jpg

Photos : 1 VH-92A EDM-1 lors de son premier vol  2 Image de synthèse du futur VH-92A @Sikorsky

18/04/2011

Le Président Obama pourrait voler en V-22 « Osprey » ?

 

 

 

osprey_pentagon.jpg

 

 

 

Les locataires de la Maison blanche voleront à bord d’appareils à rotors basculant de type V-22 «  Osprey ».  Je vous avais déjà relaté le programme de remplacement des hélicoptères présidentiels, si le choix d’un hélicoptère pour le Président des Etats-Unis n’est pas encore fait, son staff disposera par contre de V-22.

 

 

V-22  VIP : 

 

Le détachement d’hélicoptère du corps des Marines qui opère la flotte des hélicoptères présidentiels sous l’appellation « Marine One » va recevoir des V-22 «Osprey» à rotors basculants. L’aménagement de ceux-ci sera moins complexe et concernera l’adaptation dite de « bureau volant sécurisé », les V-22 étant déjà équipé en système de guerre électronique actif/passif.

 

Ces appareils vont en priorité remplacer  les appareils les plus lourds soit les VH-3D «Sea Stallions». La flotte se composera de quatorze appareils qui commenceront à être livrés en 2013.

 

Dans un premier temps les V-22 ne devraient pas transporter le Président des Etats-Unis mais en premier lieu le « Staff » présidentiel. La question du remplacement des hélicoptères dévoués à l’homme fort de la Maison blanche reste encore en suspend ! Le programme est toujours en cours et les candidats restant sont le «Merlin»produit sous licence par Boeing, le V-22 de Bell-Boeing et le CH-47 «Chinook» de Boeing. Sikorsky et Lockheed Martin ont aussi annoncé leur intention de proposer un dérivé du S-92.

 

Sur ce dernier point, le Corps des Marines verrait bien le V-22, car celui-ci gagnerait en prestige. De plus, selon celui-ci le V-22 peut se poser sans problème sur la pelouse de la Maison blanche et du fait des rotors basculants offre une plus grande vitesse de vol en palier. 

 

1634548018.JPG

 

Liens sur le remplacement des hélicoptères présidentiels :

 

 http://psk.blog.24heures.ch/archive/2009/02/27/nouvel-hel...

 

 

  Photos  :  1 V-22 Osprey 2 VH-53D Sea Stallions @ US marines corps