17/06/2020

Berlin cherche un nouvel avion de patrouille maritime !

809488705.JPG

Le ministère allemand de la Défense prépare une étude de marché portant sur le remplacement des avions de patrouille maritime Lockheed P-3 « Orion ». Ces derniers actuellement sont en cours de modernisation, mais ce chantier est actuellement à l’arrêt en vue de l’acquisition d’un nouvel avion.

Préparé pour la commission parlementaire de défense, le document montre que le ministère a décidé d'arrêter la modernisation des avions de patrouille de la Bundeswehr (forces armées) après une étude de faisabilité économique.

Les candidats potentiels :

L'examen du marché retient trois types d’appareils : il s’agit du C-295 MPA d'Airbus DS, de l’ATR72 MPA de Rheinland Air Service/ ATR Aircraft et le Boeing P-8A « Poseidon ». 

Airbus C-295 MPA :

1879719780.jpg

La nouvelle génération de C-295 est l'appareil idéal pour les missions de défense et d’actions au profit de la société, telles que les actions humanitaires, les patrouilles maritimes, et des missions de surveillance de l'environnement, entre autres. Avec des systèmes simples, le C-295 de transport tactique fournit par sa taille et sa grande polyvalence une très bonne flexibilité de mise en oeuvre pour le personnel. En version MPA l’avion d'un système d’avionique intégrée avancé. La suite avionique comprend quatre écrans à cristaux liquides et des unités de contrôle associées. Un ensemble de capteurs géophysiques fournit des informations sur l'attitude, le cap et les données aériennes. D'autres sous-systèmes comprennent un AHRS (système de référence d'attitude et de cap), un ADS (système de données aériennes), un FMS (système de gestion de vol) et un système de commande de vol automatique. L'avion est équipé d'un système tactique entièrement intégré (FITS) pour le contrôle de la mission. Le système comprend une gamme de capteurs et de composants, notamment un radar de recherche, des capteurs électro-optiques / infrarouges (EO/ R), des mesures de support électronique (ESM) / un système d'intelligence électronique (ELINT), COMINT, un détecteur d'anomalies magnétiques (MAD), un interrogateur IFF, un SATCOM, une liaison de données et un Link-11. Le C-295 fait partie de la famille Airbus Military avions de transport légers et moyens, qui comprend également le plus petit C-212 et CN-235.

ATR72 MPA :

Multimission Surveillance Aircraft - SP ATR 72MP_fto3_Luca_La_Cavera.jpg

ATR en collaboration avec Rheinland Air Service propose l’ATR72-500 MPA (RAS 72) « Sea Eagle ».  Le « Sea Eagle » est basé sur un avion de ligne régional ATR72 qui a été équipé par la division mission spéciale de la société allemande MRO RAS (Hall 2C, Stand C342) dans ses installations de Mönchengladbach. La suite de patrouille maritime de l’avion est intégrée par Aerodata, basée à Braunschweig, centrée sur le système de gestion de mission AeroMission de l’entreprise.

La suite d'équipements comprend un radar de recherche à balayage électronique AESA Leonardo Seaspray 7300, une tourelle électro-optique / infrarouge FLIR Systems Star Safire III, des mesures de support électronique Elettronica, des communications par satellite et un système de lancement / récepteur de bouées acoustiques. L'avion a un point dur de chaque côté du fuselage avant pour le transport de torpilles.

La variété de capteurs embarqués à la pointe de la technologie permet aux opérateurs et aux décideurs de détecter et d'identifier des cibles sensibles au-dessus ou en dessous de la surface de l'océan, tout en transmettant en temps réel toutes les informations capturées à bord au centre de commandement.

 Le P-8A «Poseidon» :

3568062867.JPG

Le P-8A « Poseidon » de Boeing est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration les autres aéronefs. 

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du B737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.

Photos : 1 P-3 Orion allemand @ Bundeswehr 2 C-295MPA@ Airbus DS 3 ATR-72MPA@ ATR Aircraft 4 P-8A@ Boeing

08/01/2020

Pakistan, entrée en service des ATR72 MPA !

RAS-ATR-72-01-692x360.png

La Marine pakistanaise (PN) a intronisé le 4 janvier, lors d'une cérémonie tenue à la Naval Air Station PNS Mehran à Karachi, les deux biturbopropulseurs ATR-72 convertis en avions de patrouille maritime (MPA) par la compagnie allemande Rheinland Air Service (RAS) dans le cadre d'un contrat signé en 2015.

Les deux ATR72-500 MPA pakistanais sont désigné RAS 72 « Sea Eagle ».  Le « Sea Eagle » est basé sur un avion de ligne régional ATR72 qui a été équipé par la division mission spéciale de la société allemande MRO RAS (Hall 2C, Stand C342) dans ses installations de Mönchengladbach. La suite de patrouille maritime de l’avion a été intégrée par Aerodata, basée à Braunschweig, centrée sur le système de gestion de mission AeroMission de l’entreprise.

La suite d'équipements comprend un radar de recherche à balayage électronique AESA Leonardo Seaspray 7300, une tourelle électro-optique / infrarouge FLIR Systems Star Safire III, des mesures de support électronique Elettronica, des communications par satellite et un système de lancement / récepteur de bouées acoustiques. L'avion a un point dur de chaque côté du fuselage avant pour le transport de torpilles.

La variété de capteurs embarqués à la pointe de la technologie permet aux opérateurs et aux décideurs de détecter et d'identifier des cibles sensibles au-dessus ou en dessous de la surface de l'océan, tout en transmettant en temps réel toutes les informations capturées à bord au centre de commandement.

Photo : ATR72 MPA Sea Eagle pakistanais @ RAS

 

07/01/2020

La Pologne veut remplacer ses hélicoptères SH-2G ! 

europa_europe_poland_polska_kaman_247_mazowsze_sh2g-461825.jpg!d.jpeg

Varsovie désire remplacer ses hélicoptères de lutte anti-sous-marines Kaman SH-2G « Super Seasprite » en service au sein de sa marine. Les quatre appareils de type SH-2G sont chacun âgé de près de 30 ans.

Programme « Kondor » :

L'inspection des armements du ministère polonais de la Défense mènera un processus de dialogue technique entre mai et juillet 2020, en vue de la recherche d'informations pour soutenir un programme de concours en vue de l’évaluation et du choix du futur d'hélicoptère naval polyvalent, nommé « Kondor ». Cette activité comprendra l’évaluation des besoins en matière d’armes, de communication, de navigation, de guerre électronique et de capacité de survie de l’aéronef, ainsi que l’estimation des coûts du programme.

Selon les premières informations transmises par le ministère de la défense polonais, le futur hélicoptère de guerre anti-sous-marine devrait avoir une masse maximale au décollage de 6 ‘500 kg (14 300 lb).

Les candidats potentiels :  

Dès lors, les candidats potentiels semblent être le PZL Swidnik W-3 « Sokol », le Leonardo AW159 et le Sikorsky MH-60 « Sea-Hawk ».

Le PZL W-3 :

441637236.jpg

Le PZL W-3 « Sokol » produit pas PZL-Swidnik est un hélicoptère bimoteur, polyvalent et de taille moyenne. Le W-3 Sokoł (faucon, en polonais) est le premier hélicoptère à être entièrement conçu et construit en série en Pologne. Les travaux sur le projet ont débuté chez WSK PZL-Świdnik en 1973 par l'équipe de Stanislaw Kamiński. Le Sokoł a fait son premier vol le en novembre 1979. À la suite d'un programme de développement assez long, la lente production du Sokół commença en 1985. Les premières ventes de l'appareil se firent en Pologne et parmi les voisins du bloc de l’Est. Plus tard, pour élargir les ventes, PZL améliora le Sokół initial (W-3) en W-3A, pour tenter d'obtenir les certifications des pays de l'ouest. Le Sokół est de conception classique, avec deux turbomoteurs PZL-10W, qui sont dérivés des PZL-10S - des turbomoteurs TVD-10B russes construits sous licence, qui propulsent les Antonov AN-28 polonais. Des matériaux composites sont utilisés dans les 3 pales du rotor anti-couple et dans les 4 pales du rotor principal.

Leonardo AW159 « Wildcat » :

1020322079.jpg

L’AW159 Lynx « Wildcat » est prévu pour remplacer les Lynx de première génération, ce nouvel hélicoptère multirôle de six tonnes, est commandé à 62 exemplaires par le ministère britannique de la Défense. Le premier a été livré à la fin de 2011. Doté de deux turbines Rolls-Royce Honeywell CTS800 de nouvelles générations capables d’offrir 12 % de puissance supplémentaire, face aux anciens modèles. Le poste de pilotage comprend un système entièrement intégré d’affichage, utilisant quatre écrans 10x8 pouces. Les capteurs disposés dans le nez comportent une imagerie TV/IR couplé avec un désignateur laser. La version maritime dispose d’un radar Selex-ES Galileo 7400E actif sur 360 degrés. L'AW159 intègre un système d'alerte de missiles, des détecteurs d'alerte radar et un système de distribution des contre-mesures. En outre, il dispose d’une palette complète en matière d’armement soit : des mitrailleuses, torpilles, grenades sous-marines et pourra également tirer la future arme de surface a guidage autonome (FASGW).

Le MH60R « SeaHawk » :

SH-60B_Seahawk2.jpg

La version MH60R et le dernier développement du SH60-SeaHawk destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH60B et SH60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le sauvetage (SAR), le ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC) ainsi que le relais des communications.

Lockheed Martin est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multimode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

Photos : 1 SH2G « Super Seasprite » @CC  2 W-3 SOKOL @ N. Norman 3 AW159 « Wildcat » @ Leonardo 4 MH-60R « Sea-Hawk » @ USN

28/10/2019

Arrivée des premiers Atlantique ATL2 modernisés !

8912.jpg

La DGA a autorisé le transfert des deux premiers aéronefs de patrouille maritime Dassault Atlantique 2 (ATL2) mis à niveau à la marine française.

Rappel :

Au total se sont 18 des 22 AMP ATL2 exploités par la Marine française qui seront mis à niveau vers la nouvelle version Standard 6. La mise à niveau est complète et devrait permettre à l’avion d’opérer jusqu’à 2030. La DGA avait notifié le 11 octobre 2018 aux industriels Dassault Aviation et Thales un marché de rénovation des avions de patrouille maritime Atlantique 2 (ATL2).

Placé sous la maîtrise d’ouvrage de la DGA, le programme de rénovation des Atlantique 2 permet de doter ces appareils des performances requises pour assurer leurs missions opérationnelles jusqu’à leur retrait de service après 2030. La modernisation de l’avion porte principalement sur le remplacement de certains matériels par des équipements numériques issus des meilleures technologies actuellement disponibles

Le Standard 6 : 

Le programme de mise à niveau comprend la mise au point d'un nouveau système de combat appelé «Logiciel de traitement de l'information opérationnelle nouvelle génération» (LOTI-NG). Le système est utilisé pour établir une image tactique à partir des données recueillies par les différents capteurs de l'avion. Les nouveaux postes d’opérateurs numériques ont remplacé les équipements analogiques d’origine.

Une autre amélioration majeure est la mise à niveau du sous-système de traitement acoustique appelé «Sous-système de traitement acoustique numérique» (STAN). Ce système est capable de faire fonctionner plus de bouées sous-marines que son prédécesseur et de scanner une gamme de fréquences plus large. Le système peut également utiliser les bouées sous-marines américains les plus récentes, y compris en mode multistatique. La tourelle électro-optique (EO) Wescam MX-20 a également été intégrée (la même que celle utilisée à bord du Boeing P-8A Poseidon). Ce système avait déjà été installé sur certains ATL2, mais il n’était pas intégré au système de combat. Avec la mise à niveau au Standard 6, différents opérateurs peuvent accéder simultanément aux images fournies par le MX-20.

Le dernier élément majeur de la mise à niveau de Standard 6 est l’intégration du radar AESA (Active Electronic Scanning Array) de Thales le Searchmaster. Selon Thales, ce radar de surveillance multirôle offre le plus haut niveau de performance opérationnelle. La Marine française recevra également un nouvel outil de préparation de mission et un simulateur.

87f16ff6636324b3b846eb7b5a1b36bd84c9567c1bf0dc9d940f001e997103a6.png

 

Photos : ATL2 @ Dassault Aviation

26/10/2019

La Bundeswehr a réceptionné son premier Sea Lion !

image-article169Gallery-c13485e-1398996.jpg

Airbus Helicopters a livré le premier hélicoptère polyvalent naval NH90 « Sea Lion » à l'Office fédéral de la Bundeswehr ) Équipements, technologies de l'information et soutien en service (BAAINBw)). Deux autres appareils seront livrés d'ici la fin de l'année.

Au total, 18 NH90 « Sea Lion » ont été commandés pour la marine allemande et les livraisons devraient s'achever en 2022. Le choix du « Sea Lion » en tant que successeur du Sea King a été effectué en mars 2013 et le contrat correspondant a été signé en juin 2015.

«Je suis fier de nos équipes qui ont travaillé d'arrache-pied pour respecter le calendrier de livraison ambitieux de notre client, dont le soutien continu a également joué un rôle clé dans la réalisation de cet objectif», a déclaré Wolfgang Schoder, PDG d'Airbus Helicopters Deutschland. « Au cours de l'été, nous avons mené à bien des vols de démonstration impliquant la marine allemande et BAAINBw afin de vérifier les capacités du « Sea Lion »en matière de recherche et sauvetage ainsi que de missions des forces spéciales. Je suis convaincu que ces hélicoptères apporteront des capacités de nouvelle génération à la marine allemande et je me suis engagé à assurer le meilleur niveau de soutien possible à la flotte des « Sea Lion ». 

Dsh2lScXoAAtprk.jpeg

Une fois déployés, les NH90 « Sea Lion » assumeront un large éventail de rôles, notamment des missions de recherche et de sauvetage (SAR), de reconnaissance maritime, de forces spéciales, ainsi que des missions de transport de personnel et de matériel. En plus de son utilisation terrestre, le « Sea Lion « opèrera également sur des navires de soutien au combat de type 702 (classe Berlin).

Grâce à sa capacité à multiples rôles et à sa capacité de croissance, le « Sea Lion » ne remplacera pas seulement la flotte de la marine allemande Sea King Mk41, mais améliorera considérablement ses capacités opérationnelles. La Marine allemande a récemment opté pour la version navale du NH90 pour succéder à ses 22 hélicoptères de bord Sea Lynx Mk 88A en service depuis 1981.

NH90 « Sea Lion » : 

Lancé lors du Salon international ILA Airshow de Berlin en mai 2014, le « Sea Lion » est largement similaire à la version de base du NH90 NFH de l'OTAN, mais présente des équipements de communication et de navigation spécifiques à l'Allemagne, dont un système de communications par satellite. L’avionique comprend en plus un système d'identification automatique (AIS) pour localiser, identifier et suivre les navires.

Bien que le « Sea Lion » est presque identique au NH90, il faut considérer que c'est la première qualification de la variante navale allemande, y compris l'intégration d'équipements de communication et de mission spécifiques à l'Allemagne. 

L’appareil est doté de mitrailleuses latérales M3M de 12,7 mm de chaque côté, de missiles Marte MKII, de torpilles Torpille MU90. Par ailleurs le « Sea Lion » peut emporter des réservoirs de carburant internes et externes supplémentaires ainsi qu'une deuxième console de mission.

Lorsqu'il sera pleinement opérationnel, le NH90 « Sea Lion » est destiné à fournir des services de surveillance continue, de surveillance maritime, de recherche et de sauvetage (SAR), de transport pour les frégates F124 et F125 Baden-Wurttemberg, ainsi que des navires de soutien au combat de classe Berlin (Type 702) de la Marine allemande.

Les NH90 « Sea Lion » allemands sont nommés NH90 MRFH « Sea Lion ».

1750822571.jpg

Photos : NH90 Sea Lion allemand @ Airbus Helicopters