05/02/2020

La RAF réceptionne son premier MRA1 « Poseidon » !

1771361-main.jpg

Le premier des neuf Boeing P-8A « Poseidon » (MRA1 dénomination pour la RAF) multimissions de patrouille maritimes (MMA) de la Royal Air Force (RAF) est arrivé au Royaume-Uni le 4 janvier.

L'avion n° ZP801 est arrivée sur les installations de base Navale de Kinloss en Écosse depuis la Naval Air Station (NAS) de Jacksonville en Floride, où il était utilisé pour la formation des équipages depuis sa livraison officielle au ministère britannique de la Défense (MoD) en juillet 2019.

L'appareil, nommé « Pride of Moray », sera transféré sur la base de la RAF à Lossiemouth lorsque la construction de nouvelles installations sera terminée plus tard dans l'année. Les opérations des neuf appareils devraient commencer à cet endroit au début du quatrième trimestre 2020. Les « Poseidon » britanniques seront regroupés au sein du 120ème Escadron.

La livraison du premier Poseidon MRA1 marque une étape importante dans la reconstitution de la capacité de patrouille maritime aéroportée du Royaume-Uni qui a été interrompue en 2010 avec le retrait du BAE Systems Nimrod MR2 et l'annulation de son remplacement Nimrod MRA4.

 Le P-8A « Poseidon » :

Le P-8A « Poseidon » est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion équipé des liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, il doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration les autre aéronefs et bâtiments de surface.

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du B737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.

EP8LeTDXUAEX8CU.jpeg

Intégration du LRASM :

De son côté, l’US Navy avance avec l'intégration du missile antinavire à longue portée Lockheed Martin AGM-158C (LRASM) sur le Boeing P-8A « Poseidon ».

Dans un avis de pré-sollicitation publié le 28 janvier, le bureau du programme des avions de patrouille et de reconnaissance maritimes du Naval Air Systems Command (NAVAIR) (PMA-290) a déclaré qu'il demandait des informations à l'industrie pour "déterminer les entrepreneurs potentiels qui ont les compétences, l'expérience, les qualifications et les connaissances requises pour effectuer l'intégration aéromécanique et logicielle du missile LRASM sur le P-8A.

Le LRASM (Long Range Anti-Ship Missile) est un missile antinavire à guidage de précision et à longue portée tirant parti du succès de JASSM-ER et est conçu pour répondre aux besoins des combattants de la marine et de l’armée de l’air américaine. Armé d'une tête pénétrante à fragmentation et d'explosion, LRASM utilise un routage et un guidage de précision, de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions météorologiques. Le missile utilise une suite de capteurs multimodaux, une liaison de données d’armes et un système de positionnement global antiblocage numérique amélioré pour détecter et détruire des cibles spécifiques au sein d’un groupe de nombreux navires en mer. 

Unknown.jpeg

La technologie LRASM réduira la dépendance aux plates-formes ISR, aux liaisons réseau et à la navigation GPS dans des environnements de guerre électronique agressifs. Cette opération de guidage avancée signifie que l'arme peut utiliser des données de repère de cible brutes pour trouver et détruire sa cible prédéfinie dans des environnements refusés. La précision de la létalité sur les cibles de surface et au sol fait en sorte que le système deviendra un ajout important à l'arsenal du combattant de la marine américaine. LRASM offre une portée, une capacité de survie et une létalité qu'aucun autre système actuel ne fournit.

Le missile peut être armé d'une ogive à fragmentation d'explosion pénétrante de 454,5 kg (1 000 lb). Le LRASM est furtif et aurait une portée supérieure à 500 nm, basée sur la portée non classifiée du missile air-sol à distance interarmées - portée étendue. La capacité à longue portée du LRASM permet au B-1B de tirer sur des cibles extérieures à la portée des armes à tir direct.

Le missile a été intégré à bord du bombardier Boeing B-1B de l’US Air Force. Le LRASM devrait atteindre la capacité opérationnelle précoce de la flotte de F/A-18E/F « Super Hornet » de la US Navy en 2019. 

 

Photos : 1 MRA1 Poseidon de la RAF@ Boeing 2 Soute du Poseidon  USN 3 le LRASM @ LM

 

04/04/2019

La Marine indienne aura ses MH-60R !

0DE434BE-B347-46C9-A044-3617A7035B0B.jpeg

Le département d'État américain a autorisé la vente de 24 hélicoptères de guerre anti-sous-marine (ASW) Sikorsky MH-60R à l'Inde. L’accord, d’une valeur de 2,6 milliards de dollars, devrait être soumis à l’acquisition à New Delhi, selon l’Agence de coopération pour la sécurité et la défense (DSCA).

La transaction en vue pour les MH-60R sera réalisée dans le cadre du processus de vente de matériel militaire à l'étranger (FMS) du gouvernement américain. Le forfait DSCA comprend 24 hélicoptères, ainsi que des armes, des capteurs, du matériel de soutien et des services compatibles avec une capacité ASW haut de gamme et une capacité de guerre anti-surface (ASuW).

Les armes incluent les missiles AGM-114 Hellfire, les roquettes du Système d'arme de précision de précision (APKWS), les torpilles Mk54.

Missile de frappe navale :

 

sikorsky,mh-60r,marine indienne,lutte anti-navire,blog défense,aviation militaire,romandie aviation,les nouvelles de l’aviation

La marine indienne va devenir le premier client des missiles de frappe navale Kongsberg (NSM) dans une application lancée par un hélicoptère. Selon la documentation de l'Agence américaine de sécurité et de sécurité (DSCA), le missile sera  intégré aux hélicoptères multimissions Sikorsky MH-60R. 

Le NSM a été développé à l'origine par Kongsberg pour répondre aux exigences de la Marine royale norvégienne. Le nouveau missile furtif Naval Strike de Kongsberg (Nytt SjomalsMissil) est capable d'atteindre des distances allant jusqu'à 200 km, il associe un guidage à mi-parcours assisté par GPS à un chercheur infrarouge d'imagerie à double bande. L'absence d'une tête de recherche radar traditionnelle, permet une réduction de la signature du missile. Le système IR rend le NSM complètement passif, n'émettant aucun avertissement de la part des systèmes ESM de bord détectant les émissions radar. Dans le même temps, sa forme furtive offre peu d'avertissement de la part des balayages radar actifs de sa cible. C'est un missile optimisé à tous les niveaux pour la furtivité, rendant la vitesse supersonique moins nécessaire. Une liaison de données en vol rend le missile reprogrammable ,si sa cible disparaît ou si une menace de priorité plus élevée apparaît. 

Le MH-60R «SeaHawk» :

La version MH-60R et le dernier développement du SH60-SeaHawk destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH-60B et SH-60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed-Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH-60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

Lockheed-Martin qui est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multi-mode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH-60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

Photos : 1 MH-60R @ Sikorsky Missile NSM @ Kongsberg

19/03/2018

Les S-70B brésiliens mieux armés !

p1704084.jpg

La marine brésilienne a élargi les capacités de combat de ses six hélicoptères multirôles Sikorsky S-70B « Seahawk ». Connu par sa désignation locale de SH-16, les six hélicoptères sont exploités par l'escadron HS-1 de la base aérienne navale de São Pedro (BAeNSPA).

Les S-70B brésilien sont optimisés pour emporter le missile  anti-navire AGA-119 «Penguin» MK3 conçu par Kongsberg Defence & Aerospace en Norvège. Le MK3 lors de son lancement à haute altitude peut d'abord agir en tant que « glidebomb ».  Puis utilisant son moteur-fusée pour étendre la portée, ou, idéalement, atteindre une vitesse maximale avant de frapper la cible pour une meilleure pénétration.

Il fallait à la marine brésilienne renforcer la défense à courte portée. Pour cela les hélicoptères ont reçu 6 supports d'armes amovibles munis de mitrailleuses FN Herstal MAG58M de 7,62×51 mm à la fin de 2017 pour accroître la capacité des SH-16 à contrer les menaces asymétriques.

 

Photo : S-70B de la marine brésilienne@ MAB