22/06/2022

Berlin accélère le processus d’achat du F-35 !

IMG_7603.jpeg

Le choix allemand pour remplacer ses avions de combat PANAVIA Tornado par des Lockheed Martin F-35A  « Lightning II » est entré dans un « sprint final » Le Chancelier Olaf Scholz vient de confirmer cette demande lors du Salon aéronautique ILA de Berlin.

Rappel 

En début d’année Berlin a reconsidéré l’avion de combat Lockheed Martin F-35A au détriment du Boeing F/A-18 E/F. Si tout semblait plier il y a quelques mois encore avec la commande effective d’Eurofighter et la préparation d’une commande mixte de Super Hornet et de Growler pour 2022, les essais en Suisse et en Finlande ont relancé le débat en Allemagne. 

L'Allemagne et l’avionneur américain travaillent sur un calendrier accéléré pour mettre l'avion en service avant la fin de la décennie. Selon un porte-parole du gouvernement allemand, Berlin a présenté une lettre de demande à Washington pour acquérir l'avion trois jours seulement après avoir annoncé le 14 mars qu'il avait sélectionné celui-ci dans le cadre du programme de remplacement du Tornado. De son côté le responsable de la stratégie et du développement du F-35 chez Lockheed M. J-.R McDonald, confirme cette demande express.

Lockheed Marti espère finaliser le contenu du paquet d'ici l'automne en préparation du processus d'approbation du Parlement allemand. Les détails du forfait devraient inclure le nombre d'aéronefs, les besoins en formation et les exigences en matière d'armement. L'Allemagne recevra des F-35A au standard Block 4 à la norme Technical Refresh 3 (TR3). Selon la demande allemande, 35 appareils seront commandés. Les appareils seront basés sur les installations de la base aérienne de Buchel

F-35 « made in Italy »

Berlin a par ailleurs fait part de sa demande pour une production en Europe au sein des installation de la FACO à Cameri en Italie. L’Allemagne rejoint ainsi l’Italie, les Pays-Bas et la Suisse qui se sont déjà positionné pour ce choix. L’'installation de Cameri n'est qu'à quelques minutes de vol de la frontière suisse et un survol de cette dernière permettra à l’Allemagne de réceptionner rapidement les aéronefs. Avec la forte demande du F-35 en Europe, Les Etats-Unis se montrent beaucoup plus favorables aux demandes des pays européens de faire produire leurs F-35 au sein de  l'usine italienne d'assemblage final et de contrôle. De plus, cela permet de dégager les lignes de production aux USA et de répondre à la demande initiale de Rome.

Accélération de la production

La capacité de production du F-35 est de 148 avions par an sur les trois lignes d'assemblage final en Italie, au Japon et aux États-Unis et devrait atteindre le chiffre de 158 prochainement. Jusqu'à présent 810 F-35 ont été livrés au total. Lockheed Martin estime que près de 550 F-35 seront en service en Europe d'ici 2035.

IMG_7706.jpeg

Photo : F-35A @ Aeronautica Militare

Airbus et la Luftwaffe collaborent sur le biocarburant !

 

éco-aviation,écologie et aviation,luftwaffe,airbus,a400m

 

Airbus soutient l'armée de l'Air allemande dans sa transformation à long terme visant à accroître la durabilité de sa flotte d'avions. Airbus travaille avec l'armée de l'Air allemande à l’obtention de l’autorisation technique pour lancer les essais en vol de l'A400M avec des charges de carburant allant jusqu'à 50 % de carburant d’aviation durable à court terme. Le carburant d’aviation durable (SAF – Sustainable Aviation Fuel) est un carburant de substitution éprouvé qui peut réduire jusqu'à 85 % les émissions de CO2 par rapport aux carburants classiques sur l'ensemble du cycle de vie.

L'Allemagne, qui a commandé un total de 53 appareils, devient ainsi la première nation cliente à lancer une transformation progressive vers le carburant d’aviation durable de sa flotte d'A400M.

"L'objectif de la Luftwaffe est de lancer une transformation vers la durabilité de sa flotte. Leur mission est la nôtre. Nous sommes heureux de soutenir ces efforts importants, non seulement pour l'A400M mais aussi pour l'ensemble de leur flotte d'avions Airbus, allant du transport VIP aux avions de combat ", a déclaré Mike Schoellhorn, Chief Executive Officer d'Airbus Defence and Space.

"S'orienter vers un avenir plus durable est le devoir fondamental de chacun. Le passage du kérosène à base de pétrole aux carburants durables joue un rôle important dans les efforts de l'aviation pour réduire les émissions de CO2. Nos avions gouvernementaux sont déjà autorisés à utiliser le carburant d’aviation durable. En étroite collaboration avec l'industrie, nous sommes impatients de certifier également l'A400M. Pour l'avenir, nous soutenons toutes les activités visant à introduire ce type de carburant sur l'ensemble de notre flotte, y compris les avions à réaction", a déclaré le général Ingo Gerhartz, chef d’état-major de l'armée de l'Air allemande.

Outre le soutien de ces activités, Airbus s'est engagé dans une feuille de route à long terme visant à atteindre un niveau de préparation et de certification de l'A400M au SAF de 100 %.

Dans un premier temps, en 2022, Airbus prévoit un vol d'essai d'un A400M avec une charge de carburant allant jusqu'à 50 % en carburant d’aviation durable. Ce vol d'essai initial sera effectué avec un seul moteur afin de mieux évaluer le comportement global de l'avion. Après la réussite de ce vol avec un seul moteur, Airbus prévoit de poursuivre les essais avec quatre moteurs en 2023.

Une fois terminés les essais sur la base de quatre moteurs, les clients utilisateurs de l’A400M seront officiellement autorisés à utiliser 50% de SAF.

En outre, Airbus, l'OCCAR et les nations de l'A400M ont initié des discussions pour élaborer une feuille de route vers la certification et l'utilisation opérationnelle avec 100% SAF.

En 2022, Airbus a déjà effectué le premier vol de son avion banc d'essai C295, pour un projet de recherche et développement du programme européen Clean Sky 2 (CS2) et du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'UE, qui vise à utiliser de nouvelles technologies et de nouveaux matériaux pour obtenir des réductions de bruit, de CO2 et de NOx. Airbus vise également à mener une campagne d'essais sur C295 pour des vols avec 50 % de SAF en 2022 et 100 % de SAF en 2023.

éco-aviation,écologie et aviation,luftwaffe,airbus,a400m

Photos : 1 A400M Luftwaffe 2 Collaboration Luftwaffe/Airbus @ Airbus

28/04/2022

Un nouveau brouilleur pour l’Eurofighter !

345.jpeg

Le fournisseur de solutions de capteurs allemand HENSOLDT a réalisé un saut technologique dans le développement de produits pour la protection électronique destinés aux avions. En combinant l'intelligence artificielle, la numérisation et les technologies AESA (Active Electronically Scanning Array), HENSOLDT a développé un système de brouillage ("brouilleur") appelé "Kalaetron Attack", qui brouille même les derniers radars russes, protégeant les avions contre la défense aérienne ennemie.

Kalaetron Attack a récemment prouvé son efficacité dans les scénarios de menace actuels lors de tests au sol approfondis. Il fait partie de la famille de produits « Kalaetron » entièrement numérique de HENSOLDT, qui est utilisée dans le système d'autoprotection due l’hélicoptère NH90 et pour l'intelligence des signaux avec les forces armées allemandes, entre autres.

2021-10-07-HENSOLDT-Kalaetron-Attack-jammer-pod-v2.jpg

Kalaetron Attack

Les éléments centraux du système sont un capteur et un effecteur à large bande entièrement numérisés, un brouilleur contrôlable électroniquement et une structure condensée des composants électroniques rendue possible uniquement par l'impression 3D métallique. Cela a permis de configurer le brouilleur de manière à ce qu'il puisse être facilement intégré dans les formats des nacelles couramment utilisées dans le monde et diverses plates-formes volantes, mais qu'il puisse également être mis à l'échelle pour des applications maritimes et terrestres. La prochaine étape de développement prévue pour l'été 2022 est de l'installer dans un avion afin de confirmer les résultats de laboratoire déjà exceptionnels lors d'essais en vol réalistes.

Kalaetron-Attack-Overview-1.jpg

Le système Kalaetron Attack neutralise les radars de contrôle de tir ennemis à différentes distances, il préserve la liberté de mouvement des forces aériennes qui le déploient et de leurs alliés, même face à des systèmes de défense aérienne de pointe. Grâce à sa conception entièrement numérique, Kalætron Attack détecte et identifie très rapidement les positions de défense aérienne sur une large gamme de fréquences. L'unité utilise des techniques d'intelligence artificielle (IA) pour reconnaître de nouveaux modèles de menace à partir d'une énorme quantité d'impulsions collectées. Ceci est particulièrement important pour identifier les derniers systèmes radar de défense aérienne qui couvrent une plage de fréquences extrêmement large ou sautent entre des fréquences particulières en quelques fractions de seconde.

Selon HENSOLDT Kalætron Attack peut être ajusté de manière flexible à l'évolution des menaces à l'aide de conceptions d'antennes innovantes avec la technologie de réseau actif à balayage électronique (AESA), un traitement de signal entièrement numérique et des algorithmes d'intelligence artificielle. Avec Kalætron Attack, la société HENSOLDT, contribue au programme allemand national luWES (luWES = luftgestützte Wirkung im elektromagnetischen Spektrum). La nacelle Kalaetron Attack devrait pouvoir être installée sur les Eurofighter allemands.

 

Photos : 1 Eurofighter allemands @ Luftwaffe 2 Principe de nacelle Kalaetron Attack @ Hensoldt

22/02/2022

L’Allemagne réceptionne son premier Super Hercules !

German-Air-Force-receives-first-C-130J-Hercules-from-Lockheed-640x375.jpg

Samedi dernier, le premier avion de transport Lockheed Martin C-130J-30 « Super Hercules » de la Luftwaffe est arrivé à la Base Aérienne 105 (BA105) Evreux/Fauville (France) avec l'indicatif d'appel RCH221. Les inscriptions sur l'avion telles que l'opérateur, le drapeau et la croix bien connue dans la série ont été enregistrées. Le nouvel appareils, numéro de série 55+01 (c/n 382-5930) a commencé son vol de livraison dans les installations de Lockheed Martin à Marietta/Dobbins le 15 février vers l'aéroport international de Bangor.

Rappel  

L'Allemagne avait annoncé en octobre 2016, son intention d'acheter entre 6 avions de transport tactique Lockheed-Martin C-130J « Super Hercules ». Ces appareils devraient être utilisés pour le soutien des opérations spéciales et qu'ils vont opérer à partir de pistes d'atterrissage "indisponibles" pour l'Airbus A400M « Atlas ».

Le C-130J-30 est le premier des six appareils allemands, trois C-130J-30 et trois KC-130J, à être livrés à la nouvelle escadrille franco-allemande de Super Hercules. Les cinq autres devraient être livrés d'ici 2023 afin d'atteindre la pleine capacité de l'escadron d'ici 2024. 

L'escadron encore sans nom exploitera dix avions de transport C-130J, quatre français et six allemands. Les quatre avions Super Hercules de l'Armée de l'Air et de l'Espace (AAE), deux C-130J-30 et deux KC-130J, ont déjà été livrés à l'unité, mais sont toujours exploités par Escadre de Transport 2/61 "Franche-Comté" (ET02.061).

Le choix allemand 

La vente potentielle de Lockheed-Martin au gouvernement allemand comprend trois C-130J-30, la version allongée de l'avion, et trois KC-130J, la version de ravitaillement aérien de l'avion. Sont également inclus dans la vente huit distributeurs électroniques de contre-mesures AN/ ALE-47, huit systèmes d'alerte aux missiles AN/AAR-47A (V) 2, huit récepteurs d'avertissement radar AN/ALR-56M et huit systèmes d'imagerie électro-optique/infrarouge MX-20. Plus, des sous-systèmes et moteurs de rechange.

L'armée de l'air allemande prévoit d'utiliser l'avion pour effectuer des missions de transport aérien, de ravitaillement en vol et de largage aérien. Le KC-130J fournira des capacités de ravitaillement en vol aux avions de chasse et de transport léger allemands et français, ainsi qu'aux hélicoptères.

Le Lockheed-Martin C-130J « Super Hercules » 

Le C-130J « Super Hercules » est la version la plus avancée du célèbre C-130 cargo, il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courte. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales.

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre « Hercules », cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

Germany_GAF_C-130J-30_delivery_German_MoD_640.jpg

Photos : 1 le premier C-130J allemand 2 Cérémonie de livraison @ LM

 

 

09/01/2022

Allemagne, regain d’intérêt pour le F-35 !

IMG_7990.jpeg

Surprise, Berlin va reconsidérer l’avion de combat Lockheed Martin F-35A au détriment du Boeing F/A-18 E/F. Si tout semblait plier il y a quelques mois encore avec la commande effective d’Eurofighter et la préparation d’une commande mixte de Super Hornet et de Growler pour 2022, les essais en Suisse et en Finlande ont relancé le débat en Allemagne.  

Réflexion de la nouvelle coalition

Le changement de gouvernement en Allemagne jour un rôle prépondérant dans l’analyse des dossiers en cours, notamment ceux de la Défense. De plus, depuis les essais en Suisse et en Finlande, de nombreuses voix tant militaires que politiques font état d’un besoin de réévaluer le choix premier du binôme Super Hornet / Growler.

« Les Suisses ont été remarquablement transparents dans la façon dont ils ont pris leurs décisions, la qualité des tests effectués dans le cadre d’air2030 a été exemplaire de qualité » dixit la nouvelle ministre de la Défense allemande Christine Lambrecht.

Cette dernière a pris des mesures en vue d'une décision sur le successeur de l'avion de combat Tornado. La ministre de la Défense s'est entretenue jeudi avec le chancelier fédéral Olaf Scholz au sujet du projet d'armement. L’objectif maintenant et d’effectuer une réévaluation est de préciser une nouvelle fois si l'achat d'avions F-35 plus modernes pourrait être une alternative plus sérieuse que le Super Hornet. Après des années de dispute, les choses pourraient aller vite : les décisions pourraient bientôt être prises.

Rappel

2420917353.jpeg

Lors de son entrée en fonction en décembre 2021, la nouvelle coalition gouvernementale allemande composée du SPD, des Verts et du FDP s'est engagée à doter la Luftwaffe d'un avion pour succéder au Tornado. Le point crucial concerne l’emploi de bombes atomiques B61-12 et la participation allemande au programme de défense nucléaire.  La nouvelle coalition semble acquise à cet état de fait.

Le concept de dissuasion nucléaire de l'OTAN prévoit qu'en cas de guerre, les alliés ont accès aux armes nucléaires américaines, c'est-à-dire doivent pouvoir transporter les bombes jusqu'à la cible.

Pas de B61 sur le Super Hornet

Trois éléments motivent donc ce revirement en faveur du F-35. D’une part, le Boeing F/A-18 « Super Hornet » semble aujourd’hui dans une position de faiblesse. L’avion n’a plus les faveurs de l’US Navy qui veut aller de l’avant avec le F-35 et le futur F/A-XX. L’avion a été recalé lors des deux évaluations en Suisse et en Finlande, même si visiblement ce dernier n’était pas au dernier rang des évaluations. Et dernier point, la bombe B61 n’est pas pour l’instant installée à bord de l’avion et selon la NNSA, il n’est pas prévu de le faire. De plus, il faudrait que le Parlement allemand autorise en cas de sélection du Super Hornet l’intégration de la B61. Or, pour la écologistes allemands membres de la coalition, il n’est pas question de payer un supplément financier pour intégrer une bombe sujette à controverse. Par contre, les écologistes semblent enclins à fermer les yeux sur le fait que cette dernière est déjà certifiée à bord du F-35.

Pas de contre-indication

Si le choix du F-35 par l’ancien gouvernement allemand pouvait éventuellement froisser la politique européenne à l’époque, cette question n’est plus d’actualité avec les récents accords de développement du SCaf entre la France, l’Espagne et l’Allemagne. Berlin de son côté semble également particulièrement motivé à ne pas rater l’arrivée d’un avion de 5 ème génération, alors même que le futur SCaf n’est encore qu’en phase de préparation.  

Pour le chef de la Luftwaffe le futur avion doit pouvoir survivre dans un environnement contesté grâce à une faible observabilité par radar et signature infrarouge, avoir de faibles émissions électromagnétiques, offrir une capacité d'attente avec ses capteurs et ses armes et être capable de fusion de capteurs. De plus, une solution basée sur le F-35 renforcerait l'interopérabilité car d'autres membres de l'OTAN l'acquièrent et contribuerait à équilibrer l’excédent commercial avec les États-Unis. 

La B61 sur le F-35

Le F-35A est le premier chasseur de cinquième génération à être pratiquement certifié en tant que plate-forme à capacité nucléaire après avoir terminé la première démonstration complète de système d'armes et terminé le processus de certification de conception nucléaire. Au cours de la démonstration, deux F-35 ont largué des assemblages d'essais conjoints (JTA) B61-12, qui imitent une arme nucléaire à gravité tactique du monde réel, sur le champ d'essai de Tonopah dans le Nevada.

La prochaine étape est la certification opérationnelle nucléaire pour assurer la formation et la validation des équipages de maintenance et des aéronefs aux emplacements souhaités des escadres où existent des missions F-35 à capacité nucléaire. L'approbation signifierait que les États-Unis ont un chasseur capable de frapper des cibles avec des armes nucléaires tactiques à l'intérieur d'un territoire hostile sans détection

Berlin optera-t-elle au final pour le F-35 ? La réponse, cette année encore.

web11-2017-2-f-35-cockpit-demo.jpg

Photos : 1 F-35 & B61 @USAF 2 Tornado @ Luftwaffe 3 Démonstration sim F-35@LM