13/10/2015

Les coulisses et l’enjeu du futur bombardier US!

635570048174454101-AIR-BTN-New-bomber.jpg

 

 

 

Vous le savez certainement, l'US Air Force désire un nouveau bombardier furtif connu sous le nom de programme Long Range Strike-Bomber (LRS-B). La problématique du futur bombardier furtif vient de son financement, qui est estimé à près de 14 milliards de dollars, juste pour le développement de celui-ci, mais un autre enjeu se joue en coulisses.

 

La survie de Northrop-Grumman :

Le statut de l’avionneur et équipementier Northrop-Grumman, en tant que troisième source d’avions de combat pour l'armée américaine est condamné. En effet, si l’un des deux autres avionneurs en concurrence, que sont Boeing et Lockheed-Martin devait emporter le contrat, Northrop-Grumman finirait par être avalé par l’un d’eux.

En effet, une défaite de Northrop-Grumman laisserait l’avionneur dans une position complexe,  car celui-ci ne produirait tout simplement plus d’avion de combat, laissant ainsi Lockheed-Martin et Boeing  comme les deux seuls fournisseurs de l’armée.  

Un autre scénario montre également que Boeing cherche à acquérir Northrop-Grumman. Il y a deux raisons à cela, premièrement dans le cas d’une victoire de Northrop-Grumman, c’est la branche avion de combat de Boeing qui serait alors en difficulté. Le "Super Hornet" arrive en fin de chaine de fabrication les modernisations de F-15 ne représentent pas un avenir suffisant et Lockheed-Martin est assuré de produire le F-35. Boeing dispose par ailleurs, de fonds suffisant pour avaler Northrop-Grumman et ceci, peu importe le résultat du futur gagnant du programme LRS-B.

 

lockheed-boeing-long-range-strike.jpg

Pression sur le financement :

Il fait également tenir compte des difficultés financières que rencontre actuellement l’armée américaine, le DoD ne semble pouvoir soutenir, que deux programmes d'avions furtifs, le premier étant le F-35 de Lockheed-Martin et le second sera le futur bombardier (les drones coûtent moins cher et ne sont pas pris en compte dans l’estimation). Que faire alors d’un troisième avionneur ? La question est posée, Boeing et Lockheed-Martin ont les reins solides, ce qui n’est pas le cas de Notrhrop-Grumman.

 

Le projet LRS-B :

Le programme LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Il doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend l’arrivée du F-35, des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012, mais les principaux constructeurs (Boeing, Lockheed-Martin, Northrop-Grumman) ont reçu la consigne de ne rien divulguer sur le sujet. On le comprend, le sujet est classifié «confidentiel».

Le projet LRS-B est considéré, comme si important pour la future stratégie militaire américaine dans le Pacifique occidental et le Moyen-Orient, que le programme se poursuivra en dépit d'une réduction de 487 milliards de dollars dans le budget du Pentagone, portant sur les 10 prochaines années.

 

16883_930424326987848_8460533173450331509_n.jpg

Photos : vues d’artiste des trois projets : 1 Northrop-Grumman 2 Lockheed-Martin 3 Boeing