03/10/2016

Bahreïn veut plus de F-16 !

2522910791.jpg

Le royaume du Bahreïn veut acquérir plus de Lockheed-Martin F-16 pour un montant estimé à près de 2,8 milliards de dollars. Ces appareils devront venir remplacer la vieille flotte de 16 Northrop F-5 E/F « Tiger II » encore en service.

Modernisation de la Force aérienne :

La Royal Air Force de Bahreïn est entrée dans une importante phase de modernisation concernant sa flotte d’avions de combat Lockheed-Martin F-16 en service depuis 1990. La première étape de la modernisation de la Force aérienne, concerne la mise à jour de la flotte de 20 F-16C/D actuellement en service. La modernisation comprend l’ajout d’un radar SABR de Northrop-Grumman de type AESA. L’Emirat va doter ses F-16 de missile AIM-120D «AMRAAM», de l‘AIM-9X «Sidewinder» ainsi que du pod de désignation laser «SNIPER» afin de pouvoir tirer des bombes à guidage de précision. L’avionique est également modernisée avec l’ajout d’une liaison16 (Link16). Les quatre premiers chasseurs modernisés vont d'être remis en service à la fin de cette année.

La seconde phase :

Le second objectif de la modernisation vise le remplacement des 16 Northrop F-5E/F «Tiger II» en service par un appareil de combat multirôle. Trois appareils étaient en compétition, l’Airbus DS Eurofighter «Typhoon II», le Dassault Rafale et Lockheed-Martin avec le F-16E/F «Viper». C’est ce dernier qui a été retenu, principalement dans un but d’homogénéité de la flotte et en raison de son prix très avantageux.

Une vente pas encore totalement acquise :

Pourtant, cette vente qui concerne 19 Lockheed-Martin F-16 « Viper » n’est pour l’instant pas complétement acquise pour l’avionneur américain. En effet, l'administration Obama semble vouloir joindre une condition à celle-ci, concernant l’amélioration des droits de l'homme au sein de l'allié du Golfe.

Pour le porte-parole de Lockheed-Martin, cette demande est inacceptable, car en cas de blocage l’Emirat n’hésitera pas à aller se fournir ailleurs en avions de combat et ceci sans autre cas de moralité. De plus. Cette vente est particulièrement importante pour le maintien de la ligne de production du F-16.

 

1298085988.jpg

Photos : 1 F-16 Viper @ Lockheed-Martin 2 F-16 du Bahreïn @ RAFB

 

10/05/2015

USAF, 496 F-16 devront recevoir une extension de vie !

120620-F-MQ656-221.jpg

 

 

Le Département américain de la défense(DoD) a émis une demande d’information supplémentaire (RFI) en vue d’une révision des ailes des avions de combat F-16  « Fighting Falcon » Block 40 à 50.

 

L'US Air Force (USAF) exploite actuellement plus de 1’000 avions F-16C/D aux standards Block 40/42/50/52.  Les nombreux retards de développement du programme F-35 ont obligés l’USAF à revoir à plus tard le retrait du F-16. En conséquence, un premier lot de 360 F-16 vont recevoir un programme de prolongation de la vie (SLEP) à partir de 2017.

Hors, il se trouve que suite aux besoins actuels de l’US Air Force, se sont 136 F-16 supplémentaires qui devront eux aussi bénéficier du programme de prolongation de vie.

 

 

Programme SLEP :

 

L’extension de vie concerne plusieurs standards du F-16, soit les Block 40, 42, 50 et 52. A ce jour, Lockheed-Martin a réalisé une série de tests de durabilité sur un F-16 Block30 et Block50 qui ont montré la durabilité à grande échelle des cellules. En parallèle à la refonte de la structure, l’avionneur américain met à niveau avec une simple mise à jour de l’avionique avec des mises à jour de logiciel standards.

Selon Lockheed-Martin, les premiers kits d’amélioration SLEP seront disponibles en 2017 pour une installation l’année suivante. 

 

DutchF16Edw2006.jpg

 

Photos : 1 F-16 C Block 50 USAF 2 F-16 A block 40 USAF @ USAF

 

 

06/01/2015

Israël, avionique des F-16 au plus haut niveau !

 

1708638142.jpg

L’Etat Hébreu maintiendra au plus haut niveau sa flotte d’avions de combat Lockheed-Martin F-16 C/D. La modernisation actuelle de la flotte touche à sa fin, mais Ministère de la Défense vient  d’accorder une Elbit Systems une enveloppe d’environ 90 millions de dollars en vue  de maintenir l'avionique de ses chasseurs.

L’objectif est de tenir l’avionique au plus haut degré de performance en assurant des mises à jour sur 11 ans. Par ailleurs, un centre national de maintenance destiné à la flotte de F-16 sera créé.  Cette méthode de service offre la disponibilité de modernisés les systèmes tout en économisant les coûts.

L’aviation israélienne dispose de 324 avions de combat F-16, ce qui en fait le premier utilisateur dans la région.

Photo : F-16C Block60 israélien

15/05/2014

Modernisation des F-16 belges !

belgique-dr_f16.jpg


 

Dans l’attente du choix d’un nouvel avions de combat, la Belgique se lance dans un ultime programme de modernisation de sa flotte d’avions 54 Lockheed-Martin F-16A/B Block15. Le montant de ce programme est estimé à près de 113 millions de dollars.

 

Modernisation limitée :

 

Cette ultime mise à jour des F-16 «Fighting Falcon» belges doit permettre à ceux-ci d’améliorer sensiblement leurs autodéfense et maintenir la capacité d’interopérabilité avec  les appareils en service au sein de l’Otan. Pour une durée de 10 ans et ceci jusqu’à l’arrivée du futur avions de combat qui doit encore être choisi.

 

Les équipements demandés par la Belgique concernes : 

 

69 centrale de navigation inertielle LN-260 couplée à un GPS, 8 équipements de liaison vidéo ROVER IV JTAC (transfert au sol de vidéo de désignation laser), 62 nouveaux émetteurs IFF  ami/ennemi  mode 5 AN/APX-125-62, 32 système de cryptage COMSEC KY-V78. Un système de planification de mission (JMPS), 4 pylônes BRU-61/A pour bombes SDB (Small Diameter Bomb) et finalement 43 nouvelles radios Rockwell-Collins UHF/VHF AN/ARC-210 (V) RT-1990 (C).

 

Les F-16A/B belges :

 

Les Lockheed-Martin F-16A/B «Fighting Falcon»  belges sont entrés en service en 1980 au sein de la Force aérienne belge. Il sont déjà subi de nombreuses mises à jour durant leur carrière opérationnelle. Propulsé un moteur Pratt & Whitney F100-PW-220. Ils sont dotés de missiles avec Raytheon AIM-9M et P4 «Sidewinder»,  AIM-7M «Sparrow» , AGM-65 missiles «Maverick». Ils disposent du radar  Westinghouse AN/APG-66 (V)3 à antenne mécanique.


 

38045793.jpg


 

Photos : F-16A belge @FAB

05/02/2014

USAF, modernisation minimale des F-16?

agfighter1720.jpg


 

Washington, L’US Air Force pourrait revoir à la baisse la modernisation de ses avions de combat Lockheed-Martin F-16 «Fighting Falcon». Le 4 mars prochain, la demande de financement prévue pour moderniser la flotte de F-16 pourrait être revue à la baisse, faute de moyens financiers.

 

Rappel: 

 

L’US Air Force prévoyait de moderniser en profondeur 300 avions de combat F-16, afin de compenser non seulement les retards du programme F-35, mais également le fait que celle-ci devait se doter d’un nombre inférieur de «Lightning II».  En conséquence, l’USAF avait prévu un programme complet de modernisation, nommé (CAPES) qui comprenait notamment une nouvelle avionique et l’installation d’un nouveau radar de type AESA. 

 

Programme CAPES : 

 

Le programme initial CAPES doit également équiper les F-16 de Taïwan et Singapour. L’objectif étant d’offrir une modernisation destinée aux utilisateurs du F-16. L’appareil devrait être doté d’un nouveau radar avec antenne à balayage électronique (AESA) couplé à un nouvel ordinateur de mission et une architecture dotée de la fusion de données. Cette modernisation doit permettre de mieux préparer et interagir avec les appareils de 5e génération ou de génération 4++. Le coût du programme CAPES est évalué à plusieurs milliards. 

Rien que pour Taïwan, la modernisation des 146 F-16A/B a été évaluée à près de 5,3 milliards de dollars us.

 

Programme SLEP :

 

La conséquence d’une réduction du budget de la modernisation des F-16, pourrait pousser l’USAF vers une mise à jour moins coûteuse et donc limitée, soit une simple extension du service de vie de la flotte de F-16. Le programme SLEP se bornerait à une extension des heures de vol de 2’000 à 4’000 heures. En ce qui concerne l’avionique, celle-ci, ne comprendrait que les mises à jour logiciel standards.

 

Les conséquences : 


 

3654975585.png


 

Si d’aventure le programme CAPES devait passer à la trappe, les conséquences pourraient avoir de nombreuses répercutions. A l’étranger d’abord, Taïwan et Singapour ne pourraient pas mener seuls la modernisation de leurs F-16, car les coûts déjà élevés deviendraient insupportables pour les deux Etats. 

 

Aux Etats-Unis, les deux radaristes susceptible de fournir le nouveau radar EASA, soit le RACR de Raytheon et le SABR de Northrop-Grumman perdraient alors des milliards, dans le développement de ceux-ci, avec comme inévitable conséquence des pertes d’emplois. 


 

467421731.jpg


 

Rude bataille au Congrès: 

 

La bataille s’annonce donc rude au Congrès en vue de la décision. Deux camps sont en opposition dans ce futur débat, ceux qui désirent clairement pousser le F-35 au détriment du F-16, alors qu’un autre groupe désire ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier, en optant pour une modernisation poussée du F-16. Réponse en mars ?


 

130207-F-PY888-001.jpg


 

Photos :1 F-16 USAF @ USAF  2 Le RACR de Raytheon @Raytheon 3 Le SABR de Notrhrop-Grumman@ Northrop-Grumman 4 F-16 USAF