31/12/2018

Le Congrès veut limiter l’achat de F-35 !

25555009943_3a0f61a2b9_o-2.jpg

Washington, le Bureau du budget du Congrès a présenté au gouvernement fédéral américain un certain nombre d’idées permettant de réduire les coûts, notamment la réduction du nombre d’achats supplémentaires de Lockheed-Martin F-35 « Lightning II », le retrait des flottes de bombardiers Rockwell B-1B Lancer et reporter le développement du bombardier furtif Northrop Grumman B-21.

Réduire le déficit :

Dans le cadre du rapport intitulé "Options pour réduire le déficit: 2019 à 2028", la CBO a décrit des dizaines de réductions des dépenses discrétionnaires, au sein et en dehors du département de la Défense, qui pourraient réduire l’écart entre les recettes et les dépenses du gouvernement américain. L’analyse de l’agence a été faite à la lumière d’un déficit fédéral qui devrait atteindre en moyenne 5,1% du PIB entre 2022 et 2025, pertes qui entraîneraient la dette du gouvernement fédéral à des niveaux supérieurs à ceux de la Seconde Guerre mondiale.

f-15-advanced-eagle.jpg

Développement de la mixité :

Le plan visant à annuler des achats supplémentaires de F-35 entre 2019 et 2028, devrait permettre de réaliser une économie de 13 milliards de dollars pour le Pentagone, selon le CBO. Au lieu d’acheter le F-35, l’US Air Force achèterait 510 F-16 Fighting-Falcon au standard « Block70/75 « Viper » ainsi que 250 F-15 « Advanced Eagle » et la Marine et le Corps des Marines achèteraient 394 F/A-18 « Advanced Super Hornets jusqu’en 2028. Ces achats auraient lieu dans les mêmes délais que celle actuellement en place pour les F-35. Les services continueraient à exploiter les 429 F-35 déjà achetés.

«L’avantage de cette option est qu’elle réduirait les coûts de remplacement des avions de combat plus anciens du DoD tout en fournissant aux nouveaux F-15 , F-16 et F/A-18  avec des capacités améliorées (notamment des radars modernes, des armes de précision et des communications numériques). Ces avions sont capables de vaincre la plupart des menaces auxquelles les États-Unis sont susceptibles de faire face dans les années à venir », indique la CBO. "Les F-35 déjà achetés renforceraient le dispositif furtif de bombardiers B-2 et F-22 actuellement en service, ce qui améliorerait la capacité des services à opérer contre des adversaires dotés de systèmes de défense anti-aérienne sophistiqués."

1542834107.png

Le risque de retarder le B-21 :

Cependant, le changement le plus important dans les plans d'achats de l'US Air Force pourrait être de retarder le développement du bombardier furtif B-21, ce qui permettrait d'économiser environ 32 milliards de dollars entre 2020 et 2028, selon le CBO. Le B-21 devrait entrer en service entre le milieu et la fin des années 2020. Un des avantages de cette approche serait que le programme B-21 pourrait tirer parti des futures technologies aérospatiales non encore disponibles, soutient le CBO.

«Tirer parti des développements technologiques futurs pourrait être particulièrement utile pour les systèmes d’armes qui devraient être utilisés pendant plusieurs décennies», explique l’agence. «Même avec 10 ans de retard, un nouveau bombardier serait encore disponible avant que les bombardiers d’aujourd’hui n’aient atteint la fin de leur vie utile.»

Correction de doctrine :

On le perçoit depuis un certain temps, la doctrine du "tout furtif"avec les F-22 et F-35 ne séduit plus. En cause, les coûts d’achat et d’heures de vol qui péjorent la dotation. Hors, il est devenu évident que la dotation avec un nombre d’avions suffisant pour permettre de tenir lors d’opérations extérieures (OpEx) et de maintenir un nombre adéquat d’aéronefs pour assurer la sécurité du territoire américain, l’entraînement et la formation de nouveaux pilotes n’est pas compatible avec un nombre restreint d’avions fussent-ils furtifs.

 

2522910791.jpg

Photos : 1 mixité F-35/F-15@ USAF 2 F-15 Advanced 3 Advenced Super Hornet@ Boeing 4 F-16 Viper @ lockheed Martin

04/12/2018

Airbus s’allie à Lockheed Martin pour l’A330MRTT !

3.A330-MRTT-RAAF.jpg

Lockheed Martin et Airbus ont signé un accord visant à explorer conjointement les opportunités de répondre au besoin croissant des clients militaires américains en matière de ravitaillement en vol. Les deux entreprises souhaitent fournir des services afin de remédier aux déficits capacitaires identifiés et de satisfaire aux exigences des ravitailleurs de nouvelle génération, capables d’opérer dans les environnements complexes des futurs théâtres d’opérations. 

« Nos clients ont impérativement besoin de capacités de ravitaillement en vol fiables et modernisées afin de préserver leur capacité de projection et leur avantage stratégique », a déclaré Marillyn Hewson, Présidente-directrice générale de Lockheed Martin. « En associant la force d’innovation et l’expertise d’Airbus et de Lockheed Martin, nous serons bien placés pour fournir à l’US Air Force et à ses alliés dans le monde entier les solutions de ravitaillement modernes requises pour relever les défis sécuritaires du 21esiècle. »

 « L’US Air Force mérite la meilleure technologie et la plus haute performance en matière de ravitaillement en vol, et c’est précisément ce que la formidable équipe industrielle regroupant Lockheed Martin et Airbus entend offrir », a déclaré Tom Enders, CEO d’Airbus.

 La coopération des deux entreprises, basée sur l’A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) d’Airbus, doit permettre d’adresser un large éventail d’opportunités allant de besoins court terme en matière de ravitaillement en vol, par exemple sous forme d’une offre de services payants, à la conceptualisation du ravitailleur du futur.

Lockheed-Martin réalise depuis longtemps avec succès l’intégration des systèmes, ainsi que la fabrication et les opérations de MRO de divers gros avions de transport et de ravitaillement. Associée à l’expertise d’Airbus, cette expérience permettra aux deux entreprises de former une équipe solide pour répondre aux futurs besoins en matière de ravitaillement en vol.

Tentative vouée à l’échec ?

Cette alliance qui tente de venir détrôner le KC-46A de Boeing sur le marché des ravitailleurs US a-t-elle une chance de réussir ? L’offre des deux partenaires doit venir combler les retards de livraison du KC-46A pour permettre à l’US Air Force de tenir ses capacités. Certes à court terme il y une option négociable, mais à plus long terme les chance de maintien sont faibles. Par contre, il pourrait y avoir un effet de discréditation du KC-46A à l’exportation et cette alliance pourrait permettre de placer quelques A330MRTT supplémentaires. De son côté, le PDG de Boeing pourra compter sur son amité avec D.Trump pour sauver son ravitailleur, sans oublier que les démocrates avaient, sous Obama, trucidés la vente de l’A330MRTT au profit de Boeing, autant dire que les espoirs sont minces.

Photo : A330 MRTT @ Airbus DS

 

01/12/2018

Coup de théâtre: Taïwan préfère le F-16 « Viper » au F-35 !

Final_AirToAirLoadout_SteveOtte_LowResWithChute.jpg.pc-adaptive.full.medium.jpeg

Taïwan, en fin de semaine un communiqué de l’armée taïwanaise a confirmé que celle-ci, à renoncé à son projet d’achat de plusieurs avions de combat Lockheed-Martin F-35A et continuera au contraire à  travailler sur un l’acquisition d’un nouveau lot, portant cette fois sur 66 avions Lockheed-Martin F-16 « Viper » neufs. L'avionneur américain reste gagnant, mais perd ici l'occasion de placer sa dernière création.

Remplacement des vénérables F-5 E/F « Tiger II » :

Selon l’armée de l’air taïwanaise (ROCAF), ce futur achat doit permettre de venir remplacer la flotte d’avions de combat Northrop F-5 E/F « Tiger II » de la base aérienne de Zhi-Hang, dans le comté de Taitung. Les 66 appareils F-16V devraient ainsi venir renforcer la défense de la région contre les navires de guerre chinois et autres menaces.

L’armée taïwanaise a commencé à travailler sur l’achat de F16 « Viper » neufs en août, et le ministère de la Défense nationale espère demander un devis aux États-Unis d’ici à la fin de l’année, d’après le dernier communiqué. De leurs côtés, les États-Unis devant confirmer le prix et la disponibilité au milieu de 2019. Des paiements seraient alors effectués par le biais du budget du ministère de la Défense nationale pour 2020. .

Les États-Unis sont ouverts à la possibilité de concéder à Taiwan une licence sur la propriété intellectuelle et l’expertise en matière de chaîne de production relative à la production de F-16V, offrant ainsi une opportunité pour le développement de l’industrie et de l’emploi taïwanais, selon des rapports.

Selon les prix internationaux, la vente de 66 chasseurs F-16 « Viper » neufs représenterait environ 10 milliards de dollars américains (avec armement, pièces détachées et simulateurs). Le prix serait plus élevé si Taiwan  décide de mettre en place une chaîne de montage sur place.

Unification de la flotte de F-16 :

 Ce choix en direction du dernier standard du F-16 disponible, n’est en soi pas une surprise. En janvier 2017, l'armée de l'air taïwanaise a commencé à moderniser sa flotte existante de 145 chasseurs F-16A/B pour un coût total de 3,46 milliards de dollars américains pour porter les appareils actuels au standard Block70 « Viper ». Le premier de ces combattants améliorés a pris son envol en octobre 2018 et le projet devrait être achevé avant 2022. Un nouveau lot de « Viper » viendrait compléter les appareils actuels en offrant plusieurs avantages : le nombre, le prix et la facilité d’intégration.

4176057394.jpg

Article concernant l’arrivée des premiers F-16 modernisés à Taïwan :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2018/10/23/taiwan-a-commence-a-recevoir-ses-f-16-viper-866409.html

 

Photos : 1Image de synthèse F-16 « Viper » @ Lockheed-Martin 2F-16 A taïwanais @ ROCAF

19/11/2018

La Finlande entame les discussions avec les avionneurs en concours !

 

ILMAVE_HN AG varustuksessa_20150812.jpg

La Finlande a entamé les négociations avec les cinq candidats potentiels pour le concours H-X visant à remplacer la flotte de 62 avions de combat  Boeing F/A-18C/D actuellement en service. Le chef de projet Lauri Puranen, a déclaré que les cinq candidats étaient maintenant invités à participer au "dialogue préalable à la candidature".

Selon lui, cela devait permettre aux deux parties de mieux comprendre les paramètres du contrat et la compensation industrielle proposée pour l'industrie finlandaise. En effet, selon la demande du gouvernement finlandais, il existe une obligation de participation industrielle au programme HX Fighter: le programme HX prévoit l'obligation pour les soumissionnaires de participer à l'industrie à un minimum de 30% de la valeur totale du marché. Cela suffira à garantir l'implication significative de la branche de production nationale, à garantir une sécurité d'approvisionnement suffisante et à renforcer les assises technologiques et industrielles de la défense en Finlande

Les cinq candidats :

On retrouve une nouvelle fois les grands classiques du moment, avec le Lockheed-Martin F-35 «Lightning II», le Saab JAS-39 Gripen E MS21,  l’Eurofighter «Typhoon II» T3A/B Block20 et le Dassault Rafale F3-R, ainsi que le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet ».

Le Parlement finlandais a décidé qu'il dépenserait jusqu’à 7 à 10 milliards d'euros pour l’achat de nouveaux avions, ce qui fera de cette acquisition le plus gros achat jamais effectué par la Finlande.

Situation des candidats :

Peu d’information a transpirés jusqu’ici en ce qui concerne les offres et la qualité de celles-ci. Cependant, comme il fallait s’y attendre, les avions en course sont très proches les uns des autres du point de vue technique. Selon le ministère finlandais de la Défense, les premières évaluations montrent qu’il n’y pas de favori parmi les candidats et qu’aucun des candidats n'a un statut meilleur ou pire qu’un autre.

Par ailleurs, les avionneurs ont pris très au sérieux la demande finlandaise  et se sont efforcés jusqu’ici de fournir à la Finlande le meilleur package global possible.

La suite du programme :

Des offres préliminaires sont attendues pour la fin janvier 2019, les offres améliorées ayant abouti à une décision finale en 2021. Les livraisons devraient débuter en 2025.

Les grandes lignes du projet :

Le gouvernement finlandais a créé un groupe de travail industriel chargé d'identifier les opportunités de sous-traitance et de co-investissement pour les entreprises locales du secteur de la défense, des technologies de l'information et de la sécurité associées le programme HX. L’initiative gouvernementale vise à mettre en contact les entreprises finlandaises de technologie de pointe avec les possibilités de coopération en matière de sous-traitance et d’investissement dans le cadre des contrats HX-FP.

Le ministère de la Défense devrait assurer la liaison avec les forces de défense finlandaises afin de déterminer comment les sociétés nationales peuvent optimiser leur avantage technologique individuel pour remporter des contrats liés aux besoins de maintenance du cycle de vie des chasseurs.

En particulier, le ministère de la Défense souhaite constituer un vivier d'experts dans les domaines technologiques spécialisés nécessaires à la maintenance et au service des nouveaux avions de combat, en plus de leurs armes et de leurs systèmes d'information.

La Finlande cherche à élargir ses relations de défense avec les États-Unis et d’autres partenaires potentiels.

La Finlande a besoin d'un nombre suffisant soit égal au nombre actuel d’avions, dotés d'une vitesse, d'une portée et d'une puissance de feu suffisantes. Le nombre et les capacités des combattants doivent être suffisants pour pouvoir opérer dans tout le pays, même pendant de longues périodes.

Les opérations aéroportées, la protection de cibles d'importance nationale et les frappes air-sol sont essentielles à la mise en œuvre des opérations des forces de défense. Pour effectuer ces tâches, il faut au moins le nombre actuel de combattants multi-rôles.

Les combattants à rôles multiples jouent un rôle important dans la défense de la Finlande.Ils constituent un moyen de dissuasion pour le recours à la force par l'armée ou une attaque contre la Finlande.

En temps normal, les combattants sont utilisés pour surveiller et sécuriser l'intégrité territoriale de la Finlande. Les chasseurs multirôles protègent l'espace aérien finlandais et défient la suprématie aérienne de l'ennemi. Le contrôle de l'espace aérien finlandais est important, sinon la société sera à la merci des attaques aériennes de l'ennemi.

Les combattants protègent les troupes des forces de défense contre les menaces aériennes. Ils permettent de disperser la flotte de chasseurs et de protéger les unités lors de la mobilisation.

Les capacités des combattants polyvalents en matière de frappes air-sol et air-mer, ainsi que les capacités de surveillance et de renseignement apporteront une valeur ajoutée non négligeable à notre système de défense. Ces capacités vont ralentir et affaiblir l'ennemi et s'attaquer à leurs vulnérabilitéscritiques.

De nombreux facteurs influereont sur la décision finale. Les éléments suivants ont été définis comme des domaines d’importance clé pour la prise de décision:

  • Capacités : La capacité du système à gagner des combats.
  •  Pouvons-nous nous permettre d'acheter, d'utiliser et de développer le système tout au long de son cycle de vie?
  • Sécurité d'approvisionnement et rôle de la branche de production nationale. La facilité d'utilisation du système en temps de paix et de guerre.
  • Impacts de la politique de sécurité et de défense.Impacts potentiels de la sélection sur la coopération de la Finlande en matière de sécurité et de défense.

412896217.jpg

Photos : 1 Hornet finlandais @ Ilvoimat 2 les concurrents @ Gérard Famérée

11/11/2018

Le Chili prépare la modernisation de ses F-16 !

image.php.jpeg

Pour la Force aérienne chilienne, la priorité est  la modernisation des chasseurs Lockheed-Martin F-16 « Fighting Falcon » ainsi qu’à l’achat de nouveaux avions F-16 au standard Block 50 pour renforcer la flotte.

On vise le standard « Viper » :

Selon les autorités, les F-16 mis à niveau doivent être équipés de radars AESA (Scanning-Arcan Scanning) électroniquement actifs, livrés avec la variante F-16V Block 70 de l'avion. Il est difficile de savoir par contre si les avions au Block 50 qui seront nouvellement achetés seront également mis à niveau avec l'AESA.

Dans le cadre de ce programme, 36 des 44 F-16 achetés d'occasion aux Pays-Bas entre 2006 et 2011 seront mis à jour. Huit à dix autres F-16 seront achetés pour compléter le parc existant.

En 2005, la Force aérienne du Chili a acquis 10 appareils de combat multirôle F-16 C/D Block 50/52. Ces aéronefs ont été achetés neufs, et intègrent des technologies de pointe pour la défense aérienne et l'attaque en profondeur. Le version Block 50 Plus dispose d'un certain nombre d'améliorations par rapport aux autres blocs et aux versions A/B. Pour compléter la flotte de F-16 C/D Block 50, il fut décidé d'acheter 18 F-16 MLU Block 50 de seconde main aux Pays-Bas, pour uniformiser la flotte et remplacer les Mirage V « Elkan ». Ces F-16 ont été portées à la norme MLU (Mid Life Upgrade) aux Pays-Bas, qui sont en cours de rénovation à Pacer Amstel. En plus et du programme MLU, les appareils subiront la mise à jour du programme ENAER Star Falcon, une modernisation qui permettra à ces bombardiers d'étendre leur durée de vie et d'améliorer leurs performances au combat, ce qui leur permettra d'utiliser des bombes lisses ou guidées. Pour étendre ses capacités, la FACH a acquis des systèmes de combat modernes tels que les missiles AIM-120C5 AMRAAM, qui permettent d'engager le combat au-delà de la portée visuelle, une qualité qu'ils partagent avec les F-16 MLU Block 50. Soulignons également l'introduction d'armes d'attaque au sol dont les bombes guidées SPICE et les missiles Harpoonanti-navires.

 

Photo : F-16 de la FAC @ FAC