16/07/2017

Bahreïn, nacelles Sniper pour les F-16 !

2244.jpg

Bahreïn, la Royal Air Force de Bahreïn est en pahse finale de la modernisation de sa flotte d’avions de combat Lockheed-Martin F-16 en service depuis 1990. Un contrat de 22,45 millions de dollars vient d’être signé pour l’achat auprès de Lockheed-martin de nacelles « Sniper ».

Première étape :

La première étape de la modernisation de la Force aérienne a débuté en 2014 avec la mise à jour de la flotte de 20 F-16C/D actuellement en service. La modernisation comprenait l’ajout d’un radar AESA, SABR de Northrop-Grumman et de la mise à jour de l’avionique et l’ajout d’une liaison16 (Link16). Les appareils sont maintenant dotés des missiles AIM-120D «AMRAAM», de l‘AIM-9X «Sidewinder».

La seconde phase :

La seconde et dernière phase de la modernisation comprend l’ajout du pod de désignation laser «Sniper» afin de mettre en oeuvre des bombes à guidage de précision. Lockheed-martin va foournie sa nacelle « Sniper » ATP, ainsi que des pièces de rechange et des équipements de soutien pour l'intégration. Pour répondre aux besoins opérationnels urgents de la Force aérienne, les livraisons des nacelles débuteront au début de 2018. La nacelle "Sniper ATP fournira à la Royal Air Force de Bahreïn une capacité de ciblage et appuiera un plus grand succès global de la mission. La « Sniper » ATP détecte, identifie et suit automatiquement avec un laser de petites cibles tactiques à longue portée. Elle permet également l'emploi de toutes les armes guidées par laser et par GPS contre de multiples cibles fixes et mobiles.

 

Unknown.jpeg

Photos :1 F-16 de la Royal Air Force de Bahreïn 2 Nacelle Sniper @ Lockheed-martin

13/07/2017

Incendie d’un F-35, personnel trop confiant !

5988151554_75cc7a872a_o.jpg

L’enquête de l'US Air Force concernant le l’incendie qui s’est déclaré, lors du démarrage du moteur d’un Lockheed-Martin F-35A le 23 septembre 2016 sur la base aérienne de Mountain Home dans l’Idaho a rendu ses conclusion.

Rappel :

L’incendie s’est déclaré lors du démarrage du moteur le 23 septembre 2016 sur la base aérienne de Mountain Home dans l’Idaho. L'avion endommagé était l'un des sept F-35A de l'escadron 61 basé à Luke en déplacement à Mountain Home. Le pilote a pu évacuer l’avion, mais a été traité à l’hôpital pour des brûlures, ainsi que trois militaires de l’équipe au sol.

Les faits :

Selon le rapport d’enquête, le feu s’est déclaré lors du démarrage du moteur par un fort vent arrière. En effet, un fort vent de 30kt était actif pendant que le moteur Pratt & Whitney F135 a commencé une séquence de démarrage, forçant un retour de l'air chaud dans l'entrée de la tuyère de l’avion.

À mesure que la température de l'air augmentait, pendant que l’APU continuait d’alimenter le démarrage de la turbine en énergie électrique, une série de dysfonctionnements s'est produite. La densité inférieure de l'air produisait un couple insuffisant nécessaire au moteur, ce qui a ralentit la rotation de la section de la turbine.

Dans le même temps, le carburant a continué à alimenter le moteur à un rythme croissant, ce qui a poussé à un feu de moteur avec les gaz d'échappement. Le vent arrière a permis à l’incendie de se propager rapidement à travers l'avion et a causé des dommages importants à l’arrière de celui-ci.

Les conclusions du rapport :

Le rapport reproche un manque de sensibilisation et de formation aux pilotes et aux mécaniciens en ce qui concerne les conditions de vent arrière lors d'un démarrage du moteur. Une liste de contrôle du pilote comprenait un avertissement que les vents arrières forts peuvent pendant le démarrage d'un moteur provoquer une panne de l’APU. Cependant, la check-list du constructeur ne précisait pas la limite de vent arrière à ne pas dépasser. Le processus de démarrage du moteur du F-35A est fortement automatisé a conduit le pilote à croire que l'avion pouvait traité la plupart des procédures de départ de manière autonome. De plus, les données du moteur sont restées au « vert » et le pilote a supposé qu'il n'y avait aucun problème pour ce démarrage.

Les faits démontrent que si le pilote avait été mieux formés et que les limites de démarrage avec un fort vent arrière avait connues, le pilote et les mécaniciens au sol auraient pu identifier le problème plus tôt. L’équipe a par ailleurs eu trop confiance dans les systèmes de l’avion.

Selon le colonel Dale Hetke, de l'USAF, qui a mené l'enquête. "Cette conscience vague a conduit à une formation insuffisante pour les démarrages de moteurs avec un vent arrière. La formation a également entraîné une complaisance et une dépendance excessive à l'automatisation des aéronefs ».

Le service n'a pas encore déterminé les coûts totaux, mais estime que les dommages a l’avion coûteront plus de 17 millions de dollars.

1*mdOmQcDKYy526-IIg9dZTw.png

 

Photos : 1 F-35A au démarrage 2 Une partie des dégâts de l’incendie du 23 septembre@ USAF

 

28/06/2017

Second S-92 pour les garde-côtes coréens !

1.jpeg

La Garde-côtière de Corée du Sud a accepté la livraison de son deuxième hélicoptère S-92 pour la recherche et le sauvetage après une cérémonie qui a eu lieu hier. Les garde-côtes coréens exploitaient pour l’instant un seul hélicoptère S-92 depuis mars 2014. À ce jour, cet hélicoptère a effectué plus de 850 heures de vol, sauvant plus de 30 vies dans les missions de recherche et de sauvetage et de transport médical d'urgence (MEDEVAC). A noter que deux autres S-92 sont en option pour un complément d’achat.

Le Sikorsky S-92 :

En tant que plateforme de recherche dédiée au sauvetage, l'hélicoptère  S-92 est équipé de systèmes de pointe, y compris un système de contrôle de vol automatique qui permet au pilote de voler en mode de recherche pré-programmés et effectuer des manœuvres délicates. Doté d’une avionique numérique le S-92 dispose d’une panoplie complète :  un radar météorologique, un capteur infrarouge avant et un système de vidéo numérique pour enregistrer les sauvetages.

Au total, se sont quatre Sikorsky S-92 qui équiperont progressivement la Garde côtière irlandaise, l'appareil accepté est le 33ème hélicoptère du type S-92 en version SAR a achetés auprès de Sikorsky Aircraft, depuis 2004. Des s-92 volent déjà en Ecosse sous contrat de la Grande-Bretagne.

Sikorsky a livré 151 hélicoptère  S-92 pour les opérateurs dans le monde entier depuis 2004. Parmi ces appareils, 33 sont engagés dans les opérations SAR. La flotte a accumulé un total de 370.000 heures de vol. La disponibilité des avions s'élève à 95%.

Photo: S-92 des garde-côtes coréens@ Sikorsky

03/06/2017

Premier HC-130J « Combat King II » pour la Garde nationale de l’Alaska !

1.jpeg

La Garde nationale de l'Alaska a accepté en fin de semaine son premier HC-130J « Combat King II de Lockheed- Martin.

Ce HC-130J sera exploité par le 211e Escadron de secours (RQS), appartenant à la 176e Escadre stationnée à Joint Base Elmendorf-Richardson, en Alaska. Le 211e RQS exploitait auparavant des HC-130P pour soutenir les missions de récupération du personnel en Alaska et dans le Pacific. Ces avions servent également de ravitailleurs aériens, fournissant un soutien aux hélicoptères de recherche et sauvetage de type HH-60 « Black-Hawk » qui sont également affectés à la 176e Escadre. C'est le premier des quatre HC-130J qui a rejoint la Garde nationale de l'Alaska.

Le Lockheed-Martin HC-130J « Combat King II » : 

Dérivé du KC-130J, le nouveau HC-130J « Combat King II » a été commandé par l’Air Force Air Combat Command (AFACC). Il dispose, comme l’ensemble de la série « J », d’une motorisation composée de turbopropulseurs Allison AE2100-D3 équipés des hélices à six pâles R-391 de Dowty-Rotol. Il se différencie notamment des HC-130J déjà livrés aux Gardes-Côtes américains (USCG) par sa faculté à pouvoir ravitailler des hélicoptères ou des V-22 Osprey.

 

Photo : le HC-130J « Combat King II » en route pour l’Alaska@ Lockheed-Martin

 

26/05/2017

Vol inaugural réussi pour le LM-100J !

1.jpeg

Le premier avion cargo commercial Lockheed-Martin LM-100J a franchi une étape critique avec l'achèvement de son premier vol aujourd'hui.

«J'étais fier de monter le premier vol de notre LM-100J. Il a fonctionné sans problème, comme son frère le C-130J», a déclaré Wayne Roberts, pilote en chef du programme LM-100J.

Ce premier vol a suivi la même route de vol d'essai sur la Géorgie du Nord et l'Alabama qui est utilisé pour tous les avions de type C-130J « Super Hercules ». Le LM-100J complètera les tests initiaux de vol de production et commencera les exigences de test de vol de mise à jour du certificat de type de l'Administration fédérale de l'aviation (FAA).

Le LM-100J intègre les développements et les améliorations technologiques apportées sur les années d'expérience opérationnelle du C-130J militaire. Le LM-100J est la neuvième version de production de l'avion « Super Hercules » et ses capacités commerciales ont la particularité d'avoir les capacités des missions soutenues par le C-130J.

Comme son homologue militaire le LM-100j soutiendra une variété de tâches multiples comme le transport de fret surdimensionné, la pulvérisation aérienne, l'exploration pétrolière et gazière, les opérations logistiques d'exploitation minière, les livraisons aériennes et le service d’ambulance MEDEVAC, les opérations de secours humanitaires, le transport du personnel.

Le LM-100J est la version mise à jour du L-100 Hercules, construit par Lockheed-Martin de 1964 à 1992. Plus de 100 L-100s ont été livrés à des opérateurs commerciaux et à des gouvernementaux, en soutenant les exigences de livraison de fret dans presque tous les environnements d'exploitation dans le monde.

Photo : Le LM-100J lors de son premier vol @ Lockheed-Martin