28/09/2016

La Roumanie accepte ses F-16 d’occasions !

romani10.jpg

Bucarest, a accepté ses 6 premiers Lockheed-Martin F-16C/D d'occasion. Ces appareils vont remplacer partiellement la flotte actuelle de vieux MiG-21 « Lancer ».

Remplacer les MiG-21 «Lancer» : 

La Roumanie cherchait désespérément un remplaçant pour sa flotte de MiG-21 «Lancer» qui date de l’époque de l’Union Soviétique. Il y a plus de 3 ans, la Roumanie a fait part de son intention de remplacer ses 48 MiG-21 hérités de la Guerre Froide. Bien que modernisés en 1993 par la société israélienne Elbit, afin de les mettre aux normes de l’Otan, ces appareils étaient désormais à bout de souffle et technologiquement dépassés.

Des F-16 d’occasions :

Au total la Roumanie va prendre possession de 12 avions de combat Lockheed-Martin F-16. Cet achat doit servir combler le vide jusqu’à l’arrivée d’un véritable nouvel avion de combat, mais dont l’achat n’est pas encore planifié faute de moyens.

La flotte de 12 F-16 se compose de 9 appareils en provenance du Portugal et 3 de l’US Air Force. Le contrat comprend également des modifications et des mises à niveau des avions, ainsi que des moteurs supplémentaires de rechanges, le soutien logistique, ainsi que la formation de 9 pilotes roumains et 69 techniciens de maintenance.

Avant la livraison, les appareils ont été modernisé dans le cadre de la norme Mid-Life Update (MLU) par la société OGMA-Industria Aeronautica au Portugal.

Reste que la Roumanie ne disposera pas d’un nombre suffisant d’avions pour assurer la protection de son espace aérien et restera sous dépendance de l’OTAN.

 

Photo : le Premier F-16 aux couleurs de la Roumanie @ FAR

 

 

16/08/2016

Premiers F-16 thaï modernisés !

web8-2016-3-thai-f-16b.jpg

La Royal Thaï Air Force (RTAF) a réceptionné ses quatre premiers Lockheed-Martin F-16 multirôles modernisés. L'exercice 'Pitch Black' 2016, un exercice de combat aérien multilatéral organisé par la Royal Australian Air Force (RAAF) à Darwin,a été l’occasion de testé les « Fighting Falcon » améliorés de la RTAF.

Si les performances de base de l'avion sont restées inchangées, les améliorations du radar et de l’avionique permettent d’accélérer les capacités de détections et de la vision de la menace. Par ailleurs, l’intégration du missile air-air Diehl BGT Défense IRIS-T (Infrared System-Tail Imaging commande) et doté d’une capacité vectorielle permet dorénavant d'intercepter des cibles sur une plage de 25 km à une vitesse maximale de Mach 3. La RTAF a décidé d’utiliser sur l’ensemble de sa flotte de F-16 le nouveau missile qui équipait déjà les Gripen C/D.

Modernisation des F-16 :

Les F-16 A/B Block 15 sont en service en Thaïlande depuis 1987, au nombre de 55 appareils. La modernisation prévoit de porter les appareils au standard Block 55.

Northrop-Grumman a reçu un contrat pour la modernisation avec un nouveau radar, soit l’APG-38(V) 9 en remplacement de l’APG-66. Ce nouveau radar bien que doté d’une antenne classique à balayage mécanique offre 33% de capacité de détection en plus que l’ancienne version en mode air-air et air-sol. Il dispose d’un mode d’ouverture synthétique et permet une cartographie plus efficace. Ce nouveau radar est également plus léger et dispose d’une meilleure capacité de refroidissement. Les coûts de maintenance sont également plus faibles à hauteur de 45%. 

Autres améliorations, les F-16 thaï sont doté d’un nouvel interrogateur IFF AN/APX-113 de BAe Systems avec un nouveau Transpondeur. La protection des appareils n’a pas été oubliée, ils seront doté du distributeur de leurres AN/ALE-47 ainsi que du système de gestion de guerre électronique AN/ALQ-213 de Terma System. Sans oublier l’arrivée du missile Diehl BGT Défense IRIS-T.

 

1192771164.jpg

Photos : 1 F-16D Block55 doté de missiles IRIS-T@ RTAF 2 radar l’APG-38(V) 9 @ Northrop-Grumman

 

17/07/2016

Le F-16 n’a pas dit son dernier mot !

3786575113.jpg

La chaine de montage du célèbre chasseur F-16 n’a plus que 15 appareils neufs à produire pour l’instant. Cependant, l’avionneur Lockheed-Martin planifie une seconde vie pour le « Fighting Flacon ».

A Fort Worth au Texas, les installations de production de Lockheed-Martin fonctionnent essentiellement sur le programme du F-35 « Joint Strike Fighter ». Mais l’avionneur le sait, l’ensemble des clients du F-16 ne pourront pas se payer le F-35. Par ailleurs, certains utilisateurs du nouvel avion vont continuer à maintenir tant que possible le F-16 en service, afin de garantir une dotation suffisante en terme d’avions de combat.

Une nouvelle version du F-16 :

Alors, chez Lockheed-Martin on prépare une évolution de la dernière version disponible du F-16 « Viper ». Ce futur standard devra incorporer des technologies en provenance du F-22 et F-35. Ce nouveau programme de mise à niveau les F-16 semble être la prochaine étape naturelle pour les clients existants et émergents du F-16. Mais ce programme ouvre la voie également en vue d’en séduire de nouveaux et de relancer la fabrication du célèbre avion produit à ce jour à plus de 4'500 exemplaires.

L’arrivée du standard « Viper » permet le remplacement de l’actuel radar à antenne mécanique par le Northrop Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam » de type AESA couplé à un nouvel ordinateur de mission et une architecture dotée de la fusion de données. Cette modernisation doit permettre de mieux préparer et interagir avec les appareils de 5e génération ou de génération 4++.

A l’avenir, Lockheed-Martin veut ajouter un réseau de données à haut débit et un nouveau système informatique pour permettre plus de circulation de l'information dans les nouveaux écrans du jet. Une nouvelle version ainsi configurée du F-16, lui permettra de travailler de concert avec les F-22 et F-35 en réseaux. Mais ces nouvelles applications permettront également à l’avion d’emporter de nouvelles armes plus sophistiquées.

Pour l’avionneur, trois clients ont commandé plus de 300 F-16 modifiés à la nouvelle norme « Viper ». Il s’agit de Taïwan, la Corée du Sud et Singapour. D’autres utilisateurs pourraient être tentés à l’avenir de moderniser le F-16.

Lockheed-Martin espère donc continuer à placer le standard « Viper » à d’autres utilisateurs et du même coup préparer le lancement d’une version encore plus puissante, telle que décrite ici. L’occasion de venir sur de nouveaux marchés en Asie, Amérique Latine et en Europe. En effet, l’avionneur américain désire pouvoir offrir le futur standard « Viper amélioré » à des pays ne pouvant s’offrir pour diverses raisons le F-35 et qui pourraient être intéressés par un monomoteur performant.

 

324.jpg

Photos : F-16 Viper @ Lockheed-Martin

 

 

22/09/2015

Le premier F-35A destiné à la Norvège !

 

 

lockhed-martin,f-35a,norvège,blog défense,infos aviation

 

 

Le premier des 52 F-35A « Lightning II » de Lockheed-Martin destiné à la Norvège est sorti de la chaine d’assemblage de Fort Worth au Texas.

L’avion nommé AM-1 a été construit dans le cadre de la production initiale à faible cadence (PIFC) du lot 7 de production.  Il s’agit du premier avion destiné à la Norvège et marque ainsi, une étape en vue du remplacement au sein de la Royal Air Force norvégienne (RNoAF) des 55 Lockheed-Martin F-16AM/BM d’ici la fin de 2024.

Une fois les essais au sol et en vol réussi, l’AM-1 sera maintenu aux Etats-Unis pour la formation des pilotes dans le cadre de la flotte internationale à Luke Air Force Base (AFB) en Arizona avant d'être livré à la Norvège en 2017.

 

 

lockhed-martin,f-35a,norvège,blog défense,infos aviation

 

La Norvège a rejoint le programme F-35 en tant que partenaire de niveau 3, au cours du développement du système du projet et de démonstration (SDD). Le pays a sélectionné le F-35 en octobre 2008. A ce jour, la Norvège dispose d’un plan de financement pour 22 F-35 sur les 52 avions prévus. D'autres contrats de financement et d'approvisionnement seront signés annuellement selon le gouvernement norvégien.

 

Un bon vieux parachute :

Les F-35 seront dotés d’un parachute de freinage « à l’ancienne » installé à l'intérieur d'une gousse à l'arrière du fuselage. Cette modification permettra au F-35 de s’arrêter sur les pistes glacées du pays. Les F-35 norvégiens seront principalement basés à Orland dans le centre de la Norvège.

 

 La Norvège et le F-35 :

La Norvège a rejoint le programme F-35 en tant que partenaire dans le développement du système et de la phase de démonstration. En novembre 2008, le gouvernement norvégien a choisi le F-35 en remplacement de la flotte de F-16. En 2011, le gouvernement a approuvé l'acquisition de quatre avions d'entraînement avec les deux premiers F-35A conventionnels.

L'industrie locale bénéficie déjà de ce programme, Kongsberg développe le missile d'attaque interarmées pour l'intégration sur le F-35, afin d’étendre les capacités de lutte antisurface.

Le coût total du programme F-35 norvégien est estimé à près de 62,6 milliards de couronnes (10,65 milliards de dollars). Il s’agit de la plus grosse dépense jamais réalisée en matière d’armement pour ce pays.

 

21135_img___2012061512041.jpg

Photos : 1 & 2 Le premier F-35 norvégien avant et avec peinture 2 Image de synthèse F-35 norvégien et missile Kongsberg @Lockheed-Martin

 

17/09/2015

USAF, deux AC-130J Commando II supplémentaires !

MP12-0721 Flight and Delivery of HC'MC-C-130J 5696 to Cannon AFB.jpg

 

 

 

Marietta, Lockheed-Martin a livré deux nouveaux MC-130J « Commando II » à l’US ‘Air Force ce mercredi, les deux avions seront exploités par le commandement des opérations spéciales de la Force aérienne (AFSOC). Un aéronef est affecté à la base aérienne de Kadena, au Japon, et l'autre à Hurlburt Field, en Floride.

Le Lockheed-Martin MC-130 tire ses origines d'une demande du Pentagone concernant un avion apte à opérer des infiltrations et exfiltrations de soldats et d'agents de renseignement loin derrière les lignes ennemies. Le C-130 étant alors en pleine maturité c'est cet avion qui fut choisi comme base de travail. Le chantier de développement fut naturellement confié aux membres des très secrets Skunk Works.  Le concept même d'utilisation de ces avions était alors très proche de celui des Lysander britanniques de la Seconde guerre Mondiale.

Le « Commando II »  effectue aussi des missions de ravitaillement clandestines pour les hélicoptères en missions d’opérations spéciales. Le MC-130J vole principalement de nuit pour réduire la probabilité d’être repéré et intercepté. Sa mission secondaire comprend aussi le largage de tracts. Il doit se déployer rapidement pour exécuter par tous les temps des missions de récupération sur des aérodromes rudimentaires ou en territoire hostile. L’appareil effectue également des opérations d’aide humanitaire, la réponse aux catastrophes, l’évacuation sanitaire aérienne et les opérations d’évacuation de non-combattants.

Photo : MC-130J « Commando II @ Lockheed-Martin