12/09/2019

Pologne, un pas de plus en direction du F-35 !

 

EEF22EA5-54E7-4FB6-8284-323A4FDCD0A5.jpeg

Washington confirme avoir autorisé une vente possible portant sur un total de 32 avions de combat Lockheed-Martin F-35 pour la Pologne. Le montant de la transaction est estimé à 6,5 milliards de dollars. Le contrat comprend également 33 réacteurs Pratt & Whitney F-135, l'armement les équipements connexes.

Campagne agressive de Lockheed Martin :  

La Pologne est engagée dans un effort important de modernisation de son armée. La mise à jour de la flotte de F-16 était déjà une étape importante. L’avionneur américain Lockheed Martin a déployé de nombreux efforts pour convaincre Varsovie d’opter pour le F-35, plutôt que de commander un nouveau lot de F-16. La Pologne cherche depuis un certain temps à remplacer ses flottes de MiG-29 et Su-22 encore en service. Lockheed Martin souligne que le F-35 est le seul chasseur de la 5e génération actuellement produit en série et que ses capacités de combat sont uniques par rapport à ses concurrents. La campagne du F-35 en Pologne a débuté officiellement lors de l'événement MSPO 2015.

A cette époque, le directeur de Lockheed Martin responsable du développement commercial international du programme F-35 avait fait remarquer que  les capacités de combat des jets de 5ème génération ne peuvent être comparées à celles des chasseurs de la génération précédente, tels que F 16. Grâce à la technologie furtive et au fait que tous les éléments du chasseur, y compris l'armement, le carburant ou les capteurs, sont dissimulés à l'intérieur du chasseur, l'avion devrait avoir plus de chances de survivre dans des conditions de combat denses et un environnement de défense adverse. Une autre caractéristique du chasseur F-35 est visible lors de l’utilisation de capteurs multi-spectres de pointe, notamment des 6 caméras infrarouges. Lockheed Martin a également fait valoir aux polonais que le radar actif phasé AN/APG-81 de type AESA qui permet de suivre les menaces aériennes et terrestres en même temps. Les jets vont opérer en utilisant une tactique de «groupe de loups»  à quelques kilomètres de l’avion, ce qui permet à une petite quantité de chasseurs de contrôler de vastes zones. Les F-35 vont pénétrer dans les systèmes de défense de l'ennemi, ce qui permettra aux cellules de la 4ème génération de mener à bien leurs tâches. On le comprend, l’avionneur a fait jouer ici l’interopérabilité de son F-16 modernisé et du F-35 en tant que complément indispensable à l’aviation polonaise.

La tactique de l’avionneur semble donc avoir fait mouche dans les hautes sphères de Varsovie, laissant une fois de plus les concurrents sur le banc de touche. Bien que rien ne soit encore signé, il semble que la Pologne ne s’intéresse pas aux nombreux problèmes de l’avion ni de la protection des données du client.

Photo : F-35 @ Lockheed Martin

 

20/02/2019

Lockheed-Martin crée la surprise avec le F-21 !

EDE773C6-2D30-4F3E-A75E-2B61B6F9E265.jpeg

Salon aéronautique Aero India 2019, l’avionneur américain Lockheed-Martin vient de créer la surprise avec la présentation du F-21 pour répondre aux besoins de l’Indian Air Force (IAF). L’offre est spécifique dans le cadre de la demande indienne (RFI) en vue d’acquérir 110 nouveaux avions de combat pour une  valeur supérieure à 15 milliards de dollars.

Effet marketing ou réelle nouveauté ?

Surnommé F-21 et introduit par les slogans "Make in India" et "India’s Pathway to F-35", l’avion serait construit localement en partenariat avec Tata Advanced Systems (Inde). Selon le communiqué de Lockheed-Martin. De prime abord, le F-21 n’est en fait qu’une adaptation du F-16 Block70/75 « Viper ». Mais celui-ci serait également spécialement configuré pour répondre aux besoins spécifiques de l'armée de l'air indienne. 

L’offre de l’avionneur américain comprend une cellule de F-16 Block70/75 dotée du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) Northrop Grumman APG-83 qui permet une détection allongée haute résolution. Des cartes radar à synthèse d'ouverture (SAR) pour les opérations en mode frappe par air de précision, air-sol et air-sol entrelacées et entrelacées afin d'améliorer la connaissance de la situation, l'efficacité opérationnelle, le système de repérage AN/APX-126 Advanced IFF (CFT), un sous-système d’avionique COTS, un bus de données à haut débit et à grande vitesse, ainsi que d'autres fonctionnalités de base telles qu'une liaison de données de théâtre Link-16, une nacelle de ciblage avancée « Sniper », un système de navigation GPS de précision et le système anticollision automatique au sol (GCAS automatique). L’avion est doté des réservoirs de carburant additionnels. L'avion est doté d'une perche de ravitaillement pour permettre d'utiliser les ravitailleurs en service au sein de l'IAF.

 

Le partenariat de Lockheed Martin avec l’Inde, proposé au-travers du F-21, fournira à l’armée de l’air indienne des capacités évoluées et évolutives, des possibilités industrielles inégalées et une coopération accrue entre l’Inde et les États-Unis sur les technologies de pointe.

Lockheed-Martin affirme également que le F-21 disposera de composants issus des F-22 et F-35 de 5e génération et partagera une chaîne d’approvisionnement commune pour divers composants. Environ la moitié des chaînes d'approvisionnement des F-21 et F-16 sont communes aux F-22 et F-35.

Au final, il semble donc bien que le « F-21 » ne soit en fait qu’un début d’évolution du F-16 Block70/75 déjà annoncée il y a deux ans, avec le standard Block80.  Mais voilà, pour le service de vente de Lockheed-Martin pouvoir renommer l’avion « F-21 » permet de rafraîchir un peu plus l’image du « Fighting Falcon » et attirer du même coup l’attention.

 

D91E65A6-501A-4648-A891-95AD5DC9561F.jpeg

Photos : F-21  @Lockheed-Martin

 

03/11/2015

Egypte, les F-16 au complet !

avion-f16-livré-à-legypte-730x430-1.jpg

 

Les quatre derniers Lockheed-Martin F-16 « Fighting Falcon » faisant partie du dernier lot de 20 aéronefs commandé par le pays, ont été livrés, selon le ministère de la Défense égyptien. Ces appareils ont remplacés les derniers McDonnell Douglas F-4E Phantom II.

Cette livraison fait suite au réchauffement des relations entre les Etats-Unis et l’Egypte. Il y a cinq mois, le président américain Barack Obama a levé l’embargo  sur le matériel militaire destiné à l’Egypte, suite au coup d'Etat militaire d’Octobre 2013, qui a renversé les Frères musulmans. Ces F-16 C/D Block52, font partie d’une commande de 20 aéronefs datant de 2010.

Les F-16 Block52 égyptiens :

Le standard Block 50/52 commandé par l’Egypte dispose des moteurs avec performances améliorées, que ce soit le F110-GE-129 pour le bloc 50 ou le F100-PW-229 pour le bloc 52. Les deux moteurs sont évalués à 29.000 livres de poussée (129kN). Cette version est dotée du système de guerre électronique AN/ALR-56M d’alerte et de détection, couplé au système de brouillage AN/ALE-47. Le cockpit dispose d’écrans EFIS permettant l’emploi de lunette de vision nocturne. L’avion est doté du radar Westinghouse AN/APG-68 V (5) qui offre une détection plus large contre les cibles aériennes et une plus grande fiabilité. Le radar a un processeur de signal programmable à très grande vitesse avec circuit intégré (VHSIC). 

Le Block 50/52 a la capacité de tirer l'AIM-120 AMRAAM, le missile Maverick AGM-65G est de tirer la nouvelle munition JDAM. La force aérienne égyptienne a choisi d’équiper ses chasseurs F-16 avec le pod AN/AAQ-33 «Sniper» dans le cadre du programme « Peace Vector ». Ce programme d’équipement a débuté en 1980. 

 

1049547267.jpg

Photos : Lockheed-Martin F-16 égyptien @ FAE

 

15/12/2014

C-130J « Super Hercules » pour la Tunisie !

 

yourfile.jpg

 

 

Lockheed-Martin a livré les deux C-130J « Super Hercules » de transport tactique à l'armée de l'air tunisienne. La Tunisie a commandé deux C-130J en 2010, ce qui en fait le premier client en Afrique pour ce type d’aéronefs. La Tunisie exploite déjà des versions antérieures de l’Hercules, soit six C-130B et un C-130H.

Le C-130J « Super Hercules » :

Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre  C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales.

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

Photo : C-130J « Super Hercules » tunisien @ Lockheed-Martin