21/08/2018

L’Iran présente un nouvel « F-5 » amélioré !

F-5F-takeoff.jpg

 
Téhéran, sous prétexte de présenter son « premier » avion entièrement iranien, le pays tente une nouvelle fois de mettre en avant sa prétendue avancée en matière aéronautique. Si un certains nombre de journaux non spécialisés ont repris le nouvelle avec le titre « Téhéran dévoile son premier avion de combat », nous allons voir que les choses sont très différentes en réalité.

iran, f-5f, propagande iranienne, nothrop f-5, blog défense, aviation et défense, les nouvelles l'aviation

 
Selon le communiqué officiel, l’avion serait un "chasseur de quatrième génération" nommé « Kowsar » doté d'une "avionique avancée" et d'un radar polyvalent. Sauf qu’au premier regard, nous reconnaissons un Northrop F-5F obsolète. En fait, nous avons ici un F-5F reconstruit équipé d’une nouvelle avionique numérique, soit rien de bien nouveau et surtout un aéronef, qui ne peut se comparer à ce qui se fait actuellement en Occident, mais également en Russie ou en Chine.
 
Bref, le « Kowsar » n’a rien d’exceptionnel et semble être un nouveau produit de propagande du pays qui en a bien besoin pour se rassurer face aux nouvelles pressions des Etats-Unis. L’avion semble être un prototype. 
 

DlHrl4wWsAAv1cG.jpeg

 
L’Iran n’en est pas à son premier coup : 
 
En février 2015, l’Iran dévoilait la nouvelle version du chasseur iranien Saegheh (Tonnerre), lors d’une cérémonie de livraison à l’armée de l’air iranienne. Le Saegheh II est un jet supersonique à biplaces fabriqué par les experts de l'industrie aérospatiale du Ministère de la Défense iranien en collaboration avec l’armée de l'air. Hors le « Saegheh II n’est autre qu’un Northrop F-5F doté de deux dérives.à
 
Le HESA Saegheh II devait être utilisé pour les missions de logistique, dans le cadre des missions tactiques et d'entraînement de pilotage. Selon les responsables iraniens, l’avion disposait d’un système électronique amélioré de conception et de fabrication 100%, iranienne. Les avions de chasse Saegheh II devraient satisfaire, pour le moment, aux besoins de l'armée de l'air iranienne et "ils seront transformés et modifiés en fonction des exigences", a déclaré un haut responsable de l'armée de l'air. Mais aujour’dhui, plus rien !
 
Selon le général Attaollah Salehi commandant en chef de l'armée iranienne: « Le Saegheh II est similaire au chasseur américain F/A-18, mais ses performances techniques et tactiques sont meilleures. »!! 
 
Et puis souvenez-vous du fameux  avion furtif Qaher-313 (Conquérant), soit un avion qui n'était rien de plus qu'une maquette mal conçue qui ne volerait jamais !
 
Bref, rien de nouveau du côté de l’Iran, si ce n’est une capacité à fournir une propagande domestique qui prête parfois au sourire. 

2374958011.jpg

 
Photos : 1 le F-5 Kowsar » 2 le Cockpit 3 le Saegheh II également basé sur le F-5 @ Irna
 
 

31/03/2017

Le Global 7000 frôle le mur du son !

original.jpg

 

Bombardier Avions d’affaires confirme que le programme d’essais en vol de son biréacteur d’affaires Global 7000 continu de bien progresser, avec les deux appareils d’essais actuellement en service. Les deux prototypes font preuve d’une excellente fiabilité en accumulant des heures de vol à un rythme soutenu, alors que cet avion s’approche de sa mise en service, prévue au second semestre de 2018.

On frôle le mur du son :

L’équipage des vols d’essais a fait la démonstration des fonctionnalités de performance sur l’avion d’essai FTV1 en poussant le domaine de vol d’essai de l’avion à Mach 0,995. Non seulement le biréacteur d’affaires Global 7000 est le plus grand avion à réaction d’affaires à atteindre cette vitesse élevée, mais il a atteint ce jalon à peine cinq mois après le début du programme d’essais en vol, une étape sans précédent. Outre son impressionnante vitesse et son autonomie de 7’400 milles marins (13’705 km).

De son côté le deuxième véhicule d’essais en vol du Global 7000, (FTV 2), a effectué son premier vol à Toronto le 4 mars et peu après il a aussi été transféré au Centre d’essais en vol de Bombardier à Wichita, où il sert aux essais de propulsion, des systèmes électriques et mécaniques de l’avion.

Le Global 7000

Le biréacteur d’affaires Global 7000 est conçu de façon unique à partir de l’intérieur pour livrer une expérience cabine incomparable pour ses clients. Seul biréacteur d’affaires de l’industrie avec quatre zones habitables distinctes et une aire de repos réservée aux membres d’équipage, l’avion Global 7000 va offrir un très haut niveau de confort et de souplesse du design intérieur qui deviendront la norme pour une nouvelle catégorie de biréacteurs d’affaires à large fuselage. La conception évoluée de l’aile du biréacteur d’affaires Global 7000 optimise la vitesse, l’autonomie et la maîtrise de l’appareil pour offrir un vol exceptionnellement doux, une capacité d’approche à angle prononcé et des performances sur courte piste. Donnant accès à des aéroports comme London City, le biréacteur d’affaires Global 7000 vous rapproche plus efficacement de votre destination finale.

Le biréacteur d’affaires Global 7000 pourra relier Londres à Singapour, Doubaï à New York, ou Sydney à San Francisco sans escale, et pourra atteindre une vitesse opérationnelle maximale de Mach 0,925. Les passagers voyageant à bord du biréacteur d’affaires Global 7000 pourront vivre l’expérience d’une autonomie long-courrier de 7 400 NM (13 705 km) à M 0,85 avec 8 passagers.

Photo : Global 7000 @ Bombardier

19/05/2015

Enfin un drone MALE européen ?

male2020_dassault1.jpg

 

Les principales compagnies industrielles aérospatiales européennes Airbus Defence and Space, Dassault Aviation et Finmeccanica se félicitent de l’annonce du lancement de l’étude de définition d’un système de drone européen par l’Allemagne, la France et l’Italie.

Selon les termes de cette Déclaration d’Intention (Dol – Declaration of Intent) cosignée par les trois nations, les trois industriels vont mener au cours des deux prochaines années l’étude de définition d’un drone MALE (Moyenne Altitude / Longue Endurance), prélude au lancement du développement et à l’acquisition des matériels.

 

Cette Déclaration d’Intention fait suite à la proposition des trois compagnies aéronautiques datant de mai 2014, et concernant l’étude d’un drone MALE de nouvelle génération qui prévoit une phase de définition de 24 mois, immédiatement suivie d’une Phase de développement. Cette solution pourrait permettre une livraison des premières propositions au début des années 2020.

 

A la lumière de la dépendance croissante des états européens pour des équipements et des technologies de défense de provenance non-européenne, les compagnies aéronautiques militaires les plus importantes d’Europe ont lancé en Juin 2013 un appel commun afin de préserver les capacités spécifiques permettant d’assurer la souveraineté de notre continent dans l’élaboration de futurs aéronefs militaires.

 

 

male2020-600x276.jpg

A propos de la Phase de Définition du MALE 2020:

 

Une phase de définition vise à adapter au mieux les nouveaux développements aux besoins des clients. Cette première partie de la réalisation d’un système permet notamment de réduire au maximum les risques, tant financiers qu’en termes de développement, grâce à un processus d’échanges et de compromis avec les clients, avant le lancement du développement à échelle réelle. Cette première phase traitera toutes les questions relatives à la compétitivité, à la souveraineté, aux capacités d’évolutions du système et la compatibilité avec les besoins communs en matière de certification. La phase de définition implique donc les pays clients, leurs forces armées, les agences étatiques concernées et les industriels.

 

A propos du “MALE 2020”:

 

Le projet MALE2020 vise à développer un système de drone européen destiné aux missions de type Moyenne Altitude / Longue Endurance (MALE). Tout en répondant au plus près aux besoins opérationnels des Forces armées européennes, ce système tiendra compte des contraintes budgétaires par une mise en commun des financements de R&D. L’aspect souverain du développement de cette solution européenne sera renforcé par une définition incluant dès le début tous les aspects propres à la certification de ce drone. Le MALE2020 permettra le développement de technologies avancées et contribuera à maintenir des compétences clefs et des emplois en Europe.

 

Commentaire:

 

Après les nombreux échecs dans le domaine, cette nouvelle est de bonne augure car l’Europe ne manque ni de compétences ni de moyens pour compenser son retard dans ce domaine. Il faudra également ne pas commettre les mêmes erreurs commises dans les programme multinationaux comme l’A400M ou l’Eurofighter, sans quoi l’Europe risque définitivement de se retrouver larguée sur le sujet. 

 

 

Photos : Image du futur drone MALE européen@ Dassault Aviation