27/10/2021

Le Congrès ne veut pas d’une vente de F-16 à la Turquie!

159B209C-EC7C-4809-97B8-FF188DE5CD0E.jpeg

Le bras de fer continue entre Washington et Ankara à propos de la demande de cette dernière d’acquérir des avions de combat F-16 supplémentaires en vue d’un dédommagement suite à l’expulsion du de la Turquie du programme F-35.

Rappel

Le contentieux entre la Turquie et les Etats-Unis sur le programme F-35 pourrait être réglé avec la livraison d’avions de combat F-16. Washington semblait ouvert à la demande d’Ankara, il y encore une semaine, pour la livraison de 40 Lockheed Martin F-16 Block 70/72 « Viper » ainsi que 80 kits pour moderniser des appareils aux standards plus anciens, mais les politiques américains semblent voir cette possible vente d’un bon œil.

Avec son exclusion du programme F-35, Ankara se retrouve dans une certaine mesure dans une situation de faiblesse, le pays pourrait en effet, très vite se retrouver avec une force aérienne affaiblie vis-à-vis de ses voisins. Ankara ne pouvant disposer du F-35, seul le développement de son propre avion de 5 ème génération, le TF-X pourrait combler ce vide et/ou l’achat d’un avion du côté de la Russie. Pour autant la Turquie rencontre de gros problèmes pour son avion de combat national, notamment en ce qui concerne la motorisation. Des discussions avec Moscou sont en cours depuis plusieurs mois, mais l’acquisition d’un avion ou de technologie pourrait pousser Ankara hors de l’Otan. 

Une lettre à Biden

11 législateurs de la Chambre des représentants des États-Unis, à la fois démocrates et républicains, ont envoyé une lettre au président américain Joe Biden et au secrétaire d'État Anthony Blinken et ont exhorté l'administration Biden à ne pas vendre d'avions de combat F-16 à la Turquie. Quelques extraits de la lettre : 

"Bien que nous soyons convaincus que le Congrès s'unira pour bloquer de telles exportations si ces plans progressent, les États-Unis ne peuvent pas se permettre de transférer des équipements militaires de pointe au gouvernement turc pour le moment", indique la lettre conjointe des législateurs.« Nous ne pouvons pas compromettre notre sécurité nationale »

« Suite à l'annonce en septembre du président Erdoğan selon laquelle la Turquie achètera une tranche supplémentaire de systèmes de défense antimissile russes S-400, nous ne pouvons pas nous permettre de compromettre notre sécurité nationale en envoyant des avions fabriqués par les États-Unis à un allié du traité qui continue de se comporter comme un adversaire. »."Comme vous le savez, l'administration Trump a officiellement retiré la Turquie de son programme d'avions de combat interarmées F-35 (FSJ) après que le président Erdoğan a exécuté le premier achat de systèmes russes S-400 par la Turquie, une décision qui a empêché la Turquie de compromettre le système F-35."Avec le soutien d'une coalition bipartite de membres du Congrès, cette politique de bon sens s'est poursuivie sous votre administration ."Tant que le président Erdoğan fera avancer son projet expansionniste en Méditerranée orientale, la Turquie continuera de menacer notre sécurité nationale et la sécurité de nos alliés les plus proches dans la région - la Grèce, Israël et Chypre. Nous vous exhortons à agir dans notre intérêt national et pour le bien de la stabilité en Méditerranée orientale en refusant de renforcer l'arsenal vieillissant d'avions de combat de la Turquie, et nous attendons avec impatience votre réponse."

Reste à voir comment l’Administration Biden va réagir à cette demande particulièrement nette du Congrès et comment le contentieux entre les deux pays va pouvoir se régler à l’avenir.

 

10/09/2021

La RAF va retirer prématurément ses premiers Eurofighter!

F2722F43-6637-4C59-A55E-7CADAA18C95C.jpeg

 

La Royal Air Force va devoir retirer prématurément ses premiers avions de combat Eurofighter T1 malgré le fait que ces derniers ne soi qu’à mi-vie. Des questions de coûts sont en jeu, notamment pour assumer d’autres programmes.

Selon le plan nouveau directeur de la RAF, se sont 24 appareils de la première tranche (T1) qui seront retirés progressivement du service d’ici 2025. Initialement ces appareils devaient rester en service jusqu’en 2040.

Répondant aux questions à la Chambre des communes, le sous-secrétaire d'État parlementaire à la Défense, James Heappey, a déclaré que les Eurofighter de la tranche 1 qui étaient destinés à une retraite anticipée dans le document du commandement de la défense publié le 22 marsseraient retirés avec une moyenne de près de 60% de leur vie de fatigue de cellule restante. Actuellement, la RAF dispose de 30 avions Eurofighter Tranche 1 dans la flotte de maintien en puissance et les heures de vol moyennes prévues pour chacun des avions, lorsqu'ils atteindront leur date de mise hors service respective, sont de 2’544,8 heures de vol", a déclaré Heappey. L’Eurofighter Typhoon dispose théoriquement d’une durée de vie de 6‘000 heure. Les 2’544,8 heures ne représentent que 42,4 % de l'utilisation de la cellule. Avec ce chiffre moyenné sur l'ensemble de la flotte, un certain nombre d'avions livrés plus récemment auront volé beaucoup moins d'heures que cela. Sur les 53 appareils de la tranche 1 reçus par la Royal Air Force (RAF) initialement, 30 sont encore dsiponibles,soit 20 sont en service actif tandis que les 10 restants sont en stockage. 

Problèmes de rationalisation 

Cette décision pourrait sonner comme une surprise de la part de la RAF. En fait, cette dernière n’avait jusqu’ici pas le choix. La Royal Air Force britannique (RAF) se retrouvait coincée tout comme la Luftwaffe allemande avec la première tranche d’avions de combat Eurofighter T1 et devait composer tant bien que mal avec ce modèle d’avion compte tenu des limites des logiciels du T1, la RAF avait décidé de ne pas essayer de mettre à niveau ces plateformes particulières avec les améliorations des mises à niveau destinées aux standards T2/T3. De fait, les Eurofighter T1 de la RAF ne peuvent être utilisés qu’exclusivement que pour des tâches de défense aérienne. 

Le lancement du programme d’avion de 5ème génération Tempest à changer les perspectives. En effet, le programme du nouvel avion prend de plus en plus d’ampleur au sein de la RAF. Pour ce faire il faut maintenant dégager des fonds pour assurer les développements des principaux soit : la modernisation des tranches 2 & 3 de l’Eurofighter, assurer la finalisation de l’entrée en service du Lockheed Martin F-35B et pérenniser le programme Tempest. 

Difficile à vendre

Initialement la RAF aurait désiré vendre ses Eurofighter, mais tout comme l’Allemagne et l’Autriche, elle se retrouvent avec un appareil dont la version n’intéresse pas les Forces aériennes étrangères et on le comprend. Le Ministère de la Défense britannique doit se résoudre à réfléchir aux diverses option d’élimination des cellules.

Photo: Eurofighter T1 de la RAF@ RAF

06/08/2021

L’A350 souffre d’un problème de dégradation!

96AE628E-E1A9-4601-8528-392F5750AFE3.jpeg

Un problème de dégradation des structures composites affecte les appareils de type A350 du constructeur Airbus. Qatar Airways a annoncé avoir cloué au sol 13 appareils de ce type. 

Ce problème n’est pas nouveau, mais était resté confidentiel jusqu’à ce le directeur général de la compagnie Qatar Airways Akbar al-Baker, rende la nouvelle publique dans un communiqué. Le transporteur qu'il a été obligé d'accélérer la remise en service d'Airbus A330 pour compenser l'arrêt des 13 A350. Sa flotte comporte 34 A350-900 et 19 A350-1000. 

Actuellement Qatar Airways travail avec l'Autorité civile de l'aviation du Qatar pour assurer le maintien de la sécurité et l’avionneur Airbus afin de trouver une solution à ce problème. La compagnie attend qu'Airbus ait établi la cause profonde et corrigé de manière définitive ce problème pour réparer les appareils et les remettre en service au plus vite. 

Plus de livraison

En à cette situation, Qatar Airways n'accepte plus les livraisons d'A350 d'Airbus, disant avoir constaté une usure accélérée de la peinture de certains des appareils déjà réceptionnés auprès de l'avionneur européen. Précisons d’emblée que le problème concerne la surface en matériau composite supérieur du fuselage qui doit être peinte. Cette dernière se dégrade de manière inhabituelle.

L’avionneur européen ne commente pas ce problème pour l’instant et travaille à la résolution du problème. On notera que d’autres transporteurs n’ont pas officiellement annoncé la découverte de ce problème.

Photo : A350 Qatar Airways @ Qatar Airways

 

 

14/01/2021

Le F-35 oscille toujours entre défaillances et améliorations !

C8811B94-AADB-4DA8-A230-39628377CBF7.jpeg


Le bureau des évaluations du Pentagone tire à nouveau à « boulets rouges » sur le programme. F-35. Si ce rapport devait rester confidentiel, le groupe Bloomberg News vient d’en révéler le fond. Selon les informations disponibles, le rapport dénonce le grand nombre de déficiences, encore présentes au sein du programme.

871 déficiences logicielles et matérielles :

Ce nouveau rapport revient une fois encore sur les nombreux 2bugs » qui animent le programme F-35. Au total, on identifie toujours 871 déficiences logicielles et matérielles qui pourraient compromettre les missions ou la maintenance de l’avion. Rappelons qu’en 2018 le Bureau du pentagone avait identifiés 941 failles.

Rectifications à la peine :

Pour autant l’avionneur Lockheed Martin travaille à la résolution des nombreux problèmes. Mais force est de constater que ceux-ci sont tenaces. Le programme F-35 fait l’objet d’une mise à niveau du « Bloc 4 » d’un coût d’au moins 12,1 milliards de dollars visant à corriger les lacunes du passé et à introduire de nouvelles capacités par incrémentation de six mois jusqu’en 2026 pour faire face aux menaces actuelles. Le plan comprend la modernisation de certains avions déjà construits et utilisés aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Japon.

Mais le rapport dénonce le fait que le nombre global de lacunes ouvertes n'a pas changé de manière significative depuis début 2018, et ceci en raison de problèmes continus avec la qualité initiale du logiciel dans le Bloc 4 et des capacités de test en laboratoire et en vol limités, résultant en un taux élevé de découvertes de problèmes lors des tests et sur le terrain.

Pour Robert Behler, directeur des tests et évaluation pour le Pentagone, « le processus du Bloc 4 ne fonctionne pas», « Cela entraîne des retards importants dans les calendriers planifiés et entraîne une mauvaise qualité des logiciels, contenant des lacunes.» Les modifications logicielles « destinées à introduire de nouvelles fonctionnalités ou à corriger des lacunes ont souvent introduit des problèmes de stabilité ».

Robert Behler ajoute que seulement 10 des 871 lacunes non résolues citées impliquent des problèmes de « catégorie 1 » potentiellement graves, définis comme des lacunes critiques qui pourraient compromettre la sécurité du pilote ou de l'aéronef ou dégrader l'efficacité de la mission. C’est à comparer avec 102 problèmes graves parmi les 941 cas cités en 2018. Il y donc une certaine amélioration, au sein du programme, mais celles-ci sont insuffisantes et de l’autre les déficiences secondaires sont encore trop présentes.

20 ans déjà :

Le programme F-35 fêtera cette année ses 20 ans depuis que ce dernier a été sélectionné. Or pour R.
Behler, le programme souvent encore trop de maladies de jeunesses. En plus des défauts techniques, le programme F-35 fait face à un déficit de 10 milliards de dollars dans le budget prévu du Pentagone pour 2021 à 2025. Le plan budgétaire final de l'administration Trump appelle à demander 78 milliards de dollars pour la recherche et le développement, l'achat d'avions, les opérations et la maintenance. Mais l’unité indépendante d’analyse des coûts du Pentagone estime que 88 milliards de dollars seront nécessaires, selon une analyse de juin 2020.

12BD0D70-053D-4CBC-BDDF-A52690000FB4.jpeg

Photos : F-35 @ USAF

05/01/2021

Pilatus a livré le 100ème PC-24!

65B72445-9CCB-4AB6-B63C-605CAAADE835.png

 

C’est un jalon important qui vient d’être réalisé par l’avionneur suisse Pilatus Aircraft. Ce dernier vient de livrer le 100èmeexemplaire de son « Super Versatile Jet » PC-24. L’avion est désormais présent sur tous les continents.

Livraison record :

Cette livraison intervient moins de trois ans après la première livraison du premier exemplaire. Le 100ème PC-24 « fabriqué par Pilatus en Suisse » est désormais utilisé comme avion d'affaires avec son nouveau propriétaire, Jetfly Aviation. Ce transfert marque une nouvelle étape dans l'histoire encore jeune du premier avion d'affaires suisse: la flotte mondiale a jusqu'à présent enregistré plus de 3’ 500 heures de sécurité dans les airs, dont plus de 2’375 heures ont été accumulées par le leader de la flotte.

L'intérieur exceptionnellement généreux du PC-24 offre confortablement un espace suffisant pour accueillir jusqu'à dix passagers. En ce qui concerne la taille de la cabine, le PC-24 a gagné sa place dans la catégorie des « jets de taille moyenne »: les clients qui optent pour un PC-24 se retrouvent en fait avec la même taille de cabine que dans un modèle de la catégorie de prix immédiatement supérieure.

2C96C437-2119-47E4-AEDB-F752898D6A13.jpeg

Le Pilatus PC-24 Super Versatile Jet :

Capable d’utiliser des pistes très courtes et peu aménagées, le PC-24 est le premier jet d’affaires du monde à pouvoir bénéficier d’une porte cargo standard. Le jet dispose également d’une cabine très spacieuse dont l’intérieur peut être adapté aux exigences personnelles du client. Tout ce qui en fait un « hyper polyvalent Jet », un avion qui est conçu pour une grande variété de missions en ligne avec les besoins individuels. Le cockpit est construit autour d’une suite avionique développée sur un concept Pilatus baptisé « Advanced Cockpit Environnement » (ACE), avec quatre écrans de 12 pouces et un système de vision synthétique. Le PC-24 offre aux passagers des sièges réglables individuellement, une salle de bain avec toilettes, un espace bagages qui reste accessible en vol et une armoire. L’avion dispose d’un système de sécurisation des bagages, une caractéristique unique dans cette catégorie d'avions, et qui est très appréciée par les pilotes chargés de ranger les bagages des passagers. Désormais, le PC-24 est également disponible avec un service de restauration en vol modulaire. L'office avant est situé dans la section avant de la cabine et offre un espace de rangement supplémentaire pour le café, la glace, les boissons et les articles de restauration.

Le contrôle strict du poids a permis à Pilatus d'équiper le PC-24 de deux moteurs à réaction légers Williams FJ44-4A-QPM, ce qui a permis d'économiser plus de 400 lb par rapport aux turbofans traditionnels des avions intermédiaires. Le fait de pouvoir utiliser des moteurs plus légers a eu un effet d'entraînement sur le poids global de la cellule, des structures de support, des ailes et du train d'atterrissage.

9BF7E030-3C3B-437D-807C-98E21B0CEACC.jpeg


Les APU sont pratiquement incontournables dans les avions de taille moyenne, mais Pilatus ne pouvait pas se permettre les 300 livres de poids du troisième moteur. Ainsi, il a travaillé avec Williams pour développer un nouveau mode de puissance silencieuse (QPM) pour que le moteur droit qui réduit le régime au ralenti au sol permette de continuer de fournir une alimentation électrique suffisante pour le climatiseur ou les chaufferettes électriques lorsque l'avion est stationné. Le moteur droit, fonctionnant avec le QPM, fait moins de bruit qu'un APU typique, soit une bonne nouvelle pour les voisins de l'aéroport.

Le jet offre un rayon d’action de 3’610 km avec quatre passagers (3’300 avec six passagers) et une vitesse de croisière maximale de 787 km/h. Il peut désormais emporter jusqu'à 10 passagers en cabine pressurisée. Avec une distance de décollage de 820 mètres et une distance d'atterrissage de 770 mètres, le PC-24 est destiné à être utilisé également sur des pistes non revêtues (neige, herbe, sable).

L'appareil a également la possibilité d'atteindre rapidement un niveau de vol élevé (45 000 pieds), comme de nombreux jets d'affaires, pour échapper à l'intensité du trafic sur les principales routes aériennes et garantir ainsi, une meilleure souplesse.

Le PC-24 donne accès à presque deux fois plus d'aérodromes dans le monde que les autres jets actuellement sur le marché. Il rapproche les passagers de leur destination réelle car le PC-24 est conçu pour être utilisé dans les petits aéroports avec des pistes plus courtes - un excellent moyen d'éviter les complexités administratives habituelles dans les grands aéroports et de réduire au minimum les transferts au sol.

 

80F93498-B695-45B7-A98B-FA8F6AD549A1.jpeg

Photos : 1 PC-24 2 & 3 Intérieur 4 Cockpit @ Pilatus Aircraft