19/02/2017

L’Inde modernise ses Mi-17 !

1016121724.jpg

L’Indian Air Force (IAF) a mandaté la société privée indienne Alpha Design Technologies Limited (ADTL) et l’équipementier israélien Elbit Systems pour moderniser conjointement les hélicoptères Mil Mi-17 « Hip » en service. Un contrat de 800 millions de dollars a été signé pour cette réalisation.

Elbit Systems sera le maître d'œuvre du programme. L’entreprise aura la responsabilité de la mise à niveau de 90 hélicoptères de type Mi-17 en collaboration avec ADTL. La modernisation se fera au sein des installations d’Alpha Design Technologies Limited à Bangalore. Les hélicoptères Mi-17 concernés sont les modèles les plus anciens en service dans l’IAF. Les versions les plus modernes ne sont pas concernées.

La mise à niveau des anciens Mil Mi-17 comprend des récepteurs d'alerte radar couplé à un système de distribution de leurres, un système de détection de lancement de missiles (MILDS), ainsi qu’un nouvel IFF. En ce qui concerne l’avionique, les appareils recevront un système de positionnement par GPS, des écrans couleurs multifonctions, nouveau radar météorologique, des radioaltimètres et un nouveau capteur de vitesse Doppler. Pour terminer les Mi-17 seront dotés du système d’alerte de trafic et d’évitement de collision (TCAS).

 

Photo : Mil Mi-17 de première génération concerné par la modernisation. @ IAF

 

18/02/2017

Négociations en vue sur le Super Hornet !

F18-Advanced-Super-Hornet-1.png

Les choses semblent se préciser en ce qui concerne une négociation sur l’achat potentiel de Boeing F/A-18 « Super Hornet » voir même la nouvelle version BlockIII. Lors de sa visite à Charleston pour la présentation du B787-10 (voir article précédent) le président D. Trump a annoncé vouloir négocier l’achat de « Super Hornet » en remplacement d’une partie des F-35 pour l’US Navy.

Un discours qui se précise :

Si l’affaire d’une relance du « Super Hornet » fait couler beaucoup d’encre ses dernières semaines, les choses semblent se préciser. Lors de son allocution en Caroline du Nord D. Trump à clairement mentionné sa volonté de négocier une commande de « Super Hornet ».

«Nous cherchons sérieusement une grosse commande. Le problème est que PDG de Boeing Dennis Muilenberg est un négociateur très dur, mais je pense que nous pouvons y arriver " a déclaré D. Trump.

L’US Navy intéressée :

De son côté l’US Navy semble très intéressée par cette option. Trois éléments interpellent la Marine américaine, d’une part la possibilité de réduire les coûts d’achat et de maintenance avec l’avion de Boeing. L’amélioration de la motorisation du « Super Hornet » avec une version plus puissante et la possibilité de pouvoir être doté du nouveau standard BlockIII du « Super Hornet ».

Il semble donc que la solution proposée par D. Trump satisfasse pleinement l’US Navy. L’idée est de remplacer en partie les « Hornet » par des F-35 les autres le seront avec le « Super Hornet » et probablement le BlockIII. A terme est selon les besoins, les actuels « Super Hornet » seront moderniser au nouveau standard et rien n’empêche de commander de nouveaux F-35 si celui les coûts sont à la baisse de manière acceptable.

 

1476227_-_main.jpg

Voir le lien Boeing propose son Advanced Super Hornet comme alternative :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/02/14/boeing-pro...

 

Photos : 1Advanced Super Hornet BlockIII @ Boeing 2 Super Hornet @ USN

 

Boeing a présenté le B787-10 !

chsrollout-3.jpg

North Charleston, Boeing a présenté le dernier né de la famille « Dreamliner » le B787-10787-10, soit le troisième membre de la famille. Des milliers d'employés du site de North Charleston étaient présent hier en fin de journée pour assister à l’événement. 

"Ce qui se passe ici chez Boeing en Caroline du Sud est une véritable « success story américaine", a déclaré Dennis Muilenburg, président et chef de la direction de Boeing. "En seulement quelques années, notre équipe a transformé un site vierge en une installation de production moderne de l'aérospatiale qui livre le 787 aux compagnies aériennes partout dans le monde et offre des milliers d'emplois aux États-Unis."

 

Le B787-10 :

Lancé en juin 2013 au salon du Bourget, le nouveau B787-10 élargit et complète la famille «787» : il transportera de 300 à 330 passagers dans un rayon d’action de 11’910km et couvrira plus de 90 % des lignes desservies par les bi-couloirs à travers le monde. Le B787-10 sera également 25 % plus économe en carburant que les actuels avions de dimensions équivalentes et plus de 10 % moins gourmand que tout ce que propose la concurrence pour l’avenir.

Le B787-10 disposera de l’aménagement intérieur hors du commun de la famille «787». Ses passagers bénéficieront de technologies qui rendent les vols plus agréables : des hublots plus grands avec variateur de luminosité, un air plus sain, une hygrométrie accrue, une pressurisation de la cabine plus confortable, des coffres à bagages plus volumineux, un éclairage par LED apaisant et un vol moins sujet aux turbulences.

À ce jour, le B787-10 a enregistré 164 commandes émanant de neuf clients partout dans le monde, ce qui représente 14 % de tous les B787 commandes.

432.jpg

 

Photos : Le B787-10 lors de son Roll-Out @ Boeing

 

17/02/2017

Juneyao Airlines commande le B787-900 !

EEX Current.jpg

Shangaï Boeing et la compagnie Juneyao Airlines ont annoncé aujourd'hui la finalisation d'une commande portant sur cinq B787-900 « Dreamliner ». Cette commande est évaluée à près de 1,32 milliards de dollars au prix catalogue de l’avionneur américain.

Cette nouvelle commande, qui comprend également des options pour cinq autres B787-900, représente une première pour la compagnie de Shanghai. Juneyao Airlines et l'un des plus grands transporteurs privés de Chine. La compagnie a été fondée en 2005 et a commencé à fonctionner en 2006. Elle exploite actuellement des liaisons intérieures et court-courriers en vols internationaux vers les pays voisins, tels que le Japon, la Corée du Sud et en Thaïlande. Le transporteur prévoit d'ouvrir de nouvelles routes vers l'Amérique du Nord, en Europe et en Australie en 2020.

Le B787-900 :

Le B787-900 complète et étend la famille « 787 ». Avec un fuselage allongé de 6 mètres (20 pieds) par rapport au B787-800, l’avion peut emporter jusqu'à 20% de passagers en plus et 23 % de marchandises supplémentaire et ceci encore plus loin avec la même performance environnementale, soit 20 % d'émissions de CO2 en moins que les avions actuels. Plus de 60 clients provenant de six continents du monde ont placé des commandes pour plus de 1’100 « Dreamliner », ce qui fait du B787 bi-couloirs l’avion qui engrangé le vite des ventes dans l'histoire de Boeing. Le B787 « Dreamliner » dispose près de 100 commandes et engagements auprès de clients chinois à ce jour.

Photo : Image de synthèse du futur B787-900 de Juneyao @ Boeing

 

 

16/02/2017

Eurofighter : L’Autriche attaque Airbus DS !

000-couverture.FAé-Autriche_Wikimédia.jpg

Vienne, nouveau développement dans l’affaire des avions de combat Eurofighter en Autriche. Le ministère de la Défense autrichien a annoncé ce matin vouloir attaquer en justice le groupe aéronautique européen Airbus dans le cadre de l’affaire de fraude et de corruption en ce qui concerne la vente d'avions de combat Eurofighter à l'Autriche.

"Nous déposerons une plainte en justice contre Airbus", a déclaré à l'AFP le porte-parole du Ministère, Michael Bauer, en précisant que l'affaire portait sur la livraison en 2003 de 15 appareils Eurofighter pour un montant de 1,7 milliard d'euros.

L’Autriche devrait présenter prochainement des détails sur l’affaire, avec notamment des preuves en qui démontreraient qu'Airbus avait gonflé artificiellement le prix des appareils Eurofighter T1.

Airbus avait indiqué fin janvier avoir accepté une procédure de rectification fiscale en Allemagne concernant cette vente d'avions de combat Eurofighter à l'Autriche, alors que cette transaction fait l'objet depuis des années de soupçons d'éventuels pots-de-vin.

Rappel :

Airbus DS (ex EADS) avait livré l’Eurofighter T1 « Typhoon  II » à l’Autriche. Cette livraison fait suite au contrat signé en 2003 pour la fourniture de 15 avions y compris l’armement les équipements connexes et le simulateur. Le nouvel avion de combat autrichien est en soi un feuilleton à rebondissement. La volonté de remplacer les bons vieux Saab J-35 « Draken » date du début des années nonante. Suite à une première évaluation, c’était le F/A-18 Hornet qui avait été choisi. Mais suite à des problèmes politiques et de financement, l’achat fût reporté. L’utilisation de l’espace aérien autrichien par l’aviation Serbe, lors de la guerre en ex-Yougoslavie relança le besoin de débloquer des crédits urgents pour l’achat d’un avion moderne. Une seconde évaluation donna le JAS-39C/D Gripen suédois gagnant, mais suite à la pression du chancelier allemand Schröder, les politiques autrichiens acceptèrent de reprendre 15 Eurofighter T1 initialement destinés à l’Allemagne et proposés par Airbus.

Une Force aérienne très limitée : 

La situation de la Force aérienne autrichienne n’est, de loin pas très enviable, avec seulement 15 avions de combat Eurofighter T1, soit le modèle le plus limité de la gamme du chasseur européen. En effet, sur ces 15 aéronefs, seul 6 à 8 sont réellement disponibles, les autres étant en maintenance et servant à la formation du personnel aérien et au sol. Le standard T1 des Eurofighter autrichiens ne permet que l’interception à courte portée, ainsi que l’engagement avec des bombes en chute libre. 

Coûts exorbitants : 

Cher à l’achat, l’Eurofighter se révèle également cher à l’heure de vol, estimé à près de 18’000 dollars US à l’heure (estimation variable, selon les utilisateurs) l’Eurofighter s’avère nettement plus coûteux que le Rafale, F/A-18, Gripen et F-16. De plus, l’absence de coordination entre les pays clients, ainsi que sur le mode d’assemblage des appareils (ses éléments sont construits par chacune des parties) pose des problèmes notamment dans l’approvisionnement en pièces de rechanges.

L’Autriche voudrait un autre appareil :

Parallèlement à ce feuilleton judiciaire, le pays désire depuis un certain temps se débarrasser de ses Eurofighter T1 et opter pour un autre appareil. Des discussions sont engagées avec l’avionneur Saab depuis un certain temps. Une revente et une indemnisation financière des Eurofighter permettraient de débloquer la situation semble-t-il.

Un effet en Suisse :

Dans le cas ou Airbus DS serait mis en cause par la justice, il se pourrait dans un tel cas, que le Ministère public de la Confédération (MPC) recommande à armasuisse et au DDPS ne pas prendre en considération une offre pour l’Eurofighter T3. Une situation qui pourrait donc avoir des conséquences dans le programme d’évaluation de notre futur avion.

3054772810.jpg

Photos : Eurofighter autrichiens @ Force aérienne autrichienne