17/08/2017

Indonésie, vol inaugural pour le N219 !

indonesia-n219-aircraft-pic-2.jpg

Le petit avionneur indonésien PT Dirgantara Indonesia a réussi hier le vol inaugural de son turbopropulseur N219.

Le N219 a décollé de l'aéroport international de Bandung Husein Sastranegara vers 9h30 heure locale et a volé un peu moins de 30 minutes. La réalisation marque le premier développement indigène de l'Indonésie depuis le malheureux IPTN N250, dont le développement a été stoppé après plusieurs centaines d'heures d'essais en vol sous le poids de l'effondrement financier asiatique à la fin des années 1990.

Pour l’avionneur PT Dirgantara Indonesia (PDTI) le N219 s'avère utile pour desservir des destinations lointaines dans le vaste archipel du pays, atteignant des zones isolées avec de courtes pistes en terre. Selon les spécifications de PTDI, le N219 développé à partir du CASA 212 à un poids maximum au décollage de 15’500 livres et peut décoller sur des pistes au courtes de 1’493 pieds avec une charge maximale. Propulsé par deux turbopropulseurs PT6A-42 Pratt & Whitney Canada de 850 shp, l'avion non pressurisé vole à dispose d’un rayon d’action de 828 milles marins. L’avionique est composée d’une suite intégrée Garmin G1000 dans un cockpit en verre.

Le programme N219 a débuté en 2013 et le premier prototype s'est déployé à la fin de 2015. Bien que PTDI ait initialement ciblé le premier vol pour 2016, ce n'est qu’au début de cette année que l'avion a commencé ses essais de roulage. Le coût du programme s'élève actuellement à 827 milliards de rupiah (61,8 millions de dollars) dont 60% sont fournit par l'Institut national indonésien d'aéronautique et d'espace (LAPAN). Le président directeur de PTDI, Budi Santoso, a déclaré aux médias indonésiens que le projet nécessiterait encore 200 milliards de rupiah (14,9 millions de dollars) pour tester les certifications de navigabilité.

 

PTDI a déclaré que le N219 peut transporter jusqu'à 19 passagers ou servir dans les fonctions de levage de cargaison, d'évacuation médicale, de recherche et de sauvetage et de surveillance maritime.

A ce jour la PDTI a reçu une pré-commande de la compagnie Merpati Nusantara Airlines pour 20 exemplaires et Lion Air pour 50 appareils. Le marché global prévu pour le N-219 serait de 97 modèles civils et de 57 modèles militaires.

n219_-2.png

Photos : le N219 @ PTDI

 

16/08/2017

Australie, entrée en service du Pilatus PC-21 !

1.jpeg

Australie, la Royal Australian Air Force (RAAF) a célébré lors d’une cérémonie l’entrée en service du nouvel avion école Pilatus PC-21. L'occasion a été célébrée en présence du ministre australien de la Défense, le sénateur Marise Payne, à East Sale, en Australie. Le député Darren Chester, ministre de l'Infrastructure et des Transports, a souligné l'importance du programme pour le gouvernement australien.

Le système de pilotage AIR 5428 Pilot est une solution intégrée adaptée à tous les futurs pilotes de l'Aviation royale australienne, de la Royal Australian Navy et de l'armée australienne.

Dans le cadre du contrat AIR 5428, l’avionneur suisse Pilatus et Lockheed Martin fournissent une gestion de projet globale pour le système de formation pilote et fournit une famille de technologies de formation au sol intégrées et en vol. Pilatus Aircraft fournira un total de 49 avions de formation PC-21 et un support d'ingénierie et de navigabilité, tandis que Hawker Pacific fournit des services de maintenance de la flotte et exploite la chaîne d'approvisionnement établie en Australie.

4214738905.jpg

La génération PC-21:

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que les F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, F-35 pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

Pays utilisateurs:

Force aérienne Saoudienne: 55 commandés en 2014.

Royal Australian Air Force: 49 commandés, premières livraisons en février 2017. 

Emirat Arabe Unis: 25 appareils.

Armée de l'air : 17 commandés en 2016 via Babcock Mission Critical Services .

Force aérienne Jordanienne: 8 commandés en avril 2016 + 2 commandés fin 2016. 

Force aérienne du Qatar:  24 en service , première livraison en 2014, dernière en février 2017. 

Empire Test Pilot'School (Ecole des pilotes d’essais de la RAF): 2 commandés fin 2016.

Force aérienne de Singapour: 19 en service.

Force aérienne Suisse: 8 (2 en options). 

20170809raaf8523703_031.jpg

Photos : PC-21 RAAF@ PIlatus

 

Le Challenger 350 entre en service en Argentine !

231.jpg

Bombardier Avions d’affaires a annoncé la livraison du premier avion d’affaires Challenger 350 à être basé en Argentine, se joignant à la flotte Bombardier de 122 avions Challenger en Amérique latine. La flotte d’avions d’affaires Bombardier en Amérique latine compte environ 685 appareils en service.

« Cette première livraison d’un biréacteur Challenger 350 de Bombardier à un client argentin confirme la position de chef de file de cet avion en Amérique », a indiqué Stéphane Leroy, vice-président des Ventes de Bombardier Avions d’affaires en Amérique latine. « Avec ses caractéristiques de performance impressionnantes, l’avion Challenger 350 est le bon choix pour les clients en Argentine qui ont besoin d’un accès à des pistes difficiles, de vitesses de montée plus rapides et d’un régime de croisière efficace, tout en profitant d’un vol en douceur. »

Challenger 350 :

Bénéficiant de l'héritage emblématique du biréacteur Challenger 300, l'avion Challenger 350 offre les performances accrues des deux nouveaux moteurs Honeywell HTF7350, produisant chacun 7 323 lb-pi (33 kN) de poussée et des émissions réduites, ainsi qu'une meilleure efficacité aérodynamique grâce à ses nouvelles ailettes de bout d'aile inclinées. Cette puissance accrue lui permettra d'atteindre une vitesse de montée plus rapide, combinée avec une plus grande efficacité, ce qui met de plus nombreuses destinations à sa portée. Le biréacteur Challenger 350 offre les performances phares de sa catégorie, ainsi qu'une véritable autonomie à pleine capacité (passagers et carburant) de 3’200 milles marins (5 926 km), et pourra relier Paris à Dubaï.

Le  Challenger 350 redéfinit l'expérience cabine avec une esthétique révolutionnaire et des percées ergonomiques afin de créer l'expérience de vol ultime. Avec un plancher plat et la cabine la plus large des avions super intermédiaires authentiques, le biréacteur Challenger 350 présente un intérieur entièrement nouveau, qui laisse pénétrer encore plus de lumière naturelle en cabine grâce à de plus grands hublots, ce qui en fait un avion offrant un confort cabine, une technologie et une productivité de pointe. Doté du système de gestion cabine HD de dernière génération de Lufthansa Technik, la cabine intègre une toute nouvelle conception de la façon dont les passagers contrôlent l'environnement cabine, assortie de fauteuils aux lignes contemporaines, d'un nouvel office modulaire, du rebord latéral le plus évolué de l'industrie, assurant le contrôle au bout des doigts - une première en design d'intérieur cabine de l'aviation d'affaires.

Le poste de pilotage de l'avion Challenger 350 est doté de la suite évoluée Pro Line 21 de Rockwell Collins. Les fonctionnalités de cette nouvelle suite avionique comprennent, entre autres, la vision synthétique, un système de référence inertiel double, un environnement de poste de pilotage qui peut être sans papier et un radar météo MultiScan. L'avionique d'avant-garde est conçue pour alléger la charge de travail de pilotes déjà très occupés afin d'accroître leur conscience situationnelle.

2123.jpg

Photos : 1 Challenger 350 2 Cockpit @ P.Kümmerling

13/08/2017

Chine, les nouvelles armes du J-10B « Super Dragon » !

343.jpg

 

L’Armée de libération de la Force aérienne du peuple (PLAAF) a effectué une nouvelle opération de communication avec la présentation des nouvelles armes qui équipent dorénavant son avion de comabt J-10B « Super Dragon ».

Cette nouvelle version du J-10 « Dragon Véloce » se distingue assez facilement de l’ancienne, le «Super Dragon» dispose d'une entréed’air modifiée dotée d’un diffuseur supersonique (DSI) qui semble être du même modèle que celui testé sur le FC-1/JF-17 de type monobloc, qui doit réduire la surface radar (RCS). L’avion dispose d’un Infrared Search and Track (IRST), soit un système de capteur infrarouge passif, probablement issus du modèle russe qui équipe la version du Su-27 acquis par la Chine.

Le premier lot de J-10B est propulsé par des turboréacteurs russes Saturn AL-31FN. Il semble aujourd’hui que le moteur de conception chinoise Shenyang Liming-WS-10A souffre de problèmes de performance qui retardent son adoption pour l’instant.

L’avion dispose également d’un nouveau rangement pour les systèmes de guerres-électronique monté en haut de la dérive. On remarquera les similitudes du haut de dérive avec les M2000 & Rafale. Le fuselage dispose également de quatre capteurs additionnels. Le nez du «Super Dragon véloce» a été redessiné avec une forme ovale et non plus ronde, ce qui laisse à penser que celui-ci dispose d’une antenne AESA.  Il semble également que le viseur HUD soit plus grand. Le J-10B dispose du même éventail d'armes air-air et air-sol que le J-10A.

Chengdu-J-10B-AESA-Demonstrator-1.jpg

Les nouveautés qui équipent le J-10B :

DG3Qjc2UIAAoSmD.jpg

 

Le « Super Dragon » emporte la nouvelle génération de missile YJ-91 anti-radar et anti-navire développée à partir de la version du KH-31 russe. La version anti-radar issue de ce développement est dotée d'une portée légèrement améliorée de semble-t-il120 km, au lieu des 110 km du Kh-31P originel. En plus de la mise au point d'un capteur multi-fréquences, des mesures additionnelles ont été prises afin d'améliorer le missile, telles une architecture logicielle ouverte ou une attribution de priorités aux cibles. Ces cibles pourraient être intégrées à la mémoire du missile depuis le sol ou par le pilote en vol, ce qui rendrait les menaces gérables en temps réel. Le capteur multi-bandes demeure cependant la priorité.

Il existe également une version anti-navire de l'YJ-91. Le développement de cet version anti-navire de l'YJ-91 a abouti sur un missile évoluant au ras de l'eau. Son altitude de croisière n'excède jamais 20m dessus du niveau de la mer et, lors de sa phase terminale (généralement, quand le radar actif est allumé), le missile descend à 7 m au-dessus de la surface. Cette hauteur peut encore être ramenée à seulement 1,20 m si les conditions météo le permettent (état des vagues). D'une autre manière, le missile peut être pré-programmé pour faire un saut et plonger sur sa cible.

Nacelle KG700A :

DG3QhVxUwAAgAwy.jpg

Le J-10B était initialement doté d’une nacelle KG600 de brouillage. Depuis peu, une nouvelle version la KG700A est apparue sur les aéronefs chinois. Les KG600 et KG700A sont conçues par le SWIEE (plus connu sous le nom de l’Institut n°29) du groupe électronicien chinois CETC. Apparu pour la première fois au Salon aéronautique de Zhuhai en 2014, le KG600 est présenté par le CETC comme un « pod brouilleur d’autoprotection embarqué ». Un système d’autoprotection et de contre-mesure est déjà intégré dans la cellule du J-10B depuis sa version initiale, qui est capable d’identifier, de classer et de localiser une dizaine de sources de menace, et d’activer les contre-mesures physiques ou électroniques appropriées. La nacelle KG700A semble venir renforcer la capacité de brouillage lorsque mener une opération coup de point face à un adversaire non encore affailbit et disposant d’une pleine capapcité de défense.

Photos : 1 J-10B avec ses nouveaux équipements 2 J-10B 3 Missile YJ-91 4 Nacelle KG700a@ Longshi

 

11/08/2017

Le Nigéria va pouvoir acheter des A-29 « Super Tucano » !

Super_Tucano_at_URUBRA_I_exercise.jpg

Le Nigéria va pouvoir acheter 12 Embraer A-29 « Super Tucano » via le système américain de vente de matériel militaire (FMS). La vente a été approuvée par le Congrès des États-Unis la semaine dernière pour un montant de 593 millions de dollars, y compris les armes, la formation, les pièces de rechange, le soutien.

Le Pentagone a mis le « Super Tucano » à la disposition des forces aériennes étrangères via le programme Light Air Support (LAS). L'Afghanistan et le Liban ont pris livraison de 20 et respectivement 6 « Super Tucano ». Les avions sont assemblés et complété à Jacksonville, en Floride au sein de la nouvelle usine d’Embraer.

Les A-29 « Super Tucano » vont appuyer les opérations militaires nigérianes contre les organisations terroristes de Boko Haram et l’ISIS enAfrique de l'Ouest et permettront également de renforcer les efforts nigérians pour lutter contre le trafic illicite dans le pays et dans le golfe de Guinée.

Embraer A-19 « Super Tucano » :

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

embraera29supertucanofab_embraer.jpg

Photos : A-29 Super Tucano@ Embraer