14/04/2021

L’administration Biden autorise la vente de F-35 aux EAU !

581338255.jpg

L'administration du président américain Joe Biden a déclaré au Congrès qu'elle autorise la vente de l’avion de combat Lockheed-Martin F-35A aux EAU. Si certains détails doivent encore être réglés.

Rappel :

L’administration du président démocrate avait suspendu les accords conclus par l’ancien président républicain Donald Trump afin de les revoir. Les ventes à la nation du Golfe ont été finalisées juste avant que Trump ne quitte ses fonctions. L'administration Trump a déclaré au Congrès en novembre qu'elle avait approuvé la vente aux Émirats arabes unis en tant qu'accord parallèle aux accords d'Abraham, un accord négocié par les États-Unis en septembre dans lequel les Émirats arabes unis ont accepté de normaliser leurs relations avec Israël.

Certains législateurs américains ont critiqué les Émirats arabes unis pour leur implication dans la guerre au Yémen, un conflit qui a alimenté l’une des pires catastrophes humanitaires au monde et craignent que les transferts d’armes ne violent les garanties américaines selon lesquelles Israël conservera un avantage militaire dans la région.

Le gouvernement a prévu « un dialogue solide et soutenu avec les EAU » pour garantir un partenariat de sécurité plus solide, a déclaré le porte-parole dans un communiqué.

Israël a déclaré ne pas s'opposer à la vente :

L’Etat Hébreu avait critiqué la vente de F-35 aux EAU, craignant une perte de supériorité dans la région. En effet, tout accord doit satisfaire des décennies d’accord avec Israël selon lequel toute arme américaine vendue à la région ne doit pas nuire à « l’avantage militaire qualitatif » d’Israël, garantissant que les armes américaines fournies à Israël sont « supérieures en capacité » à celles vendues à ses voisins. De nouvelles garanties ont été données à Israël, ce qui confirme que les appareils vendus aux EAU seront bien bridés et de capapcité bine inférieurs à ceux de l'Etat Hébreu. 

Les avions de combat F-35 vendus aux Émirats arabes unis seront construits de manière à garantir que les mêmes avions appartenant à Israël surclassent tous les autres vendus dans la région.

En effet, il faut savoir que Washington exige déjà que tout F-35 vendu à des gouvernements étrangers ne puisse égaler les performances des avions américains, a déclaré un membre du Congrès. La sophistication technique du F-35 est liée à ses systèmes de mission et à sa puissance de traitement et « c'est la puissance de calcul qui vous permet de vendre un avion de plus haute technologie à Israël qu'aux Émirats arabes unis », a déclaré Doug Birkey, directeur exécutif du Mitchell Institute for Aerospace Etudes à Washington. Toujours selon Birkey, « lorsque des pilotes étrangers sont en formation aux États-Unis, ils tapent un code dans une interface utilisateur lorsqu'ils montent à bord d’un F-35, le code attribue une capacité présélectionnée dans l’avion, différente pour chaque pilote en fonction des autorisations légales données aux pays utilisateurs ».  

Cette affirmation montre clairement que des niveaux de capacité sont décidés par Washington pour chaque pays utilisateurs du F-35. Les clients n’ont du coup pas la pleine capacité à disposition, de fait d’un système qui « bride » l’avion. 

50 F-35A pour les EAU :

Les Émirats arabes unis ont signé un accord avec les États-Unis portant sur un total de 50 avions de combat Lockheed Martin F-35A pour un coût estimé à 10,4 milliards de dollars. Les Émirats arabes unis, l'un des alliés les plus proches de Washington au Moyen-Orient, ont depuis longtemps exprimé leur intérêt pour l'acquisition des avions furtifs F-35 fabriqués par Lockheed Martin.

Photo : F-35A dans le déser@ IAF

 

13/04/2021

Début de production pour les AH-1Z « Viper » du Royaume de Bahreïn !

768598443.jpg

Bell Textron a accueilli une délégation du Royaume de Bahreïn pour marquer le début de la production d'hélicoptères d'attaque AH-1Z « Viper » construits dans le cadre du programme Foreign Military Sales (FMS). Les délégués ont visité l’usine de production de Bell Textron à Amarillo pour observer la chaîne de production et signer cérémonieusement le châssis du premier exemplaire destiné à rejoindre l’armée de l’air de Bahreïn.

384956-Bahrain Delegation V3-b6c76e-large-1618257664.JPG

Les nouveaux hélicoptères d’attaque de la Royal Bahraini Air Force sont fabriqués dans le cadre du lot de production Lot 16 du département américain de la Défense de l'AH-1Z, soit une version actuellement exploitée uniquement par le Corps des Marines américain (USMC). Selon l’hélicoptériste, les livraisons commenceront à la fin de 2021.

Rappel :

Bahreïn a confirmé en novembre 2018 sa commande portant sur 12 hélicoptères d’attaques Bell AH-1Z « Viper », six mois après l'approbation par le Département d'État des États-Unis. Le contrat est estimé à 912 millions de dollars US.

Le gouvernement américain a également donné son feu vert pour la livraison d’armement et d’équipement connexe. Le paquet d’acquisition comprend notamment deux groupes motopropulseurs GE T700 de rechange pour l'hélicoptère bimoteur, 14 missiles AGF-14 Hellfire et 56 roquettes guidées de précision de précision BAe Systems APKWS-II (Advanced Precision Kill Weapon), ainsi que 15 systèmes embarqués de positionnement global et de navigation inertielle (EGI), 12 canon M197 de 20mm, 30 ordinateurs de mission Tech Refresh, 14 systèmes de désignation de cible AN/AAQ-30, 26 viseurs de casque Top Owl, 15 systèmes IFF APX-117, 15 systèmes d'alerte aux missiles AN/AAR-47, 15 jeux de distributeurs de contre-mesures AN/ALE-47 et 15 récepteurs d'avertissement radar APR-39C (V) 2.

Le paquet comprend également 12 systèmes de planification de mission conjoints, ainsi que diverses activités de formation et de soutien.

Bahreïn exploite déjà 22 AH-1 plus anciens, que le pays a l'intention de conserver et qui ont fait l'objet de mises à niveau.

Le Bell AH-1Z « Viper » : 

L’ultime version du célèbre « Cobra » est dotée d’une nouvelle motorisation, soit le General-Electric T700-GE-401, l’appareil est doté d’une avionique de dernière génération qui incorpore un FLIR de troisième génération et fournit actuellement, une des plus longue portée du marché. En outre, le système complètement passif et automatique de balayage du champ de bataille, permet d’identifier de façon positive et de suivre des cibles multiples à des distances, au-delà, de la portée maximale de son système d'armes. L’AH-1Z permet l’usage varié d’un armement complet comme les AGM-114A, B, C, F « Hellfire », des roquettes de 70mm et missiles air-air AIM-9 « Sidewinder ». Le poste de pilotage rénové comprend des écrans couleurs de grandes tailles, multifonctionnels et combinés avec la technologie de cartes mobiles.

AH-1Z Viper.JPG

Photos : 1 & 3 AH-1Z Viper 2 Visite de la délégation du Bahreïn @ Bell Textron

12/04/2021

Production du premier P-8A norvégien !

Boeing_Kongsberg_Partnership_For_Norways_Future_P-8A_MPAs_Support_925_001.jpg

Le premier fuselage du P-8A « Poseidon » destiné à la Norvège est arrivé aujourd'hui dans les installations de Boeing à Renton, Washington, depuis les installations de Spirit AeroSystems à Wichita, Kansas, marquant une étape majeure dans la production du premier des cinq « Poseidon » pour la Royal Norwegian Air Force.

Boeing utilise un processus de production en ligne éprouvé pour construire efficacement l'avion, la mise en œuvre des meilleures pratiques établies et des outils de système de production commerciaux communs permet à l'équipe de réduire les délais et les coûts tout en garantissant la qualité et les délais de livraison aux clients.

La Norvège devrait recevoir son premier P-8 plus tard cette année. Au total, cinq P-8 remplaceront à terme la flotte norvégienne actuelle de six P-3 Orions et de trois DA-20 Falcon et fourniront des capacités avancées pour maintenir la connaissance de la situation dans les eaux voisines à la surface et sous la surface de l'océan.

Rappel :

C’est en mars 2018 que la Norvège a passé commande pour 5 avions de patrouille maritime (MPA) Boeing P-8A « Poseidon » (MMA). Le contrat de 1,5 milliards de dollars comprend : les aéronefs, des capteurs, des systèmes de surveillance et des armes anti-sous-marines. La commande est groupée avec 4 appareils destinés aux Royaume-Uni, ainsi que 10 autres avions pour l'US Navy.

High-res_P8Norway.jpg

Le Boeing P-8A « Poseidon » : 

Le P-8A « Poseidon » est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec des drones.

Avec cette commande, la Norvège deviendra le cinquième utilisateur du P-8A après la Marine américaine, l’Inde, l’Australie et l’Angleterre.

Photos : 1 P-8A @ Liz Wolter  2 fuselage du premier P-8A norvégien @ Boeing

Derazona Helicopters opte pour le H160 !

unnamed-1.jpg

Airbus Helicopters a obtenu une commande de H160 de Derazona Helicopters en Indonésie. Le H160 multi-missions jouera un rôle important dans les plans d'expansion de l'opérateur indonésien pour le transport pétrolier et gazier, off-shore, utilitaire et commercial.

«Cette nouvelle commande est une bienvenue opportune alors que notre société se lance dans un voyage de transformation pour développer ses activités. Nous sommes très impressionnés par les performances du H160 et enthousiasmés par les opportunités que cet hélicoptère de pointe apportera à nos opérations », a déclaré Ramadi Widyardiono, directeur du développement commercial de Derazona Helicopters.

Le H160 : 

Le H160 bimoteur de moyen-tonnage est capable d’effectuer les missions les plus variées, du transport de passagers aux évacuations sanitaires, en passant par la desserte des plateformes pétrolières. Un segment de marché qui représente plus de 30 % des ventes d’hélicoptères civils. Le H160 est un condensé de technologies, avec notamment le nouveau moteur Arrano de Turbomeca qui offre un gain de consommation de carburant de 10% à 15% comparé aux hélicoptères actuels.  Le H160 dispose d’un fuselage 100% composite plus léger. Les ingénieurs d’Airbus ont opté pour un rotor de queue décentré et un stabilisateur biplan. 

Avec 68 brevets, le H160 intègre les dernières innovations technologiques d'Airbus Helicopters visant à offrir aux passagers un confort supérieur grâce aux lames Blue Edge réductrices de bruit et à une superbe visibilité extérieure pour les passagers et les pilotes, sans oublier les fonctionnalités de sécurité supplémentaires qu'offre Helionix protection de l'enveloppe et réduction de la charge de travail du pilote. Le nouveau modèle industriel d'Airbus Helicopters, basé sur la spécialisation du site et un processus d'assemblage de composants prêt à l'emploi, qui réduit le temps de mise sur le marché du H160 à 24 semaines, offrant ainsi plus de flexibilité aux clients. Cela permettra aux clients de confirmer leur configuration de mission à un stade ultérieur en fonction des besoins du marché.

Photo : Image de synthèse H160 aux couleurs de Derazona @ Airbus Helicopters

 

11/04/2021

La Russie teste un avion électrique supraconducteur !

The-stage-of-ground-testing-of-a-laboratory-aircraft-with-750x375.jpg

L’avionneur russe Yakovlev en collaboration avec l’Institut central de motorisation aéronautique (CIAM) basé à Moscou travaillent sur un avion national équipé d'un moteur électrique supraconducteur, soit une grande première. Ce programme montre la Russie est également engagée dans une phase de décarbonisation de l’aviation, au même titre que les avionneurs occidentaux.

Nouvelles technologies :

yakovlev,ciam moscou,avion électrique,décarbonisation de l'aviation,aviation et écologie,aviation est climat,les nouvelles de l'aviation

Yakovlev et le CIAM sont engagés dans le développement d’un moteur d’avion basé sur les technologies issues de la supraconductivité et de la cryogénique. C’est de manière très discrète que le CIAM et Yakovlev ont dévoilé en automne dernier un avion démonstrateur basé sur un Yak-40 doté dans le nez d’un moteur développant de 500 kW. Développé par des spécialistes en matériaux de la société russe SuperOx, ce nouveau moteur arbore de des technologies particulièrement innovantes, exploitant des matériaux supraconducteurs à haute température. Les matériaux supraconducteurs ont la particularité de ne présenter aucune résistance électrique permettant de transporter de l’électricité sans déperdition énergétique. 

Selon les théories disponibles, un moteur électrique supraconducteur pourrait voir ses pertes électriques divisées de moitié, permettant d’exploiter au mieux la densité énergétique embarquée à bord des batteries ou des piles à combustible. La tension électrique pourrait être baissée bien en dessous des 500 volts. De plus la masse des composants, notamment des câbles électriques, pourrait être considérablement réduite, diminuant ainsi le poids de l’avion et lui permettant de disposer d’une meilleure charge utile.

Pour le ministre russe du Commerce et de l’industrie, Denis Doutov, « l’utilisation des technologies hybrides dans l’aéronautique réduira de 70% la consommation de carburant ». La supraconductivité serait alors utilisée pour optimiser les performances des moteurs hybrides utilisant des carburants traditionnels.

Ou en est le programme ? 

Les tests au sol du premier moteur d'aéronef électrique hybride-électrique au monde basé sur un système supraconducteur ont commencé à Chaplygin près de Novossibirsk, en Russie. En parallèle

un laboratoire de pilotage basé sur leYak-40 a été créé. L’objectif des russes et de pouvoir disposer d’ici 2030 de cette technologie pour venir équiper les avions régionaux. Mais avant d’en arriver là, le CIAM et Yakovlev espère réaliser un premier vol d’essais d’ici l’année prochaine.

yakovlev,ciam moscou,avion électrique,décarbonisation de l'aviation,aviation et écologie,aviation est climat,les nouvelles de l'aviation

 

Photos : les premiers essais du moteur électrique sur le Yak-40 @tvzvezda