01/08/2019

Les données des F-35 norvégiens transmises aux USA !

987154.jpg

Les autorités norvégiennes de la défense ont surpris l'un de leurs nouveaux avions furtifs F-35A « Lightning II » Block 3F renvoyant des données sensibles à son fabricant américain Lockheed Martin. 

La Norvège est le premier utilisateur non américain du F-35 à disposer d'un logiciel essentiel à la mission, rendu possible par la fourniture de fichiers de données de mission.

C’est une base de données et un logiciel essentiel qui sont censés fournir la «prise de conscience révolutionnaire de la situation». Mais voilà, cette «conscience de la situation» va dans les deux sens. Cela veut dire que l’avionneur américain Lockheed Martin et l’armée américaine reçoivent une télémétrie détaillée sur tout ce que les pilotes norvégiens font avec les F-35A.  

Un problème connu :  

La transmission d’informations propres aux utilisateurs du F-35 est connue depuis un certain temps. Révélée à l’époque par les israéliens qui ont été les premiers à suspecter cette possibilité. Ceux-ci ont été les seuls à prendre la mesure du problème. Les industriels israéliens à travers la société Israël Aerospace Industry (IAI) disposent d’un service de maintenance complet. Israël a mis en place sont propres pare-feu pour s'assurer que l'information privilégiée ne passe pas entre les Etats-Unis et israël via un système externe, tel que le système Autonomic Logistics information (ALIS). Les données ALIS sont téléchargées sur un serveur isolé. Ayant obtenu les codes sources, les informaticiens de Tsahal sécurisent les données, les testes et c’est seulement ensuite que ceux-ci, les téléchargent sur les F-35A « Adir » évitant ainsi toute fuite de données. Cette façon de faire permet également d’éviter d’être « online » et donc d’être éventuellement victime de hackeurs.

On peut donc s’étonner que de nombreux pays ayant délibérement choisi le F-35 semblent tout-à-coup surpris de ce qu’ils découvrent.

Blocage du retour de données :

Lors de la présentation du F-35A en Suisse à Payerne, Lockheed Martin a reconnu qu’il était possible de recevoir en retour des données des utilisateurs. Pour Lockheed Martin, si notre pays devait opter pour le F-35, nous recevrions une version d’ALIS qui permettrait de bloquer tout retour d’information en direction des USA. Quelles garanties aurrions-nous réellement que ce système fonctionne ? Sans parlez d’une erreur humaine qui rendrait nos données visibles. Des nombreuse questions subsistent à ce sujet.

Photo : F-35A norwégiens @ Erik Moen

 

16/07/2019

Le Global 7500 en démonstration à Gstaad !

90CC4783-8EB2-4343-BCE2-803459976D29.jpeg

Bombardier a réalisé un test grandeur nature de l’intégration de son grand jet d’affaires, le Global 7500  sur les installations de l’aérodrome de Gstaad en Suisse. Avec une courte piste au milieu des Alpes, Gstaad est un haut lieu de l’aviation d’affaires. L’avion a ensuite poursuivi  son voyage jusqu’au Moyen-Orient, atteignant Dubaï sans escale.

« Cette démonstration renforce l’image du biréacteur Global 7500 comme étant tout simplement sans pareil sur le plan de la combinaison entre sa taille et ses capacités réelles », affirme Peter Likoray, vice-président principal des Ventes mondiales et du Marketing de Bombardier Avions d’affaires. « Non seulement peut-il relier des aéroports d’accès difficile situés dans des endroits au climat chaud et/ou à haute altitude, mais il livre une valeur sans compromis aux clients en toute condition, en tout temps, sans besoin de vents arrière, de même qu’un vol en douceur emblématique grâce à une flexibilité exceptionnelle de son aile. »

La technologie évoluée de l’aile de l’avion Global 7500 génère des quantités sans précédent de portance supplémentaire au décollage et à l’approche, par un système complexe de becs de bord d’attaque et de volets. Elle maximise également l’efficacité aérodynamique et accroît la performance tout en améliorant la sécurité et en offrant un vol plus en douceur. La conception sans compromis du biréacteur Global 7500 en fait le plus grand avion d’affaires performant sur courte piste avec capacités d’approche à angle prononcé, ce qui permet son exploitation sur des pistes exigeantes comme celles de l’aéroport Saanen de Gstaad ou de l’aéroport de Londres-City, reliant les passagers à des régions clés de l’Europe et du Moyen-Orient sans escale.

Global 7500 :

Le Global 7500 procure le vol en douceur emblématique de Bombardier et de grandes dimensions uniques parmi les avions d’affaires. Avec son intérieur sur mesure de premier ordre, comprenant une cuisine pleine grandeur et quatre véritables zones habitables, l’avion Global 7500 offre l’expérience en vol ultime. Établissant la norme d’un intérieur de cabine exceptionnel, l’avion Global 7500 présente les commodités les plus novatrices, telles que le fauteuil Nuage breveté de Bombardier, méticuleusement conçu pour un confort maximal et le système de gestion cabine révolutionnaire « Nice Touch », une nouvelle façon de se connecter avec la cabine de l’avion Global 7500 par le cadran tactile « Touch » de Bombardier, doté de la première application d’affichage à LED dans l’aviation d’affaires. Le Global 7500 est également équipé du fauteuil « Nuage » breveté, exclusif à la nouvelle gamme d’avions « Global » et méticuleusement conçu pour maximiser le confort. Enfin, la cuisine moderne et multifonctionnelle du biréacteur d’affaires présente de l’espace de rangement sans précédent et offre une expérience culinaire exceptionnelle. Je 

Photo : Global 7500 à Gstaad @ Bombardier

19/06/2019

Salon du Bourget, la valse des commandes !

0A0A06FD-A382-44FD-98D6-8D6E0974299F.jpeg

Ouvert depuis lundi le Salon du Bourget est un évènement très attendu, tant pour ses nouveautés que pour ses annonces de commandes. Certains pensaient que l’avionneur américain Boeing serait tétanisé durant ce salon. Il n’en est rien, Boeing annonce même une grosse commande pour son B737MAX qui est toujours cloué au sol.

Les commandes :

Boeing :

L’avionneur prend donc ainsi le contre-pied avec une commande de 200 appareils B737 MAX de la part d’IAG (British Airways, Iberia, Vueling, Aer Lingus et Level) pour un montant estimé à  plus de 24 milliards de dollars au prix catalogue de l‘avionneur. Les premières livraisons des appareils, des MAX- 8 et MAX-10, sont attendues pour 2023.

La société Air Lease passe commande sa pour 5 B787-9 additionnels.

Korean Air commande 30 B787, soit 20 en version B787-10 et 10 en version B787-9. Le cntrat est estimé à près de 6,3 milliards de dollars.

La société de Leasing GECAS  commande 10 B737-800BCF (Boeing Converted Freighters).

ASL Aviation Holding commande 20 B737-800BCF.

Qatar Airways commande pour 5 B777F « Freighter ».

Turkmenistan Airlines opte 1 B777-200LR

 

Airbus :

IAG  commande la nouvelle version de l’A321XLR avec 14 exemplaires.

Atlantic Airways, signe un accord d'achat pour deux exemplaires de l'A320neo.

Delta Air Lines commande  5 A220-100 (Ex CS200) additionnels.

Cebu Pacific a signé un protocole d'accord portant sur 16 A330-900, 10 A321XLR et 5 A320neo (contrat ferme), ainsi que 10  A321neo en option.

 Saudi Arabian Airlines commande 65 A320neo, dont 35 appareils en option.

AirAsia transforme une commande portant sur 253 A320neo en A321neo.

Air Lease signe un contrat 27 A321XLR, 23 A321neo et 50 A220-300.

Virgin Atlantic annonce une commande portant sur 14 A330-900 dont 8 A330neo fermes.

Quantas opte le nouvel A321XLR avec 36 exemplaires.

Indigo commande 50 A321XLR.

La société de location Accipiter Holding passe commande pour 20 A320neo.

ATR Aircraft : 

NAC a signé une lettre d'intention portant sur l'acquisition de 35 ATR-600, 35 options et 35 droits d'achat.

BESTFLY commande 2 ATR 72-600 en leasing auprès d'ACIA AERO.

 

DE HAVILLAND (qui a repris les Q400 de Bombardier) :

TAAG Angola commande 6 Dash 8-Q400.

 

EMBRAER : 

Binter commande 2 E195-E2 supplémentaires.

Fuji Dream Airlines passe commande pour 2 nouveaux E175 en commande ferme.

United Airlines désire 39 E175 39, dont vingt en commande ferme et dix-neuf options.

 

Commandes annoncées jusqu’au 19 juin 15h30

 

30/03/2019

Première mise à jour pour B737MAX !

7D27025A-4F14-49D2-92C8-0E1903008335.jpeg

Boeing a annoncé la mise en place des mises à jour des logiciels et des postes de pilotage pour le B737 Max. Un briefing a été organisé à Renton (Washington) avec plus de 200 pilotes de ligne, responsables techniques et régulateurs. Les mises à jour font suite aux deux accidents portent sur le système d’augmentation des caractéristiques de manoeuvre (MCAS) ainsi que sur les systèmes et équipements associés. Les mises à jour du MCAS ont nécessité des centaines d’heures d’analyses, de tests de laboratoire, de vérifications sur simulateur et de deux vols de test, dont un test de certification en vol avec des représentants de la Federal Aviation Administration (FAA), en tant qu’observateurs.

2D968890-392D-4982-A038-00EDA9A942D6.jpeg


L’un des principaux changements concerne les capteurs d’angle d’attaque, sur lesquels le MCAS comparera si une différence apparaît sur les capteurs. Si ceux-ci sont en désaccord de 5,5 degrés ou plus avec les volets rentrés, le MCAS ne s'active pas. Un indicateur sur l’affichage du poste de pilotage alertera les pilotes. Enfin, le MCAS ne peut jamais commander plus d’entrée de stabilisateur que les pilotes ne peuvent neutraliser en tirant sur la colonne. Les pilotes peuvent à tout moment contourner le MCAS et contrôler manuellement l'avion. Selon Boeing, les mises à jour réduisent la charge de travail de l’équipage dans des situations de vol inhabituelles et empêchent l’activation de MCAS par des données erronées.

Les mises à jour du poste de pilotage incluent désormais un indicateur de désaccord d’angle d’attaque et une alerte sur l’affichage principal du vol. 

Enfin, Boeing a mis à jour la formation sur les différences assistée par ordinateur du Max et l’examen manuel destinés à accompagner la mise à jour du logiciel. Boeing a conçu ce cours de manière à fournir aux pilotes une meilleure compréhension du système de trim de vitesse du B737 Max, y compris de la fonction MCAS, des procédures d’équipage existantes et des modifications logicielles connexes.

Dans le cadre du nouveau programme d’entraînement, les pilotes devront examiner le bulletin du manuel d’exploitation de l’équipage de conduite, la liste de vérification mise à jour des échecs de compensation de vitesse et un guide de référence rapide révisé.

Boeing continue de travailler avec la FAA sur la certification des mises à jour. 
 

18/07/2018

Salon de Farnborough, les commandes continuent !

fia-2018.jpg

 

Au second jour de l’ouverture du Salon aéronautique de Farborough, les commandes continuent d’affluer.

 

Chez Boeing :

 

La société de leasing ALC (Air Lease Corporation) a signé une commande ferme portant sur vingt B737MAX-8 et trois B787-9 « Dreamliner », et une lettre d’intention pour 55 MAX-8 supplémentaires ; le montant total au prix catalogue s’élèvera à 9,6 milliards de dollars.

 

Aviation Capital Group s’est engagée pour 20 B737MAX-8, d’une valeur au prix catalogue de 2,34 milliards de dollars.

 

Volga-Dnepr et CargoLogicHolding ont signé un ensemble un accords pour acquérir 29 B777 Freighters.

 

Chez Embraer :

 

Republic Airways a signé une lettre d’intention pour 100 E175, convertibles en E2, avec des droits d’achats pour jusqu’à cent appareils supplémentaires. Ce qui pourrait représenter un contrat de 9,3 milliards de dollars au prix catalogue.

 

Helvetic Airways a signé une lettre d’intention pour 12 E190-E2, avec des droits d’achat pour douze exemplaires supplémentaires convertibles en E195-E2. Ils remplaceront sept E190 et cinq Fokker 100 entre 2019 et 2021.

 

Wataniya Airways a placé hier une commande ferme pour 10 E195-E2 avec des droits d’achats pour dix autres 

 

Mauritania Airlines a placé de son côté une commande ferme de 2 E175.

 

Chez Airbus :

Une commande ferme pour l'achat de 8 A350-900 par un client non identifié.

Protocole d'accord avec un client non identifié pour 25 A321neo (3,2 mds USD) et 75 A320neo.

La low-cost d'International Airlines Group (IAG), pour deux A330-200.