18/12/2018

Troisième Challenger 650 pour la REGA !

original.jpeg

Bombardier a fièrement livré un troisième avion Challenger 650 à Swiss Air-Rescue, soit la Rega, complétant une flotte d’avions-ambulances de dernière génération chargée du sauvetage et du rapatriement de citoyens suisses dans le monde entier. Ce trio vient remplacer la flotte d’avions Challenger 604 et témoigne de l’engagement de cette fondation sans but lucratif envers la plateforme Challenger réputée de Bombardier.

« C’est avec la plus grande confiance et la plus grande fierté que nous livrons un troisième avion Challenger 650 à nos partenaires de Rega », a déclaré David Coleal, président de Bombardier Avions d’affaires. « La confiance parce que nous savons que ces avions présentent la fiabilité si importante quand des vies sont en jeu, et la fierté de voir la plateforme Challenger configurée en avions-ambulances les plus évolués du monde. »

Bombardier dispose d’un portefeuille varié d’avions d’affaires qui peuvent être rapidement modifiés pour des missions spéciales. En l’occurrence, les trois avions Challenger 650, avec leur cabine la plus large de leur catégorie, ont été spécialement équipés de deux unités de soins intensifs de pointe, avec deux lits pour les patients. Le vol en douceur emblématique de Bombardier procure un environnement confortable durant toute mission spéciale.

2822520.jpg

Swiss Air-Rescue Rega est une fondation sans but lucratif et l’une des pionnières mondiales de l’évacuation médicale aérienne. Outre le rapatriement de patients de l’étranger avec trois avions-ambulances, Rega assure des activités de sauvetage aérien en Suisse avec une flotte de 17 hélicoptères de sauvetage. Rega a acquis son premier avion Challenger de Bombardier en 1982 et exploite des avions Challenger de Bombardier depuis.

Le Challenger 650 combine les performances éprouvées auxquelles Rega s’est fiée pendant des décennies avec les améliorations et la technologie nécessaire pour constituer la flotte de sauvetage d’une nouvelle génération. Appartenant à la plateforme d’avions d’affaires à large fuselage la plus vendue dans le monde, le Challenger 650 est l’un des biréacteurs d’affaires les plus fiables du monde, avec une autonomie impressionnante de 4 000 milles marins et une cabine plus silencieuse que jamais.

Le poste de pilotage Bombardier Vision de l’avion Challenger 650 réduit la charge de travail du pilote et peut être équipé d’un affichage tête haute évolué à vision améliorée et vision synthétique. Cette technologie de pointe rehausse grandement la conscience situationnelle et les capacités opérationnelles, particulièrement sur des pistes éloignées avec visibilité limitée.

TH8_0838-1024x683.jpg

Photos : 1Challenger 650 de la REGA 2Cockpit 3Amménagement médical @ Bombardier

10/11/2018

Le Global 7500 certifié FAA ! 


maxresdefault.jpg

 

L’avionneur canadien Bombardier a annoncé que son avion d’affaires emblématique, le biréacteur Global 7500, a reçu la certification de l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) des États-Unis, franchissant une autre étape importante à l’approche de son entrée en service plus tard cette année.

« Cette étape est la plus récente réalisation de notre biréacteur d’affaires Global 7500de premier ordre, qui dépasse les attentes à tous les niveaux », a déclaré Michel Ouellette, vice-président principal du Programme des avions Global 7500et Global 8000de Bombardier Avions d’affaires.

« Le biréacteur d’affaires Global 7500 a fait ses preuves comme avion le plus performant de l’industrie et promet de révolutionner le marché et de métamorphoser le paysage de l’aviation d’affaires. »

88dcd141d8e7a38ebb3083b1081e4047.jpg

L’obtention de la certification de type de l’avion pour le Global 7500par la FAA marque l’un des derniers chapitres du programme de développement du jet haut de gamme de l’avionneur. Plus tôt cette année, l’avion Global 7500a prouvé son aptitude à voler plus loin que tout autre biréacteur d’affaires en étendant sa distance franchissable annoncée à 7’700 milles marins, soit 300 milles marins de plus que prévu dans les engagements initiaux. Il a également dépassé ses engagements en matière de performances au décollage et à l’atterrissage, ce qui permet l’exploitation sur des aéroports d’accès difficile comme ceux de Chicago Executive (Illinois) ou d’Eagle County (Colorado), même par mauvais temps. Ces réalisations ont permis à l’avion Global 7500de repousser les frontières du voyage d’affaires en rehaussant l’expérience en cabine tout en remontant la barre en matière de missions très long-courriers dans l’industrie.

Le Global 7500 est le seul avion d’affaires à pouvoir relier New York à Hong Kong et Singapour à San Francisco, sans escale.

À son entrée en service, le Global 7500offrira non seulement le vol en douceur emblématique de Bombardier mais aussi de grandes dimensions uniques chez les avions d’affaires, avec un intérieur de premier ordre doté d’une cuisine pleine grandeur et de quatre véritables zones habitables. L’avion Global 7500inaugure également le fauteuil breveté « Nuage »de Bombardier, qui a été méticuleusement conçu pour assurer un confort maximal et qui sera exclusif à la nouvelle gamme d’avions « Global ».

Établissant la norme d’une expérience exceptionnelle à bord d’un avion d’affaires, ces caractéristiques à la fine pointe de la technologie et l’élégance de l’avion ont valu au biréacteur Global 7500un prix Red Dot 2018 pour le design de produit, l’un des honneurs les plus convoités pour l’excellence en matière de design et d’innovation dans le monde entier.

106787677621469.jpg

Photos : 1 Global 7500 Intérieur Cockpit @ Bombardier

31/10/2018

Canada : lancement d’une nouvelle demande d’offres pour remplacer les CF-18 !

DaDHMDeWkAUTgxO.jpg

Le gouvernement canadien a publié un nouveau projet de demande de propositions pour le concours visant à remplacer les avions de chasse Boeing F/A-18 (CF-18) « Hornet » en service au sein de la Royal Canadian Air Force RCAF. Les Services publics et Approvisionnement du Canada (PSPC) ont adressé des ébauches de demandes de proposition aux cinq fournisseurs éligibles.

Selon une annonce officielle de la PSPC, les cinq fournisseurs fourniront un retour d’information sur le projet dans environ huit semaines, ce qui permettra à PSPC de rédiger la demande de propositions finale. Le projet de capacité des avions de combat futurs (FFCP) destiné à remplacer la flotte de « Hornet » de la RCAF était initialement décrit dans le document de politique de défense d’Ottawa 2017 «Fort, sécurisé, engagé», dans lequel le gouvernement exposait un plan d’achat de 88 appareils dans le cadre d’une compétition.

La liste des fournisseurs admissibles comprend les équipes suivantes (en ordre alphabétique) :

  • États-Unis – The Boeing Company F/A-18 E/F “Super Hornet”.
  • États-Unis – Lockheed Martin Corporation F-35A “Lightning II”.
  • France – Dassault Aviation Rafale F3R.
  • Royaume-Uni – Airbus Defense and Space GmbH Eurofighter T3 “Typhoon II”.
  • Suède – SAAB AB JAS-39 Gripen E MS21

Le 26 octobre 2018, le gouvernement du Canada a posé un autre jalon important dans le cadre du processus visant à remplacer la flotte de chasseurs du Canada en soumettant l’ébauche de la demande de propositions (DP) aux fournisseurs admissibles, aux fins d’examen et de rétroaction. Les fournisseurs disposeront d’environ huit semaines pour fournir leurs commentaires. Ces commentaires seront utilisés a fin de peaufiner et finaliser la demande de propositions formelle. Ce processus continu d’être revue par un surveillant de l’équité indépendant et un examinateur tiers indépendant.

Veiller à ce que les fournisseurs aient l’occasion de fournir leur rétroaction est essentiel à la réussite globale de ce processus d’approvisionnement ainsi qu’à la sélection des bons chasseurs pour répondre aux besoins du Canada, tout en procurant des avantages économiques pour le pays.

Le gouvernement travaille avec diligence pour s’assurer que ce processus d’approvisionnement concurrentiel, ouvert et transparent se déroule dans le respect du calendrier.

es propositions seront rigoureusement évaluées en fonction des coûts, des exigences techniques et des avantages économiques. L'évaluation sera assortie d’un examen de l'incidence globale des soumissionnaires sur les intérêts économiques du Canada.

Tout soumissionnaire jugé responsable d'un préjudice causé aux intérêts économiques du Canada sera nettement désavantagé. Ce critère, ainsi que les lignes directrices qui en régiront l’application aux grands projets comme outil d’approvisionnement permanent, font actuellement l’objet de consultations distinctes. Les responsables à cet égard ont déjà rencontré les représentants des associations des industries de l’aérospatiale et de la défense, et au cours des prochains mois, ils continueront de consulter différents intervenants sur l’amélioration du critère. 

Tous les fournisseurs seront assujettis aux mêmes critères d'évaluation.

Prochaines étapes

  • Invitation à soumissionner officielle – transmise aux fournisseurs admissibles au printemps 2019
  • Soumission des propositions initiales au Canada par les fournisseurs admissibles – hiver 2019-2020 
  • Évaluation des propositions et négociations nécessaires – 2020-2021
  • Attribution d’un contrat prévue pour 2021 à 2022
  • Livraison du premier chasseur pour 2025

Photo :CF-18 en vol @ RCAF

25/07/2018

Canada, le CH-148 « Cyclone » arrive enfin !

915729258.jpg

La flotte d'hélicoptères canadiens Sikorsky CH-148 « Cyclone » est « enfin » prête pour entrer en sevice sans aucune restriction. Le weekend dernier la RCAF a procédé à une démonstrationaérienne pour le public avant que les nouveaux hélicoptères ne soient déployés sur des missions à l’international, soit près de 10 ans après la date prévue de livraison.

Un hélicoptère Cyclone sera déployé sur la frégate NCSM « Ville de Québec », dont le port d’attache est Halifax, pour ensuite aller prendre la relève du navire NCSM St John’sen mer Méditerranée.

La fin des problèmes :

Annoncé en novembre 2004 par le gouvernement du premier ministre Paul Martin, l’achat de 28 hélicoptères Sikorsky CH-148« Cyclone » a été suivi de nombreux retards et a coûté beaucoup plus cher que la somme de 1,8 milliard de dollars initialement prévue.

Le Canada devait être en possession des 28 appareils en 2011, avec une première livraison prévue en 2008. Or, les premiers hélicoptères n'ont été livrés qu'en juin 2015 à la base des Forces canadiennes Shearwater, à Halifax.

Les hélicoptères ont depuis été testés et retournés plusieurs fois au constructeur américain Sikorsky pour faire des améliorations. En 2014, le gouvernement conservateur de Stephen Harper a signé un nouveau contrat avec Sikorsky pour l'achat de 28 CH-148 Cyclone au coût de 7,6 milliards de dollars.

Jusqu’à aujourd’hui, la flotte d’hélicoptères CH-148 était limitée dans ses opérations à cause d’une restriction de vol, après une mise à la terre de deux mois. Un problème de logiciel a été détecté avec les ordinateurs de contrôle de vol de l'hélicoptère.

Le problème du logiciel a notamment entraîné un délai de plusieurs mois pour la formation des équipages sur l’aéronef. Sikorsky a dû modifier les CH-148 de la 12ème Escadre au standard Block II avant que ceux-ci puissent entrer pleinement en fonction, c’est chose faite.

1276021870.jpg

Le Sikorsky CH-148 «Cyclone» : 

Le Sikorsky CH-148 "Cyclone" (dérivé de la version civile S-92) est un hélicoptère de transport susceptible de remplacer les H-3 Sea King. Principalement utilisé pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 «Cyclone».

Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le «Sea King». Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Actuellement, près de 200 appareils volent dans le monde.

helicopteres-cyclone.jpg

Photos :Le Sikorsky CH-148 « Cyclone » de la RCAF@ RCAF

16/04/2018

Autonomie reccord pour le Global 7000 !

Da2l9LjX0AEGltN-1.jpg-large.jpeg

Les véhicules d’essais en vol Global 7000 ont effectué plusieurs vols long-courriers vers des destinations comme Sydney, Dubaï et Hawaï. Ce rigoureux programme d’essais en vol a démontré l’autonomie incroyable de l’avion et l’aptitude de l’avionneur Bombardier à dépasser ses engagements.

La nouvelle distance franchissable de 7’700 milles marins sera une caractéristique de base de du Global 7000 pour tous les clients existants et futurs. Cette performance améliorée est fournie sans coût supplémentaire.

Avec une autonomie opérationnelle maximale de 7’700 milles marins, l’avion Global 7000 peut voler plus loin que tout autre avion d’affaires. L’avion a été largement annoncé comme étant capable d’assurer certaines des plus longues liaisons du monde, comme New York‑Shanghai ou Singapour‑Seattle. Aujourd’hui, Bombardier confirme qu’avec son autonomie étendue, le biréacteur Global 7000 est le seul avion d’affaires qui peut relier New York à Hong Kong et Singapour à San Francisco.

Le Global 7000 :

Le biréacteur Global 7000 établit une nouvelle norme de catégorie de biréacteurs d’affaires à large fuselage grâce à sa spacieuse cabine à quatre zones. Les passagers voyageant à bord de l’avion Global 7000 jouiront de 20% de plus d’espace habitable que dans la cabine déjà impressionnante du meneur de l’industrie, le biréacteur Global 6000. Ce biréacteur offrira une longueur de cabine passagers étonnante, 18,17 m (59 pi 7 po) et avec, en plus, un régime de croisière rapide supérieur de M 0,90, cet appareil portera la gamme Global vers de nouveaux sommets à son entrée en service, en 2016. Avec 10 passagers à bord, cet avion peut s’enorgueillir d’une autonomie incroyable de 7’700 NM (14’260 km).

cq5dam.web.750.750.jpeg

Photos :le Global 7000 @ Bombardier