02/11/2020

Des KC-46A supplémentaires pour le Japon !

JASDF_KC-767_cropped.jpg

Boeing a reçu de la part du Japon une commande additionnel portant sur l'exercice d'une option pour une quantité supplémentaire de deux avions KC-46A produits dans le cadre du contrat de base. Les travaux seront exécutés sur les installations d’Everett près de Washington et devraient s'achever le 30 juin 2023.

« Les nouveaux ravitailleurs japonais joueront un rôle inestimable dans l’alliance de sécurité entre nos deux pays », a déclaré le colonel Jason Lindsey, directeur du programme du système KC-46 de l’US Air Force. Le KC-46 de Boeing sera un multiplicateur de force dans l'alliance de défense américano-japonaise. Il peut ravitailler en carburant tous les avions militaires américains, alliés et de la coalition compatibles avec les procédures internationales de ravitaillement en vol, à tout moment, pour n'importe quelle mission, et peut transporter des passagers, des marchandises et des patients à tout moment et en tout lieu. 

Rappel :

Boeing a remporté le contrat initial pour le premier avion de type KC-46 pour le Japon et les services logistiques en décembre 2017 à la suite du concours de ravitaillement en vol KC-X du ministère japonais de la Défense. Un contrat pour un deuxième KC-46 a été attribué à Boeing en décembre 2018. Boeing assemble des avions KC-46A pour l'US Air Force et le JASDF sur sa ligne de production de B767 à Everett. Le premier KC-46 du Japon devrait être livré en 2021.

Le KC-46A « New Generation Tanker » :

Le KC-46A Pegasus « New Gen Tanker » est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matière d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 « Dreamliner ». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le « New Gen Tanker » se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le « New Gen Tanker » met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 « Dreamliner ». Le « New Gen Tanker » dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

kc-46apegasuscopy_0.jpg

Photos : 1 Image de synthèse du futur KC-46A japonais 2 KC-46A @ Boeing

06/10/2020

Le Japon réceptionne son premier Kawasaki RC-2 ELINT !

EeNrwhUXgAARIZs.jpg

La Japan Air Self-Defense (JASDF) reçu son premier exemplaire du Kawasaki RC-2 ELINT (electronic intelligence) lors d’une cérémonie sur la base aérienne d’Iruma. L’avion doit venir remplacer les anciens YS-11EB.

Basé sur une cellule de Kawasaki C-2, le RC-2 ELINT va reprendre les opérations de soutien à la guerre électronique au sein d’un escadron spécialisé de la JASDF, le Denshi Hiko Sokuteitai. L'intelligence électromagnétique (ELINT) fait référence à la collecte de renseignements au moyen de capteurs électroniques. Son objectif principal réside dans le renseignement électromagnétique non lié aux communications. L'identification du signal est effectuée en analysant les paramètres collectés d'un signal spécifique et en le faisant correspondre à des critères connus, ou en l'enregistrant en tant que nouvel émetteur possible. Les données ELINT sont généralement hautement classifiées et protégées en tant que telles.

Les données recueillies sont généralement pertinentes pour l'électronique du réseau de défense d'un adversaire, en particulier les pièces électroniques telles que les radars, les systèmes de missiles sol-air, les aéronefs, etc. radiation ; les commandants doivent faire des choix entre ne pas utiliser le radar (EMCON), l'utiliser par intermittence ou l'utiliser et s'attendre à éviter les défenses.

La variante Kawasaki RC-2 ELINT est équipée de capteurs et d'antennes nécessaires pour collecter des signaux à distance, traiter les données pour les classer et les géolocaliser, puis stocker ou partager les informations avec d'autres ressources aériennes, navales ou terrestres. Aucune précision n’a été donnée concernant les systèmes de bord.

Le Kawasaki C-2 :

Le Kawasaki C-2 est un avion de transport bimoteur à longue portée, qui peut transporter des charges utiles lourdes, telles que des hélicoptères Mitsubishi H-600, des blindés lourds et des batteries de missiles Patriot. Selon l’avionneur japonais, le C-2 peut transport des charges de 126 tonnes métriques. L’avion peut aisément voler des routes aériennes internationales. Le C-2 est alimenté par une paire de moteurs de turboréacteur General-Electric CF6-80C2K. Il dispose d'un système automatisé de chargement et déchargement pour réduire les charges de travail. Les pilotes disposent d’une avionique dotée d’un système tactique de gestion de vol, d'un système de navigation de haute précision et de système d’autoprotection.

EjPRq4TU4AAoR7--1068x713.jpg

Photos : 1 le Kawasaki RC-2 ELINT 2 Cérémonie de remise @ JASDF

23/04/2020

Des Cessna Latitude pour l’Unité d’inspection japonaise !

69518_jasdflatitudes_916863.jpg

L’escadron de vérification en vol de la Force aérienne d’autodéfense japonaise (JASDF) basé à Iruma au nord de Tokyo va recevoir trois Cessna Citation Latitude pour venir remplacer les vénérables Mitsubishi NAMC YS-11. Ces appareils ont pour mission de surveiller la précision des approches aux instruments dans les aéroports japonais.

Les "Latitude " sont dotés de l'équipement d'inspection en vol UNIFIS 3000-G2 conçu par la mission spéciale norvégienne d'Oslo. Cet outil peut être utilisé pour analyser les procédures d'approche et recevoir des signaux électroniques qui font partie des aides à la navigation. Ces avions vont ainsi reprendre le rôle très important qui concerne la vérification de l'intégrité des approches aux instruments et des procédures des voies aériennes qui constituent l'espace aérien national du Japon.   

 Pour les missions spéciales :

Lorsque les clients gouvernementaux, militaires et commerciaux veulent des solutions aéroportées pour des missions critiques, La gamme des avions « Citation Latitude » offre des possibilités d’aménagement pour les missions d’ambulances aériennes, les ISR, les transports publics, l'inspection en vol, la formation et un certain nombre d'autres opérations spéciales.

862945858.jpg

Le Citation « Latitude » vient s'insérer dans la gamme du constructeur entre le Citation «XLS+» et le Citation « Sovereign », il peut transporter jusqu'à huit passagers avec une charge utile de carburant plein de 454 kg, une vitesse de croisière maximale de 442 noeuds, une vitesse vraie (819 kilomètres à l’heure) et une distance franchissable de 2’000 nautiques miles (3’704 km). L'avion est proposé au prix de départ de 13,9 millions de dollars USD. L'avion peut être exploité sur les aéroports avec des pistes  courtes de l’ordre de  3’900 pieds (1’189 mètres) avec une altitude maximale de 45’000 pieds (13’716 mètres) et grimpera directement à 43’000 pieds (13’106 mètres) en 23 minutes. S'il reprend de ces deux cousins la formule aérodynamique générale, avec notamment une voilure à faible flèche et un empennage cruciforme, le « Latitude » est néanmoins doté d'un nouveau fuselage avec une cabine "full stand up" de 1,83 m de haut pour 1,95 m de large. Pour les moteurs, Cessna a choisi de reprendre ceux qui motorisent le « Sovereign », soit  des Pratt & Whitney Canada PW306, mais dans une version légèrement différente, le  PW306D qui fournit jusqu'à 25,35 kN de poussée. Le Citation « Latitude » est construit majoritairement en aluminium et n’est pas équipé de commandes de vol électriques.

90466094_3493473634012479_6941289873349279744_o.jpg

Photos : Les Latitude destinés à la JASDF @ Cessna Textron

 

 

10/04/2020

Tensions accrues en Mer de Chine !

jasd-005w.jpg

Le contexte territorial est de plus en plus tendu en mer de Chine. La Chine se montre très agressive avec la revendication des îles Spratley. Les forces armées des Philippines ont déclaré qu’elles doivent faire face à une augmentation des incursions « étrangères » à proximité des Spratley. La situation pourrait embraser toute la région, depuis qu’une guerre de l’ombre a éclaté en 2011. Taïwan se plaint également des actions considérées comme dangereuses de la part des chinois.  Le Japon note également une explosion des incursions chinoises à proximité de son espace aérien.

16396550-0-image-a-17_1563890865744.jpg

Rapport de la Japan Air Self-Defense Force :

Dans un rapport mis à jour, la Japan Air Self-Defense Force (JASDF) a engagé 675 fois ses avions de combat au cours de l'exercice 2019 (FY 2019) en réponse à des avions militaires chinois approchant de l'espace aérien du pays: une augmentation de 5,8% par rapport à la même période de l'exercice 2018.

Le chiffre, qui est le deuxième plus élevé enregistré en réponse aux avions chinois sur une période d'un an depuis 1958, représente 71% du nombre total d’engagement de la JASDF entre le 1er avril 2019 et le 31 mars 2020, selon les données publiées par le ministère de la Défense (MoD) à Tokyo le 9 avril dernier.

Les chasseurs japonais ont également répondu 268 fois aux mouvements d'avions militaires russes, contre 343 fois au cours de la même période au cours de l'exercice 2018. Les quatre autres incidents concernaient des avions d'autres pays.

Au total, la JASDF a engagé 947 fois ses avions dans le cadre de la Police du ciel au cours de l'exercice 2019 pour répondre aux aéronefs étrangers approchant de l'espace aérien du pays. Une baisse par rapport au 999 fois de l'exercice précédent. Ce chiffre représente le troisième plus grand nombre d’interceptions effectuées par le service en un an depuis le début de ces opérations en 1958. A noter, que les incursions ont diminué dès l’automne 2019, faut-il y voir là le début de l’infection au COVID-19 en Chine ?

Reprise des incursions chinoises :

Le ministère de la Défense a souligné que le JASDF avait engagés à ses chasseurs le 23 mars 2020 pour intercepter des avions de collecte de renseignements Shaanxi Y-9 de l'Armée populaire de libération de l'Armée de libération du peuple (PLANAF) qui ont été repérés au-dessus de la mer de Chine orientale pour la première fois. Les chasseurs japonais ont également répondu à d'autres appareils de type Shaanxi Y-9 et à la plate-forme aéroportée d'alerte précoce et de contrôle Shaanxi Y-8 traversant le détroit de Tsushima, qui relie la mer du Japon (mer de l'Est), la mer Jaune (mer de l'Ouest) et l'est Mer de Chine.

3027-trtworld-194200-228176_0.jpg

Photos : 1 Mitsubishi F2 et F-15 japonais sont très sollicités pour la police du ciel 2 Avions russes et chinois fréquemment intercepté 3 Avions espion chinois Y-8@JASDF

 

 

 

04/03/2020

Le Japon lance son programme d’avion de combat indigène !

image.png

 

Tokyo a longtemps hésité, mais la décision vient d’être confirmée dans le cadre du budget de défense 2020. Le ministère de la Défense japonais prévoit une première dépense d’un peu plus 28 milliards de yens, pour commencer le développement du futur avion de combat indigène F-X.

Les quatre domaines du programme :

Développement de F-X dirigé par le Japon
Recherche sur l'intégration du système de mission d'un chasseur
Recherche sur la technologie pour la technologie des avions de soutien à distance
Renforcer la posture pour le développement du futur chasseur

Dans le cadre du développement du programme F-X, Tokyo prévoit d’engager jusqu’à 11 milliards dans la gestion du démarrage du programme. Le Japon est ouvert à une collaboration externe. Puis, 7,6 milliards de yens en ce qui concerne l’intégration du système. Il convient de noter que cette activité de recherche vise à permettre au Japon à l'avenir de contrôler le système de mission, qui est fondamental pour la capacité opérationnelle et d'exécution de la mission du nouveau chasseur.

Le troisième point "Recherche sur la technologie pour la technologie des aéronefs d'assistance à la télécommande" concerne les activités liées à la recherche sur la technologie d'interface homme-machine. Cette technologie est requise pour le vol et la télécommande. En fait, le chasseur devrait s'interfacer avec des avions sans pilote contrôlés à distance pour soutenir les missions. Les 100 premiers millions de yens sont alloués à cette activité.

Le quatrième point « Renforcer la posture de développement du futur chasseur », c'est l'activité visant à transférer le programme FX sous l'égide de l'ATLA ou de l'Acquisition, Technology & Logistic Agency, afin de mettre en œuvre efficacement le développement du nouveau chasseur.

Gf2-2.jpg


Mise en place du programme :

Le ministère japonais de la Défense (MoD) prévoit d'officialiser un "cadre" d'ici la fin de cette année grâce auquel il collaborera avec un partenaire étranger sur son programme de développement et de construction d'un avion de chasse de prochaine génération.

Le ministère de la Défense a également confirmé que le programme est désormais officiellement appelé "FX" et qu'il a proposé une nouvelle "image conceptuelle" du nouvel avion, qui est destinée à remplacer la Mitsubishi F-2 de la Japan Air-Self-Defense Force (JASDF) pour 2035.

A partir du démonstrateur Mitsubishi ATD-X « Shinshin » :

goo.jpg



Le futur avion japonais F-X sera en grande partie tiré des enseignements recueillit par les essais du démonstrateur Mitsubishi ATD-X « Shinshin ». L’ATD-X a été utilisé en tant que démonstrateur technologique et prototype de recherches pour déterminer la viabilité des technologies aéronautiques militaires avancées du Japon. L'appareil bénéficie de la poussée vectorielle tridimensionnelle : la poussée sera dirigée par trois palettes situées sur chaque tuyère, ce système a déjà été employé sur l'avion expérimental Rockwell X-31. Autre particularité, les commandes de vols électriques emploieront la fibre optique en lieu et place des câbles traditionnels, ce qui permettra un débit de données plus élevé et une immunité aux perturbations électromagnétiques. L'appareil embarquera un radar à antenne électronique (AESA). Une caractéristique encore en développement, baptisée littéralement « fonction d'auto-réparation des contrôles de vol » permettra à l'appareil de détecter automatiquement les dommages et les dégâts causés aux gouvernes de directions et d'ajuster l'utilisation des gouvernes restantes en conséquence, afin de garantir un vol stable et contrôlé.

Plus puissant que le F-35:

Le Japon est un grand utlisateur du F-35, mais à l'origine, Tokyo désirait se doter du F-22 "Raptor" américain. Le futur avion du programme F-X sera de la taille du "Raptor", capable de fonctionner en réseau, mais avec des capacités de manoeuvrabilité supérieures au F-35. Le futur avion offrira un rôle similaire au F-22 en service au sein de l'USAF, mais avec de nouvelles technologies. 

 

Photos : 1 Image du futur F-X japonais @ MoD 2 le F-2 actuel @ JASDF 3 ATD-X @ Mitsubishi