14/01/2014

Gripen, les mensonges des référendaires !

sui.parsys.21050.3.photo.Photogallery.jpg


 

Dans le cadre de la campagne en vue de la votation sur le "fond Gripen", je vous propose une série d'articles, dans le but de clarifier les choses. Arguments, chiffres, nous passerons progressivement en revue ces éléments, tout comme, je reviendrais sur l'avion et les derniers développements disponibles.

 

Des mensonges pour des signatures :

 

Pour obtenir des signatures dans le cadre du référendum sur le "fond Gripen", les opposants (constitués du camps rose-vert et par le Groupe pour une Suisse sans Armée, GSsA) ont argumentés la récolte de la manière suivante :

 

"Pour la totalité de la période d’exploitation, les nouveaux avions de combat coûteront plus de 9 milliards de francs."! et d'ajouter : "ce gaspillage de milliards" qui pourraient être "mieux utilisés ailleurs" !

 

Un chiffre falsifié :

 

Premièrement, le chiffre avancé par les anti-avions, s'obtient en ajoutant au coût d'acquisition, les coûts d'entretien, de maintenance ... et d'exploitation de l'avion, du moins en théorie !

 

En effet,  en ajoutant au coût d'acquisition, les coûts d'entretien, de maintenance et d'exploitation de l'avion, l'enveloppe globale, financée sur le budget ordinaire de l'armée, rappelons-le, ne se montera pas à 9 milliards de francs, mais bien à 7,5 milliards !

Sachant que ce coût est quantifié selon les données du Gripen F, avion biplace et plus lourd,  de développement, alors qu'il n'y aura que des Gripen E monoplaces plus légers, les coûts d'exploitations seront par ailleurs sensiblement inférieurs et le chiffre de 7,5 milliards devra être revu à la baisse.


 

DSC_2798.jpg


 

Haute technologie et coûts inférieurs:

 

Le Gripen E offrira non seulement un apport de haute technologie pour nos forces aériennes et ceci au-delà du temps d'exploitation des F/A-18C/D "Hornet" actuelles, mais l'avion sera par ailleurs plus économe en ce qui concerne l'exploitation!

Les anti-avions, se sont entre autre basés sur les coûts du «Hornet» pour comparer le Gripen E, hors, le nouvel avion plus petit et mono-réacteur et plus moderne coûtera également moins cher en terme d'exploitation.


 

cost_janes.jpg

*

 

 

Concernant la seconde affirmation :

 

Les coûts d'acquisition du Gripen (3,1 milliards) comprennent les 22 appareils et leurs accessoires, l'équipement d'instruction et de maintenance, les armes et les munitions, ainsi que les pièces de rechange pour 10 ans !

 

L'achat du Gripen ne constitue pas un prétendu "gaspillage de milliards" qui pourraient être "mieux utilisés ailleurs" : le Gripen est exclusivement financé sur le budget ordinaire alloué à l'armée.

 

Le 18 mai prochain, nous voterons uniquement sur le fait de permettre à l'armée de réserver, sur 10 ans, 300 millions de francs par année pour financer l'achat du Gripen ! Si ces 300 millions de francs par an - soit le 6,4% du budget ordinaire de l'armée (4,7 milliards jusqu'en 2016) ou le 0,5% des dépenses ordinaires de la Confédération (61,7 milliards en 2012), sur 10 ans, ne sont pas utilisés par l'armée pour financer le remplacement des 54 Tiger par 22 «Gripen», l'armée les allouera à d'autres acquisitions.

Faire accroire que l'acceptation du référendum permettra d'investir ces milliards au profit de l’AVS, de la formation et de la recherche, des infrastructures publiques et du développement des énergies renouvelables c'est tromper nos concitoyen(ne)s en leur faisant prendre des vessies pour des lanternes !

 

En d'autres termes :

 

La loi sur le fonds Gripen règle le financement des 22 avions de combat. Celle-ci prévoit que l’armée prélève chaque année, entre 2014 et 2024, en moyenne près de 300 millions de francs sur son budget annuel global, qui s’élève actuellement à 4,7 milliards de francs, pour les verser dans un fonds de financement des jets. L’armée n’obtient donc pas 3,126 milliards de francs supplémentaires des finances fédérales : elle finance l’acquisition des 22 jets sur son budget ordinaire. Si la loi sur le fonds Gripen venait à être refusée, l’armée ne pourrait pas acheter ces 22 avions de combat, mais cela n’aurait strictement aucune influence sur son budget annuel. Comme à l’accoutumée, les modifications d’allocation des dépenses interviennent dans le cadre du processus budgétaire annuel.

 

Un avion qui ne vole pas :


 

axalp2012.parsys.66937.Image.jpeg


 

Toujours selon les référendaires, le Gripen ne vole pas ! Hors c'est faux, le Gripen F de développement reprend TOUS les systèmes et l'architecture de la version proposée à notre pays, ainsi qu'à la Suède et au Brésil. L'ensemble des systèmes sont aujourd'hui en phase d'industrialisation à taux faible ce qui préfigure la fabrication à large échelle. Par conséquent, plus aucun système n'est à l'état de prototype, l'affirmation comme quoi le Gripen est un avion de "papier" est mensongère !

 

Saab ne versera pas d'argent :

 

Nouvelle fausse information des anti-avions, l'avionneur suédois Saab ne versera pas un centime pour soutenir la campagne au sein de notre pays, le constructeur ne peut s'immiscer dans la campagne et d'ailleurs s'y refuse catégoriquement pour des questions d'éthique. Par contre, l'avionneur Saab tient à disposition toutes les informations nécessaires concernant l'avion, le contrat, les offsets à titre de transparence.


 

5775.hp_DSC9775.jpg-800x0.jpg


 

 

NON au référendum du mensonge, OUI aux avions !

 

Photos : 1, 3, 4 Gripen F en Suisse @ Swiss Air Force 2 Gripen F dans une halle à Emmen @ Pascal Kümmerling.  * Selon le site Jane's les coûts d'exploitation de la famille "Gripen" sont les plus bas du marché!