23/06/2021

L’école des pilotes s’entraine en Italie !

34010993.jpg

L’école de pilotes des Forces aériennes suisses s’entraine en Italie jusqu’au 1 juillet prochain, les candidats pilotes militaires de carrière de la classe 15/17 des Forces aériennes poursuivent leur formation sur PC-21 dans le Sud de l’Italie.

Six candidats pilotes militaires de carrière et sept moniteurs de vol et onze mécaniciens des Forces aériennes se trouvent actuellement dans les Pouilles. Dans cette région méridionale de l’Italie qui forme le talon de la péninsule, ils participent sur PC-21 et jusqu’au 1er juillet 2021 à un échange entre les deux écoles de pilotes. Le « 61 Stormo » de l’armée de l’air italienne, qui exploite trois différentes escadrilles d’instruction, est l’hôte de la formation baptisée « AMA ITA 21 ». Cet échange d’une dizaine de jours entre les deux écoles de pilotes se déroule dans le cadre du plan de coopération entre la Suisse et son voisin du Sud. Il offre aux Forces aériennes suisses la possibilité de perfectionner sa technique de vol dans un contexte international. Enfin, il sert aux candidats pilotes militaires de carrière d’introduction à la coopération internationale entre forces aériennes.

Le programme de l’instruction est pour le moins varié. Pour la délégation suisse, l’accent est mis sur les objectifs suivants.

  • Concrétiser la planification et l’organisation de tels engagements à l’étranger
  • Poursuivre l’instruction au combat aérien selon le programme de formation
  • Entraîner la navigation à basse altitude en terrain inconnu
  • S’entraîner en terrain inconnu et exercer les survols dans l’espace aérien civil
  • Effectuer des vols avec passagers sur les avions d’entraînement des forces aériennes partenaires
  • Échanger des expériences générales et entretenir des contacts personnels avec les cadres et les participants des escadrilles d’instruction.

Important pour l’avenir de la sécurité

« Nous menons à bien ces instructions et perfectionnements à l’étranger avec chaque classe de l’école de pilotes et dans différents pays », explique le lieutenant-colonel Michael von Jenner, moniteur de vol sur le PC-21 des Forces aériennes et detachment commander de la formation AMA ITA 21. L’échange sur la base aérienne de Lecce-Galatina a eu lieu pour la dernière fois en 2012. Celui prévu l’an passé a dû être reporté en raison de la pandémie de coronavirus. Par conséquent, les participants à l’édition 2021 se réjouissent d’autant plus, même s’il faut appliquer systématiquement un concept COVID-19. Car le perfectionnement en commun avec des partenaires internationaux contribue grandement au succès de la mission future des Forces aériennes. (Sources DDPS).

Des déplacements réguliers

Ce type de déplacement n’est de loin pas unique, en 2016, les élèves pilotes suisses s’étaient rendu en Pologne sur les installations de la base aérienne de Deblin. En 2011, c’était la Suède qui était au programme. Auparavant, il y a eu des déplacements en France et en Belgique

Rappel : 

L’instruction d’un pilote militaire de carrière dure environ 5 ans et 4 mois. 3 ans et 4 mois d‘études en aéronautique avec une instruction de pilote de ligne intégrée sont d’abord nécessaires. L’instruction au vol militaire proprement dite dure deux ans : 30 semaines sur un Pilatus PC-7 Turbo-Trainer et 45 semaines sur le PC-21. Pendant ces 45 semaines d’instruction, des cours sont donnés sur des sujets tels que la reconversion technique, la formation au vol dans les nuages (IFR), le vol en formation, la navigation, les attaques air-sol, le service de police aérienne et le combat aérien. 210 missions sont prévues pour chaque élève.

Photo : PC-21 école des Forces aériennes suisses @ Pilatus

 

 

20/12/2020

G550 SIGINT pour l’Italie !

56.jpeg

Le département d'État américain a approuvé la vente de deux Gulfstream G550 au gouvernement italien. Ces avions seront équipés pour le rôle de renseignement aérien, de surveillance, de reconnaissance et de guerre électronique (AISREW/SIGINT)

Évaluée à 500 millions de dollars, cette vente comprend une suite de systèmes de mission, qui est composée du système de renseignement des communications « RIO » et la tourelle électro-optique MX-20HD de L3 Harris, la suite de guerre électronique AISREW et le radar Leonardo Osprey 50 de type AESA. Un système d'alerte de missiles et des distributeurs de contre-mesures AN/ALE-47 et des systèmes de navigation GPS / inertiels intégrés sécurisés et d'identification des amis ou ennemis (IFF) seront installés. Les communications comprennent le système multifonctionnel de distribution d'informations, Système radio tactique interarmées (MIDS JTRS). Du point de vue externe les deux avions devraient ressembler aux Gulfstream ISR « SHAVIT » exploités par Israël (photo ci-dessus). 

Les équipements sélectionnés par l’Italie : 

Le système L3Harris « RIO » :

Les capacités de renseignement électromagnétique de L3Harris « RIO » (SIGINT) répondent aux exigences de mission rigoureuses des petites plateformes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance habitées et non habitées, avec la capacité d'intercepter, de localiser, de surveiller et d'enregistrer les signaux de communication à l'aide d'un ensemble commun d'applications logicielles.

La conception à architecture ouverte prend en charge les applications de signaux spéciaux tiers.

Enregistrement et lecture audio en temps réel.

Recherche spectrale d'arrière-plan (2-6 000 MHz).

Un affichage en trois dimensions de la zone d'intérêt est fourni.

Matériel évolutif disponible dans le commerce (COTS).

La taille, le poids et la puissance configurables (SWaP) permettent des applications SIGINT sur différentes plateformes aéroportées habitées et non habitées.

Recherche spectrale de fond automatique et continue avec surveillance et enregistrement simultanés du signal.

Géolocalisation de l'émetteur déterminée à partir des lignes de relèvement dans le temps ou des techniques de différence de temps d'arrivée (TDOA) et de différence de fréquence d'arrivée (FDOA).

Formation de faisceau numérique adoptive pour une atténuation des interférences de 30 dB sur plusieurs interféreurs.

Fonctionnement local ou à distance à l'aide de la liaison de données réseau du protocole de contrôle de transmission / protocole Internet (TCP / IP) en utilisant aussi peu que 300 Kbps de bande passante.

Conforme au Joint Interface Control Document (JICD) : interopérable avec les réseaux de fusion de capteurs Network-Centric Collaborative Targeting (NCCT) et Theater Net-Centric Geolocation (TNG).

Leonardo Osprey 50 :

IMG_5540 2.jpeg

Le radar Leonardo Osprey 50 à antenne Active Electronically Scanned Array (AESA) à semi-conducteurs est l’un des seuls systèmes de ce type actuellement disponible qui offre une couverture sphérique complète sans pièces mobiles. Entre autres avantages, cela permet au radar d'être installé sur des plates-formes où une antenne rotative ne serait pas adaptée. 

En complément des E-550A « EITAM » :

L'Italien Aeronautica Militare Italiana dispose déjà de deux Gulfstream 550 « EITAM » de mission spéciale en service, après avoir acheté la version d'alerte avancée aéroportée (AEW&C) désignée localement E-550A auprès de l'IAI. Ils sont pilotés par le 71 ° Gruppo dans le cadre du 14 ° Stormo à Pratica di Mare. On s'attend à ce que les Gulfstream AISREW opèrent à partir de la même base.

Basé sur une cellule d’avion d’affaires Gulfstream G550, le système « EITAM » (E-550A en Italie) est un appareil de surveillance et d’alerte lointaine AEW & C. Israël Aerospace Industries (IAI) a installé un radar EL/W-2085 à antenne active (AESA) en bandes L et S. La matrice d'émission / réception (T / R) des modules permet au faisceau d'être dirigé électroniquement, ce qui permet au système de pouvoir se passer d’un rotodome et de voir à 360°. Les israéliens étant très discrets sur les performances du système, on retiendra que celui-ci peut suivre au minimum 100 cibles en même temps et permet l’assistance du suivi d’interception air-air et air-sol de manière simultanée et ceci sur une distance de 200 mille nautiques (370 km). Le G550 « SHAVIT » d’IAI est la version « SIGINT » qui analyse les communications adverses et mène la guerre-électronique. L’Italie pouvait opter pour cette dernière version, mais pour des raisons de soutien aux entreprises régionales, Rome a préféré une version SIGINT plus standardisée Europe. 

165861119.jpg

Photos : 1 G550 « SHAVIT » 2 Radar Oprey 50 @ Leonardo  3 G550 EITAM destiné à l’Armée de l’air italienne @ IAI

 

 

 

29/04/2019

Brésil, 14 AMX seront modernisés !

270874267.jpg

L’armée de l’air brésilienne (FAB) ne modernisera finalement que14 avions d’attaque légers Alenia-Embraer AMX au lieu des 43 initialement prévus à confirmé l’organisme de passation des marchés de la Comissão Coordenadora do Programme (COPAC).

Le Brésil a reçu 56 avions AMX soit 45 A-1A et 11 A-1B). Cependant, le nombre d’avions à moderniser a été réduit en raison de contraintes budgétaires.  

Le dernier plan de modernisation vise la modernisation de 11 A-1As et de trois A-1B. Le premier A-1M modernisé a été reçu en septembre 2013.

Par ailleurs, la FAB va recevoir à la fin de cette année,  ses premiers avions de combat multirôles Saab Gripen E/F MS21. De fait, le besoin de maintenir l’AMX en service se fait moins important.

L’AMX modernisé :

1173983627.jpg

La modernisation des AMX italo-brésilien comprend une adaptation des systèmes similaires à ceux montés en rattrapages sur les F-5M et A29 «Super Tucano» en activités au sein de la FAB. Afin, d'offrir le plus grand bénéfice possible, le programme de mise à niveau a pour but une avionique commune, contribuant à une meilleure standardisation de l'orientation et de la formation des pilotes aux instruments. Cette communauté offre un niveau de standardisation et de nombreux avantages opérationnels, tels que l'amélioration de la doctrine d'emploi au sein de la FAB et un meilleur rendement en termes d'heures de vol. Le cockpit de l’AMX A-M1 comprend un système numérique axé avec trois écrans multifonctions, qui remplace les instruments conventionnels. Une centrale inertiel laser a été ajoutée, ainsi qu’un HUD de nouvelle génération. L’avion est doté d’un système de régénération d’oxygène de type OBOG. En matière de radar, le «Grifo» de Selex-ES est amélioré et reçoit des améliorations en matière de détection et de contre-mesures électronique. L’adjonction d’un nouveau câblage permet l’usage d’une nouvelle génération d’armement guidé par laser, par exemple.

Rappel :

L'AMX italo-brésilien est le seul avion d'attaque léger en service qui ne soit pas dérivé d'un avion d'entrainement. Conçu pour succéder au Fiat G.91 et équiper l'Aeronautica Militare Italiana (AMI), l'AMX a été lancé en 1978 par Aeritalia (alias Alenia) et Aermacchi, rejoints en 1980 par Embraer qui produisait l'Aermacchi MB 326 alias AT-26 « Xavante » sous licence pour la Força Aérea Brasileira (FAB). L'AMX monoplace a volé le 15 mai 1984. Les premiers AMX sont entrés en service fin 1989 dans l'AMI et la FAB. Propulsé par un turboréacteur Rolls-Royce Spey, l'actuel AMX est pourvu d'une avionique moderne comprenant un viseur tête-haute et d'un écran multifonction d'Alenia ainsi que d'une centrale inertielle Litton LN39. Il est équipé d'un télémètre-radar Elta EL/M-200 1B (AMI) ou Tecnasa/SMA SCP01 (FAB). Les versions italiennes et brésiliennes se distinguent aussi par leur armement fixe: un canon de 20 mm GE Vulcan M61 pour l'AMI ou deux canons GIAT DEFA 554 de 30 mm pour la FAB.

3109466763.jpg

Photos : 1 le premier AMX de la FAB modernisé Cockpit modernisé l’AMX @ FAB

13/03/2019

F-35, ça chauffe entre Rome et Washington !

F-35A-AMI_AMI.jpg

L’information avait été gardée secrète, selon la presse italienne le gouvernement italien n’a plus payé un centime au programme des F-35 depuis le début de l’année 2018. Il en résulte un bras de fer entre Rome et Washington avec comme réaction l’interruption des livraisons de l’avion par Lockheed-Martin.

Par ailleurs l’avionneur américain Lockheed-Martin a suspendu toutes ses relations avec l'Italie et a demandé au bureau du programme commun des F-35 de faire de même !

Ces révélations interviennent alors que le gouvernement italien, qui est entré en fonction le 1er juin, continue de revoir ses programmes de défense, avec un accent particulier sur le F-35. Ces révélations de la situation sont le fait du général Alberto Rosso, chef d’état-major de l’armée de l’air italienne, lors d’une séance conjointe de la Chambre basse et de la Défense du Sénat.

Des critiques qui ne datent pas d’hier :

Malgré un rôle important dans la production et la maintenance du F-35, l’Italie s’est montré modéré en ce qui concerne le programme F-35. En juillet 2018, la ministre de la Défense nationale, Elisabetta Trenta, a déclaré que le pays envisageait de limiter la commande totale d'avions et éventuellement de la réduire. Depuis, l'Italie ralentit la livraison de l'avion, dans le cadre d'un effort visant à répartir le coût du programme. Actuellement, six appareils sont en cours de montage au sein de la ligne d’assemblage italienne d’Alenia Aermacchi à Cameri situé près de Novare, qui produit 40% des ailes pour tous les F-35A dans le monde entier, en tant que deuxième fournisseur de source pour Lockheed-Martin. Le coût unitaire initial serait de 106 millions d’euros pour le F-35A produit en Italie. La baisse possible et déjà annoncée en 2015 par lenaicne gouvernement italien du nombre de F-35 pour l’Italie n’est en soi pas une bonne nouvelle pour les coûts de production de l’avion en Italie, ni sur l’avenir de cette chaine d’assemblage. AleniaAermacchi se repose maintenant grande partie sur la  futur maintenance des F-35 en service dans les pays européens pour pouvoir justifier le maintien du site. Le choix de Leonardo d’entrer dans le futur programme Europeén « Tempest » avec les anglais de BAe Systems tent a démontrer que les italiens ne sont que moyennement satifaits du programme F-35. De fait, la participation au « Tempest » permettra d’assurer la survie du site italien, ce que le F-35 ne peut assurer complètement. 

La ministre de la Défense nationale, Elisabetta Trenta, a déclaré lors de sa première interview télévisée le 6 juillet: "Nous n’achèterons pas d’autres F35; nous envisageons de maintenir ou de supprimer des contrats existants…. Nous avons toujours critiqué le programme, Personne ne l'a cachée ", a-t-elle écrit dans un message publié sur son compte Facebook." Pour cette raison, nous n'achèterons aucun nouveau combattant et, à la lumière des contrats déjà signés par le précédent dirigeant, nous procédons à une évaluation minutieuse: prend exclusivement en compte l'intérêt national. "

Une renégociation :

Pour l’heure, il semble que le rapport issu de l’évaluation demandée par La ministre de la Défense nationale a maintenant été remis au Premier ministre Giuseppe Conte, qui, après en avoir examiné le contenu, devrait renégocier la participation de l’Italie avec le président Trump lors de sa prochaine visite à Washington.

Précisions :

Il semble que les factures non payées par l’Italie se montent à 389 millions d'euros. A ce jour, 28 avions commandés pour 11 réceptionné.

(Sources : La Stampa, Giovanni de Briganti DA)

 

Photo : F-35A italien @ FAI

 

 

30/10/2017

Incendies, des Super Puma suisses engagés en Italie !

image.jpg

Depuis quelques jours, d’importants incendies de forêt sévissent en Italie du Nord. Dimanche, l’Etat italien a accepté l’offre d’assistance suisse. Cet après-midi, un détachement de l’armée a commencé à opérer dans la région de la Lombardie avec deux hélicoptères Super Puma pour appuyer les forces d’intervention et la population italiennes.

Depuis ce lundi après-midi, l’aérodrome militaire de Locarno sert de base pour l'engagement de l’Armée suisse en Italie du Nord. Sur mandat du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), en l’occurrence de la Direction du développement et de la coopération (DDC), deux hélicoptères Super Puma appuient les autorités italiennes chargées de lutter contre les incendies de forêt dans le secteur de la Lombardie. L’armée tient un troisième appareil en réserve au cas où l’une des machines engagées devrait subir des travaux d’entretien.

Outre les volontaires issus du personnel professionnel des Forces aériennes, deux militaires de carrière de la Formation d’application du génie et du sauvetage agissent volontaires en tant que membres civils d’une équipe d’intervention rapide de la DDC et apportent, sur place, leurs connaissances spécialisées dans la lutte contre les incendies de forêt. En collaboration étroite avec l’armée, le DFAE assume la responsabilité générale de l’engagement.

Le Conseil fédéral a approuvé l’engagement ce lundi matin. En vertu de la décision prise, le détachement peut compter au plus 50 militaires et collaborateurs du DDPS. L’engagement durera probablement jusqu’au lundi 6 novembre au plus tard.

A l’instar d’autres pays méditerranéens, l’Italie doit faire face à un nombre inhabituellement élevé d’incendies de forêt. Outre la Lombardie, le Piémont est sévèrement touché. L’Aide humanitaire de la DDC et l’Armée suisse collaborent déjà pour la troisième fois cette année sur un front d’incendies de forêt : la Suisse avait dépêché des hélicoptères bombardiers d’eau au Monténégro en juillet et au Portugal en août. (Sources DDPS)

 

image.gordola_superpuma.jpg

Photos : Engagement des Super Puma suisses en Italie @ DDPS