13/03/2019

F-35, ça chauffe entre Rome et Washington !

F-35A-AMI_AMI.jpg

L’information avait été gardée secrète, selon la presse italienne le gouvernement italien n’a plus payé un centime au programme des F-35 depuis le début de l’année 2018. Il en résulte un bras de fer entre Rome et Washington avec comme réaction l’interruption des livraisons de l’avion par Lockheed-Martin.

Par ailleurs l’avionneur américain Lockheed-Martin a suspendu toutes ses relations avec l'Italie et a demandé au bureau du programme commun des F-35 de faire de même !

Ces révélations interviennent alors que le gouvernement italien, qui est entré en fonction le 1er juin, continue de revoir ses programmes de défense, avec un accent particulier sur le F-35. Ces révélations de la situation sont le fait du général Alberto Rosso, chef d’état-major de l’armée de l’air italienne, lors d’une séance conjointe de la Chambre basse et de la Défense du Sénat.

Des critiques qui ne datent pas d’hier :

Malgré un rôle important dans la production et la maintenance du F-35, l’Italie s’est montré modéré en ce qui concerne le programme F-35. En juillet 2018, la ministre de la Défense nationale, Elisabetta Trenta, a déclaré que le pays envisageait de limiter la commande totale d'avions et éventuellement de la réduire. Depuis, l'Italie ralentit la livraison de l'avion, dans le cadre d'un effort visant à répartir le coût du programme. Actuellement, six appareils sont en cours de montage au sein de la ligne d’assemblage italienne d’Alenia Aermacchi à Cameri situé près de Novare, qui produit 40% des ailes pour tous les F-35A dans le monde entier, en tant que deuxième fournisseur de source pour Lockheed-Martin. Le coût unitaire initial serait de 106 millions d’euros pour le F-35A produit en Italie. La baisse possible et déjà annoncée en 2015 par lenaicne gouvernement italien du nombre de F-35 pour l’Italie n’est en soi pas une bonne nouvelle pour les coûts de production de l’avion en Italie, ni sur l’avenir de cette chaine d’assemblage. AleniaAermacchi se repose maintenant grande partie sur la  futur maintenance des F-35 en service dans les pays européens pour pouvoir justifier le maintien du site. Le choix de Leonardo d’entrer dans le futur programme Europeén « Tempest » avec les anglais de BAe Systems tent a démontrer que les italiens ne sont que moyennement satifaits du programme F-35. De fait, la participation au « Tempest » permettra d’assurer la survie du site italien, ce que le F-35 ne peut assurer complètement. 

La ministre de la Défense nationale, Elisabetta Trenta, a déclaré lors de sa première interview télévisée le 6 juillet: "Nous n’achèterons pas d’autres F35; nous envisageons de maintenir ou de supprimer des contrats existants…. Nous avons toujours critiqué le programme, Personne ne l'a cachée ", a-t-elle écrit dans un message publié sur son compte Facebook." Pour cette raison, nous n'achèterons aucun nouveau combattant et, à la lumière des contrats déjà signés par le précédent dirigeant, nous procédons à une évaluation minutieuse: prend exclusivement en compte l'intérêt national. "

Une renégociation :

Pour l’heure, il semble que le rapport issu de l’évaluation demandée par La ministre de la Défense nationale a maintenant été remis au Premier ministre Giuseppe Conte, qui, après en avoir examiné le contenu, devrait renégocier la participation de l’Italie avec le président Trump lors de sa prochaine visite à Washington.

Précisions :

Il semble que les factures non payées par l’Italie se montent à 389 millions d'euros. A ce jour, 28 avions commandés pour 11 réceptionné.

(Sources : La Stampa, Giovanni de Briganti DA)

 

Photo : F-35A italien @ FAI

 

 

30/10/2017

Incendies, des Super Puma suisses engagés en Italie !

image.jpg

Depuis quelques jours, d’importants incendies de forêt sévissent en Italie du Nord. Dimanche, l’Etat italien a accepté l’offre d’assistance suisse. Cet après-midi, un détachement de l’armée a commencé à opérer dans la région de la Lombardie avec deux hélicoptères Super Puma pour appuyer les forces d’intervention et la population italiennes.

Depuis ce lundi après-midi, l’aérodrome militaire de Locarno sert de base pour l'engagement de l’Armée suisse en Italie du Nord. Sur mandat du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), en l’occurrence de la Direction du développement et de la coopération (DDC), deux hélicoptères Super Puma appuient les autorités italiennes chargées de lutter contre les incendies de forêt dans le secteur de la Lombardie. L’armée tient un troisième appareil en réserve au cas où l’une des machines engagées devrait subir des travaux d’entretien.

Outre les volontaires issus du personnel professionnel des Forces aériennes, deux militaires de carrière de la Formation d’application du génie et du sauvetage agissent volontaires en tant que membres civils d’une équipe d’intervention rapide de la DDC et apportent, sur place, leurs connaissances spécialisées dans la lutte contre les incendies de forêt. En collaboration étroite avec l’armée, le DFAE assume la responsabilité générale de l’engagement.

Le Conseil fédéral a approuvé l’engagement ce lundi matin. En vertu de la décision prise, le détachement peut compter au plus 50 militaires et collaborateurs du DDPS. L’engagement durera probablement jusqu’au lundi 6 novembre au plus tard.

A l’instar d’autres pays méditerranéens, l’Italie doit faire face à un nombre inhabituellement élevé d’incendies de forêt. Outre la Lombardie, le Piémont est sévèrement touché. L’Aide humanitaire de la DDC et l’Armée suisse collaborent déjà pour la troisième fois cette année sur un front d’incendies de forêt : la Suisse avait dépêché des hélicoptères bombardiers d’eau au Monténégro en juillet et au Portugal en août. (Sources DDPS)

 

image.gordola_superpuma.jpg

Photos : Engagement des Super Puma suisses en Italie @ DDPS

 

26/02/2012

F-35, l’Italie réduit la voilure, le Canada se cabre !

 

12J00087_58.jpg


 

Parlement italien doit faire des économies, le programme d’avion de combat Lockheed-Martin F-35  Lightning II en fera directement les frais. Pendant ce temps le Canada s’interroge sur les surcoûts exorbitant du programme !

L'Italie réduira de plus de 30% sa commande de chasseurs Joint Strike Fighter F-35 passée à l'américain Lockheed Martin dans le cadre du plan de réduction des dépenses lié à la crise, a annoncé le ministre de la Défense. L'Italie prévoit désormais d'acheter seulement 90 avions de combat au lieu des 131 sur lesquels elle s'était engagée il y a dix ans, a précisé Giampaolo Di Paola qui s'exprimait devant les commissions de la défense de la Chambre des députés et du Sénat réunies pour l'occasion. "C'est une diminution importante qui est cohérente avec la nécessité de baisser les dépenses", a commenté le ministre.

De son côté le Canada organise une réunion à Washington la semaine prochaine afin de discuter des problèmes entourant le programme d'achat controversé des chasseurs furtifs F-35. L'annonce de cette rencontre survient alors que le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, et le chef d'état-major de la Défense, Walt Natynczyk, réaffirmaient vendredi que les plans d'Ottawa n'avaient pas changé et que l'aviation royale canadienne serait équipée de nouveaux chasseurs F-35.

Selon certains experts, le coût réel de l'avion pourrait être le double de ce qui était initialement prévu. Le Canada est membre du consortium international qui est derrière la conception et la fabrication du F-35 et qui comprend aussi, outre les États-Unis, le Royaume-Uni, la Norvège, le Danemark, les Pays-Bas, la Turquie et l'Australie.

MacKay a ajouté que le gouvernement Harper ne paierait pas un cent de plus que la somme de 75 millions de dollars US par appareil prévue au budget. Le Canada entend se porter acquéreur de 65 de ces chasseurs furtifs, un contrat de près de 4,9 milliards. Le Canada tentait, depuis un certain temps, d'organiser une réunion avec des pays alliés avant de rencontrer le constructeur Lockheed Martin vers la fin du mois de mars.

F-35 vole avec ses armes :

Si en coulisses, les discussions sur les diminutions d’achats et la problématique des surcoûts font rage, pendant ce temps le F-35 avance avec le premier vol avec charges externes. La semaine dernière, le premier F-35A doté  de six pylônes sous la voilure a volé avec ses missiles air-air Raytheon AIM-9X ainsi que deux AIM-120C en soute couplé avec deux bombes GBU-31.

La prochaine étape consistera à valider la séparation de l’armement en soute puis une série de tirs complets auront lieu, pour valider l’ensemble des configurations d’armement en pylônes et en soute. Ces essais ont lieu de puis la base d’Edward AFB.

 

12J00087_55.jpg

 

 

Photos : F-35A avec pylônes et missiles @ Lockheed-Martin

 

22:19 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : f-35, italie, canada, lockheed-martin |  Facebook | |