06/01/2021

La Grèce et Israël vont collaborer en matière de formation !

grèce,israël,leonardo,m-346,beechcraft t-6,les nouvelles de l'aviation

Un important accord de collaboration en matière de formation de pilotes militaires va être signé entre la Grèce et Israël. Le contrat d’une valeur de 1,68 milliard de dollars et le plus grand accord de défense jamais conclu entre les deux pays - l’armée de l’air hellénique acquerra 10 avions M-346 auprès de l’avionneur Leonardo et la société israélienne Elbit Systems créera une école de pilotage et entretiendra les avions d’entraînement. Cet accord fait suite un appel d’offres. Il s’agit de remplacer les vieux T-2  « Buckeye » en service au sein de la Force aérienne hellénique.

Israël fournira également des simulateurs, une formation et un soutien logistique dans le cadre de l'accord de 20 ans. Cela fait partie d'une relation de plus en plus étroite entre Athènes et Jérusalem qui a vu la Grèce louer des drones israéliens.

La direction israélienne de la coopération internationale en matière de défense au sein du ministère de la Défense, également connue sous le nom de SIBAT, signera l’accord avec Elbit Systems. "Il ne s'agit pas simplement d'un accord d'exportation de défense, mais plutôt d'un partenariat pour au moins 20 ans", a déclaré le directeur du SIBAT, Yair Kulas. « Je tiens à remercier le ministère grec de la Défense nationale pour sa confiance et pour avoir confié cette tâche importante au ministère israélien de la Défense et à notre excellente industrie de la défense.»

M-346 et T-6

L’école de pilotage sera basée sur le mode de fonctionnement de l’académie de pilotage israélienne et Leonardo fournira les M-346. L’avionneur Leonardo s'est déjà associé à Elbit sur des simulateurs. Les appareils de type Beechraft T-6 déjà en service en Grèce seront également maintenus dans le cadre de l'accord bilatéral historique. Par contre il n’est pour l’heure pas préciser si les M-346 seront achetés par la Grèce ou s'ils seront fournis par Elbit Systems directement.

Les M-346 qui serviront au sein de la future école gréco-israélienne seront aux mêmes standards que ceux en service en Israël et dotés d’équipements fournit par Elbits Systems. Il en va de même pour les Beechraft T-6 en service en Grèce qui seront modernisés et portés au même standard que ceux en service dans l’Etat Hébreu. L'école de pilotage de l'Armée de l'air hellénique sera située à Kalamata sur la péninsule du Péloponnèse.

Le M-346 :

L'AleniaAermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile en flèche construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2’880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « Zero-Zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multi-fonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital Fly-by-Wire programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage, et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.

Israël a passé commande pour 30 M-346 « Lavi » en remplacement des actuels Douglas TA-4-2 « Skyhawk ». Ces appareils viennent compléter la formation des pilotes qui débutent sur Beechraft T-6 Texan II.

grèce,israël,leonardo,m-346,beechcraft t-6,les nouvelles de l'aviation

Photos :1 M-346 « Lavi » 2 T-6 @ FAI

 

21/08/2020

Washington envisage bien de vendre des F-35 aux EAU !

hywnde3fjla21.jpg

Je vous en parlais hier, la vente possible de F-35 aux EAU semble bien devenir le nouveau feuilleton du moment. Le président Donald Trump a déclaré que les États-Unis envisageaient de vendre des avions de combat américains F-35 aux Émirats arabes unis malgré les objections israéliennes.

Le président américain a déclaré aux journalistes lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche que les Emiratis avaient exprimé leur intérêt à acheter "un certain nombre" d'avions de combat furtifs. Il a déclaré qu'une telle vente était "à l'étude" étant donné la nouvelle dynamique entre Israël et les Emirats Arabes Unis depuis que les deux nations ont convenu de normaliser leurs relations la semaine dernière.

Du rififi à Tel Aviv :

Dans un premier temps les israéliens par l’intermédiaire du premier Ministre Netanyahu auraient vaguement acquiescés en faveur de cette vente. Mais ce semblant d’accord aurait été exécuté dans le dos de l'establishment de la défense israélien et a gardé le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, tous deux anciens chefs militaires, dans l'ignorance.

Hier soir, c’est un autre son de cloche qui est apparu avec une totale opposition du premier Ministre Netanyahu. Celui étant opposé à la vente malgré l'accord historique des Émirats arabes. Le maintien de la suprématie militaire régionale d'Israël est une caractéristique de la politique israélienne depuis des décennies, et Israël a utilisé ses liens étroits avec Washington pour s'assurer que certaines armes sophistiquées ne sont pas vendues aux pays voisins.  

Cette réaction semble du coup refroidir l’engouement de la signature du traité de Paix du côté israéliens. On ne sait pour l’heure comment les EAU vont réagir à un « véto » israélien et comment les USA vont pouvoir se sortir de ce qui ressemble à un bel embrouillamini ?

Photo : F-35 survolant le désert@ USAF

 

20/08/2020

Des F-35 pour les EAU ?

WhatsApp_Image_2019-07-14_at_19.36.42-640x400.jpg

La normalisation des relations entre les Emirats Arabes Unis (EAU) et Israël permettra-t-elle à Washington de vendre des F-35 ? La question est ouverte. Selon plusieurs journaux israéliens parus ce mercredi, la normalisation entre les deux pays permettrait d’ouvrir la voie à un l'accord négocié par les États-Unis la semaine dernière qui comprenait un libellé pour fournir à la nation arabe du Golfe des systèmes d'armes avancés, y compris des F-35 américains.

Il semble le premier ministre israéliens Netanyahu a donné son approbation à l'accord sur les armes entre les États-Unis et les Émirats arabes unis dans le cadre de l'accord visant à former des relations diplomatiques israélo-émiriennes, un développement qui pourrait voir l'avantage militaire d'Israël dans la région sensiblement compromis.

Il semble donc, que les Émirats arabes unis seraient depuis longtemps intéressés par l'acquisition d'avions de combat F-35 de fabrication américaine et de drones d'attaque comme ceux que possèdent les Israéliens.

Discorde politique en Israël ?

De son côté, le Premier ministre suppléant Benny Gantz a semblé remettre en question cette décision en affirmant vouloir maintenir à tout prix l'avantage militaire qualitatif d'Israël dans la région. Bref, il semble que rien n’est encore fait, mais que des tractations de couloirs se déroulent en ce moment en vue d’une possible vente d’armes américaines. Cette question brûlante est également au menu des discussions au sein de l’Etat Hébreu qui joue ici une carte politique sans précédent dans la région.

Les Etats-Unis ont joué une carte importante dans les négociations entre les deux frères-ennemis avec comme contrepartie l’objectif d’une importante vente d’armes aux EAU brûlant du même coup les espoirs européens de venir se placer à nouveau dans le petit Émirats.

Le vrai du faux ?

20.08.20 Dans un communiqué le gouvernement israéliens semble maintenant vouloir réfuter toute autorisation de vente du F-35 aux EAU. . Mais de son côté l'Emirat confirme être en discussion sur une telle vente. Les services diplomatiques de la Maison Blanche ont-ils été un peu trop optimistes sur ce dossier, élection en cause ? Vrai ou faux, ce petit feuilleton risque bien de faire parler de lui durant les prochaines semaines.

Rappel : 

Israël et les Émirats arabes unis ont annoncé jeudi l'accord négocié par les États-Unis, affirmant qu'ils établissaient des relations diplomatiques complètes en échange du gel des plans d'annexion de certaines parties de la Cisjordanie. Israël avait auparavant prévu d'aller de l'avant unilatéralement avec l'annexion de la vallée du Jourdain et des colonies, sur la base du plan de paix américain.

L'accord fait des Émirats arabes unis le troisième pays arabe, après l'Égypte et la Jordanie, à avoir des relations diplomatiques pleines et actives avec Israël. La déclaration conjointe de jeudi a déclaré que des accords entre Israël et les EAU étaient attendus dans les semaines à venir concernant des questions telles que le tourisme, la sécurité et le commerce.

Suite à la signature de l’accord, les EAU ont autorisé les avions civils israéliens à traverser leur espace aérien, une grande première dans la région.

Lockheed Martin en position de force:

Si le contrat se concrétise, le F-35 viendra renforcer la flotte de F-16 des EAU. Le pays avait créé la surprise en 2013 en choisissant encore ue fois le Lockheed-Martin F-16E/F « Desert Falcon » Block60 comme avion de combat. Le contrat prévoyait l’acquisition de 25 F-16 pour un montant estimé à 5 milliards de dollars. Il s’agissait d’une seconde tranche de cet avion, qui équipe déjà l’armée de l’air des EAU. La Force aérienne des EAU connait bien le F-16, qu’elle en utilise depuis les années 2000, avec 54 F-16E Block 60 et 24 F-16F Block60.

En paralèlle, le pays a modernisé ses Mirage 2000, mais semble définitivement tourner le dos au Rafale.

Photo : F-35 dans le désert israélien @ IAF

 

 

 

 

 

18/08/2020

Historique, des F-16 israéliens en Allemagne !

blue wings20,allemagne,israël,f-16,eurofighter,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Depuis hier, des avions de combat Lockheed-Martin F-16C/D « Barak » de l'armée de l'air israélienne volent aux côtés de leurs homologues de la Luftwaffe dans le ciel au-dessus de l'Allemagne. C'est la première fois que des avions de combat israéliens participent à un exercice en Allemagne.

A la mémoire :

Le déploiement comprendra également des survols pour honorer les personnes mortes lors de l'Holocauste, ainsi que les 11 membres de la délégation israélienne tués dans le massacre de Munich aux Jeux olympiques d'été de 1972.

«Blue Wings 20»:

Les avions de l'armée de l'air israélienne (IAF) participant à l'exercice conjoint « Blue Wings20 ». Les F-16 sont arrivés sur la base aérienne de Nörvenich, près de Cologne, dans l'ouest de l'Allemagne, le 17 août 2020. Cette base aérienne abrite le Taktisches Luftwaffengeschwader 31 de la Luftwaffe (Tactical Air Wing 31) « Boelcke » aux commandes de l'avion de combat multi-rôle Eurofighter. L’exercice se terminera le 28 août prochain.

blue wings20,allemagne,israël,f-16,eurofighter,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Le détachement israélien comprend six avions de combat F-16 C/D « Barak » de l’escadron 105 « The Scorpion » basé à Hatzor, deux avions de commandement et de contrôle Gulfstream G550 et deux Boeing 707.  L'IAF a déclaré que l'exercice comprendrait des simulations de combats aériens, des attaques air-sol, des menaces avancées de missiles sol-air et des opérations derrière les lignes ennemies. 

WhatsApp_Image_2020-08-14_at_19.42.15_0-640x400.jpeg

Photos : 1 Eurofighter allemand et F-16 israélien en Allemagne 2 F-16 et Eurofighter 3 F-16D « Barak » en Allemagne @ Luftwaffe

05/03/2020

Israël pourra acheter des KC-46A !

2569869731.jpg

Le département d'État américain a approuvé la vente de 8 avions de ravitaillement en vol de type Boeing KC-46A « Pegasus » à Israël pour un montant estimé à 2,4 milliards de dollars. Le Congrès américain a été informé de la vente éventuelle.

L’Etat Hébreu exploite actuellement 7 Boeing 707 et trois Lockheed Martin KC-130H ravitailleurs en vol. La vente proposée soutient davantage la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en permettant à Israël de fournir une capacité redondante aux actifs américains dans la région, ce qui pourrait libérer des actifs américains pour les utiliser ailleurs en temps de guerre.

En plus de l'avion, le package de vente comprendrait 17 turboréacteurs Pratt & Whitney, dont un de rechange, 18 récepteurs Raytheon Miniature Airborne 2000-GPS à disponibilité sélective, des radios numériques programmables Collins AN/ ARC-210 U/VHF et transpondeurs d'identification ami ou ennemi Raytheon APX-119, ainsi que des pièces de rechange et services de formation.

La possible notification de vente au Congrès américain ne signifie pas que l'accord avec Israël est finalisé, car la quantité, la configuration et le prix pourraient changer avec de nouvelles négociations.

Le KC-46A « New Generation Tanker » :

Le KC-46A Pegasus « New Gen Tanker » est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matière d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 « Dreamliner ». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le « New Gen Tanker » se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le « New Gen Tanker » met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 « Dreamliner ». Le « New Gen Tanker » dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « New Gen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

Un choix politique :

Le choix par Israël de finaliser l’achat du KC-46A américain au lieu d’opter sur une solution nationale avec l’IAI B767 MMTT, permet d’acquérir un aéronef plus moderne qu’une version transformée du B767-300. De plus, cette solution permet à l’Etat Hébreu de s’assurer d’un soutien de la Maison Blanche déjà très prononcé. De l’autre, Boeing permet à IAI de promouvoir son IAI B767 MMTT en direction de pays non intéressés par le KC-46A.

448622933.jpg

Photos : 1 KC-46A 2 Cockpit @ Boeing