04/07/2016

Pour Israël le F-35 est insuffisamment protégé en cybersécurité !

919672156.jpg

Tel Aviv, les israéliens ne font pas confiance dans les systèmes de sécurité qui compose le F-35 en matière de cyberguerre. De fait l’Etat Hébreu va maximiser l'autonomie de sa futur flotte de F-35 « Joint Strike Fighters » avec son propre système de cybersécurité.

Les faiblesses dénoncées par Israël :

En terme de cybersécurité comme dans la guerre électronique, il est toujours difficile d’obtenir des informations et pour cause. Pour les israéliens, le F-35 pose plusieurs problèmes en matière de cybersécurité : d’une part l’avion est composé de millions de lignes de codes qui composent les logiciels. Ceux-ci sont peuvent devenir une véritable faiblesse voir le « talon d’Achille » de ’avion en cas de pénétration de la part de hackers.

De plus, le système de maintenance ALIS (Autonomic Logistics information System) centralisé au Etats-Unis pour l’ensemble des utilisateurs n’offre pas les sécurités nécessaires en matière de cyberguerre. Il faut dire que, si un hacker arrive à pénétrer le système ALIS, qui communique depuis chaque avion directement au sol, il aura accès à l’ensemble de la gestion de la maintenance cellule, des systèmes de missions et des clés cryptographiques utilisées sur chaque F-35 en service. Inutile de préciser que, si l’ennemi accède à ces données, il pourra les modifier à son aise et clouer la flotte de F-35 au sol. De plus il aura également accès aux données des autres nations utilisatrices de l’avion.

Mais pour israël, il existe également un autre problème avec ALIS, en cas de guerre électronique généralisée, il sera impossible pour les utilisateurs de l’avion d’avoir la garantie de pouvoir en permanence rester en contact avec le centre de maintenance aux Etats-Unis pour recevoir les correctifs de logiciels. De plus, la chaine d’approvisionnement en pièces détachées risques d’être sévèrement compromise clouant ainsi au sol les flottes de F-35. Israël est principalement lié à la vulnérabilité des systèmes externes qui relient le F-35 à la fois aux réseaux militaires américains et aux réseaux des partenaires de l’avion.

La réponse israélienne :

En réponse à ces problèmes, l'industrie israélienne va construire et installer ses propres défenses cybernétiques autochtones pour protéger les réseaux et les systèmes sur les futurs F-35I. Israël prévoit de mettre en place sont propre pare-feu pour vous assurer que l'information privilégiée ne passe pas entre les Etats-Unis et israéliens via un système externe tel que le système Autonomic Logistics information (ALIS).

De plus, pour Israël il est inconcevable de rester dépendant en matière de pièces détachées. Pour ce faire le pays va constituer son propre stock pour garder son autonomie en cas de conflit.

 

2444597639.jpg

Photos : 1 F-35 @ Lockheed-Martin 2 Image de synthèse @ IAF