07/08/2017

L’Iran négocie l’achat d’hélicoptères en Russie !

1418901535.jpg

Téhéran négocie avec Moscou un contrat en vue de l’achat de plusieurs d’hélicoptères .Le futur contrat devrait également concerner la maintenance, la production et  le co-développement. Les discussions sont centrées sur l’hélicoptère léger Kamov Ka-226T. 

En attendant, l'Iran continue d'exploiter plus de 50 Mil Mi-17 et développe ses propres designs basés sur les anciens modèles américains de type Bell. La mise en œuvre de l'accord implique la mise en place d'une entreprise commune et la mise en place d’un partenariat à caractère "civil" pour sortir du régime de sanctions des Nations Unies. Il semble également que l’Iran cherche une aide russe pour faire fonctionner sa fabrication d'hélicoptères et fournir une expertise pour aider ses projets locaux à atteindre un niveau compétitif. Les fabricants iraniens ont besoin de nombreux composants, notamment les moteurs et l'avionique, qui sont actuellement indisponibles dans le pays.

Le Kamov Ka-226T : 

Le Kamov Ka-226 est un petit hélicoptère bimoteur utilitaire russe, il d’une cabine arrière interchangeables, plutôt que d'une cabine classique, ce qui permet l'utilisation de différentes configurations d'équipement. Le Ka-226 est entré en service en 2002. Le Ka-226T est équipé de moteurs Turbomeca Arrius 2G1. 

Photo : Kamov Ka-226T@ Russians Helicopters

18/04/2017

L’Iran fait rouler son drôle d’avion furtif !

F-313-new-tests-2.jpg

L’Iran a présenté une vidéo montrant son avion furtif Qaher-313 (Conquérant) entrain d’effectuer des essais de roulage au sol à faible vitesse. Présenté pour la première fois en février 2013 l’avion avait déclenché non seulement une déception de la part des spécialistes, mais avait également reçu une volée de moquerie sur les réseaux sociaux.

Rappel :

Présenté à l’époque comme "l'un des avions les plus avancés du monde", le Qaher-313 n’était en fait qu’une maquette dont le cockpit trop petit donnait l’impression que le pilote était un géant. Mieux, les trains d’atterrissages étaient faits de tubulures fragiles totalement dépourvu d’hydraulique. Pire, un tel concpet a été jugé totalement défectueux et bien incapable de s’envoler.

Un Qaher-313 qui roule :


L’avion présenté cette fois est un peu différent, de la maquette repésentée naguère. L’avion est doté de deux moteurs et dispose cette fois d’un train d'atterrissage renforcé. Le cockpit est de taille suffisante pour accueillir le pilote, quoique disproportionné par rapport à la cellule. Cependant, plusieurs des failles de conception précédemment révélées subsistent et posent de nombreuse interrogations. On notera que les entrées d'air sont trop petites et mal positionnées, ce qui réduirait vraisemblablement le flux d'air vers les moteurs. Le cordon d'aile est trop épais pour des performances élevées. Des moteurs qui semblent n'avoir pas de buses d'échappement, et une conception globale qui semble loin d'être furtive dans presque tous les aspects.

Mais le plus intéressant vient de la vidéo, en effet, les gouvernes ne sont pas synchronisées avec la roue du nez. Détails important qui semble confirmer qu’il s’agisse d’un véritable avion de combat mais bien d’un jouet de propagande.

 

qaher313-20170418.jpg

Photos : le Qaher-313

 

 

 

 

22/12/2016

L’Iran commande 100 avions auprès d’Airbus !

800x600_1482410500_A350-900_and_A330-900neo_.JPG

Airbus vient de confirmer l'achat par l'Iran de 100 avions dans le cadre de la réouverture des relations commerciales entre Téhéran et les pays occidentaux près d'un an après la levée des sanctions liées à son programme d'enrichissement nucléaire. On parle d’un contrat d’une valeur de 20 milliards de dollars.

L'Iran commande 46 exemplaires de la famille de court-courriers A320, 38 long-courriers de la famille A330 et 16 exemplaires de l'A350, le dernier long-courrier d'Airbus, précise le constructeur européen dans un communiqué. Les livraisons démarreront début 2017.

L'accord est assujetti aux permis d'exportation du Bureau of Foreign Assets Control (OFAC) du gouvernement américain qui ont été accordés en septembre et novembre 2016. Ces licences sont requises pour les produits contenant 10% ou plus de contenu technologique américain. Airbus a étroitement collaboré avec les autorités de régulation de l'UE, des États-Unis et d'ailleurs pour assurer la compréhension et la pleine conformité avec le JCPOA. Airbus continuera d'agir en pleine conformité avec les conditions des licences OFAC.

 

Photo : A330neo & A350@ Airbus

12/12/2016

Iran Air commande 80 Boeing !

4356.jpg

Seattle, Boeing a reçu une commande de la compagnie iranienne Iran Air accord pour un total de 80 avions qui comprend 50 B737-800MAX MAX, 15 B777-300ER et 15 B777-900, Ce contrat est évalué à 16,6 milliards de dollars au prix catalogue de l’avionneur.

Cet accord est basé un protocole d'entente (PE) avec Iran Air a annoncé en juin dernier, le contrat a été conclu dans les termes de la licence du gouvernement américain délivré à Boeing en septembre.

Boeing a travaillé étroitement avec le gouvernement des États-Unis tout au long du processus menant à cette vente. Cet accord soutiendra des dizaines de milliers d'emplois américains au sein de la chaîne de fabrication au Etats-Unis. Les premiers avions seront livrés en 2018.

Rappel :

En septembre, Boeing et Airbus avaient obtenu le feu vert des Etats-Unis pour vendre des avions neufs à l'Iran. Airbus et Boeing ont pu entamer des négociations commerciales avec l'Iran après l'accord sur le nucléaire de juillet 2015 avec les grandes puissances occidentales qui ont allégé l'embargo économique contre l'Iran.

 

Photo : B747-200 Iran Air, la compagnie va pouvoir moderniser sa flotte vieillissante

12/02/2016

L’Iran prépare l’achat de Sukhoi Su-30 !

654.jpg

Téhéran, après une première commande confirmée pour 24 avions de combat chinois CAC (Chengdu Aircraft Industrial Co) J-10 « Dragon Véloce », l’Iran prépare l’achat d'un nombre indéterminé, pour l’instant ,de Sukhoi Su-30SM russes.

L'accord proposé, qui a été divulgué par le ministre iranien de la Défense, le général Hossein Dehghan, lors d'une interview à la télévision nationale a démontre la volonté du pays à combler rapidement ses faiblesses militaires dues à l’embargo.

Cette annonce est la dernière indication que Moscou et Téhéran préparent un important contrat d'armement après la levée officielle des sanctions économiques contre le pays.

Il faut rappeler que si le pays est toujours en restriction concernant les programmes de missiles balistiques, il existe une exception, selon laquelle les ventes d'armes individuelles peuvent être autorisées au cas par cas par le Conseil de sécurité des Nations Unies (sous réserve des votes et vetos habituels). Cette exception pourrait permettre de fournir Téhéran en moyens militaires dont elle a besoin après des décennies de sanctions américaines et internationales.

 

Photo: Sukhoi Su-30 SM@ Sukhoi